ciric_119353-620x349-2

A la fin du carême, nous choisirons un bulletin de vote pour les élections départementales

Download PDF

Message de carême de Mgr Dominique Lebrun, évêque de Saint-Etienne :

« Notre carême commence. Nous y vivons plus intensément le combat de Dieu. Nous croyons que le Fils de Dieu a mené ce combat et le mène encore. C’est JESUS toujours vivant. Il a aimé comme jamais homme n’a aimé. Il a aimé jusqu’à donner sa vie sur la croix (cf. Jn 15, 9-13). La Résurrection que nous fêterons à Pâques est la victoire de l’amour sur le mal, sous toutes ses formes.

Voici le temps favorable

Estimons cette période du carême. C’est un temps favorable. Demandons la lumière, celle que les ténèbres n’ont pas arrêtée (Jn 1, 5). Les ténèbres nous touchent mais « le Royaume de Dieu est tout proche » (Lc 10, 9). Sans peur, accueillons et contemplons la grande grâce de JESUS, vainqueur par amour de tout mal. Par le baptême, nous sommes membres de son Corps. Sommes-nous les membres du Corps du Christ crucifié et Ressuscité ?

Le pardon, trésor pour notre vie, appelle à faire la vérité sur nous-mêmes et entre nous. Demandons la lumière du Christ pour voir plus clairement nos manquements à l’amour. Mort au péché, vivant pour Dieu, JESUS nous appelle à faire mourir en nous « l’homme ancien », et le péché qui conduit à la mort (Rm 6).

Résolument, avec humilité, n’hésitons pas à demander pardon à Dieu pour nos mensonges, nos égoïsmes et nos infidélités de toutes sortes : Il est Père de miséricorde. Il nous aime infiniment. Soyons heureux d’entendre un prêtre nous dire : Je te pardonne au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit ! Demandons pardon à nos proches, à nos amis, à nos voisins. Soyons heureux de dire entre nous : je te pardonne !

« Condamnés » au dialogue et à l’amour.

Malgré notre péché, nous sommes comblés d’amour : Dieu est présent de multiples manières, par la prière, par les sacrements, par nos frères, par tout ce qui est vie. Le mal n’a pas d’avenir. Seul l’amour construit. JESUS le révèle. Plus que jamais, nous avons à puiser dans la victoire de l’amour par l’amour. Prendre de long temps de coeur à coeur avec Dieu nous y dispose, fait du bien. Le Pape FRANÇOIS nous y encourage en invitant les chrétiens à vivre ensemble 24 heures pour le Seigneur pendant le Carême, les vendredi 13 et samedi 14 mars. Nous le vivrons à l’église Saint Louis (Saint-Etienne) et au monastère des Clarisses (Montbrison).

Cependant, la tentation est grande de puiser ailleurs que dans l’amour des forces pour combattre nos inquiétudes. Je crois rejoindre beaucoup d’entre vous en les énumérant ainsi : l’avenir de notre pays, de l’Europe qui renonce petit à petit à ses marques chrétiennes, à côté d’un Islam dont la place est grandissante ; la montée du radicalisme de musulmans ; des flux migratoires conséquences de la pauvreté ou de l’insécurité ; la vie économique et sociale où l’on cherche en vain des signes positifs ; une mondialisation qui montre plus de déchirements et de cruautés que de solidarité ; la famille qui a tant de mal à être la cellule d’amour promise, et si peu encouragée.

Devant ces inquiétudes, il ne convient ni de nier les faits, ni de donner des explications simplistes pour des solutions expéditives. Nous avons surtout à craindre que nos coeurs ne se grippent et accusent : dire « c’est ta faute », « c’est sa faute », n’est pas le chemin de l’Evangile. JESUS condamné, portant sa croix, refuse la vengeance ou la politique du bouc-émissaire. Il appelle la miséricorde du Père : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23, 34). Durant sa vie, ceux que JESUS condamne et élimine, ce sont les démons. Car Il sait que le mal n’est pas le fond de l’homme, ni son avenir. Il manifeste son amour par le choix de ses disciples dont nous sommes les héritiers, pauvres hommes mais si heureux d’être appelés et sauvés. Il manifeste l’amour du Père, en faisant de chaque homme son prochain, son frère.

Marcher dans l’espérance et la joie

Dans nos paroles, dans nos gestes, demandons-nous où nous en sommes du dialogue jusqu’au bout, de l’amour jusqu’aux ennemis : « Et moi, je vous dis : aimez vos ennemis, priez pour vos persécuteurs ! », dit JESUS (Mt 5, 44). Ne renonçons pas à cette grande et belle originalité de l’Evangile de JESUS, victoire de l’amour qui nous remplit de joie profonde ! Ne renonçons pas à la joie de la rencontre et du dialogue qui fait émerger une vérité plus grande et plus belle ! Ne renonçons pas à la charité, en somme à la joie de l’Evangile !

A la fin du carême, j’espère que nous serons nombreux à choisir un bulletin de vote pour les élections départementales. Comment le ferons-nous ? Avec un coeur grippé prêt au pire ou bien avec un coeur purifié par l’amour ? Avec un coeur résigné, méfiant voire endurci ou bien avec un coeur qui choisit à nouveau la voie du dialogue et de la raison ? Avec un coeur qui accuse ou bien avec un coeur qui met sa foi en l’Esprit Saint présent avec nous selon la promesse de JESUS (cf. Jn 14, 16) ?

Le temps du carême est le temps de l’espérance. Le spectacle de la cruauté des hommes inspire heureusement un très large rejet. En fait, ne pas fermer les yeux sur le mal est déjà un signe d’espérance. Nos yeux sont ouverts sur le monde que Dieu aime, et c’est une grâce. Notre Eglise apprend aussi à se reconnaître pécheresse, et à demander pardon. Elle s’essaie à l’humilité et à la pauvreté. C’est notre espérance commune.

Dieu aime la Loire, comme Il aime la France et le monde. JESUS l’a révélé par sa parole, par ses attitudes, par le don de sa vie. Et cela pour que notre joie soit complète (cf. Jn 15, 11). Notre joie est-elle complète ? A Pâques, dans la résurrection de son Fils, Dieu la donne aux nouveaux baptisés ! Préparons-nous à la recevoir tous ensemble à nouveau !

Bon carême, dans la joie de l’Évangile. »

12 comments

  1. Lemaire

    ‘un coeur grippé prêt au pire ‘ désigne le vote front national pour qui n’aurait pas compris mais ils (car il n’est pas le seul ) n’ont même pas le courage de le dire explicitement . Je demande : qui est bloqué sur des a-priori ?

  2. Jean-Pierre Delmau

    Le Carême, considéré comme un temps de pénitence, donc de prière et de réflexion, devrait influencer aussi notre choix le jour des élections. Pourquoi pas ?
    Donc, devrons-nous « choisir un bulletin de vote… avec un cœur grippé prêt au pire, ou bien… purifié par l’amour ? Avec un cœur résigné, méfiant voire endurci ou bien…qui choisit à nouveau la voie du dialogue et de la raison ? Avec un cœur qui accuse ou bien… qui met sa foi en l’Esprit Saint ? »
    En bref, contre l’environnement moral, social et politique imposé par le gouvernement, ou en faveur de ses orientations ? La réponse est dans la question.
    Tout le monde aura compris qu’il faut apporter au gouvernement un soutien dont il a bien besoin, pour poursuivre une stratégie de tension sociale, d’appauvrissement économique, et de soutien à un communautarisme qu’une forte partie de la population ne peut plus supporter dans sa vie quotidienne.
    A moins que j’aie mal compris, je voudrais alors inviter Mgr Lebrun, imitant notre Pape, alors archevêque de Buenos-Aires, à habiter un HLM dans un des quartiers de sa ville classés « zone de non-droit », pour pouvoir ainsi juger par lui-même, en connaissance de cause. Il sera alors mieux à même de conseiller ses ouailles.
    Probablement le temps de Carême lui serait suffisant.

  3. La PHILOSOPHIE POLITIQUE REPUBLICAINE est le creuset des idéologies libérale, socialiste, nationaliste, toutes issues de la Révolution de 1789.

    Elle fonde la REVENDICATION de l’AUTONOMIE DE l’HOMME concernant la destinée du monde et la conduite de sa vie.

    DIEU révélé, Notre Seigneur Jésus-Christ, le Décalogue, l’Eglise, la loi naturelle, sont assignés à résidence au fond des sacristies, pour faire comme s’ils n’existaient pas et pour garantir aux catholiques l’illusion de leur liberté religieuse.

    La REPUBLIQUE nous impose son principe moteur, son unique ressort vital, l’ACTION dialectique dont participe le VOTE au suffrage universel .
    Peu importe donc que vous votiez pour la droite, la gauche, le centre, le haut ou le bas.
    VOTER au suffrage universel, pour mettre la société en mouvement, est le carburant de leur moteur révolutionnaire/républicain.

    L’ACTION révolutionnaire, première, fondamentale, la plus élémentaire, à la portée de tout le monde, pour continuer la Révolution, faire vivre sa vitrine politique la République et manipuler l’opinion ou la rendre versatile,
    est donc de VOTER au suffrage universel.

    – …N’écoutons pas les sirènes de la République qui trompent les Catholiques par le piège du vote. Ce n’est pas pour rien que le Bienheureux pape Pie IX parlait de « mensonge universel » à propos du suffrage universel. Agissons en français et en catholiques. N’utilisons pas les armes de l’ennemi qui ne font que faire avancer sa cause. C’est ce que disait fort justement Georges Fonsegrive : « Lutter révolutionnairement contre la révolution, c’est encore travailler pour elle. »… –

    le piège fatal du suffrage universel : http://www.viveleroy.fr/Principe-du-moteur-de-la,71?lang=fr

    CQFD

    • Françoise

      En effet, le suffrage universel, c’est la majorité qui écrase la minorité, et souvent la majorité est folle et aveugle, tandis que la minorité lucide est évincée.

  4. La « LUMIÈRE » indique aux chrétiens de voter CONTRE ces pantins néo staliniens qui voudraient nous éradiquer et contre leur « LAÏCITÉ » * pervertie à deux balles !

    *LAÏCITÉ: Mot trompeur ayant changé de sens à la fin du XXe siècle ; à l’origine, séparation de l’Eglise et de l’Etat ; aujourd’hui, soutien apporté par les collectivités publiques à l’exercice des religions autres que chrétienne (« laïcité positive ») ;(trad. : soutien à l’islam).

  5. Sami

    Nous attendons l’homme providentiel ou la femme providentielle.
    Ni Charlie ni Muezzin.
    En Allemagne ils ont élu une fille de Pasteur et un Pasteur . Nous n’avons pas de candidats semblables . Et dans ce pays déchristianisé mais quand même catholique, de quel œil verrions nous venir en politique un homme ( ou une femme) rabbin ou pasteur ?
    C’est notre œil qui doit changer puisque notre Dieu est le leur, un Dieu d’ amour.
    Sans oublier les orthodoxes .
    Et puis quel destin pour l’Europe ?
     » L’Eurabia » qui achèverait de la déchristianiser en la coupant complètement de son histoire plus que millénaire ou une Europe résolument décidée à respirer avec ses deux poumons et à ouvrir ses ailes chrétiennes maintenant que le communisme athée a fini par sombrer ?

  6. Patrick_UK

    Dommage effectivement d’être capable de dire de si belles choses et de tout réduire à néant dans un seul paragraphe qui le discrédite totalement.

  7. oizel

    hors sujet les élections départementales.
    hors sujet Guy Gilbert qui confie dans un de ses livres son vote communiste
    hors sujet mon curé qui dit bonne journée en fin de messe au lieu de bon dimanche de même le 14 juillet je l’entends dire bonne fête nationale..
    hors sujet mon évêque Housset à propos du mariage homo qui parle d’égalité rappelant notre devise républicaine

    la Foi naît de la lecture de l’Evangile
    S’éloigner de l’Evangile est une faute professionnelle, un grand malheur nous dit saint Paul !

  8. ODIC

    J’ai toujours aimé l’Eglise parce que Elle nous laisse la liberté de mettre dans les urnes ce que nous voulons. Donc, comme à notre habitude pendant le Carême nous mettrons le bulletin qui convient à chacun.
    Dieu donné à l’Homme la plus belle des choses : la liberté !
    Ce qui est à Dieu est à Dieu à César………..
    Bon dimanche à chacun.

  9. GOJOSSO

    Je ne voterai que pour des candidats qui veulent rétablir la liberté en abolissant les lois liberticides et ce même s’il s’agit d’élections locales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *