logo-diocese-NEW-avec-fond-blanc-LEGER

Ephèbophilie dans le diocèse d’Orléans

Download PDF

Ce que l’on nomme pédophilie cache en réalité des affaires… d’homosexualité avec de jeunes garçons pubères.

L’évêque d’Orléans, Mgr Blaquart, a annoncé avoir retiré ses ministères à un prêtre de son diocèse, mis en examen depuis 2012. Les faits remonteraient à 1993, plus de 20 ans donc, à l’occasion d’un camp du mouvement eucharistique des jeunes (MEJ) dans le sud-ouest de la France où ce prêtre, aujourd’hui âgé de 65 ans, officiait en tant qu’aumônier. C’est l’évêque lui-même qui a saisi le procureur, après avoir entendu le témoignage d’une victime, en 2011.

« L’enquête est en cours et le procès pourrait avoir lieu l’an prochain. Huit ou neuf cas auraient été signalés, sur des victimes âgées d’une douzaine d’années, et le prêtre aurait reconnu les faits ».

Avant son arrivée dans le diocèse, ses prédécesseurs avaient déjà eu connaissance de ces agissements. Mais ils s’étaient contentés de « mesures conservatoires » pour éviter que le prêtre soit en contact, seul, avec des jeunes. Mgr Blaquart, lui, vient de le suspendre complètement de toutes ses fonctions et admet qu’il aurait du prendre cette décision « plus tôt ».

15 comments

  1. On ne cessera jamais de le dire, l’homosexualité et la pédophilie sont deux faces d’une même réalité au sein du clergé catholique de France: c’est la crise morale qui découle de la crise spirituelle: les prêtres et évêques homosexuels et pédophiles ne croient pas au mystère de la foi qu’ils célèbrent…pour eux, il n’y a rien après la mort…je suis prêtre, j’ai causé avec plusieurs séminaristes (25 à 42 ans) et un prêtre de 50 ans qui m’ont dit des choses étonnantes: ils sont entrés au séminaire parce qu’ils auraient appris que le célibat ecclésiastique est synonyme d’homosexualité…j’ai écrit au Vatican pour dénoncer un évêque à peine ordonné et qui étale déjà son homosexualité au risque de détruire la foi et la vocation des faibles…Mais le Vatican ne m’a jamais répondu; j’ai quitté le diocèse pour ne pas voir un tel évêque célébrer l’Eucharistie sans vertu requise…J’en ai parlé aux évêques et ils ont soutenu leur confrère d’une moralité douteuse…

    • Cassianus

      Observateur, vous êtes prêtre, vraiment ? Ce que vous dites et les mots que vous employez m’en font douter. Jamais aucun séminariste n’aurait l’idée de devenir prêtre afin de pratiquer l’homosexualité. Et dans quel pays avez-vous vu qu’un évêque « étale » son homosexualité ? Y a-t-il un seul pays où les ecclésiastiques n’aient pas à craindre l’indignation des fidèles s’ils vivent ostensiblement dans la débauche ? Même s’il pouvait y avoir une certaine complicité entre hommes d’Eglise pour ce genre de méfaits (et pour d’autres, qui sait), elle serait très secrète même et surtout à l’intérieur du clergé. Par ailleurs, les péchés de chair que peuvent commettre des prêtres ne prouvent pas l’existence d’une « crise morale » ou « spirituelle », qui se trouverait être, d’après vous, une pure et simple apostasie. Des prêtres se livreraient à l’homosexualité parce qu’ils ne croiraient plus à la vie éternelle ? Dans ce cas, ils seraient prêtres pour quoi au juste ? Pour gagner de l’argent ?

  2. marie

    C est exactement ce que je pensais
    qd le vois le haut fonctionnaire lyonnais etant chez cazaneuve se plain dre de pedophilie alors qu il avait 15 et 19ans pour moi cela a ete tout de suite de homosexualite non assumee
    Mais pedophilie et homosexualite sont 2 choses differents

    • Cassianus

      Il y a en effet une homosexualité non pédophile et une pédophilie non homosexuelle. La qualification de pédophilie appliquée à des abus commis sur mineurs consentants ayant dépassé un certain âge (15 ans, je crois, en France) est inappropriée. Il s’agit, dans ce cas, d’abus d’autorité. C’est à cause de l’intimidation que l’on suppose produite par la fonction sacerdotale (ce serait la même chose pour toute fonction éducative) que la relation sexuelle sans violence est cependant envisagée comme une sorte de viol. Mais il faut encore pour cela que l’adulte incriminé ait eu réellement un ascendant moral sur l’adolescent(e) qui est accusé(e) d’être sa victime. Un professeur qui aurait une relation sexuelle consentante avec une jeune fille en âge de donner un consentement légal ne pourrait être accusé d’abus d’autorité que si cette jeune fille était son élève. On ne voit pas quelle pression morale pourrait exercer un prêtre sur un adolescent qui ne serait pas sous sa direction spirituelle. Cela, d’un point de vue légal. Il est vraiment très regrettable que l’on s’empresse d’assimiler toute relation (jusqu’au plus minime attouchement) d’un prêtre avec des jeunes garçons ou jeunes filles en âge légal d’avoir une relation sexuelle consentante avec un adulte à un crime de pédophilie. Il y a là une volonté manifeste de calomnier l’Eglise.

      • professeur Tournesol

        J’approuve entièrement votre propos sur l’usage à tort et à travers du terme pédophilie, et ici Riposte catholique a bien fait d’employer celui d’éphébophilie. Par contre ce n’est pas d’un point de vue légal qu’il y a confusion, pédophilie n’étant pas un terme juridique, mais dans le discours médiatique, où l’on confond « abus sur mineurs » et « pédophilie ». Enfin tout dépend pour qui. Quand un prêtre caresse un ado de 17 ans, les médias le peignent en monstre pédophile, lorsque le cinéaste Polanski est condamné pour viol d’une fille de 13 ans, ils sont très indulgents, et dénoncent l’acharnement des méchants juges américains.
        Je m’interroge aussi sur le consentement ou non de certaines « victimes » comme ce haut fonctionnaire. Près de chez moi un prêtre avait été mis à l’écart sous prétexte de formation, avant que l’on apprenne qu’il avait été mis en examen pour viols répétés d’un jeune homme entre 15 et 18 ans. Je m’étonne quand même qu’après un premier « viol » l’adolescent qui n’était donc plus un gamin, ait continué à fréquenter ce prêtre.

  3. Cassianus

    Lire dans mon commentaire : l’adolescent(e) qu’il est accusé d’avoir violé(e) — et non pas : « qui est accusé d’être sa victime ». Ce n’est pas la victime qui est accusée, bien entendu.

  4. Observateur

    Pourquoi doutez-vous de mon témoignage? Témoigner c’est rendre compte de ce que l’on a vécu soi-même; ce que l’on a vécu est une expérience que l’on porte sur soi et qui éclaire tout le reste, c’est-à-dire le chemin parcouru! Je suis bel et bien prêtre: j’ai été victime d’un attentat à la pudeur au confessionnal! J’ai voulu vérifier les dires du pénitent auprès du vicaire général et de l’évêque, le pénitent avait raison de me  »faire la cour » au confessionnal et pour qui? Imaginez-vous la suite! Je suis docteur en théologie morale: comment puis-je encore travailler avec un tel évêque qui m’envoie d’autres prêtres pour me draguer au confessionnal: sacrilège! Ce qui est pire encore est que, le même évêque m’appelle pour m’annoncer qu’il a échangé mes mails avec un autre prêtre partisan du mariage pour tous et qui ne s’en cache pas…Je n’ai jamais vu ni entendu parler d’un tel évêque de l’Église catholique romaine, sans pudeur ni éducation parentale! Lorsque je lui rappelle la crédibilité épiscopale à protéger, voici sa réponse: « Ma crédibilité épiscopale ne dépend pas de vous »… C’est pourquoi j’ai quitté le diocèse, je suis sans ministère et j’ai écrit à Rome sans réponse! Cet évêque et ces deux prêtres partisans du mariage pour tous et qui veulent l’imposer aux autres sont toujours là, en train de célébrer les sacrements, en l’occurrence l’Eucharistie, au lieu de démissionner, ils détruisent la vocation et la foi des faibles car ils ne croient pas au mystère de la foi qu’ils célèbrent… J’en ai parlé à plus de cinq évêques, mais ils se soutiennent dans le faux au lieu d’aider leur jeune confrère évêque à prendre au sérieux ses responsabilités et à se comporter avec dignité sacerdotale! C’est un jeune évêque de moins de 15 mois!!! Les faits sont récents, ils datent d’y a peu…Il y a des choses qui se passent dans notre Église qui sont pires que chez les païens.. je n’ai pas de ministère voici déjà 8 mois: je cherche un évêque chrétien pour m’accueillir…je n’ai rencontré que des évêques baptisés…Saint Augustin disait: « Pour comprendre celui qui souffre, il faut avoir déjà souffert soi-même »…

    • Bonsoir,
      Oui, personnellement, je pense que vous êtes bien un prêtre de Notre Seigneur JESUS-CHRIST, et vous souffrez. Soyez patient, un jour qui peut être très proche, vous saurez, nous saurons la Vérité. En attendant ce jour béni, continuez votre combat, je sais de quoi je parle, car je suis moi-même victime de la hiérarchie de mon diocèse, pour des faits presque similaires aux vôtres.
      Ce n’est pas à nous de nous venger, mais il faut être patient et laisser la colère de DIEU s’exercer. Et croyez moi, elle s’exercera.
      Notre Église catholique est infiltrée. Par qui? Je ne vous le nomme pas, mais, comme moi, vous l’avez reconnu. N’en n’ayons pas peur, ce n’est qu’une simple créature de Notre Créateur et qui par orgueil a mal tourné.
      Je souhaiterai vous rencontrer.
      Je prie pour vous, priez pour moi.
      Que DIEU vous bénisse et vous garde dans Sa Paix et Sa Joie!
      Merci!
      JFL

    • professeur Tournesol

      Votre « témoignage » est bien confus. Si je comprend, votre évêque, sensible à votre charme, vous aurait dragué par un pénitent interposé ? Et pourquoi pas directement ? ça ne tient pas debout ! Vous avez dû fumer trop d’encens !!!
      Par ailleurs les éventuels penchants homosexuels ne prêtres n’empêche pas qu’ils soient sincèrement croyants, j’ai plusieurs amis homosexuels et catholiques, dont un tradi. Il ne faut pas confondre péché et hérésie ou incroyance.

  5. Toucan

    Si l’on continue de retirer tout ministère à un prêtre non encore jugé, on n’aura bientôt plus personne. Pourquoi ces mesures conservatoires appliquées jusque là ne pouvaient pas suffire en attendant ? Les faits sont très anciens. donc on doute de a miséricorde de Dieu, on refuse le pardon,,et finalement on ne permet pas au prêtre de s’amender. entre laisser un prêtre pédophile sans surveillance et tout retirer à tout prêtre, aux premières dénonciations – il y a un juste milieu conciliant prudence et miséricorde pour les coupables et justice pour les victimes.

    • Bonsoir,
      Vous oubliez une simple petite « chose ». Ces prêtres ont charge d’âmes! Si leurs victimes succombent et qu’ils ne se repentent pas, ils vont droit en enfer!
      Je sais qu’il n’est pas de bon ton de parler de la Vie Éternelle, mais quand même! ça doit faire réfléchir.
      Alors, OUI, il faut retirer à un prêtre qui est soupçonné de pédophilie, son ministère. Tout au moins de l’écarter pour, le temps de l’enquête, de tout contact avec des enfants. S’il est innocent, il sera toujours temps de le réhabiliter. Son temps d’éviction lui sera compté pour son accès au Paradis.
      Il est triste de constater que des hommes d’Église puissent en arriver à une telle extrémité.
      Prions pour eux!
      Que DIEU vous bénisse et vous garde dans Sa Paix et Sa Joie!
      Merci!
      JFL

  6. professeur Tournesol

    A une époque les autorités ecclésiastiques ont eu trop tendance à étouffer ces affaires de moeurs, aujourd’hui on passe à l’excès inverse, en ressortant toutes les vieilles histoires. Cela ne va faire que donner du grain à moudre aux médias qui vont s’empresser de répéter en boucle toutes ces histoires.

  7. observateur

    Professeur Tournesol: Ne faites pas l’avocat du diable, veuillez lire mon message pour comprendre et non pas pour défendre l’immoralité ambiante au sein du clergé. Personne ne condamne l’homosexualité, c’est un choix que certains ont fait même au sein du clergé, mais ils ne sont pas seuls dans l’Eglise pour imposer aux autres leur choix de vie et pour les qualifier « d’homophobes »; il s’agit bel et bien des prêtres et des évêques dont nous parlons, c’est-à-dire des spécialistes du sacré, ils ont une noble mission de conduire les autres à Dieu; c’est pourquoi ils doivent éviter de scandaliser les faibles et de détruire l’honneur de l’Institution qu’est l’Eglise; ils sont libres de vivre leur choix de vie, mais en dehors de la prêtrise, mais du moment qu’ils restent là en train de détruire la foi et la vocation des autres au lieu de démissionner, ils sont méchants, ils ne croient pas en Jésus, ce sont des infiltrés dans l’Eglise pour détruire la morale traditionnelle catholique; c’est pourquoi nous devons les dénoncer pour qu’ils s’améliorent ou pour qu’ils démissionnent…Bref, j’ai bien dit que j’ai vérifié les dires du pénitent auprès de l’évêque et je lui ai demandé de respecter la crédibilité de l’épiscopat en général et de son épiscopat en particulier, car il y a bien des évêques exemplaires dans notre Eglise que nous devons respecter. Il m’a répondu, je cite: « La crédibilité de mon épiscopat ne dépend pas de vous »; je rappelle aussi qu’il a échangé mes mails avec un prêtre de son acabit qu’il a désigné, comme une marionnette, pour lui transmettre les mails d’autres prêtres… Quand un évêque vous annonce lui-même qu’il a échangé vos mails, vous n’êtes plus en sécurité, votre ordinateur est probablement piraté: c’est pour cette dernière raison que j’ai quitté son diocèse…Par ailleurs, le pénitent m’a clairement dit qu’il a choisi le confessionnal parce qu’il ne savait pas par où commencer pour me le dire…Je lui ai répondu que ce n’est pas une confession, c’est un message que vous m’annoncez, par conséquent je ne peux pas garder le secret, je suis docteur en théologie morale, je ne peux pas tolérer un tel comportement dissolu de la part d’un évêque à peine ordonné…C’est un monsieur spirituellement diabolique? moralement vicieux et humainement très mal éduqué par ses parents…Benoît XVI écrit: « L’homosexualité n’est pas conciliable avec la vocation de prêtre. Car dans ce cas, le célibat comme renoncement n’a pas non plus de sens » (cf. Lumière du monde, Ed. Bayard, Paris, 2011, page 200).

    • professeur Tournesol

      Si votre témoignage est vérédique, essayer de dire les choses plus clairement quant au rôle respectif du pénitent et de l’évêque.
      Par ailleurs il ne fait pas confondre immoralité et hérésie, le pape Alexandre VI par exemple était un débauché d’une parfaite orthodoxie.Il y a d’ailleurs des incroyants tout à fait vertueux. Nous sommes tous pécheurs, plus ou moins gravement il est vrai, mais la foi n’empêche pas le péché. Si ces prêtres homosexuels ne croyait à rien, pourquoi auraient ils choisi cette « profession » mal payée et où la retraite est au mieux à 75 ans ? Ils auraient pu trouver un métier mieux payé et surtout qui leur aurait permis de vivre tout à fait librement leur sexualité.
      Enfin les problème de chasteté des prêtres ne sont pas exclusivement homosexuels, les prêtres qui ont une maîtresse sont-ils incroyants pour autant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *