La-COMECE-et-l-economie-sociale-de-marche_visuel-2

La COMECE met en garde l’UE

Download PDF

La Commission des épiscopats des communautés européennes plaide en faveur d’une relance des valeurs fondatrices qui sont à la base du projet européen. Dans un éditorial signé par son secrétaire général, la Comece reproche aux dirigeants européens d’élaborer des politiques purement réactives face à des situations qui restent exceptionnelles. Le Père Patrick Daly évoque les attentats contre Charlie Hebdo, puis le carnage du 13 novembre à Paris ; la crise politique, économique et sociale en Grèce ; l’euro en péril, la monnaie commune qui est au cœur même du projet européen ; la crise des migrants, dommage collatéral des conflits qui se déroulent aux portes de l’Europe ; les menaces qui pèsent sur l’espace Schengen, une des clés de voûte du projet européen. Les gouvernements n’avaient pas prévu ces secousses, ou les avaient sous-estimées et ont réagi dans l’urgence, mauvaise conseillère.

Les évêques européens appellent de leurs vœux une société ouverte, libre, accueillante et démocratique. Ils aspirent à la mise en place d’une Europe où tous les citoyens, porteurs des valeurs européennes, aient un rôle à jouer dans le façonnement de la communauté. Ils rejoignent ainsi les exhortations du Pape François appelant les Européens à reprendre leurs responsabilités et à faire revivre leur bagage extraordinaire de valeurs. L’Europe apparait fatiguée, vieillie, ses idéaux semblent écrasés par le technicisme bureaucratique de ses institutions. Si elle n’est plus capable de s’ouvrir à la dimension transcendante de la vie, a prévenu le Saint-Père, l’Europe risque de perdre son âme et même l’esprit humaniste qu’elle aime et revendique.

Source : Radio vatican.

12 comments

  1. Carolus Magnus

    Pourquoi tant de périphrases et de circonvolutions tortueuses pour éviter de réaffirmer les racines chrétiennes de l’Europe ???
    N’a-telle pas été « bâtie » avant l’heure par la dissémination partout en Europe, par les monastères des moines et moniales bénédictins ? Saint Benoît n’est pas Saint patron de l’Europe !
    Et que dire du rayonnement du gothique et des Cathédrales qui sont autant d’expressions de la foi vivante de l’Europe du XIII°siècle à nos jours ???
    Si nous continuons à ne pas regarder ces choses là en face, nous serons submergés par nos défauts à commencer la couardise de celles et ceux politiques qui vendent leur âme au diable contre des bulletins électoraux des minorités y compris musulmanes.
    Enfin que n’a-t-on pas entendu comme villénies stupides à l’endroit de la Hongrie voulant arrêter un déferlement de « migrants » organisé par des passeurs sans aucun scrupule !
    Or c’était l’obligation de cet état européen de défendre les frontières extérieures de l’UE ! Depuis ? Silence…
    Et que dire de ces assassins djihadistes qui se sont infiltrés massivement dans ce trou béant du flux incontrôlé de millions de « migrants » et qui viennent en Europe pour tuer ?
    Le tout au nom d’un Islam conquérant !
    Oui, force est de constater que nous sommes faibles parce que nous avons tous publiquement abdiqué, renoncé, à ce que nous sommes ! Dis moi d’où tu viens et je te dirai qui tu es !
    Aussi simple que cela.
    Alors affirmons la chrétienneté de l’Europe !
    Du Portugal à l’Oural et jusqu’à Moscou.
    Sinon tout va s’effondrer.

  2. Delmau

    Cette réaction est affligeante, pour étaler l’ignorance historique de cette Commission. L’Europe n’a jamais été un projet ouvert en faveur de la liberté des peuples, mais un projet de type socialiste et impérialiste, confié par Hitler en 1936-37 à un groupe de juristes pour organiser un nouvel empire européen après la victoire prévue. Il devait être mené à bien par la soumission des pays d’Europe à un faisceau contraignant de normes et de règlementations insidieuses. Comme l’explique François Asselineau, ce projet a été récupéré par les Etats-Unis par le biais de Walter Hallstein, un de ces juristes nazis, qui a été ensuite poussé à la Présidence de la Commission européenne. Jacques Delors, un des principaux promoteurs de l’UE, a d’ailleurs déclaré que ce projet n’était pas démocratique, mais relevait du « despotisme éclairé ».
    Le système de Schengen est quant à lui indispensable à la libre circulation des personnes et des capitaux, base du libre-échange intégral objet de l’UE, et qui a en premier facilité tous les trafics d’armes et de drogues, sans parler des fraudes fiscales et des évasions de capitaux.
    Quant à l’euro, la majorité des économistes, et notamment les Prix Nobel, considèrent que c’était une grave erreur et qu’il est définitivement condamné. Il serait étonnant que lesdits membres de la Comece puissent le sauver.
    L’Europe n’a pas vraiment vieilli, c’est seulement l’expérience qui démontre année après année que c’est un système anti-démocratique et irresponsable, donc inviable, qui essaie de se sauver par la fuite en avant, fuite qui ne saurait durer éternellement.
    Prions pour que nos pasteurs, s’ils veulent vraiment se mêler de politique et de finance, commencent par se former à ces disciplines, et s’informer correctement.

    • Loïc Pilven le Sévellec

      Schengen n’a pas été créé (et d’ailleurs en dehors des institutions européennes) pour permettre la libre circulation des capitaux et des personnes, qui n’avait pas besoin de ça
      la raison d’être de Schengen est que les états concernés se sont rendu compte qu’ils étaient incapables de contrôler leurs frontières, et ont essayé de mutualiser ce contrôle pour le rendre plus efficace et surtout moins couteux; on s’est rendu compte depuis que le système adopté posa

  3. toto

    « Les gouvernements n’avaient pas prévu ces secousses »
    Bien sur que si: tout est programmé pour détruire la civilisation chrétienne, seul obstacle au gouvernement et religion mondiaux de l’Antéchrist. Ces évêques ont choisi leur camp celui de larbins de l’Homme d’Iniquité.
    D’accord avec Carolus Magnus.

    • Kevin

      Détruire la civilisation catholique en France et en Europe, depuis 50 ans, les promoteurs de vatican2 en sont les plus coupables acteurs et surtout le Pape paul6 le pape franc maçon soutenu par les hérétiques protestants.

  4. Pauvre Europe massacrée depuis plus d’un siècle, méthodiquement massacrée, reçoit le « coup de pied de l’âne » (c’est-à-dire un coup alors qu’elle ne peut plus rendre, car trop faible).

    Car elle ne reçoit que des reproches la pauvre Europe ! Il est vrai qu’ils sont inscrits dans les textes institutionnels.

    Pas un mot de compassion ou de remerciement pour elle ! Ce serait « raciste ».

    Elle ne fut ni n’est sans tache la pauvre Europe, mais mérite-t-elle ces reproches incessants ? Ne fut-elle avec la France, l’éducatrice des peuples, n’a-t-elle pas dépensé son argent et sacrifié la vie de ses enfants pour le reste du monde et pour l’Église ?

  5. Hervé Soulié

    L’Europe ? C’est l’Union soviétique moins le KGB.
    L’Union européenne ? Aussi irréformable que l’URSS.
    Pourquoi faut-il que des évêques européens jugent utile de mettre leur grain de sel dans cette construction informe, orgueilleuse, prétentieuse et vouée à l’échec ?
    N’ont-ils vraiment rien de mieux à faire ?
    Promouvoir le religion de Jésus-Christ par l’évangélisation, par exemple.

  6. Courivaud

    encore un machin qui ne sert à rien, qui coûte cher et qui n’a aucune valeur magistérielle.

    Ce serait peut-être bien de l’écrire, avec un éditorial à l’appui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *