« La culture ici vient de la foi, c’est évident »

Download PDF

Mgr Marc Aillet était en visite pastorale à la paroisse du Bienheureux François Dardan qui regroupe neuf villages autour d’Hasparren. Au cours de cette visite de cinq jours, il a rencontré les enfants du catéchisme, les personnes âgées, le conseil pastoral, les catéchistes, les gens actifs dans la paroisse. L’évêque a aussi visité des entreprises, les maisons de retraites, des exploitations agricoles. Il témoigne :

« J’ai reçu un très bon accueil. Je suis heureux de ces cinq jours en immersion dans une paroisse qui est très dynamique ; il y a une belle vitalité paroissiale mais aussi un grand dynamisme économique, social, associatif, professionnel, avec une croissance des emplois, un attachement à transmettre les valeurs, la langue, la culture ».

Au journal Sud-Ouest, l’évêque de Bayonne ajoute :

« La vitalité de cette paroisse, par rapport à d’autres, montre qu’il y a encore un terreau chrétien. Le fait qu’on ait moins de prêtres a provoqué le regroupement de nos paroisses, beaucoup de laïcs y sont déjà très engagés. Mais eux aussi souffrent du manque de relève, donc ce ne sont pas seulement les prêtres qui vont manquer, ce sont aussi les laïcs. Plus il y a de prêtres, plus il y a de laïcs engagés ; il faut donc des vocations nouvelles.

Qu’attendiez-vous de la rencontre avec les élus ?

Moi j’attendais de leur parole ; ils sont les acteurs principaux de la vie sociale et ils ont une responsabilité qui est presque un sacerdoce aujourd’hui. J’attendais qu’ils me parlent de vitalité, des atouts de leur territoire, de voir les défis qu’ils avaient à relever, et aussi de voir quels sont les lieux où nous avons des collaborations possibles.

Longtemps la religion était liée à l’identité basque. Qu’en reste-t-il aujourd’hui ?

La culture ici vient de la foi, c’est évident ; la culture est chrétienne on le sent. Un des exemples, qui me semble important à maintenir, c’est Pesta Berri, toute la commune est concernée et on sent que pour les jeunes de ces villages que j’ai rencontrés, la transmission de cette tradition est importante. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *