L’activité homosexuelle masculine, les MST et le cancer

Download PDF

LifeSite rapporte les résultats d’une méta-étude portant sur les maladies et problèmes de santé liés à l’activité homosexuelle masculine, publiée en décembre dernier par la revue scientifique The Lancet et à laquelle relativement peu de publicité a été donnée… on se demande pourquoi.

L’étude porte notamment sur l’incidence des cancers chez les hommes qui ont une activité homosexuelle et les résultats devraient porter à la réflexion : de fait, cette catégorie (« les hommes qui pratiquent le sexe avec des hommes » ou MSM) est exposée à un risque significativement accru d’avoir un cancer. Ainsi, une douzaine des 47 études retenues, et qui portent sur le risque de cancer anal, note un risque notablement plus important chez les hommes qui n’ont pas exclusivement une activité « hétérosexuelle ».

On trouve des taux de papillomavirus humain (responsable aussi de cancers du col de l’utérus, souvent en lien avec une multiplicité de partenaires, chez les femmes) plus importants chez les « garçons » ayant une orientation homosexuelle ou bisexuelle.

L’étude cite une enquête française auprès de patients porteurs du virus HIV montrent que les homosexuels actifs ont une plus forte incidence du papillomavirus que les hétérosexuels qui s’injectent des drogues (85 contre 46 %) et présentent davantage d’anomalies cytologiques (72 contre 36 %).

Autrement dit, pour nombre d’affections, l’activité homosexuelle est un plus grand facteur de risque que le fait de se shooter… 

9 des 47 études montrent que les MSM sont plus souvent infectés par l’herpès humain type 8 associé à une prédisposition au syndrome de Kaposi.

Et alors que l’hépatite B, dont la prévalence en forte décroissance dans la population en général entre 1990 et 202, est de plus en plus présent chez les MSM sur la même période, passant de 7 à 18 % de cette population. Ce virus est associé au cancer du foie.

L’une des études portant sur le cancer des poumons chez 75.164 étudiants en université montre que le risque d’avoir ou d’avoir eu une maladie respiratoire aigüe est significativement plus importante chez les gays et lesbiennes.

Quant aux malades du sida, ils ont un plus fort risque de mortalité s’ils sont des hommes homosexuels par rapport aux hommes et aux femmes hétérosexuels et à ceux qui se shootent. 

Pour les chercheurs, « l’orientation sexuelle est encore largement ignorée par rapport au cancer », et il conviendrait de mener davantage de recherches qui permettrait de connaître « les effets de l’orientation sexuelle sur le cancer, de la prévention au taux de survie ».

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

 

 

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *