2

Il faut que nous n’ayons pas de complexes à exprimer nos convictions

Download PDF

Interrogé dans Valeurs actuelles, Mgr Aillet déclare :

2« Il faut que nous soyons fiers de notre identité, que nous n’ayons pas de complexes à exprimer nos convictions mais en gardant une attitude qui reste celle de l’humilité de la foi et de la charité. L’Église ne revendique pas pour elle-même, elle est au service de causes qui la dépassent : la liberté religieuse, les droits fondamentaux de la personne humaine, à commencer par les plus petits, elle revendique pour qu’un certain nombre de valeurs structurant la société ne soient pas menacées, comme dans ce projet de loi du mariage dit “pour tous”. L’Église n’a pas vocation à s’engager dans la bataille politique, elle intervient dans la politique de manière médiate à travers une réflexion rationnelle, parce qu’elle a quelque chose à dire sur la vie de l’homme et le bien commun de la société. D’abord parce que nous croyons en un Dieu qui a créé l’homme à son image. Donc Dieu a quelque chose à dire sur l’homme et sur ses relations sociales, puisqu’il a fait que l’homme est social par nature et par création — et donc notamment sur la famille et le mariage. C’est inscrit en particulier dans la Genèse : « Homme et femme il les créa », etc. En se faisant homme en Jésus-Christ, Dieu a assumé toute notre condition humaine. Comme dit le Concile, « le mystère de l’homme ne s’éclaire vraiment que dans le mystère du Verbe incarné. […] Le Christ […] manifeste pleinement l’homme à lui-même et lui révèle la sublimité de sa vocation » (Gaudium et Spes). Cela veut donc dire qu’il y a quelque chose de ce qu’est une personne humaine, non seulement en lui-même mais dans ses relations, qui fait partie intégrante de l’annonce de l’Évangile. »

8 comments

  1. gaudet

    Je pense fondamentalement nécessaire de commenter le concept selon lequel l’Eglise ne revendique pas pour elle même, ne doit pas s’engager en politique, et doit faire preuve de la plus grande humilité possible.

    En fait , l’accumulation de ces formules sont exprimées par ce prélat , dans le but de renforcer l’idée conciliaire que l’Eglise catholique et les chrétiens doivent adopter un « profil trés bas »et accepter en fait sans révolte , les situations auxquelles les soumettent non seulement les pouvoirs publics nationaux , mais également d’autres organisations politiques .

    En réalité l’attitude morale apparente de Monseigneur Aillet, se trouve en contradiction avec celle de l’archevêque Muller qui , revendiquant un droit au respect pour l’Eglise, n’hésite pas à fermement dénoncer les crimes sans nombre dont elle est actuellement victime, d’une manière injuste.

    Pour autant que la charité spirituelle soit en effet une vocation traditionnelle, l’Eglise catholique en sa qualité d’institution sacrée , peut revendiquer légitimement le respect de la société extérieure, mais également la pleine liberté d’accomplir sa mission. J’affirme ici qu’il est interdit de mépriser ouvertement la Sainte Eglise et ses membres chrétiens, et donc les autorités ecclésiales dirigeantes s’égarent et se trompent gravement , en renonçant de manière abusive à ce droit fondamental à la considération.

    J’affirme même ici que l’humilité foncièrement excessive dont on fait preuve les chefs de l’Eglise en application de la pastorale de Vatican 2, se trouve en partie responsable de l’instauration d’un climat de mépris quasi généralisé dont nos frères chrétiens sont victimes de part le monde, et donc des persécutions sanglantes menant à terme, à l’accomplissement épouvantable d’u processus d’éradication.

    Ainsi donc les persécutions et les assassinats de chrétiens ont pris une telle ampleur dans le monde, le mépris dont fait l’objet l’Eglise en France, a atteint un tel niveau, que la fameuse pastorale de « l’humilité » doit être considérée comme caduque et nuisible!

    Bien au contraire les chrétiens, doivent non seulement affirmer leur conviction mais revendiquer très fermement le respect et donc la sécurité qui leur est due, en employant tous les moyens disponibles en ce sens!

    Par ailleurs le concept selon lequel l’Eglise doit affirmer sa neutralité politique est lui même sans fondement , car si sa mission première est essentiellement spirituelle, malheureusement le monde politique et les pouvoirs publics ennemis , s’attachent à lui porter préjudice d’une manière dangereuse , au point de compromettre l’accomplissement de cette mission, et de détruire les structures chrétiennes dans la société humaine.

    Autrement dit les autorités ecclésiales, face aux multiples agressions dont l’Eglise est victime, sont contraintes, même à leur corps défendant, de déterminer la force politique la plus apte à protéger les intérêts de cette institution sacrée. Mais également ces mêmes autorités ne doivent pas hésiter à dénoncer avec réalisme les forces politiques ennemies de la foi et de la morale salvatrice, et les condamner publiquement.

    Par conséquent nous devons nous en qualité de catholique nous garder de toute humilité excessive. L’humilité demeure une vertu première quand elle s’affirme comme attitude fondamentale face à Dieu, mais non pas face au monde extérieur bien souvent pervers et mauvais!
    et surtout pas face à nos ennemis gauchistes ou aux monstres musulmans assassinant nos frères chrétiens dans des conditions atroces!

    Si tant est que notre Seigneur Jésus Christ s’est lui même plongé dans une très sainte colére face aux marchands du temple, nous même qui sont ses disciples, tout en affirmant notre humilité face à Dieu, devons manifester une puissance révolte légitime devant les outrances morales des gouvernements occidentaux ( dont celui de la France) et condamner ouvertement les multiples crimes de l’islam.

    Charité et humilité oui! mais ces qualités doivent être maniées avec prudence et en tenant pleinement compte de la réalité imposée par un monde et une société dévoyés! C’est à dire que les chrétiens doivent défendre la
    VÉRITÉ! les conduisant à affirmer leur foi, fondée sur l’évènement incontournable de la résurrection de notre Seigneur, mais aussi dénoncer l’islam comme étant une hérésie criminelle et dangereuse, ayant fait l’objet d’une condamnation unanime des docteurs de l’Eglise des 7 et 8° siècles !

    Finalement le texte de ce message s’inscrit entièrement dans la continuité rationnelle de ma démarche apurés de l’Évêque de Bayonne ,ayant consisté à lui écrire une lettre , le mettant en demeure de déposer une plainte judiciaire contre l’organisation IPEH ANTIFAXISTA , pour déclarations violentes envers la communauté chrétienne.

  2. Melmiesse

    Très bien, pas d’humilité excessive ce serait risible, mais j’ignore s’il faut envoyer Mgr Aillet seul devant un tribunal: une règle générale dans l’armée: quand on engage une guerre il faut être sûr de la gagner, il aurait intérêt à avoir l’Eglise derrière lui en face de la justice Taubira

  3. gaudet

    Réponse à Melmiesse

    Le secrétaire de l’évêque de Bayonne m’a transmis un message de la part de Monseigneur Aillet , par lequel il s’engageait à formuler une réponse réfléchie , à ma demande de dépôt de plainte contre l’organisation IPEH ANTIFAXISTA.

    Dés que je serai en possession de la réponse de l’évêque , je la communiquerai sur l’observatoire de la christianophobie, car j’estime que les chrétiens et en particulier les fidèles catholiques du diocèse de Bayonne et des localités qui y sont rattachés ,sont en droit de connaitre l’attitude de leur évêque, face aux agressions intolérables dont son troupeau est victime. Donc les fidèles d’un diocèse , sont en droit de connaitre l’exacte personnalité de leur pasteur et la nature de la politique pastorale qu’il entend mener sur le terrain.

    Dans le mesure ou cet évêque solliciterait l’aide et le concours de ses fidèles , pour mener son action judiciaire , par exemple sous la forme d’une pétition de soutien, nous serons donc investis , effectivement , du devoir de lui apporter toute notre aide dévouée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *