maxresdefault

Gros chantier sur l’enseignement catholique dans le Lot

Download PDF

Monseigneur Laurent Camiade sera ordonné évêque de Cahors le 4 octobre. Il déclare à La Dépêche :

« Le ministère de l’évêque est de donner du sens à partir de notre foi en Dieu de notre relation aux autres. Il faut être attentif à ce que les gens demandent. Je suis là pour me mettre au service du dynamisme religieux qui existe déjà. Ce qui importe, c’est la fraternité. Notre manière de nous comporter pour les réfugiés est importante. Ce sont nos frères humains.

Que préconisez-vous ?

Il faut trouver des solutions du côté du partage, encourager des relations de qualité entre les personnes. Chaque paroisse, chaque personne doit être concernée. Mais ils ne peuvent seuls accueillir les réfugiés. Des associations sont impliquées. On peut tenir ce rôle de mettre les gens en lien entre eux. Il faut anticiper, voir comment accompagner des familles, pas seulement le logement, il y a aussi les besoins matériels, culturels. Pour bien accompagner une famille de réfugiés, il faut à mon sens une vingtaine de familles pour permettre des relais, ça ne doit pas reposer sur des grandes phrases. L’idéal, c’est que tous les organismes qui s’investissent dans cet accueil se rencontrent.

Quels sont vos projets immédiats ?

Je vais aller dans tous les presbytères, rencontrer tous les prêtres du diocèse, être à leur écoute, comprendre ce qu’ils vivent. C’est important de les connaître. Un évêque ne travaille pas seul. Par ailleurs, il y a un gros chantier sur l’enseignement catholique dans le Lot avec un projet d’orientation pastorale. Il faut encourager ce qui existe déjà, sachant que pour les jeunes il importe d’avoir une diversité de pédagogies pour les accompagner. Ensuite, je n’ai pas de recette miracle. On a aujourd’hui affaire à des générations ouvertes, en recherche de sens. Ensuite, il y a beaucoup à voir avec les communautés chrétiennes, voir comment développer la pastorale qui existe autour de Rocamadour. Le Pape François a mentionné Notre Dame de Rocamadour. C’est tout un programme.

Quelle est votre vision du Lot ?

Par rapport au Lot-et-Garonne, il y a beaucoup plus de touristes l’été. Derrière ce tourisme, il y a une recherche du patrimoine. Il y a beaucoup d’expression de foi dans le Lot. Notre rôle est d’être disponible pour permettre l’accès à ce patrimoine religieux.

Attendez-vous des engagements auprès les laïques ?

Dans certaines paroisses, il y a des équipes d’animation pastorale. Dans nos campagnes, on n’a plus un prêtre par village. C’est important qu’il y ait des chrétiens qui prennent en charge l’ouverture des églises pour que ça reste un lieu de prière. On a de plus en plus besoin des laïques. Il y a des enjeux de formation. Il faut travailler dans le même sens. »

5 comments

  1. rocheteau

    Monseigneur, merci pour ce souci que vous avez de la vitalité spirituelle de votre diocèse.
    oui les laïcs ont un rôle de plus en plus important pour l’ouverture l’entretien la surveillance de nos églises pour qu’elles restent lieu de prière ! s’il vous plaît ne privez pas vos églises de la Présence matérielle de Notre Seigneur dans son Eucharistie, veillez à ce que cette Présence sacrée soit mise en valeur, toujours bien centrale, fleurie et si possible éclairée… que le silence s’impose par la majesté du lieu et le respect dû à son Hôte divin.
    je ne comprends pas ces églises sans tabernacle, où l »on cherche en vain le lieu retiré et si caché où sont entreposées en catimini les saintes Espèces…. nos église sont avant tout chrétiennes, signes de notre foi en Jésus Christ , vrai Dieu et vrai Homme. et chaque église est d’abord SA maison

  2. karr

    L’évêque de Cahors comme ses confrères seraient bien avisés de redonner à l’enseignement catholique sa véritable identité.
    Au début des années 80,j’étais alors bien jeune,nous avons fait reculer le gouvernement socialiste afin de maintenir l’enseignement catholique,à présent je ne manifesterais plus car il n’y a plus de différence entre le public et l’enseignement catholique.
    Plus de catéchisme,plus de signes religieux,plus de présence de prêtre ,de religieux ou religieuses,dans ces conditions ces établissements disparaitront,c’est la seule chose qu’ils méritent

  3. Féru

    Encore un complice de l’invasion de clandestins et du suicide de l’occident chrétien ! A-t-il pensé à ceux qui vont vivre à côté comme à Calais ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *