cimetiere

La CEF doit se doter d’un organisme chargé de collecter tout vanda­lisme

Download PDF

Dans Christianophobie Hebdo (papier), Daniel Hamiche, rédacteur de l’Observatoire de la christianophobie (web), fait une suggestion intéressante :

« Grâce à un lecteur, L’Obs a été le premier média à signaler, le 21 septembre, un acte par­ ticulièrement odieux qui s’est déroulé, fin juin dernier, dans l’église du Sacré­-Cœur d’Aurillac (Cantal). L’église fut saccagée et les malveillants poussèrent même leur malfaisance jusqu’à uriner sur l’autel… Mon infor­mateur, tout à fait fiable, tenait cette information de “deuxième main”, car il n’était pas à Aurillac au moment des faits.

Pour avoir des précisions sur la date exacte de l’événement et en savoir un peu plus sur la na­ ture de ces actes, j’ai fait ce que font tous les journalistes: j’ai de­ mandé, par courriels du même jour, confirmation et détails: au curé de la paroisse et au diocèse à laquelle elle appartient.

J’attends toujours la réponse du curé… Le diocèse de Saint­-Flour me répondit le lendemain par le truchement de son service de communication : il confirmait que des actes de vandalisme s’étaient bien produits et que l’église était, depuis le 1er juillet, fermée sauf aux heures des offi­ces. Mais la réponse ne contenait aucune précision sur la nature des actes de vandalisme.

Un second courriel adressé au diocèse, rappelant ma précédente demande, me valut la réponse suivante : « Je ne peux pas vous dire que je ne sais pas puisque j’ai eu l’information complète, ce­ pendant nous ne souhaitons pas divulguer les actes qui ont été faits… »

Circulez, il n’y a rien à voir ! En­ core dois­je m’estimer heureux d’avoir reçu une réponse, même élusive : la plupart du temps je ne reçois pas de réponse du tout ! On constate ainsi, chez les res­ ponsables ecclésiaux (curés, évêques, services diocésains), une forme surprenante de “cul­ture de la dissimulation” dont on a bien du mal à comprendre la raison.

Comme pour une maladie, ce n’est pas en taisant la christiano phobie qu’on la guérira, bien au contraire.

Il serait temps que les diocèses – voire la Conférence des évêques – se dotent d’un organisme chargé de collecter tout acte de vanda­lisme et de profanation contre les lieux de culte, et en communique le détail à ceux qui sont chargés d’en informer le public. De la “transparence” en ces affaires, est­-ce trop demander ?

7 comments

  1. garmon

    Il me semble que les évêques, en partie pour faire pièce à l’AGRIF, ont mis sur pied une association ou structure chargée de lutter contre la christianophobie. On n’en entend jamais parler.

    Tendre l’autre joue, ce n’est pas se taire.

    Jean, 18, 23
    Jésus lui dit: «Si j’ai mal parlé, explique-moi ce que j’ai dit de mal; et si j’ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu?»

    Dieu vous garde

    Garmon

  2. noelle

    « ON » pourrait objecter que cela « pourrait » donner des idées à d’autres,ce qui n’est pas faux ! mais comme nous sommes dans l’étalage de tout ce qui se passe de moche puisque manifestement les médias, le public adorent cela : crimes et accidents de tout genre…attaques odieuses contre les personnes, les biens, les religions etc….je ne vois pas pourquoi les catholiques seraient les seuls à ne pas faire savoir qu’ils sont quotiennement pris pour cible, dans leur croyance,dans leur pratique et dans leurs eglises, cimetières et toute statue ou objet public affichant depuis des siecles que la France a des origines chrétiennes et qui font partie de notre patrimoine.

  3. Sami

    C’est la force bloquante de l’idéologie.
    On ne veut pas reconnaitre les faits car, selon l’idéologie, on éveillerait la haine qui somnole chez les victimes. À force de sanctionner d’avance une éventuelle justice de la vengeance , on en est venu à promouvoir une culture du crime .
    Et, dans la sphère religieuse c’est plus grave . Les chrétiens , en refusant de le stygmatiser, justifient les crimes dont ils sont victimes au nom de la Miséricorde divine. Tandis que, selon un rapport de symétrie inversé, les musulmans justifient les crimes qu’ils commettent au nom d’Allah miséricordieux.
    Tout baigne dans le meilleur des mondes mensongers.
    Mais surtout il faut se taire . Taqqya et Tais-toi vont de pair.

  4. Yous

    Avec tous les moyens de communication dont nous disposons aujourd’hui, il n’est pas admissible que des actes de ce genre restent ignorés, encore moins les persécutions des chrétiens à travers le monde, estimées à des dizaines de milliers !
    En plus, étant la religion, de loin la plus nombreuse et la plus pacifiste du monde et celle qui incarne les valeurs humaines les plus profondes et les plus nobles, il est étonnant de constater qu’elle est la plus persécutée !
    Cherchez à qui est la faute !
    Qu’est-ce qui empêche que chaque curé communique au bureau de son évêque et que ce dernier celui du pays, et finalement, celui-ci communique à son tour les données à une banque centrale de la persécution l’église !
    Et par la suite, nous agissons en conséquence.

  5. lapome

    vous rêvez?? que les évêques de France prennent une responsabilité de cet ordre,non mais,pasdamalgame bien sûr
    il faudrait qu’ils aient du courage et qu’ils soient fier de ce qu’ils sont (ou devraient être)

  6. Françoise

    Dieu que cela doit être difficile pour vous Monsieur Hamiche, quand vous vous heurtez à l’hostilité non seulement des ennemis du christianisme, mais des hommes consacrés censés le défendre et « partir en croisade » précisément contre ces ennemis du christianisme ! Effectivement ce silence opaque est suspect et la création par la CEF d’un organisme chargé de collecter tous les actes de vandalisme et de profanation des lieux de culte chrétiens est une excellente idée. Ces informations pourraient être diffusées largement dans le public et au gouvernement pour qu’il cesse de répéter qu’on est très vigilent pour lutter contre les déprédations de synagogues et de mosquées uniquement.

  7. France

    Imaginez! Si la vérité était connue, ces méchants chrétiens prétendument de droite pourraient s’en saisir! Et ça pourrait déplaire aux tenants du politiquement correct. Dépassé le « Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie » ! A ranger au magasin des accessoires!
    Ces clercs démontrent avec un bel acharnement leur conversion aux fausses valeurs du monde, leur mépris du Christ, leur mépris des chrétiens et de l’Eglise: comptons sur eux pour continuer à la faire sombrer!… Rien de nouveau, certes.

    A nous de refonder l’église primitive!

    Bref merci à Daniel Hamiche de nous informer de la difficulté à informer dans ces conditions. Sans ce travail nécessaire mais ingrat, nous resterions dans l’ignorance de faits qui nous concernent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *