image

Des cloches pour la cathédrale de Sées

Download PDF

Le diocèse de Mgr Jacques Habert sollicite les fidèles, et les autres, pour faire remplacer les vieilles cloches de la cathédrale, que l’Etat a un peu de mal à entretenir depuis qu’il a confisqué les biens de l’Eglise. La DRAC a commandé une « étude générale du patrimoine campanaire de la cathédrale », laquelle conclut que «l’état actuel du beffroi ne permet pas d’envisager sa réparation tout en conservant une logique économique raisonnable ainsi qu’une vision sécurisée sur le très long terme ». Le beffroi est soumis aux intempéries, son état empire régulièrement, et les poutres de la base sont maintenant très affaiblies, l’ensemble pourrait s’effondrer, endommageant gravement la Tour Nord, et blessant d’éventuels personnes présentes sur les lieux.

Il a été décidé de procéder au remplacement du beffroi, et à sa protection contre les intempéries. Il y a actuellement trois cloches dans ce beffroi. La plus lourde pèse 300 kg, elle date de 1825 et se prénomme Augustine Adélaïde. On ne connaît pas le nom de la deuxième qui pèse 220 kg et date de 1837. La troisième pèse 170 kg, date de 1825 comme la première et s’appelle Marie Gabriel Henriette. Cet ensemble ne s’est jamais harmonisé d’un point de vue sonore avec l’ensemble de la tour sud, sans doute parce que ces cloches n’avaient pas pour fonction de sonner toutes en même temps. La qualité sonore de ces trois cloches, d’après l’analyse acoustique qui en a été faite, est assez médiocre : elles sont dissonantes, fausses, et leur usure prononcée pose la question de leur longévité. Plusieurs solutions ont été envisagées :

  •  Remonter les cloches existantes (notes La 3, Si 3 Do# 4), sachant qu’elles seront toujours fausses et dissonantes, et qu’elles ne peuvent pas s’harmoniser avec les cloches de la tour Sud (Sib 2, Do 3, Ré 3), mais sans coût.
  • Tenter de réparer et ajuster les cloches existantes, sans garantie de résultat, avec un coût élevé, et la même incompatibilité sonore avec les 3 cloches de la tour Sud.
  • Créer 3 nouvelles cloches. Solution techniquement satisfaisante, qui garantit l’harmonie musicale avec les cloches de la tour Sud, et la longévité, mais avec un coût très élevé. C’est cette troisième solution qui est retenue.

L’association des amis de la cathédrale de Sées est partie prenante à ce projet. En collaboration avec le Diocèse et les services de l’Etat, son rôle consiste principalement à récolter les fonds nécessaires à l’achat des trois cloches. Vous pouvez donc soutenir ce projet en adressant vos dons. Vous pourrez déduire vos dons à hauteur de 66 % de votre impôt sur le revenu.

3 comments

  1. Denis

    Que l’Etat, prétendu tel, rende à l’Eglise ses biens, ET AUSSI LES INTERETS DES SPOLIATIONS PASSEES, à la Couronne aussi, (Sans parler des DESTRUCTIONS DE PATRIMOINE -dont seules celle d’Assyrie et de Babylone semblent « émouvoir » TEMPORAIREMENT la « nomenclatura »), et notre patrimoine GENERAL (Architectural, historique, chrétien, moral, …) n’aura plus à souffrir DAVANTAGE!!!
    PAS DE FONDS POUR L’ENTRETIEN DE NOTRE PATRIMOINE, MAIS DES SOUS POUR DES MOSQUEES???
    FILLE AINEE DE L’EGLISE, REVEILLE-TOI!!!
    Cesse de continuer à offrir l’autre joue… et que Dieu nous pardonne, comme il pardonne, comme IL pardonnera à ceux qui nous ont offensés, d’ABORD, pour que nous pardonnions nous aussi ceux-là…
    Et que l’argent qu’on TE VOLE soit rendu pour la fraternité réelle, la charité (LE DON PUR!), UNE SOLIDARITE DE COEUR…

  2. freregris

    Plus d’argent pour entretenir cette cathédrale ? mais alors ou l’Etat trouve l’argent pour les mosquées !

    Avec tous les biens que la république a pris à l’Eglise depuis 1789 sans jamais rendre la moindre compensation , il y a de quoi se poser des questions .

  3. dbcht

    Ah! Denis, quel est ce discours absurde et deraisonné.
    Vous qui ignorez que l’Église n’aurait aucune façon ni les moyens d’entretenir ses cathédrales et ses églises.
    L’Etat, et je le sais trop bien , investi et beaucoup dans les édifices religieux catholiques. Et dans la cathédrale de Sées en particulier.
    Je lis fidèlement RC, très souvent en accord avec les articles, catholique traditionaliste mais responsable . La critique constructive, oui. La critique polémique non. Le commentaire de Denis ne sert a rien . Ce n’est pas parce que L’Etat finance ce que nous ne souhaitons pas qu’il faut dire qu il ne rien.
    Aujourd’hui, les cloches sont déposées et l’ancien beffroi va être démonté et en septembre les nouvelles cloches sonneront pour la gloire de Dieu.
    Parallèlement, il y a peu, l’église de Courthioust (XII), toujours dans l ‘ Orne, à retrouvé son clocher et sa cloche. Financement à 65% Drac . . . à méditer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *