le-celibat-des-pretres-n-est-pas-un-dogme

Les défroqués ont toujours la haine

Download PDF

C’est un article de La Voix du Nord qui fait part d’une réalité assez triste : ces prêtres qui ont ôté la soutane dans les années 70, s’imaginant que la règle du célibat allait évoluer, sont, quarante ans plus tard, toujours en rage contre l’Eglise.

Un groupe de prêtres mariés du Pas-de-Calais, baptisé « Jérôme Régnier » en hommage à une figure progressiste de l’évêché d’Arras, s’est constitué en 1995. «  Pendant près de trente ans, chacun avait fait sa vie, on ne s’était pas revus, dit Victor Bras, 92 ansOn se rencontre depuis deux fois par an.  » Ces anciens abbés sont aujourd’hui une vingtaine. Quelques curés en exercice, en accord avec leurs idées, se joignent à eux pour partager des réflexions sur l’actualité de l’Église.

Victor Bras déclare, avec 40 ans de retard :

«  L’Église a toujours eu du mal avec la modernité !  ».

Lui et Claude Ramet, ancien prêtre ouvrier, et Jean-Marie Charlet ont défroqué pour fonder une famille, jugeant l’obligation de célibat complètement dépassée. Près d’un demi-siècle plus tard, la position de l’Église est restée identique. Alors ils accusent :

«  Le pape François est très bien ! Certaines choses évoluent, mais il y a une telle résistance des intégristes que ça avance peu.  »

Et Jean-Marie Charlet voit l’avenir sobrement :

«  Aujourd’hui, ceux qui sortent du séminaire sont rétrogrades ! Vous n’avez qu’à remarquer le retour des cols romains. Ils sont dans la liturgie, alors que pour l’essentiel, l’Évangile nous a envoyés vers les autres.  »

Cela ne lui est pas venu à l’idée qu’avec un col romain il était plus facile d’aller vers les autres ?

Ce groupe a adressé un courrier à l’évêque d’Arras Mgr Jean-Paul Jaeger dans lequel ils réaffirment «  l’urgence de modifier le mode d’accès au sacerdoce par l’ordination de personnes mariées  ».

«  Je ne supporte pas cette hypocrisie ! Il y a peu, l’évêque a salué et bénie un prêtre d’Arras lors de son enterrement. Il est de notoriété qu’il a un enfant. Et ensuite, l’évêque donne un coup de crosse au père Onomo ! Alors qu’on sait bien qu’en Afrique, il y a un prêtre sur dix qui respecte la loi du célibat…  »

« On sait bien » ? Cela reste à prouver…

Ces prêtres sont toujours branché sur le disque rayé des années de plomb :

«  Le problème de l’Église, c’est qu’elle veut réussir elle-même, maintenir son pouvoir. L’Évangile, ça doit être une bonne nouvelle pour chacun. Mais encore faut-il que les prêtres aillent à la rencontre des gens.  »

Entre 1970 et 1975, une soixantaine de prêtres du Pas-de-Calais ont rompu leur vœu de célibat pour aller fonder une famille.