Najat-Vallaud-Belkacem-JDD

Brève – Pédophilie : erreur d’appréciation dans l’éducation nationale

Download PDF

Une enquête pointe une  » erreur d’appréciation  » dans l’affaire de Villemoisson impliquant un professeur

Comment l’éducation nationale a-t-elle pu laisser un enseignant condamné en  2006 pour pédophilie par un tribunal britannique continuer à enseigner, alors même qu’elle était au courant de cette condamnation ? C’est bien le mystère qu’a tenté de percer l’enquête administrative rendue publique vendredi 22  avril sur l’affaire de Villemoisson-sur-Orge – du nom de la commune de l’Essonne où enseignait, jusqu’à sa suspension, il y a deux mois, le professeur de mathématiques mis en cause.

Sa conclusion : il n’y a eu, de la part de la commission disciplinaire de l’académie de Versailles chargée en  2007 de statuer sur une éventuelle sanction, ni laxisme, ni complaisance, ni volonté d’étouffer l’affaire. C’est plutôt une  » erreur d’appréciation «  qui l’a conduit à réintégrer l’enseignant dans son poste malgré sa condamnation, expliquent les inspecteurs généraux. Une erreur suffisamment  » grave  » aux yeux de la ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem, pour qu’elle considère que,  » si l’affaire s’était déroulée aujourd’hui, la question du maintien en poste du recteur se poserait « . Mais  » la question ne se pose pas, ce dernier étant aujourd’hui à la retraite et n’occupant plus de fonction administrative « , a-t-elle déclaré dans un entretien à Libération vendredi.

 

Lire l’intégralité de l’article sur LeMonde.fr