280px-Archidiocèse_de_Tours.svg

4 nouveaux curés dans le diocèse de Tours

Download PDF

Les pères Bruère, Oniossou, Tokpanou et Vu Van Tho, ont officiellement pris leur fonction de curé le 1er septembre. Alexandre Guérin, diacre et cérémoniaire pontifical explique :

Y a-t-il de nouveaux curés chaque année ?

Oui, chaque année, notre archevêque, Mgr Aubertin, confie différentes missions à des prêtres. Parmi celles-ci, il y a celle de « curé ».

Selon les années, ils sont donc plus ou moins nombreux ?

En effet. On dénombre 4 installations de « nouveaux » curés à cette rentrée, ce qui signifie qu’ils n’exerçaient pas cette mission jusqu’au 31 août, du moins pas dans leur nouvelle paroisse.

Autrefois il y avait 1 curé ou presque par clocher. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Aujourd’hui, en raison de la diminution des vocations, il y a un curé pour plusieurs clochers en milieu urbain et 1 curé pour plusieurs dizaines de clochers (ou communes) en milieu rural.

L’arrivée d’un nouveau curé est donc un « évènement »…

Oui, sans aucun doute et il convient de l’accueillir comme il se doit.

On parle « d’installation » du curé. pourquoi ?

L’ancien rituel d’installation décrit le rite au cours duquel le nouveau curé prenait possession de sa stalle dans l’église (comme l’Evêque prends possession de sa cathèdre dans sa cathédrale).

On parlait donc littéralement d’installation et, à l’époque, la liturgie ressemblait assez à un état des lieux de l’église puisque le nouveau curé vérifiait, en quelque sorte, l’état du tabernacle, des vases sacrés, des fonts baptismaux, du confessionnal, de la chaire et même des cloches… et enfin il s’asseyait dans sa stalle.

A présent, comment se déroule celle-ci ?

Conformément à la tradition, les curés sont installés par les doyens et les doyens sont installés par le vicaire général, voir même par monseigneur l’archevêque ; ceci signifiant que le curé détient son autorité de l’autorité hiérarchique diocésaine. 

La célébration commence par l’accueil du nouveau curé à la porte ou au chœur, en présence si possible des membres de l’E.A.P. et de fidèles, puis le nouveau curé est présenté aux fidèles par celui qui installe. De même, la paroisse est présentée au nouveau curé. Puis  la messe se poursuit comme à l’habitude : le nouveau curé proclamera l’Evangile à son peuple pour la première fois, ce rite manifeste que le curé demeure pour son peuple un serviteur (car c’est au diacre que revient d’ordinaire la proclamation de l’Evangile) et que sa mission est avant tout d’annoncer et de vivre de l’Evangile selon l’adage « vivez ce que vous aurez annoncé ».

Puis, après l’homélie, le nouveau curé fait sa profession de foi canonique, conformément à la Tradition, selon la forme du canon 833 qui comporte le credo de Nicée, suivi du serment de fidélité au magistère de l’Eglise.

Cette profession est faite la main posée sur le Livre des Evangiles. C’est ce rite qui constitue en quelque sorte le centre de la célébration d’installation et c’est un moment assez fort car il n’est jamais indifférent, pour les baptisés, d’entendre leur nouveau pasteur confesser seul, devant eux, et sa foi et son obéissance.

Enfin, d’autres prêtres ont vu leur mission renouvelée au 1er septembre…

En effet, vous en trouverez la liste dans le dernier n° du Bulletin Officiel (B.O.) du diocèse.

L’installation du père François-Xavier Oniossou, nouveau curé de la paroisse Notre-Dame de la Clarté Dieu, aura lieu à Neuillé-Pont-Pierre, le 11 septembre, à 10h30, et l’installation du père Thibault Bruère, nouveau curé de la paroisse Notre-Dame de Choisille, se déroulera, le même jour, à l’église St-Pie X de St-Cyr-sur-Loire, à 10h30. L’installation du père Jean-Marie Tokpanou, nouveau curé de la paroisse Sainte Maure – Saint Epain, aura lieu à Ste-Maure-de-Touraine, le 18 septembre, à 10h30.