_97a0305

Inauguration des orgues de Saint Ferréol-Les-Augustins

Download PDF

Le samedi 30 mai, Mgr Pontier a béni, au cours de la messe, l’orgue « Zeiger » restauré de l’église Saint-Ferréol-Les Augustins, muet depuis une vingtaine d’années. Né en 1805 à Hartmaannsweiller, Augustin Zeiger, maître d’école, professeur de piano et organiste, s’établit à Lyon en 1826 comme facteur d’orgues. En 1844, il construit pour l’église Saint-Ferréol-Les Augustins un orgue dans un buffet néo-gothique. Voici la bénédiction :

Dieu, qui as rendu l’homme
capable d’exprimer par la musique sa joie et sa peine,
nous te prions :
daigne bénir cet orgue
grâce auquel nos cœurs et nos voix 
seront davantage unis pour te célébrer.

Daigne aussi bénir tous les musiciens qui le feront sonner :
que ton Esprit les inspire
afin qu’ils rendent gloire à ton nom
et soutiennent le chant de l’assemblée.
Et comme cet instrument ne fournit qu’une seule musique à partir de la multitude de ses tuyaux
et de la richesse de ses timbres,
fais de tous les membres de ton Église un seul peuple, 
le corps de ton Fils.

Lui qui règne pour les siècles des siècles.
Amen.

S’ensuivit le dialogue entre l’archevêque et l’orgue. A chaque invitation, l’organiste répond par une improvisation qui en illustre le contenu. Puis s’ensuivit la messe :

ap1000171

7 comments

  1. Pinson

    Et comme toujours, pas de crucifix sur l »autel et un vulgaire porte cierges d’un seul coté , pauvre Eglise, ce n’est pas comme cela que tes ouailles reviendront vers Toi , une hostie plus grande que jamais,et, sans doute des prêtres sans soutane, pour être vite en « civil », étonnons nous que certains s’en vont ailleurs, comme le disais Michel de Saint Pierre, « le vers est dans le fruit »

    • toto

      Et oui, quand on concélèbre à six, il faut une grosse hostie. Bientôt une pizza XXL?. Et au lieu de 6 messes dite par chacun des six prêtres, on a une seule messe. Quelle économie! Ou quelle paresse…

    • toto

      Aux Augustins, il y a 3 autels. L’ancien en marbre dans le chœur au fond de l’abside, un autel en marbre dans le même style pour les messes Paul VI devant, aussi dans le chœur (on l’aperçoit sur la photo). Et l’horrible « table » devant le chœur, dans la nef, avec le peuple, pour bien signifier qu’on se moque de l’aspect « sanctuaire » du chœur (le Saint des saints du temple juif) et qu’on assiste à un repas, pas au sacrifice non sanglant du Christ.
      Seul l’autel ancien a une croix.
      Les rubriques, même pour la messe Paul VI, demandent la présence d’une croix sur l’autel. Mais chacun fait ce qu’il veut…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *