1611025_3_c22b_le-premier-ministre-francois-fillon-le-29

Attitude des pouvoirs publics à l’égard des chrétiens: la pique de François Fillon

Download PDF

Dans son discours prononcé le dimanche 28 août 2016 à Sablé-sur-Sarthe (72), François Fillon, candidat aux primaires de la droite et du centre, s’est exprimé à plusieurs reprises sur les questions religieuses. Ainsi, concernant l’histoire de France, il s’est placé d’emblée dans une perspective plus large, qui peut ainsi faire place au rôle de la foi: « Non, la France n’est pas née en 1789 et elle n’est pas passée de l’ombre à la lumière en 1981 ! »

Il a même fait un lien entre cette continuité de la prière – Sablé-sur-Sarthe n’est pas loin de l’abbaye de Solesmes – et la profondeur du passé, comme si un ancrage dans la foi allait de pair avec un ancrage dans l’histoire…

Le 15 août j’ai célébré l’Assomption à l’abbaye de Solesmes voisine.

Depuis plus de mille ans, des moines y observent la règle de Saint Benoît.

Mille ans d’Histoire !

Comment ne pas ressentir la force, la puissance, la profondeur de ce passé qui nous a forgés et qui nous donne les clés de notre avenir.

Il a également mis en cause les dernières démarches des pouvoirs publics qui contrastent avec une certaine hostilité aux chrétiens. Il a ainsi fait référence à la présence de Bernard Cazeneuve à la messe du 31 juillet 2016 lors des obsèques du Père Jacques Hamel. Mais il vise aussi la récente visite de François Hollande au pape FrançoisRiposte catholique avait parlé de geste d’« attrape-électeurs », ce que corrobore François Fillon.  Il a parlé de catholiques « provoqués, maltraités et même parfois réprimés », allusion probable aux répressions dans le cadre des « Manif pour tous ». Les souvenirs sont encore frais chez tous ceux qui ont combattu la loi Taubira…

Ce n’est pas en se précipitant à la messe du 15 août après avoir convoqué les photographes ou en courant au Vatican pour tenter de regagner quelques voix chez les catholiques après les avoir provoqués, maltraités et même parfois réprimés que l’on se montre à la hauteur de ce rendez vous de l’Histoire.

La politique ne peut pas se résumer à la ruse, elle doit exprimer des convictions et être empreinte de sincérité.

On ne peut pas faire référence en permanence aux racines chrétiennes de la France pour justifier des comportements et des actes qui sont des insultes à l’esprit de ses racines.

Si tous ceux qui brandissent désormais le drapeau du Christ pour justifier leur combat politique fréquentaient les églises, alors elles seraient pleines !

Se plaçant cependant dans une perspective de politique générale, et allant au-delà des problématiques identitaires, la question de la loi Taubira n’a cependant pas été abordée. Le candidat s’est cependant déjà exprimé sur ce sujet.

On notera que sur l’islam, le discours de François Fillon a été violemment mises en cause par le responsable du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), comme on peut le voir dans ce tweet assez éloquent:

14137880_10154363633797457_1467489524_n

Source: Fillon 2017.

7 comments

  1. Sami

    Et oui, Fillon a raison : seuls les musulmans nous agressent .
    Seuls les musulmans sont capables de faire payer à un restaurateur 45 000 Euros d’amende ou de l’envoyer trois ans en prison, c’est à dire de détruire sa vie et celle de sa famille , pour n’avoir pas voulu servir deux militantes en tenue musulmane .
    Et pourquoi les musulmans sont ils si agressifs ? Parce que nous n’osons plus les regarder en face .
    Pourquoi n’osons nous plus les regarder en face ? Parce qu’ils sortent immédiatement le couteau du racisme.
    Un couteau tordu car être musulman n’est pas appartenir à une race .

  2. Garmon

    François FILLON apparaît comme l’un des hommes politiques les moins mauvais et de surcroît ayant une petite chance au sein de « la droite et du centre ».

    Garmon

  3. emilia

    « Non, la France n’est pas née en 1789 et elle n’est pas passée de l’ombre à la lumière en 1981 !  »
    Il est bien temps de le rappeler, qu’a t il fait pour combattre les « l’esprit des lumières » ?
    C’est un homme qui a déjà exercé le pouvoir et n’a pas renié les lois anti naturelles ni anti catholiques que son gouvernement a promulgué et comme beaucoup d’hommes politiques au moment des élections, il se dit catholique.

    Tous ces hommes politiques ne convoitent le pouvoir que pour la position sociale et confortable que la fonction leur procure. La gestion du Bien commun de la France ne les intéressent que pour leur enrichissement personnel et les honneurs qu’ils recevront. Ce ne sont que des carriéristes, ils finissent par nous inspirer que mépris et traitrise.

  4. Carolus Magnus

    Bernard Cazeneuve à la messe du 31 juillet 2016 lors des obsèques du Père Jacques Hamel ???
    Si seulement il s’y était rendu seul ! En pleine humilité ! Eh! Bien, non. Rien de tout cela…
    Il a fallu s’y montrer en compagnie plurielle de celles et ceux qui prêchent la haine des chrétiens: de ces imams accompagnés de leurs épouses (oui, au pluriel!), tous enserrés dans leurs habits traditionnels qui sont autant de défis politiques lancés à la face de nos gouvernants ignares du monde islamique !
    Et quelle insulte suprême qui est ainsi faite à l’eucharistie !!!! Avec la collaboration active d’une certaine partie du clergé français.
    Le sacrement de l’eucharistie est en passe de devenir une sorte de réunion publique.
    Où même la place centrale du Christ et le renouveau de son sacrifice est oublié et désacralisé !
    C’est une honte doublé de péché mortel. Mais qui donc y croit encore à ce dogme chrétien ?
    Plus personne ne croit à l’enfer. Ni même a peur de lui !
    Rendez-vous au jour dernier Messieurs, Mesdames !
    Vous ne serez pas du nombre des sauvés comme le Père Hamel.
    C’est une certitude.
    A bon entendeur, salut.

  5. frannot

    « la loi Taubira n’a cependant pas été abordée »

    Je ne vois vraiment pas pourquoi on ne pourrait abolir le « mariage » homo ! d’abord c’est qqch qui en soi n’existe pas ; en abrogeant la loi, les « mariés » pourraient automatiquement passer en « pacsés » ; les enfants préexistants de l’un qui auraient été (tout à fait anormalement) adoptés par l’autre, ne le seraient plus et retrouveraient leur filiation naturelle ; des enfants ni de l’un ni de l’autre adoptés par les deux ne le seraient plus que de l’un… etc… il me semble qu’il n’y a vraiment aucun problème insurmontable pour celui qui en aura la volonté politique, M. Fillon.

  6. babacool

    tout ça c’est bien mais on aimerait une vision bien catho de tous les sujets et en particulier suppression de la loi taubiresque et de celles de la touraine avec son accélération des avortements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *