Les Infiltrés : à la recherche de la séquence disparue…

Download PDF

Exclusif ! L’émission « Les Infiltrés » d’hier soir a bien été modifiée… comme l’annonçait Me Solange Doumic lundi sur Radio Courtoisie dans le Libre-Journal de Philippe Maxence. La pression mise sur France 2 et Capa aura servi à quelque chose !

« Bonsoir, Didier Hamiche » : c’est par ces mots que David Pujadas me salua lors du petit tour des présentations des invités au débat suivant la diffusion du reportage « À l’extrême droite du père », sur un plateau de France 2 le samedi 10 avril dernier. Je précisais à David Pujadas, dans un demi-sourire, que mon prénom était « Daniel »… Avez-vous, hier au soir lors de la télédiffusion du reportage et du débat, entendu cette bévue de Pujadas ? Non ! Vos oreilles ne vous ont pas trompés et vous avez bien entendu Pujadas me saluer d’un « Bonsoir, Daniel Hamiche ». Ce qui veut dire que cette petite phrase a été ré-enregistrée postérieurement au 10 avril. Cela laisse quand même peser un soupçon sur les méthodes de ces journalistes : eux peuvent ré-enregistrer leurs textes et commentaires, mais vous, sur le plateau – soi-disant dans les conditions du direct – ne pouvez pas le faire, et ma demande officielle de disparaître de ce débat, au nom de mon droit à l’image et du fait que j’ai été trompé sur l’objet du débat, n’a pas été respectée. Deux poids, deux mesures.

Beaucoup plus grave que cette anecdote.

Le reportage que j’ai vu le samedi 10 avril n’est pas identique à celui que j’ai vu, ainsi que les téléspectateurs, hier au soir : une séquence en a été supprimée.
Je me souviens parfaitement bien de la sortie détestable, supposée enregistrée dans les locaux de l’école Saint-Projet, d’un gamin, supposé être élève de cette école, en caméra et micro cachés. Le gamin disait en substance : « Première Guerre mondiale : zéro mort ; Deuxième Guerre mondiale : 6 millions de morts ; Troisième Guerre mondiale : 18 [28?] millions de morts ; comme ça il n’y aura plus de Juifs ». Je cite de mémoire et en substance. Cette séquence allait pourtant tout à fait dans le sens du reportage visant à faire avaler aux téléspectateurs de France 2, l’idée d’une école Saint-Projet couveuse d’antisémites, un « nid de fascistes » selon l’expression même du journaliste commentant le reportage
Outre le fait que l’on peut s’interroger sur la déontologie journalistique qui fait débattre des invités sur un reportage qu’ils viennent de voir mais qui n’est pas le même que celui qui sera diffusé sur l’antenne, on est tout à fait fondé à se poser des questions sur la disparition de cette séquence. Aurait-elle donc disparu après que de nombreux parents d’élèves de l’école Saint-Projet eurent déposé plainte auprès du procureur de la République de Bordeaux, pour sollicitation à la commission d’un délit ? Les fameux « rushes” de l’enregistrement en continu par l’infiltré, prouveraient-ils cette « sollicitation » alléguée par les parents et leurs avocats, et cette séquence aurait-elle donc été gommée sciemment pour ne pas donner lieu à l’analyse des “rushes” la précédant, à l’occasion du procès qui s’annonce à Bordeaux ? Je n’en sais évidemment rien, et ce n’est là qu’une conjecture. Mais une chose est certaine : une séquence que j’ai vue et entendue le samedi 10 avril, n’a pas été reprise dans la télédiffusion du 27 avril au soir. Pourquoi ? Nous attendons la réponse des « Infiltrés »…

Daniel Hamiche

8 comments

  1. Je peux trouver lamentable la méthode des infiltrés qui n’est pas digne. Il n’empêche que ce que nous avons pu voir et entendre et pour le moins inquétant. Je n’ai rien entendu de scadaleux chez les prêtres dans le reportage, je n’en dirai pas autant de la part de l’enseignant et même des enfants. C’est symptomatique d’une partie non négligeable du milieu cathllique de la « tradition » .Manipulés ou non les enfants ont l’âge de raison. Comme père de famille catholique je suis blessé d’entendre de tels propos . Ne révons pas d’une Eglise de purs mais d’une Eglise Catholique fidèle aux enseignements du Magistère, à ceux de Pie XI en particulier. Bien des choses sont injustifiables et indéfendables. Si la méthode est inquiétante le fond n’est pas beau. le fond pour moi reste plus important que la forme!

  2. oxbridge

    Je ne comprends pas bien l’intérêt de révéler vous-même cette phrase affligeante de l’élève, si elle n’a pas été diffusée…

  3. Gentiloup

    J’ai visionné ce montage journalistique et ensuite écouté les commentaires.

    Je pensais que le débat était en direct. Je ne me rappelle pas que sa diffusion en différé ait été annoncée à l’antenne, ce qui est une grave tromperie pour les téléspectateurs. Je m’y suis fait prendre. Une tromperie de plus!

    De ce fait je comprends le décalage entre vos commentaires, tout au début du débat, sur l’honnêteté du reportage, et par ailleurs votre sollicitation pour voir vos interventions supprimées. En effet j’ai été fort surprise de voir l’abbé Aulagnier et vous-même y participer.

    Mais tout s’explique…. Lorsqu’on sait!

    Ce montage est immonde. Face à autant de mauvaise fois et pris dans un piège répugnant vous avez su néanmoins réagir.

    Bien cordialement

  4. jean christian

    il m’est arrivé la même aventure avec radio LCI TF1, après m’avoir trompé sur le sujet le jour de l’interview, j’avais demandé à ce que je ne passe pas dans l’émission qui était enregistré, et bien sur….ils n’en ont pas tenu compte.

    c’était à propos d’un reportage à charge contre benoit XVI sur la pédophilie réalisé par Mr Olivari, reporter permanent pour la chaine de télé TF1.

    de la désinformation, je vous dis moi, j’en ai la preuve; le journalisme n’est pas un métier aussi noble que je le pensais, car la manipulation est permanente et n’est jamais corrigée.

    c’est une autre dictature de la pensée

  5. Roncillac

    À quand une infiltration chez les écoles juives et musulmanes ?
    Ces journalistes genre Fouquier-Tinville ne s’y risqueraient pas car ce serait dangereux pour leur petite personne.
    Ce qui me hérisse, c’est que ces gens là se mêlent de la direction de l’Église alors qu’ils semble en être étrangers (voir la harpie qui qui y allait de « MONSIEUR Aulagnier !). J’ai prié pour que Daniel Hamiche ne sorte pas de ses gonds et se lève pour lui flanquer une gifle, ce que j’aurai fait si j’avais été sur le plateau au risque d’être inculpé mais quand on est en présence d’une tête à claques on ne se retient pas…
    Et puis, pour ces braves gens il faut être républicain et démocrate sans quoi vous n’avez pas le droit d’exister. Moi qui suis royaliste (monarchiste devrais-je dire) je ne mérite pas de vivre. Nous n’avons plus la liberté de penser et de choisir ce qui est bon pour nous. La démocratie ne pourrait être envisagée que si les électeurs sont des saints mais comme ce n’est pas le cas et que les idiots sont majoritaires, alors le résultat ne peu être que catastrophique !

  6. Martine

    Deux poids, deux mesures, ce n’est pas nouveau. Mais le C.S.A qui semble vouloir faire toute une histoire à propos d’une chaîne consacrée à l’œnologie (On en parle, hier sur LCI) n’a probablement rien à dire au sujet de cette pratique… C’est beau, l’autorité, lorsqu’on l’exerce convenablement, mais ici, elle semble un peu trop sélective pour mériter le compliment. J.M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *