bouches_du_rhone_adha_2012

Fête de l’Aïd obligatoire

Download PDF

Monseigneur de Germay, évêque d’Ajaccio, partisan d’une conception erronée de la liberté religieuse, a souhaité réagir contre ceux qui s’opposent à la célébration de la fête musulmane de l’Aïd :

« Récemment, des corses ont exprimé leurs craintes vis-à-vis de l’éventuelle arrivée de réfugiés. D’autres ont souhaité l’interdiction de la fête de l’Aïd El Kébir qui devait avoir lieu sur la commune d’Ajaccio. Ils considèrent que la Corse est une terre chrétienne et qu’elle ne peut accepter une manifestation trop visible de la foi ou de la culture musulmanes. Certains vont jusqu’à demander le départ des personnes de religion musulmane.

En tant qu’évêque de Corse, je me sens évidemment concerné par ces prises de position, et c’est à leurs auteurs que je souhaite m’exprimer en priorité. Je suis d’ailleurs prêt à les rencontrer s’ils le désirent.

Je comprends que dans le contexte international actuel ils puissent avoir des craintes. La radicalisation de nombreux jeunes musulmans est une réalité en France qu’on ne peut ignorer et qui touche aussi la Corse. Il serait irresponsable de fermer les yeux sur ce phénomène qui peut déstabiliser nos sociétés et il est normal de réfléchir aux moyens d’y faire face.

Je voudrais cependant inviter ceux qui seraient tentés par la violence (qu’elle soit verbale ou physique) à ne pas tomber dans le piège du mépris et de l’exclusion. On voit bien aujourd’hui comment des idéologies haineuses peuvent engendrer le chaos. Ne reproduisons pas cette absurdité en Corse !

J’invite ceux qui veulent défendre la culture chrétienne à découvrir la foi sur laquelle elle s’enracine. Comment en effet pourrait-on défendre la religion chrétienne en ayant une attitude contraire à l’Evangile ? L’éclairage de la foi chrétienne nous permet de reconnaitre en toute personne un frère ou une sœur en humanité dont la dignité est inaliénable.

L’Evangile nous demande de respecter toute personne, quelles que soient ses opinions ou sa religion, parce qu’elle est créée à l’image de Dieu. Il existe en Corse de nombreux musulmans, dont beaucoup sont nés sur l’Ile, qui ne demandent qu’à vivre en paix avec tous. Si nous les méprisons, cela ne fera que conforter ceux qui sont tentés par la radicalisation. Nous ferions mieux de dialoguer avec eux pour les aider à dissuader ceux qui se laissent influencer par cette idéologie.

Le rejet de l’autre ne peut engendrer la paix. Seuls le dialogue et le respect peuvent nous aider à construire la paix. Soyons capables de vivre ensemble avec nos différences. Alors nous pourrons être fiers de nos racines chrétiennes. « 

30 comments

  1. Charlemagne

    Monseigneur,
    ce n’est certes pas nous qui rejetons nos frères et sœurs, mais bien celles et ceux que nous accueillons au nom du Christ, fils unique de Dieu, dont ils ne reconnaissent pas le mystère de la Sainte Trinité à laquelle nous, nous les chrétiens, croyons.
    Dans le Coran il est dit clairement:
    5:73 – Sont considérés comme incrédules ceux qui disent ceci:
    dieu est la troisième partie d’une trinité, car il n’est d’autre
    dieu que le dieu unique. S’ils ne cessent de telles affirmations,
    ceux qui auront été incrédules subiront un cruel châtiment.
    De même comment accepter l’amitié des musulmans qui rejettent la nôtre?
    Dans le Coran il est dit :
    5:51 – Ô vous qui croyez, ne prenez pas les juifs et les chrétiens
    comme alliés, ils sont alliés les uns pour les autres.
    Celui qui, des vôtres, en fera des alliés sera des leurs. Allah
    ne guide pas un peuple d’injustes.
    Voilà, tout est clairement dit.
    Nous, les chrétiens, les accueillons et eux voient dans notre générosité une faiblesse: brèche béante dans laquelle les musulmans s’engouffrent. Pour nous soumettre.
    C’est cela la douloureuse vérité.

  2. Certes le respect de l’autre est universel. Mais le bannissement de la cruauté absurde envers les animaux, le respect de la santé publique, le respect de l’hygiène publique et le respect de la culture du pays (en l’occurrence de la culture corse), le mépris des superstitions fait partie de l’ordre public prévu expressément par la Déclaration Dignitatis Humanæ et la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Il ne faut pas que sous prétexte d’évangile le haut clergé nous invite à laisser violer l’ordre public que Dieu a confié aux laïcs ou plutôt à tout homme.

    « C’est donc faire injure à la personne humaine et à l’ordre même établi par Dieu pour les êtres humains que de refuser à l’homme le libre exercice de la religion dans la société, dès lors que l’ordre public juste est sauvegardé. »

    http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_decl_19651207_dignitatis-humanae_fr.html

    L’ordre public n’est pas une bricole, un rien, à la discrétion des olibrius se réclamant d’une croyance absurde et contraire à la culture du pays et à l’hygiène. Même les évêques doivent le respecter. Merci à eux de ne pas oublier les droits des laïcs, même catholiques qui ne sont pas à leur discrétion.

  3. Hugues

    La charité chrétienne, n’a pas vocation à accueillir des barbares sanguinaires d’un autre âge, créés par les juifs, pour torpiller l’expansion du catholicisme.

  4. Gilberte

    qui peut prouver qu’Abraham a vraiment existé? il est devenu le symbole de l’obéissance à la volonté de Dieu, en tuant les animaux d’une façon barbare et qui permet à la mosquée de retirer son bénéfice ! Dieu apprécie sûrement (?)

  5. zézé

    Continuez de détruire ! détruisez ! détruisez, vous ne savez faire que cela, d’autant que vous vous méprenez sur ce que doit faire un chrétien catholique, vous prenez quelques phrases de l’EVANGILE, afin que le chrétien se sente OBLIGER d’accueillir, ce qui ne PEUT l’être. JESUS a chassé les vendeurs du temple, IL a aussi enseigné qu’il fallait secouer jusqu’à la poussière des chaussures, lorsque l’un d’entre ses Apôtres serait méprisé.
    Si je puis me permettre :
    Reprenez votre catéchisme, Monseigneur, et n’enseignez que ce qui doit l’être.

  6. Mézière

    Bataille de Lépante 7 octobre 1571.

    L’Eglise célèbre chaque année cette grande victoire sur l’islam par la fête du Saint-Rosaire.

    Que serait devenue l’Europe si nous avions « respecté » l’envahisseur ?
    Nos soldats chrétiens sont morts à Lépante pour sauver notre civilisation.
    Quen pensez-vous « Monseigneur » ?

  7. Essayez donc de tuer le cochon comme on disait et faisait autrefois dans les fermes, vous vous retrouverez au tribunal……pour acte sans hygiène, barbarie envers l’animal, et non respect des normes européennes.
    On n’a pas entendu 30 millions d’amis, ni la SPA, ni nos députés qui viennent de voter que nos chères petites bêtes sont des êtres sensibles.
    Les âmes sensibles qui s’opposent à la mort du taureau dans la corrida non plus….
    Quel acharnement à faire souffrir le mouton en public et seulement lui, dans tout le règne animal.
    Nos chers médias aiment le sang des moutons ?
    « Voici l’agneau de Dieu » a dit Jean Baptiste en voyant Jésus.

  8. d’accord avec » charlemagne »le coran est suffisamment clair sur la non tolérance aux chrétiens et l’histoire le répète– le musulman passe, le chrétien trépasse–pourquoi leur donner des armes pour nous assassiner?

  9. lapome

    si je suis bien renseigné,le mot « amour »(et ses multiples dérivés) n’est écrit nulle part dans le coran.Par contre, »mort,supplice,tuer et autres joyeusetés foisonnent.
    alors vous avez bonne mine avec vos discours.
    quant on pense aux abominations qui se commettent en irak et en syrie(ils ont CRUCIFIE des enfants de 12 ans)
    ça n’a pas l’air de trop vous troubler.Vous et vos confrères (a l’exception de 4ou5)vous n’avez même pas ordonnés UNE prière à la messe du dimanche pour ces malheureux,alors que c’est mitre en tête et crosse au poing que vous devriez prendre la tête de la résistance
    gardez donc Messeigneurs,votre compassion pour les victimes de ces pôvres musulmans

  10. mme

    La France était un pays civilisé, catholique, appelée Fille ainée de l’Eglise depuis le baptême de son roi : Clovis, elle était par son zèle l’ Educatrice des Peuples, le secours de la Sainte Eglise… et voilà que son peuple « sert » un autre dieu en lui concédant de grandes libertés sur son sol et même dans ses églises, encouragés par ceux qui devraient protéger leurs ouailles.
    Qu’arrive t-il à nos évêques ? Les uns après les autres ils sont « hypnotisés », séduits par cette religion que nous imposent les hommes politiques malgré les mises en garde des effets cruels qu’elle produit !
    Nos Pasteurs excellent dans le « lèche babouche » et le « vivre ensemble » et délaissent leurs troupeau !
    Cette religion envahissante ressemble à la parabole de l’IVRAIE de l’Evangile, prenant racine à l’abri de la culture chrétienne et se développant très vite. Elle recouvrira bientôt toute notre France et l’Europe !
    Qu’ arrive t-il à la France pour ne plus reconnaître Celui qu’elle devrait servir ?
    Evêques, fidèles, réveillez vous… avant qu’il ne soit trop tard.

  11. jacq44

    Nous sommes bien d’accord, l’égorgement du mouton, sacrifice d’Isaac, est dans la mentalité orientale. le musulman daesh et cie le pratique volontiers, sans compter les massacres de petits chrétiens ou chrétiennes….. l’interdiction de cette coutume barbare qui donne de bien mauvaises idées serait le bienvenu. Le fait de partager le repas les incite à croire que nous nous rapprochons d’eux. Les juifs réserve le seder aux circoncis c’est clair et net. Il y a des lois qui sont transgressées pour tout et rien de la burka au voile en passant par la circoncision à 10 ans, et des méthodes cruelles pour tuer les animaux …. Il est temps de rectifier sinon c’est nous qui passerons à la kalash…..

  12. Alix

    Mgr, on ne respecte pas l’Autre en le confortant dans ses erreurs (êtes-vous d’ailleurs convaincu que l’islam soit erreur?), mais en lui apportant ce que nous avons de meilleur, la connaissance de notre Sauveur Jésus Christ.

  13. Sami

    Charité bien ordonnée doit commencer par soi-même , et s’arrêter là.
    On ne peut transposer toute charité, notamment celle qui est dangereuse , sur le plan collectif.
    Soyez charitables , accueillez celui qui va peut-être vous détruire.
    Votre charité est une affaire personnelle. Rigoureusement personnelle.
    Certes, le chrétien est invité à suivre la voie du Christ qui passe par la croix . Et il sait qu’il n’est pas de plus grand amour que de mourir pour ses amis .
    Mais quel rapport avec le fait d’ouvrir toutes grandes les portes à ceux qui vont non seulement nous détruire, mais détruire nos enfants, et nos amis pour lesquels nous aurions donné notre vie?
    En détruisant les chrétiens, c’est la civilisation chrétienne que les musulmans détruisent. Et avec la civilisation chrétienne, le message chrétien.
    Alors, n’y a t-il pas dans la « charité » étendue à l’agresseur , un énorme sophisme, une contradiction suicidaire et criminelle? Cette prétendue charité ne se fait elle pas complice de l’ennemi qui vient détruire le christianisme au nom de l’islam ? Et donc la charité chrétienne ?
    Car enfin, quand par « charité chrétienne » nous les aurons laissé nous tuer, la vraie charité chrétienne que nous portons sera égorgée. Et l’Islam régnera à sa place.

  14. lea

    N’est-il pas écrit que celui qui est fidèle à Dieu ne doit pas offrir de sacrifices animaux , abolis par le Sacrifice du Christ Lui-même, et que consommer de la viande de sacrifice – tuerie hallal tournée vers la Mecque présidée par un immam et financée par un pourcentage par kilo de viande- revient à sacrifier soi-même à ce culte rendu à Allah et non à Dieu? Et de plus , que dire de cet IMPÔT religieux auquel est
    soumis tout consommateur de viande et dissimulé à sa connaissance? Nous devenons par ignorance
    complices de ceux-la mêmes qui veulent nous détruire et leur donnons des armes financières contre nous au lieu de donner à notre Église ou à des associations dont nous avons le devoir de connaître exactement l’utilisation des fonds récoltés. Être chrétien n’est pas se transformer en mouton blêlant et en collecteur d’impôt!
    Quant à ceux qui soulignent le silence assourdissant des associations de défense des animaux, il faut ajouter le danger dénoncé par les vétérinaires.

  15. Marie

    Monseigneur,

    vous n’avez jamais mis les pieds dans un abattoir le jour de l’Aïds. Moi oui, et plusieurs années de suite. Assez, pour ne pas supporter qu’au nom d’un dieu on sacrifie des créatures de Dieu avec une telle barbarie. Vous pourrez authentifier mon témoignage paru en 2003 dans le bulletin n° 39 de la Fondation des Droits de l’Animal.
    Les agneaux arrivent par centaines, et, contrairement aux lois de la République, sont présents lors de la mise à mort de leur infortuné congénère. Le sacrificateur, généralement inculte, pour ne pas dire débile mental, attrape l’animal terrifié, urinant et déféquant et le bascule sur le ciment. Son couteau n’est pas aiguisé longtemps. Parfois il ne tranche pas, il scie. La lame s’ébrèche sur le sol tant le geste est hasardeux et brutal. Le silencieux animal ne se défend jamais. Ensuite, il est très vite suspendu aux rails d’abattage. Il faut savoir que le sacrificateur ne coupe pas la moelle épinière, trajet des nerfs. Autrement dit l’animal souffre jusqu’à ce que l’hémorragie entraîne son coma. Cela va de 3 à 10 minutes. C’est très long pour mourir dans de telles conditions, la tête en bas, suspendu par une patte, souvent cassée. Et souvenez-vous qu’il est un mammifère, comme vous, Monseigneur.
    J’ai assisté des agneaux, des chevreaux, des chèvres, des boucs, des béliers, des veaux et des boeufs, des porcs, des autruches aussi. Tous hurlent leur terreur et leur détresse. Et sur le rail pleurent avec des voix d’enfants.
    « Heureux celui qui trempe son manteau dans le sang de l’agneau » : de telles analogies m’ont chassée à jamais des Eglises bien que de tout mon coeur, dans mon coeur, je croie fermement que la seule Vérité passe par le Christ, Lui, la dernière hostie, le seul Amour et la seule Espérance.
    Pensez-y, Monseigneur, les animaux sont les aussi les Pauvres de cette terre. L’Agneau égorgé de l’Apocalypse ne demande pas de successeurs ensanglantés.
    Les SPA et Fondations se mobilisent contre les très nombreux abattages clandestins. Mais les gendarmes qui les accompagnent reculent eux-mêmes devant les barbares et de leurs enfants.

  16. Pingback: Pour prendre la mesure du combat apocalyptique qui vient de commencer et réfléchir aux moyens nécessaires pour espérer le gagner … « cril17.info

  17. michel

    En expulsant les adeptes de la secte à momo,nous défendons note culture et notre civilisation.Il n’y a pas plusieurs islam,il n’y en a qu’un ! Les « islamistes » ne font qu’obéir à leur coran lorsqu’ils commettent tous ces viols,cruautés et meurtres.De la part de certains responsables de l’Eglise,ce n’est plus de la naiveté mais une coupable collaboration avec l’ennemi.

  18. angel

    C’est dingue ! faut donc se laisser égorger ?? mais c du délire !Si pdt la guerre personne n’aurait bougé aujourd’hui nous serions sous domination hitlérienne!
    Mais des hommes et des femmes s sont révoltés pour garder notre liberté !
    Cette liberté q nous perdons jours après jours avec des inepties de paroles nous invitant à se la fermer et laisser l’envahisseur prendre toute la place !Les corses ont des C…. et j dis bravo !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *