t

Un particulier sauve une chapelle

Download PDF

À Cornimont, dans les Vosges, Gérard Andréoli, Nancéien de 52 ans, chef d’entreprise dans le bâtiment, a racheté la chapelle de Travexin, datant du début du XX e siècle, qui a failli être rasée. La chapelle, désacralisée, servira de lieu d’exposition. Il raconte 

« J’apprends [mi 2010] que la chapelle est à vendre. L’évêché avait chargé un agent immobilier de la négociation. Un client est prêt à l’acheter pour la vider de ses objets liturgiques, la démolir, récupérer la pierre et vendre le terrain ».

Il contacte l’agence immobilière, visite l’édifice et déclare :

« Je n’avais pas vocation à acheter une église, mais quand on voit l’intérieur on n’a pas le droit de la raser ».

Il signe le compromis sur place. Sans le sou. « Je voulais être sûr de bloquer l’affaire. L’évêché avait déjà vendu l’orgue ». Il le rachète et conclut un accord selon lequel l’édifice devait être cédé en l’état, avec son contenu. Les cloches sonneront les heures et il sera célébré quelques cérémonies par an.

« Maintenant quand je vois une église, je me détourne. Des fois que l’évêque [Mgr Jean-Louis Papin] ait envie de la vendre ».

 

6 comments

  1. jullin

    Bravo !
    Comme nous sommes emus quand on annonce la vente d’une eglise et sa desacralisation … Comme nous sommes heureux d’un denouement comme celui-la …
    Vos encetres au Ciel doivent jubiler et etre tellement fier de vous !
    Que votre joie et paix soient grandes, vous qui avez sauve cette eglise !
    J’ose esperer que vous trouverez a faire vivre cette eglise de prieres, de sacrements, de retraites et enseignements joyeusement donnes et recus…et que pour votre porte-feuilles tout viendra a point, les anges pourvoiront.

  2. gigant

    lançons une souscription’ un euro et pas symbolique) et nous serrons chacun et chacune participant, les anges et peut être les hommes répondront .!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *