10 comments

  1. c

    Cette boite de Pandore qui malheureusement a commencé à s’ouvrir quand Rome a cru devoir, notamment en France, permettre le ralliement des catholiques (cf époque de la troisième république) espérant que les catholiques influenceraient de l’intérieur les « lois de la République ». Evidemment cela a été tout l’inverse, l’on ne peut suivre le Christ et son enseignement sans un combat sans relâche contre le Monde. Et du coup d’autres papes avec Vatican II concile pastoral ont pris comme ligne de conduite ce pari erroné. Cette mauvaise direction se poursuit avec cette exhortation qui est à la remorque des dérives dans les diocèses, des diocèses qui obéissent à Rome que quand cela leur chante.
    Pauvres catholiques dont les guides et les défenseurs (évêques et pape) ne savent ou ne veulent plus dire que c’est oui ou non mais pas dans certains cas. C’est à Dieu de juger ensuite des circonstances atténuantes, mais sur terre, il faut que les choses soient claires pour nous aider à prendre nos responsabilités.
    L’on prend la responsabilité de pécher mais il faut savoir qu’est ce qu’est le péché. C’est cela la liberté que Dieu nous à donner. ce n’est pas faire honneur à ce don de Dieu que d’enrober la Vérité de faux semblant parce que la Vérité serait trop crue pour les Hommes d’aujourd’hui. Et que fait-on aussi de la grâce de Dieu qui nous accompagne dans notre cheminement terrestre avec notre croix à porter? Ce n’est pas aux évêques (et Pape) de se substituer à elle. Eux ils doivent nous accompagner pour nous aider à porter notre croix, ils ne doivent pas nous l’enlever (enfin faire semblant de nous l’enlever, car elle existera toujours quoi qu’ils fassent, mais cela aussi cela ne se dit pas aujourd’hui:).

  2. balanine

    Divorcés et remariés : l’Eucharistie, et donc la confession ne doivent pas se faire !
    SEULE la chasteté (pour ces personnes) permet ces deux sacrements, point final !
    DIEU est et sera toujours, même et surtout si les hommes veulent mener les choses ! seul le Grand Menteur peut permettre cela !!!!!!!
    Alors pour ceux et celles qui cherchent leur voie : une seule chose leur est SALUTAIRE : LA CHASTETE ! sans elle il ne peut y avoir de SACREMENTS.

  3. Je ne comprends pas ces commentaires. Le pape n’invente rien et reste fidéle a la doctrine de l’Eglise catholique sur la famille de toujours, entre autre, en se réferant a l’exhortation publiè par le saint pape Jean-Paul II le 22 novembre 1981 sur les taches de la famille chrétienne dans le monde d’aujourd’hui.

    Le pape François met aussi en garde contre une lecture hative de son exhortation. C’est ce qu’on du faire les personnes qui ont mis ses commentaires sauf celui de balanine. A celui de balanine, je rajouterai fidelité.

    Ce qui semble dificile a comprendre c’est que le pape distingue la personne de son péché. Il demande a l’Eglise catholique de rechercher tous ses enfants même s’il faut se salir les mains. Le pape François désire faire ressentir aux couples en situation dite « irrégulière » qu’ils peuvent participer a la vie de l’Eglise et font entièrement partie de l’Eglise.
    Le pape dit que les divorvcés remariés peuvent être intégrés a la vie de l’Eglise et dans certains cas admis a la vie sacramentelle. Pour communier il faut qu’un divorcé ne soit pas remarié ou que son mariage soit rendu nul par l’Eglise catholique et qu’il se soit confessé. Cette doctrine de l’Eglise catholique est la doctrine de l’Eglise catholique de toujours et rien ni personne ne pourra la changer. Un divorcé remarié peux assister a la messe et au lieu de venir communier vient demander une bénédiction en mettant ses mains sur les épaules comme cela se fait courament. On est autant aimé du Seigneur que l’on communie ou que l’on ne communie pas. Ne pas communier mais demander une bénédiction montre qu’on a un profond respect envers le Seigneur puisque se sachant pécheur on se sent indigne de recevoir le corps du Seigneur.

    • sygiranus

      Oh, non !
      Entre autres, l’Église ne « rend pas nul » un mariage, elle constate, le cas échéant sa nullité (défaut de consentement, bigamie, irresponsabilité,…). Demander une bénédiction en restant dans le péché est, au mieux, un blasphème et le Seigneur ne peut pas aimer quelqu’un qui ne communie pas en se sachant en faute et y restant volontairement. Les Dix Commandements sont formels !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *