Du défi du seau d’eau glacé à l’avortement

 

« Choisissez votre bière, choisissez votre taco, choisissez votre fonds de soutien à l’avortement ! » Dans le sillage du « défi caritatif » planétaire qui consiste à se balancer un seau d’eau glacée sur la tête avant de donner pour la recherche sur la maladie de Charcot, une journaliste texane qui a trouvé l’idée idiote a inventé quelque chose de mieux. Son défi à elle consiste à d’envoyer un don à une association de lutte pour l’avortement, d’aller ensuite prendre des tacos avec de la bière, après quoi il faut faire part de sa « BA » au monde entier par le biais d’un réseau social.

Andrea Grimes a eu cette idée après avoir donné pour la maladie de Charcot sans passer par la case douche froide. Elle s’est dit qu’on pouvait associer ce qu’elle avait fait ensuite – s’offrir un encas dans un Tex-Mex – avec une autre cause : l’avortement, et la « stigmatisation sociale » qui lui colle toujours à la peau.

Même des gens « pro-choix » en parlent en sourdine, assure Andrea Grimes : en mettant un peu d’absurde, un peu de buzz, de la bonne humeur dans l’affaire, elle espère que l’avortement ne sera plus tabou et que les dons permettront qu’il restera « sûr et légal ».

L’idée de son défi : laisser les gens « choisir ». Que ce soit la bière, le taco ou le fonds pour l’avortement… « Pro-choix » jusqu’au bout – mais surtout contre le choix de ceux qui se battent pour que l’on ne tue plus les enfants à naître.

Plusieurs fonds texans ont déjà fait part d’une montée des dons cette semaine.

Au fait, le défi apparemment plus innocent du seau d’eau sur la tête, relevé par de nombreuses célébrités dans le monde entier, cache lui aussi sa contribution à la culture de mort. Des resposables pro-vie invitent les défenseurs du respect de chaque vie à ne pas participer, étant donné qu’ALS, l’association qui récolte les fonds pour la recherche sur la maladie de Charcot, subventionne et promeut la recherche sur les cellules souches embryonnaires qui entraîne la destruction d’embryons humains. Il y a une analogie avec le Téléthon en France, qui finance notamment la recherche sur le diagnostic pré-implantatoire et prénatal pour éliminer les malades dès avant leur naissance 

L’ALS a reconnu subventionner un programme de recherche sur les cellules souches embryonnaires.

 

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

© leblogdejeannesmits 

 

 

4 comments

  1. Léo

    Je me refuse à qualifier l’état de santé mentale de cette « dame ».
    Sa proposition est simplement ignoble.
    Qu’attendons nous, nous « pro-vie », pour organiser un défi suivi d’un don pour les mères en détresse et les enfants abandonnés à la naissance??
    Tout le monde peut faire un don de quelques euros ou quelques roubles ou dollars, ou livres ou yuans. Il suffit d’un instant mais surtout d’un peu de courage pour assumer publiquement le choix que nous faisons de respecter toute vie, quitte à nous faire traiter de ringard, d’asocial, de sans cœur, de naïf, d’intégriste ou que sais-je encore, (ce qui ne manquera pas d’arriver).

  2. toto

    Quand des femmes se font les auxiliaires de Satan, je pense qu’elles ont encore plus d’imagination et de perversité que les hommes. Voilà un domaine où elles sont supérieures à l’homme. Les Femen vont être contentes.

    • Achille

      @Toto: attention à la misogynie bête et méchante. Aucun des deux sexes n’est supérieur à l’autre dans le péché. Certains individus sont plus imaginatifs que d’autres, c’est une question de personnes, pas de sexe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>