c2

CEF : débats à huis clos

Download PDF

L’assemblée plénière de la Conférence des évêques de France s’annonce chargé avec 23 responsables à élire, dont le président, Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille, arrivé au terme de son mandat de trois ans. Ce mandat est renouvelable une fois mais Mgr Pontier aura 75 ans, l’âge de la démission, dans 2 ans. Élu en plein débat contre la loi Taubira, a toutes les chances d’être réélu.

Sur les sujets délicats qui seront abordés par les évêques, utilisation des réseaux sociaux, dialogue avec les musulmans, prêtres étrangers ou l’avenir des églises rurales, et dans un contexte de forte pression médiatique avec l’affaire Barbarin, Mgr Pontier sollicitera les prises de parole contradictoires. Certains évêques ne cachent pas leur espoir que cette franchise permette une expression publique moins anarchique. Les échanges en forum de 20 ou 30 évêques pourraient être l’occasion de ces débats en toute franchise.

Les assemblées plénières de printemps de la Conférence des évêques de France se tiennent généralement à huis clos. Les votes sont prévus mercredi soir, jeudi soir et vendredi en fin de matinée.

1 comment

  1. Jean

    Nous espérons que les évêques seront honnêtes pour se dire la vérité sur les prêtres étrangers accueillis en France. Certains ont perdu leur vocation en France, d’autres sont sans paroisse, d’autres encore se sont mariés ou travaillent dans d’autres secteurs et ce, à cause de l’immoralité ambiante qui sévit au sein du clergé d’Europe en général et de France en particulier…Ces prêtres étrangers ont découvert que le célibat ecclésiastique est une imposture ici en France. Certains prêtres et évêques français se comportent s’ils ne croyaient au mystère de la foi qu’ils célèbrent…Il faudra donc assainir les mœurs du clergé français qui détruit sans pitié l’honneur de l’Église, la crédibilité épiscopale et la dignité sacerdotale…Certains évêques prétendent faussement que l’Église de France manque de prêtres: il y a beaucoup de prêtres dans l’Église universelle, mais il manque notre sens de l’université pour accueillir avec respect et dignité les prêtres étrangers…D’abord l’expression  »prêtres étrangers » est fausse et ne rime à rien. Un prêtre vaut prêtre…Il faudra plutôt dire  »prêtres missionnaires ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *