XVM50459df4-8c32-11e5-a72d-5a82671dcda4

La laïcité à la française n’offre pas de réponse véritable à l’islamisme

Download PDF

Pierre de Lauzun, économiste reconnu, spécialiste de doctrine sociale de l’Eglise, est le lauréat 2015 du Prix international « Economie et société » de Centesimus Annus – Pro Pontifice, la fondation vaticane créée par Jean-Paul II en 1993 dans le but de promouvoir la diffusion de la doctrine sociale de l’Eglise. Elle a récompensé l’économiste français pour son ouvrageFinance. un regard chrétien. De la banque médiévale à la mondialisation financière (Embrasure, 2012).

Reconnu pour ses propos modérés et pondérés, il se livre ici à une analyse de la laïcité argumentée, mais sans complaisance.

A la suite des terribles évènements qui ont frappé la France en novembre le thème de la laïcité est de nouveau mis en avant. Les religions sont coupables. Toutes. Plus on les refoulera dans l’espace privé, et plus l’espace public sera neutre, moins on aura de violence. Les intellectuels ne sont pas en reste dans la dénonciation.

Comment peut-on manquer à ce point de sens historique ? Et même d’un regard un tant soit peu lucide sur le monde actuel ? Ils nous rappelleraient deux faits fondamentaux. D’abord que l’essentiel de la violence, et notamment de la violence intolérante, depuis trois siècles, est le fait de doctrines politiques, et plus particulièrement de doctrines laïques et antireligieuses. Ensuite que de même qu’il y a des conceptions politiques bonnes ou mauvaises, dangereuses ou utiles, les religions ne sont pas semblables – notamment en regard de la violence et de l’intolérance.

Rappelons donc les faits. Depuis 1789 le monde a connu une considérable accélération et intensification de la violence collective. Sur le plan militaire avec la conscription qui a conduit à la mobilisation pour la guerre de millions puis de dizaines de millions de personnes, pour continuer avec le massacre en masse des civils – qui a culminé avec les bombardements de la seconde guerre mondiale, notamment par les Alliés, mais qui continue trop souvent à caractériser la guerre moderne. Désormais on pourrait presque dire dans bien des cas que les civils constituent la principale cible de l’action guerrière.

Sur le plan politique ensuite avec les effroyables massacres de la Révolution française d’abord, que suivront les autres révolutions, notamment mexicaine, russe et chinoise ; sans parler des génocides nazis. Tant par le nombre des victimes que par la systématicité de ces massacres, ils sont sans précédent, en valeur absolue comme en valeur relative. Le nombre total des victimes dépasse allégrement les centaines de millions. Toutes ces révolutions et analogues étaient en outre de façon caractéristique violemment antireligieuses et notamment antichrétiennes.

Quelles sont les violences religieuses comparables sur la période ? En comparaison avec ce qui a été cité, elles sont presque négligeables. Les seules un peu significatives sont les génocides arménien et chaldéen, aux mains des Jeunes Turcs pendant la première guerre mondiale. Mais on le reverra, l’Islam est à part – et à côté des laïcs, il reste petit bras. Du côté des autres religions, rien de significatif. Côté chrétien, c’est essentiellement côté victime que cette religion apparaît.

Regardons maintenant le monde actuel. Le phénomène de l’islamisme saute aux yeux. Mais hors Islam, où est cette résurgence générale du fanatisme et de la violence religieuse que l’on dénonce ici ou là ? Ne parlons pas des cas où l’appartenance religieuse est un pur vocabulaire, désignant des appartenances nationales ou régionales, comme en Irlande du Nord ou en Yougoslavie. Du côté des chrétiens, depuis fort longtemps, on ne peut citer aucun cas où ils soient fauteurs de violence religieuse ; et un très grand nombre où ils sont persécutés comme tels, en général par un pouvoir laïque ou musulman. Persécutés souvent, persécuteurs jamais ou presque, les chrétiens sont clairement à part. Pas beaucoup non plus de persécutions par des bouddhistes, sauf ponctuellement à l’égard de musulmans en Birmanie et en Thaïlande, mais ce sont des ethnies allogènes et le facteur xénophobe est central. Les juifs religieux extrémistes sont un phénomène limité mais réel ; ceci dit la question des rapports israélo-palestiniens les dépasse massivement. Plus préoccupant est en Inde l’émergence d’un hindouisme extrémiste et agressif, dont la violence frappe musulmans et chrétiens. Mais là aussi la composante nationaliste est essentielle. Tout ceci est très regrettable mais comparé avec les autres causes de violence ce n’est qu’en facteur relativement mineur.

En fait et de très loin le phénomène de la violence religieuse à notre époque se relie directement à l’Islam ou une forme d’islam. C’est évident avec le terrorisme, Daech, al Qaida et tous leurs avatars. Mais c’est vrai aussi dans une grande partie du monde musulman et sur ses franges, du Mali à l’Indonésie. Je l’ai rappelé ailleurs avec beaucoup d’autres : il y a une spécificité du rapport historique de l’Islam avec la violence et la guerre. Bien sûr les tenants d’autres religions ont pu être coupables de violences significatives à certaines époques (chrétiens compris comme on sait). Mais seul l’Islam a dans ses références constitutives, Coran, hadîths et vie du Prophète, une relation avec la guerre et la conquête violente qui est unique. Cette génétique ne s’active que chez certains et à certains moment, mais elle est constitutive. Et d’ailleurs la grande majorité des pays aujourd’hui musulmans le sont par suite d’une conquête militaire.

Surtout, la majorité paisible n’y a pas fait l’effort de déployer les ressources intellectuelles qui lui permettraient de définir un Islam clairement dégagé de ces références conquérantes, avec toute la révision des postulats fondamentaux que cela suppose (littéralité du Coran, exemplarité du prophète, sélection des hadiths etc.).

Malgré ces faits patents et connus, le parti-pris occidental dominant, par masochisme, antichristianisme, paresse, ou – surtout – par une conception malsaine de la laïcité, est de mettre à priori toutes les religions sur le même plan. Pourtant le prophète Muhammad a passé une bonne partie de sa vie le sabre à la main, tandis que c’est inimaginable pour le Christ, le Bouddha et bien d’autres. Faire une telle distinction n’est pas qu’une question intellectuelle. Le parti même de la laïcité, c’est de traiter de façon semblable des situations dissemblables. Ce faisant, on est conduit soit à négliger la question spécifique de l’islâm et à ne pas poser aux musulmans bien intentionnés les questions qu’on doit leur poser ; soit à refouler tout le religieux dans une réprobation générale, et il ne faut pas s’étonner qu’on rompe alors le fil du dialogue avec lui.

Il importe donc et façon vitale de faire les distinctions nécessaires. Les doctrines ou croyances, qu’elles soient religieuses, philosophiques ou politiques, ne sont pas égales. Par respect de la personne et de ses droits, ou par tolérance pratique, il n’y a évidemment pas lieu d’intervenir lorsqu’une de ces conceptions ne trouble pas la vie commune. En revanche quand il s’avère qu’il y a chez l’une d’elle des points présentant des risques réels, on ne saurait répondre à la question par la neutralité laïque. Car dans la pratique soit celle-ci va rester tolérante et elle laissera les tendances nocives proliférer ; soit elle frappera de façon discriminée et injuste d’autres conceptions, inoffensives, ou même franchement utiles, ne serait-ce que pour répondre à la soif de spiritualité ou d’exigences, ou au besoin d’identification, qui s’exprime chez beaucoup de personnes, et que la laïcité ne satisfait pas. La même remarque vaut d’ailleurs pour le politique – et pour la laïcité elle-même, qui peut être bonne ou mauvaise.

Il faut donc un traitement spécifique de l’Islam. Disons-le clairement, la laïcité à la française n’offre pas de réponse véritable à l’islamisme. Elle est trop hostile à la religion pour le croyant, elle la refoule trop dans l’irrationnel privé pour permettre un dialogue fécond. Mais elle est inefficace face à l’islamisme, qui repose de toute façon sur un refus global des diverses conceptions non-musulmanes et s’accommode de la sphère privée, qui lui laisse le champ libre. Et surtout une telle laïcité est incapable de demander à l’Islam ce qui est exigé par la situation, à savoir une révision en profondeur de certains de ses fondements et traditions.

Source Blog Pierre de Lauzun

La ligne éditoriale de Riposte catholique cherche à sortir de la « langue de buis », peu propice à la recherche de la vérité.  C’est pourquoi nous publions volontiers des tribunes libres. Nous précisons cependant que ces tribunes publiées sur Riposte Catholique n’engagent que leurs auteurs. Nous les proposons à nos lecteurs en tant que contributions au débat et à la réflexion. La Rédaction

2 comments

  1. GUINANT

    Analyse remarquable, à laquelle on ne peut que souscrire.

    Toutefois, précisons que les génocides pratiqués à grande échelle à l’encontre des arméniens, des syriaques, des assyriens … par les « Jeunes Turcs » (aidés à l’époque par les kurdes !) n’ont pas été décrétés au nom de l’Islam, même si ce sont uniquement des musulmans qui en sont concrètement les exécuteurs et les responsables.
    L’initiative en revient exclusivement aux membres du gouvernement « Jeune turc », mouvement laïc F:.M:. issu des loges de Thessalonique, alors ottomane jusqu’au début du XXème siècle (cf. Salonique, aujourd’hui grecque).

    C’est donc , la « laïcité-laïcisme » qui est en cause étant, là encore, le principal facteur de violence, comme le démontre si bien par ailleurs l’auteur de cette excellente tribune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *