jean

Dans les grandes villes on peut encore s’illusionner, mais à Pamiers…

Download PDF

Mgr Jean-Marc Eychenne, ancien vicaire général du diocèse d’Orléans est aujourd’hui évêque de Pamiers. Il a été interrogé par Magcentre. Extraits :

« Un jour le nonce apostolique m’a téléphoné. A cet instant- là,  je me suis demandé si j’avais produit un article dans la presse qui n’avait pas plu et si  je n’allais pas me faire tirer les oreilles ou bien si on allait me demander de prendre une nouvelle responsabilité. Il est vrai que je n’avais pas pensé  en Ariège, dans ce territoire dont je venais. En fait, sur l’instant, j’en ai été très heureux en raison de mes racines familiales et des enjeux  forts pour ce diocèse et pour notre institution l’Eglise.

Des enjeux forts, quels enjeux ?

Ce sont ceux qu’énonce très souvent le pape François dans ses interventions et dans son encyclique : l’avenir de notre société va se jouer non pas au centre mais sur les périphéries. Dans mon diocèse on est typiquement dans les périphéries, géographiques et sociales, dans une partie de la France qui connait des difficultés économiques. Le diocèse de Pamiers qui compte trois cathédrales est un diocèse très rural sans grandes étendues céréalières comme en Beauce, mais avec dans l’ensemble, sauf au nord de petites exploitations souvent montagnardes. Tout y demeure à dimensions humaines, la population y est modeste, 155 000 habitants. Dans  les fonctions que j’occupais dans l’Orléanais il m’est arrivé d’avoir autant ou plus d’habitants sous ma responsabilité. Or, ici, ces gens confrontés à cette réalité quelque peu austère, difficile économiquement, socialement se posent les bonnes questions sur notre société.

Dans les grandes villes on peut encore s’illusionner, penser que tout va bien, y compris dans notre institution. Dans une grande agglomération comme l’orléanaise, lorsqu’on célèbre la messe, l’église se remplit peu ou prou. On oublie alors que rapporté à l’importance de la population c’est très peu. […]

Je n’exerce mon ministère que depuis six mois. Je suis encore un phase d’observation et d’écoute  des uns et des autres y compris à l’extérieur de l’église, de la réalité du monde ariégeois. Je n’arrive pas avec des idées à priori même si j’ai un certain nombre de choses en tête liées à mon héritage et à mon expérience mais je ne veux rien imposer sans dialogue, ce ne serait pas efficace, çà ne passerait pas.

Comptez-vous vous rapprocher  des autres religions ?

Avec les autres confessions chrétiennes il existe une tradition de dialogue œcuménique. Le 6 septembre au temple du Carla-Bayle j’ai assisté avec d’autres catholiques du diocèse à l’ordination d’une jeune femme pasteur.  En ce qui concerne  l’islam, je n’ai pas encore eu le temps de rencontrer des communautés référées à l’islam, mais il y a urgence. Il faut être dans des logiques de dialogue. On sent bien qu’il y a de la peur, souvent mauvaise conseillère et des interrogations sur certains courans liés à l’islam. Il faut faire tomber ces peurs et se placer dans une logique de rencontre. L’association « Coexister »  possède une antenne à Toulouse que j’aimerais étendre jusqu’à l’Ariège. Elle regroupe des jeunes chrétiens, juifs, musulmans, athées. Ils démontrent que l’on peut vivre ensemble, être amis et avoir des projets communs sans se lancer dans de grands débats philosophiques ou théologiques. Je voudrais  la faire exister ici, à Pamiers. C’est pour moi une priorité. »

14 comments

  1. Denis F

    « Dans les grandes villes on peut encore s’illusionner, penser que tout va bien, y compris dans notre institution. ». Mais alors pourquoi vouloir absolument reproduire parmi cette population les recettes des grandes villes, et pourquoi y refuser aussi son rôle d’évangélisation?

  2. C.B.

    « Ils démontrent que l’on peut vivre ensemble, être amis et avoir des projets communs sans se lancer dans de grands débats philosophiques ou théologiques. »
    Avez-vous déjà renoncé à leur annoncer l’évangile, Monseigneur?
    La France est terre de mission, et les musulmans ont autant que les autres droit à connaître la Bonne Nouvelle.
    Vous êtes évêque, Monseigneur, pas professeur de philosophie!

  3. Féru

    On ré-évangélise par islam interposé ? Si les messes n’étaient pas si nulles avec leurs mièvreries en lieu et place de la liturgie. Même la liturgie Paul VI a l’air d’être jugée trop contraignante par certains.

  4. RIVE

    « … à l’ordination d’une jeune femme pasteur… »
    Depuis quand l’on parle d’ordination chez les protestants du Carla Bayle?
    Je croyais que l’ordination était réservée à la théologie catholique?

    Je crois que Mgr. devrait aller chercher des prêtres pour son diocèse et ainsi les périphéries seraient évangélisées.
    Pour les musulmans : Voyez la nouvelle communauté de l’Abbé Loiseau – Missionnaires de la Miséricorde Divine –

  5. L’association « Coexister » possède une antenne à Toulouse que j’aimerais étendre jusqu’à l’Ariège…à force de vouloir « Coexister »…nous allons être les témoins de l’éradication des chrétiens d’Occident !
    La naïveté n’a pas de limite…nos prêtres ont des vers dans la tête !

  6. DUFIT THIERRY

    Quand on lit les réponses désespérantes de Mgr Eychenne on se dit que le renouveau de l’Eglise n’est pas pour demain.
    Au lieu de prêcher la Foi Catholique et d’encourager les fidèles à fuir le péché Monseigneur ne trouve pas de meilleure occupation que d’assister à « l’ordination » d’une femme pasteur !!! Ordination totalement invalide bien évidemment. Il n’y a d’ailleurs ni Sacerdoce ni ordination chez les protestants. La place d’un évêque catholique est-elle dans un temple protestant à assister à une cérémonie sacrilège ?
    Pour Mgr Eychenne toutes les religions sont bonnes et aucune religion ne détient la vérité. Toujours cet oecuménisme délirant qui conduit à l’apostasie.
    Pour un évêque catholique la priorité est le Salut des âmes.
    Pou cet évêque c’est de « vivre ensemble » (pour employer son langage) avec les juifs, les musulmans et les athées. Le Salut éternel et la prédication de la Foi Catholique n’existent pas. Ce langage n’a plus rien de catholique.

  7. LABARTHE Jean-Christophe

    Jésus fils de Marie n’est pas né d’une semence humaine nous dit le Coran, il est une nouvelle création à l’image de la création d’Adam, nous dit encore le Coran, mais il ne peut être le Fils de Dieu car Dieu qui n’a pas été enfanté, ne peut enfanter, nous dit le Coran

    Donc le Dieu, créateur, Notre Père, qui a créé l’homme capable de s’enfanter, ne peut s’enfanter selon le Coran, voilà un thème à débattre entre catholiques et musulmans.

    Un deuxième thème est que le Coran refuse au Christ sa fin sur la Croix, et pourquoi ne croient-ils pas à cela ? La croix glorieuse est brisée, niée en terre d’Islam……

    Evangéliser les gens de France commence aussi à réfléchir au contenu de notre foi, avant de l’annoncer.

    Alors je demande à chaque catholique d’extrapoler la remarque du Seigneur devant une pièce d’argent

     » Rendons à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu  »

    Et moi d’ajouter au Fils ce qui est au Fils et au Père ce qui est au Père !

    Et j’ai bien peur que, nous catholiques, soyons dans la peine pour répondre à cette question.

    Quand j’entends le peuple de l’Eglise réciter, chaque Dimanche, à toute vitesse le Notre Père, comme une récitation que les enfants veulent finir avant de commencer, je suis inquiet. Ou est il encore Dieu Notre Père dans l’Eglise de son Fils ?

    Rendons à César …. que les détenteurs des médailles de la légion d’honneur qui sont membres de l’Eglise rendent leur médaille à l’Etat, ennemi de Dieu. car si cet Etat n’était pas ennemi de Notre Dieu, les lois de société n’auraient jamais vu le jour.

    Jean-Christophe

  8. vendome

    PAMIERS
    La situation en 2002 :
    Prêtres diocésains : 57 (âge moyen : 70 ans )
    Séminaristes : 3.
    Baptêmes d’enfants : 787 en 2002 ( 810 en 1997 )
    Baptêmes d’adultes : 45 en 2002 ( 35 en 1997 )
    Premières communions : 296 en 2002 (395 en 1997 )
    Confirmations : 96 en 2002 (99 en 1997 )
    Mariages religieux : 227 en 2002 ( 238 en 1997 )
    Depuis :
    2012 : en voie de désertification (source :abbé Barthe)

  9. renatus

    l’ordination d’une jeune femme pasteur…!!!
    Depuis quand les protestants conférent-ils le sacrement de l’Ordre ? Ou d’autres ?
    Mgr devrait revoir un peu ses connaissances

  10. karr

    Avec ça le diocèse de Pamiers vivra ses dernières années,comment envisager l’avenir de ces petits diocèses ruraux au clergé de moins en moins nombreux et âgé et aux églises vides.
    Comment évangéliser avec le discours tenu par le nouvel évêque?
    Toujours le dialogue oeucuménique et interreligieux,toujours ce blabla conciliaire,cette perte de temps,ce manque de clairvoyance,ce manque de courage pour remettre en question cinquante années d’autodestruction de l’Eglise!

  11. Emmanuel

    Laissez tomber!!!
    Le MASDU la empoisonné mortellement, il ne peut donc comprendre que sa vision
    d’un Catholicisme syncrétiste est totalement fausse et décentrée…
    Seule la prière pourra sauver son âme…

  12. Joseph2

    L’Islam est né du désir de dictateurs genre Hitler ou Staline. il faudra bien que l’Eglise le reconnaisse un jour. ( voir le livre d’Olaf: le grand secret de l’Islam)

  13. Gilberte

    Je pensais que les évêques étaient les successeurs des apôtres, que Jésus Christ envoya en mission. Jésus Christ qui a dit : « avant qu’Abraham fut, je Suis » je Suis: nom que Dieu a donné de lui-même à Abraham. Il n’était pas question de conforter les adeptes d’autres religions dans leurs erreurs, mais de dire la vérité

  14. Paul

    Le vrai problème c’est celui du choix des évêques…A Pamiers il aurait fallu un évêque qui comprenne le terroir, qui puisse entrer en vrai communion avec lui… Il n’y a pas de fatalité de la déchristianisation mais il y a des pasteurs peu intéressés par leur diocèse. Sous l’Ancien Régime ils cherchaient une place d’aumônier à la cour aujourd’hui ils attendent leur déplacement vers un diocèse plus vaste. L’évêque de Pamiers est un ambitieux qui a saisi cette mitre en attendant mieux… C’est de cela que va mourir ce diocèse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *