Capture d’écran 2015-10-05 à 21.28.03

Débat entre Mgr Aillet et Mgr Vesco

Download PDF

A l’occasion des Etats généraux du christianisme organisés par le journal La Vie à Strasbourg du vendredi 2 au dimanche 4 octobre 2015, un débat a permis à deux évêques français, Mgr Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron et Mgr Vesco, évêque d’Oran de converser publiquement sur le thème « L’Eglise doit-elle changer ? », et notamment sur la question des fidèles divorcés remariés.  Vous y apprendrez que, selon Mgr Vesco, Notre-Seigneur n’a jamais condamné le divorce… Il y a visiblement du boulot…

9 comments

  1. L’acceptation des non baptisés au mariage catholique a joué un rôle dans la désacralisation de ce mariage, (on admet des mariages multi confessionnels )
    L’arrêt d’un enseignement du catéchisme a eu un rôle important.( les séances de dessin chez des gens de bonne volonté mais pour la plupart ignorants des vérités de la Foi ne sont pas un enseignement )
    La préparation au mariage de quatre séances ne peut le remplacer.
    Ces aspects ne sont pas mis en lumière dans ce débat.
    Le bilan négatif de Vatican II est là.
    Dans ce débat où est le témoignage de la pastorale à Oran ? Que fait cet évêque là bas concrètement ?
    Il y a de nombreux baptêmes chrétiens chez les évangélistes en Algérie, qu’en pense-t-il ?

  2. Alix

    Comment ne pas dire que c’est ici la parole de Mgr Vesco qui me touche le plus? Mgr Aillet est probablement l’un de nos (rares) évêques dont la parole publique nous conforte, nous rassure et nous rends fiers d’appartenir à l’Eglise, au milieu de tant de ses collègues qui sacrifient à l’esprit du monde et nous conduisent droit dans le mur. Mais en l’occurrence, et à l’orée de l’année de la Miséricorde, force m’est de constater que c’est Mgr Vesco qui est le porte-parole le plus fidèle du cœur miséricordieux de Jésus, alors qu’il me semble que Mgr Aillet privilégie la Loi, que le Christ, lui, a toujours placée au service de l’homme, et non l’inverse.

    Par contre, je ne suis plus du tout Mgr Vesco quand il reconnaît ne pas convertir les musulmans, et ne paraît pas en souffrir plus que ça. Il est vrai que dans le cas contraire, le gouvernement algérien ne lui permettrait pas de rester longtemps en place…

    • Observateur

      Comment ne pas dire ici que si un jour Mgr Vesco revient à la pleine fidélité à l’Eglise, ce sera grâce à la douceur de Mgr Aillet ? L’un se réfère à l’Evangile (dont Vatican II a rappelé la place centrale, mais qui en doutait ?), l’autre se réfère à « la réalité d’aujourd’hui », c’est-à-dire à sa perception de la réalité d’aujourd’hui, c’est-à-dire… à lui-même ! Que chacun choisisse son sauveur, et voie les fruits.

      Bel enchainement : « aujourd’hui Jésus ne dirait pas ça [la doctrine de l’Eglise]. Points gênants : cela suppose que Jésus est mort, ou en tout cas ne parle plus aujourd’hui (donc qu’il est mort). Or Jésus est vivant, et il parle, par son Eglise, et par le magistère. Or saint Jean-Paul II le grand a récemment écrit des choses intéressantes sur ce sujet. CE serait bien de les connaître. Autre point gênant : l’emploi du conditionnel (donc de l’imaginaire). Jésus parlerait comme ça… et si les chats pouvaient parler, ils conseilleraient whiskas, c’est bien connu.

      Force de m’est de constater que, comme cela arrivait à saint Pierre lui-même, Mgr Vesco a davantage exprimé le point de vue du diable que celui de Jésus.

      Palme d’or de la créativité à Mgr Vesco : le 2e mariage indissoluble. Génial. Offre sans limite dans le temps. Une pizza pour son 3e mariage indissoluble ?

      Remarquez, des comiques (les Inconnus ?) avaient lancé le concept : recherche JF pour amitié longue pour une nuit. Les futures mariées poubelles vont s’en souvenir, du mariage « miséricordieux ». Cela m’écorche le clavier de penser qu’on utilise la Miséricore Divine, qui a tant coût au Seigneur et qui sauve tant d’âmes et de vies, et qu’on veut voler le terme « mariage », qui est si grand, pour couvrir … disons la faiblesse humaine. Non. Ce n’est pas juste, ce n’est pas vrai.

      En tous cas, la fidélité et la douceur de Mgr Aillet me touchent beaucoup. Alleluia, béni soit Ton Nom, Seigneur, il y a encore des évêques qui ne tremblent pas en France (sur la video, on n’en voit qu’un, mais il paraît qu’il y en a d’autres).

  3. L'Alba

    Le synode, 3 semaines de soldes des sacrements pour Mgr Vesco?
    Quelle sera la deuxième démarque avant la formule finale « tout doit disparaitre », peut être une bénédiction de GPA?

  4. Féru

    L’église va-t-elle devenir une conscience molle et élastique parmi d’autres, qui donne de gentilles recommandations sans y croire elle même. Où sont le bouclier de la foi et l’épée de la Parole ?
    Ne faut-il pas en même temps ne rien retirer pas même un iota aux enseignements du Christ et en parallèle pardonner jusqu’à 7 fois 77 fois ? Pas besoin du relativisme destructeur et déstabilisant de notre clergé progressiste !

  5. Hervé Soulié

    Oui, j’ai été déçu par mgr Vesco qui connaît apparemment mal les Evangiles : il a soutenu que dans ces derniers, seule la répudiation de l’épouse par l’époux était évoquée.
    Mgr Aillet l’a bien mouché (et d’ailleurs poliment) en lui rappelant un des Evangiles que Vesco avait oublié et qui indique exactement le contraire de l’affirmation »vescovienne ».

  6. Françoise

    @ Martina : la fille catholique baptisée d’une de mes amies a épousé en 2004 un non baptisé à l’église. Elle l’a doucement converti et après quelques années et plusieurs enfants, il a demandé le baptême. Ce fut une cérémonie très émouvante.

  7. Je suis très déçu de constater que Mgr Aillet soit capable de dire à des adultères publics « Je n’ai pas le droit de vous dire de ne pas communier. » (32’47), et : « Je ne refuserai jamais la communion à quelqu’un même si je sais qu’il est une personne divorcée remariée. » (35’02), foulant ainsi aux pieds ce que lui demande l’Eglise (Cf. Déclaration du Conseil Pontifical pour les textes législatifs, 24.06.2000). Finalement, l’un comme l’autre sont d’accord pour abaisser la discipline du Christ au niveau du vécu des gens, la sainteté au niveau du péché, « donner ce qui est sacré aux chiens » (Mt 7.6). C’est infiniment triste, grave et inquiétant. Je m’attendais à autre chose de la part de Mgr Aillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *