f

A Rodez on va dans le mur, tout droit

Download PDF

Je me permets de reproduire le message écrit par « Gaspard » sur Le Forum catholique, à propos de la lettre pastorale de Mgr Fonlupt, évêque de Rodez. Si ce n’était pas tragique, ce serait drôle :

« Après avoir rappelé que le Grand séminaire de Rodez hébergeait 250 séminaristes au début du XXe siècle, qu’il y avait 1200 prêtres aveyronnais en 1960 et qu’il n’y en a plus aujourd’hui que 20 (vingt) de moins de 65 ans, Mgr Fonlupt évêque de Rodez depuis le 2 avril 2011 livre son analyse de la situation dans sa première Lettre pastorale, en soixante pages et deux ans et demi de travail :

Ainsi, comme la ruralité que nous avons connue n’est plus telle qu’elle était, une forme d’Église est en train de disparaître… Nous en avons beaucoup reçu. Il ne nous faut pas rêver de la restaurer ou de la retrouver. Un nouveau visage de l’Église est en train de se chercher dont nous ne voyons pas encore pleinement la figure, mais que l’Esprit fait peu à peu surgir.

et sa solution (ne pas rire):

Accueillir l’avenir qui nous est offert.

plus précisément :

Il importe maintenant de nous remettre devant la réalité de l’Église telle qu’elle rend compte d’elle-même.

Sur le fond :

l’humanité ne peut vivre pleinement que si elle se situe dans une perspective « verticale », dans une relation avec Dieu, avec plus grand. Notons que, plus largement que l’Église catholique, cette mission est partagée par les croyants d’autres traditions religieuses. Ensemble, nous signifions à l’humanité qu’elle ne trouvera sa véritable dimension que si elle sait se recevoir de plus grand qu’elle.

Une bonne nouvelle quand même:

Depuis le concile, nous avons peu à peu appris à placer les Écritures au coeur de la vie de l’Église.

Pour approfondir:

Je propose que dès maintenant et tout au long de l’année pastorale qui commence en ce 1er dimanche de l’Avent et se prolongera tout au long de l’année, jusqu’à la fête du Christ Roi, le 23 novembre 2014, nous puissions constituer de petites équipes de 6 à 8 personnes pour échanger sur ce regard proposé, affiner et situer le diagnostic en fonction des lieux où nous sommes

Et la Lettre pastorale se termine par six pages d’instructions sur l’organisation de ces réunions (« Fixons-nous un cadre horaire » etc.) ainsi que des questions appliquées au diocèse comme, sans rire là non plus :

Y a-t-il des aspects ou domaines de la mission de l’Eglise non suffisamment pourvus ? »

34 comments

  1. « Accueillir l’avenir qui nous est offert. » à mon humble avis, cette parole exprime de l’espérance , il y a un désir d’action.

    « nous puissions constituer de petites équipes de 6 à 8 personnes pour échanger sur ce regard proposé, affiner et situer le diagnostic en fonction des lieux où nous sommes »
    on retrouve une idée de Chantal Delsol…ces groupes vivront dans la solidaridé et agiront ainsi en témoins du Christ, en frères et soeurs en Christ…génial !

    « Sur le fond :
    l’humanité ne peut vivre pleinement que si elle se situe dans une perspective « verticale », dans une relation avec Dieu, avec plus grand.  »

    là il a faux !
    avec « l’interconnexion permanente »(Finki) les gens peuvent vivre sans Dieu…

    il est bien cet évêque, il pense à l’annonce de l’Evangile dans le futur proche. c’est un mec sérieux….

  2. angel

    L’homme
    ne peux vivre sans Dieu
    il feindra ou le reniera mais au fond de lui même Dieu est présent !
    et ce n’est pas la religion enseignée ou enseignante qui fera de l’homme un pour Dieu ou un sans Dieu !
    C’est le dépôt de toutes nos attaches qui nous permettra et qui permet au ♥ de se mettre à l’écoute de notre propre humanité ,et que Dieu se manifeste ainsi !

  3. Pellabeuf

    Dans certaines de nos campagnes, il faut grouper les catholiques d’une dizaine de villages pour parvenir à trouver de quoi constituer des petits groupes de six à huit personnes : cela va coûter cher en essence !

  4. Sylvie Houbouyan

    Le nouveau visage de l’Eglise passe par les monastères et internet avec toutes les formes de prières, d’études et d’enseignement à distance.
    C’est une Église moins visible mais très vivante.

  5. marieclaude

    Pauvre homme, Mgr Fonlupt ! Encore un qui en
    aura à rendre, des comptes !
    O Jésus, nous pleurons avec Toi ! Donne-nous
    un goût irrépressible de la prière pour Ton Eglise
    et prends pitié.

  6. senex

    Il suffit donc de faire comme la FSSPX des petits prieurés , de petites écoles et petit à petit raccomoder la « tunique ».Dieu aidant ,tout ira bien. ….! pour moins cher, et ça « rapporte » gros pour les âmes en grand péril…

  7. roussel

    Nous avons à faire face à un tsunami de civilisation mondiale, dont on ne connait pas encore la nature profonde, et les perspectives. Avènement d’une nouvelle humanité ,diront les uns, se référant aux technologies biologiques, informatiques etc….associées aux idéologies de l’autosuffisance moderne, l’homme créateur de lui même , de sa « culture » etc….
    D’autres y voient les derniers soubresauts d’une civilisation fondée sur l’illusion, l’orgueil et le mensonge et inévitablement condamnée par ses incohérences fondamentales, écologie, démographie,mondialisation etc…
    Dans ce drame, où en est l’Eglise. Distinguons ici l’Eglise universelle, Rome et une exceptionnelle et remarquable succession de très grands Papes depuis un siècle qui ont su, dans leur style propre, tenir courageusement et intelligemment la barre, dans la fidélité profonde, et la réponse adaptée aux défis du Monde et du Temps.
    Je n’en dirai pas autant de l’église de France…..il y faudrait ici le courage de la vérité, La situation actuelle est la résultante des erreurs,des errances, des divisions, des jeux de pouvoir, des dispersions, des lâchetés qui par exemple, ont faussé la réception de Vatican II.
    Hémorragie des prêtres, religieux ,religieuses, séminaristes , et ceux qui restent choisissent l’enfouissement et l’invisibilité.Comment s’étonner du vide des séminaires ? Main tendue et réconciliation avec un « Monde » qui n’en a rien à faire, réduction-sécularisation de la foi à un humanisme vaguement marxiste hier, ou delo-doloriste, aujourd’hui écolo-socialiste. Et au nom du fameux « dialogue » , mépris de ceux qui osent résister, vite assimilés à des réacs, tradis, intégristes etc….
    Et aujourd’hui…. l’épreuve de vérité, le bilan !
    La pensée dominante en église de France , multiplie les analyses », les diagnostics, et exige Vatican III, c’est à dire l’intensification des processus de réforme de l’église, selon leur idéologie, avec les brillants résultats que l’on sait, ou que l’on peut constater par exemple dans le protestantisme…..
    Ici, cet évêque revient « à la base », si l’ on peut dire, et remet l’avenir de l’église entre les mains des micro-communautés chrétiennes qui survivent encore. Pour ma part, je préfère cette démarche aux inutiles et ultimes péroraisons des « commissions » et structures de l’église de France, ou cacophonies de nos évêques, sur tous sujets…..qui n’intéressent personne, y compris « en église » ! Dans la tempête, l’église de France a besoin d’orientations simples, claires, cohérentes, elle a un très grand besoin d’unité dans sa vie interne comme dans sa relation au monde
    « Le ciel se rit des prières qu’on lui fait pour éloigner de nous des maux, dont on persiste à vouyloir les causes », disa

  8. Affligeant, et il y a des oisels pour aimer ce qui n’est qu’oiseux, et croire de plus qu’on peut vivre sans Dieu en le remplaçant par internet.
    La pauvreté morale et intellectuelle de vieillards d’églises vides. Vivement la résurrection, entamée ici ou là !

  9. patrick de La Rode

    ce pitoyable évèque ferais mieux de se tourner vers Econe, et d’offir à Mgr Fellay un des couvents vides de Rodez ! la ré-évangisation commencerait !

  10. Marguerite

    Des mots, encore des mots, toujours des mots…mis bout à bout et qui ne signifient pas grand chose.
    Et puis, des réunions à ne plus pouvoir les compter, des projets de réorganisation (réorganiser qui et quoi, les églises sont vides) mais surtout ne pas remettre en question leur gouvernance qui a vidé les églises.
    Que cet évêque se mette à genoux et passe ses nuits et journées à prier, alors il pourra envisager l’avenir.
    Une dizaine de jeunes de notre diocèse a fait 150km pour aller à une messe (normale) bien célébrée dimanche dernier.
    Évêques de France, réveillez-vous

  11. gretel

    Des pretres!! mon Bonhomme! Et des vrais! Voilà ce qu’il faut:
    De ceux qui t’ont proposé leurs services depuis longtemps!
    Mais ça tu n’en veux pas !
    Sans blague,il ne faudrait pas que l’Aveyron redeviennent catholique!

  12. La « désertification des prêtres » dans nos ville et nos campagnes, pose problème. Les Laïcs engagés peuvent aider les prêtres restant , les groupes tant de prières , d’accompagnement des malades, des personnes âgées, de l’Eucharistie à domicile, des inhumations etc, aident à « vivre » notre FOI, sans que cessent les messes indispensables, mais peu sont nombreux à pouvoir y assister , surtout les personnes âgées qui ne peuvent se déplacer, et personne pour les transporter. Une idée à faire germer.

  13. Vezelay

    Merci de relater cette situation que me donne envie de pleurer. Je pleins très sincèrement les diocésains de Rodez. Encore faut-il qu’ils aient conscience de la situation au risque d’être endormis par ce drôle d’évêque !

    Il ne parle pas des séminaristes ? il y’en a encore ?

  14. BERBER

    A Sylvie Houbouyan12 décembre 2013 at 5 h 20 min

    Le nouveau visage de l’Eglise passe par les monastères et internet avec toutes les formes de prières, d’études et d’enseignement à distance.
    C’est une Église moins visible mais très vivante.

    « Moins visible » l’incarnation qui est notre lot a besoin du visible.
    Cela rappelle Nietzche qui disait (comme excuse pour ne pas s’ouvrir à Dieu personnellement) : « je croirai quand je VERRAI des chrétiens qui ont des têtes de sauvés », cité de mémoire.
    Il a BESOIN DE VOIR, lui…
    A-t-on le droit de refuser de « donner à voir » aux yeux du monde, en prétextant que « l’Eglise sera plus vivante »? Ce serait juger tous ceux qui nous ont précédé (qui pratiquaient « par routine », par convenance sociale, par…par….)comme « parts négligeables ». Sommes-nous Dieu pour les juger « moins croyants », « moins vivants » ?

    Si nous n’avions pas besoin de visibilité, le Christ ne se serait pas INCARNE.

  15. Léa

    Dans ce pays les catholiques ne sont plus soutenus par leur hiérarchie religieuse depuis plus de cent ans, cette entreprise de destruction demande une explication claire et nette de la part de nos évêques.
    Arrêtons de leur donner de l’argent pour les aider à continuer d’offenser Jésus Christ.
    C’est une honte, ce silence des médias! car ces gens-là peuvent s’exprimer quand ils veulent!

  16. Est-ce qu’un expert ( théologien ou spécialiste en droit canon ) de passage sur ce site et qui nous lirait un jour ou l’autre, pourrait nous dire dans quels cas les laïques qui ne veulent pas mourir idiots ou dans la honte et le déshonneur; ont le droit de demander la démission de leur évêque, à qui et selon quelle procédure canonique, enrichie par l’expérience de l’Eglise ? …

  17. Le BÔNOIS de 41

    L’Aveyron n’est pas loin de Caussade qu’ils aillent faire une retraite chez le Père Marziac il en ressortira tout neuf au bout de cinq jours

  18. le Poittevin

    Passant par Rodez il y a une dizaine d’années, j’avais tenu à voir la magnifique cathédrale. Les sièges des fidèles tournaient le dos à l’imposant maître-autel … ils étaient orientés vers une estrade dérisoire en bout de nef où devaient probablement être célèbrés les offices. Quant au Saint-Sacrement, j’ai fini par le trouver, relégué bien au calme dans un local tranquille. Je croyais qu’une église, à plus forte raison une Cathédrale, était élevée pour y honorer Dieu, plus particulièrement en la personne de son Fils.… Quelle naïveté !
    Un diocèse qui met ainsi deux fois Dieu au rancart est-il en mesure de susciter des vocations ? de motiver des fidèles ? de les faire réfléchir sur leurs devoirs, leurs fins dernières ? et, tout simplement : de les faire prier ?

  19. chouan 12

    tous les malheurs de Rodez ne sont pas dus à lui puisqu’il n’y a que 2 ans qu’il est là mais au moins aurait-il dû redresser la barre et remettre le diocèse sur les rails . Non il continue la destruction du diocèse opérée par son « illustre » prédécesseur. Quand on n’a pas assez de prêtres on accepte des communautés dynamiques qui recrutent, on lance des « opérations » d’adoration dans toutes les paroisses, on lance le rosaire partout au lieu d’aller visiter le marché aux bestiaux de Laissac, par ex, on se préoccupe particulièrement de ceux qui sont le fondement de l’église, ceux qui pratiquent très régulièrement, ils seront les pierres de soutien de la mission de l’évêque, on parle des sacrements des vérités de foi, on demande aux prêtres de laisser leur idéologies à la porte de l’église et d’offrir une véritable liturgie et on arrête de faire des messes qui n’ont de messes que le nom. Dans l’enseignement catholique , on met des cathos convaincus à la tête des établissement et on n’admet pas comme responsable formation religieuse un monsieur qui se présente aux élections sur une liste gauchiste( les gauchistes sont pour l’euthanasie , l’avortement , le mariage homo, la PMA la GPA et tutti quanti) et cela dans un gros lycée de Rodez. On ne nomme pas un curé responsable de 3 paroisses éloignées de plus de 40 kms dans le nord Aveyron!!!!
    Et on essaye de réintégrer les jeunes prêtres qui avaient du fuir Bellino parce qu’ils n’étaient pas aux normes FM de ce cher monsieur, quand on voit les postes qu’ils occupent aujourd’hui , ils ne doivent pas être si nuls!
    Et encore bien d’autres choses sont à revoir ne serait-ce que la visibilité des prêtres , sauf quelque très rares exception, ils devraient avoir au moins le col romain car on entend souvent dire que dans ce diocèse il n’y a plus de prêtres, non ils se cachent, les plus haut responsables devraient donner l’exemple et non jouer aux gens du monde, etc etc etc

  20. Rikita

    Le vide qui se cache derrière des mots! Toujours les mêmes slogans vides de sens et de réalité sans cesse rabâché jusqu’à la nausée! C’est pitoyable… Bien sûr cet évêque n’est pas responsable de tous les maux qui arrivent à ce pauvre diocèse de Rodez. Avant lui, il y a eu le sinistre Bellino Ghirard, un véritable fossoyeur avec son vicaire général ( qui est l’actuel) . Il devrait être possible de poursuivre pour “non assistance à diocèse en danger” les responsables de telles nominations, qui ensuite abandonnent les fidèles pieds et points liés aux tristes expériences de ces “pasteurs” . Il n’a jamais été envoyé ailleurs, Bellino, car tous savaient à quoi s’en tenir et on nous l’a laissé jusqu’au bout poursuivre son œuvre de démolition.
    Mais au delà encore il y a la manière dont le Concile V2 a été appliqué. On nous disait qu’il fallait passer du catholicisme au christianisme, que c’était mal d’être catholique, qu’il fallait devenir chrétien… J’entends encore ce jeune prêtre du diocèse nous dire il y a une 20ène d’années: “il faut abandonner le Dieu de la religion pour venir au Dieu de la foi….” Personne ne nous avait dit jusque là qu’avec toutes les pratiques de l’Eglise nous nous étions trompés de Dieu…
    Alors vous cherchez encore des causes au désastre actuel ?

  21. chouan 12

    à Vezelay, il n’y en a pas, et le plus fort c’est que certains curés se permettent d’accuser les familles mais quand on les voit célébrer on a plutôt envie de passer par la porte! et puis de toute façon il n’y en a plus besoin puisqu’il y a des laïcs!!!!!!!!

  22. DP24

    L’avis du « professeur Tournesol » (le 13/12) est pertinent : nos prêtres ont besoin de prières et non de critiques.

    MAIS pourquoi s’ingénient-ils, lorsqu’ils célèbrent, à nous offrir le spectacle d’eux-mêmes ? Le « retournement des autels », non envisagé par le Concile Vatican II, est le point de départ de la destruction liturgique. Relisons l’ouvrage pertinent du cardinal Ratzinger « L’esprit de la liturgie » (Ad Solem, 2001) plus spécialement les pages 64-71. À l’église, nous ne sommes pas à la Comédie Française… Ce ne sont pas des prêtres que nous venons admirer, c’est le Christ que nous venons soutenir par notre compassion alors qu’Il se livre devant nous sur l’autel, pour nous, pour nos péchés actuels, ceux d’hier, d’aujourd’hui et de demain, au supplice et à la mort sur la Croix. Rappelons-nous cette merveilleuse réflexion de Pie XI dans son encyclique « Miserentissimus Redemptor » : « Si pour nos péchés futurs, mais prévus, l’âme du Christ a été attristée jusqu’à la mort, il n’est pas douteux qu’elle n’ait goûté alors quelque consolation, grâce à notre réparation prévue, elle aussi ».

    Grâce au sacerdoce du prêtre, nous sommes contemporains de la Passion du Christ lors de la messe, de sa Crucifixion lors de la consécration, de sa Mort lors de la fraction de l’Hostie, de sa Résurrection lors de l’intinction car Il connaissait alors tous nos péchés pour la rédemption desquels Il était en train de souffrir. Il souffrait pleinement avec ses milliards de neurones humains et toute la sensibilité de son âme pour tous les péchés déjà commis et toux ceux qui seront commis dont Il avait la divine connaissance : tout cela n’est-il pas autrement plus important que la superbe intonation du prêtre, sa diction impeccable, ses amples gesticulations ? …
    Il arrive aussi, hélas, que ce Prêtre chante la consécration … ce qui est tout à fait admis par l’Eglise !… Car il est bien évident, n’est-ce pas, que Jésus chantait à tue-tête tandis qu’on Le clouait sur la Croix … Pauvres liturgistes … Redoutables destructeurs de la foi… Redoutables et tellement efficaces…

    Ô Prêtres ! Votre personnalité ne nous intéresse pas, ne l’affichez pas, ne l’exaltez pas, MAIS …

    MAIS… Vous êtes les Prêtres du Très-Haut et, à ce titre, vous êtes infiniment au-dessus des hommes, étant les représentants de Dieu sur terre, ses mandataires : par vos 400.000 messes quotidiennes vous répandez sur le monde le pardon que le Christ demande continuellement à son Père d’accorder aux pécheurs. Encore faut-il que nous, pécheurs, reconnaissions nos fautes, les regrettions, cherchions à en réparer les effets et décidions de ne plus les commettre : là encore, vous, Prêtres, vous nous êtes indispensables par votre enseignement et les sacrements, dont la Pénitence.

    Alors, Prêtres ! Rappelez-vous que toujours, à toute heure et en tout lieu, et surtout à l’Autel, vous êtes les Prêtres de Dieu – il n’est pas possible de concevoir plus haute mission – agissez en conséquence. Surtout à l’Autel. Et au Confessionnal. Avec l’aide de Dieu, bien sûr : c’est notre prière, c’est votre mission, c’est Sa volonté.

    Merci.

  23. gretel

    Monseigneur Fonlupt a dit « non » à la conférence sur le Gender qui s’est tenu tenu le 17 décembre à Rodez.
    Nous savons désormais pour qui roule ce triste individu!

  24. Capucine

    PATRICK DE LA RODE a une très bonne idée : se tourner vers
    la ECONE mais il y a mieux : se tourner vers la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre !!!! à réfléchir !!!!

  25. chouan 12

    @gretel, il faut préciser qu’il a refusé que le directeur de l’enseignement catholique fasse part de cette conférence aux différents directeurs des écoles du diocèse qui eux-mêmes en aurait fait part aux parents. qu’en pensent ceux qui sont allés benoitement écouter sa lettre dite pastorale le 1° dimanche de l’avent à la cathédrale alors qu’on avait supprimé la quasi-totalité des messes dans les paroisses?

  26. Alain

    Le 27 septembre dernier s’est déroulé à Rodez au centre St Eloi en présence de l’évêque Fonlupt en chemise blanche ouverte une rencontre du collectif « religions pour la paix ». Le collectif est composé en majorité de ,catholiques et de musulmans et d’une poignée de protestants.Des sujets actuels ont été discutés: internet , le vivre ensemble, la famille, l’école. Par contre les sujets brûlants d’actualité n’ont pas été abordés : le djihad, la conversion forcée à l’islam lors des mariages mixtes même en Aveyron, le non respect des minorités depuis toujours dans le moyen orient sans parler parler des chrétiens martyrisés en raison de leur foi au Dieu Père Fils et
    esprit saint. C’est vrai avec les musulmans nous sommes appelés à vivre ensemble en bonne intelligence mais ne soyons pas naïfs le désir des musulmans c’est la conversion des mécréants par tous les moyens et imposer la loi islamique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *