le-cardinal-jean-louis-tauran-est-ne-a-bordeaux-en-1943_1106026_460x306

L’Assemblée européenne des religions

Download PDF

Le Cardinal Jean-Louis Tauran, Président du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux, a adressé un message aux participants à l’Assemblée européenne des religions, en cours à Castelgandolfo:

« Dans le document de réflexion de votre assemblée, vous avez souligné les multiples qui se posent aujourd’hui à l’Europe, de la peur de perdre son identité au risque du radicalisme et du fondamentalisme, à une tendance au retrait sur soi, source croissante de xénophobie et d’intolérance envers certaines religions et des minorités. Alors que l’augmentation du flux migratoire est la conséquence de guerres et de régimes dictatoriaux, mais aussi de la crise écologique. Comment pouvons-nous changer la peur en confiance, la discrimination en respect, l’inimitié en l’amitié, l’obsession en solidarité, un style de vie égoïste en altruiste, la culture du rebut en une culture de la bienveillance, la confrontation en rencontre et dialogue? La véritable mission de la religion est la paix parce que religion et paix vont de pair. Aucun chef véritablement religieux ne peut admettre la culture de la déshumanisation et de la violence, la prêcher ou la soutenir. Nous convenons tous que la paix ou à la violence, la confiance ou la peur viennent de l’ homme. La prière, la spiritualité, les gestes de justice et de paix peuvent nous aider à surmonter la vision polarisée qui fait de notre prochain un aliène. En tant que leaders religieux, il est urgent que nous agissions pour transformer la méfiance, la suspicion et l’intolérance en une nouvelle culture fondée sur le respect, la compréhension mutuelle, la non-violence, sur la solidarité et la résolution pacifique des conflits. Notre immense patrimoine spirituel doit servir à oeuvrer ensemble pour remédier à ces maux sociaux et culturels, par le dialogue et la coopération ».

19 comments

  1. toto

    Tous les sujets d’intox y sont: « fondamentalisme, xénophobie (l’homophobie n’est pas nommée, mais elle est incluse dans intolérance contre les minorités), crise écologique. Il manque antisémitisme et complotisme. Rien sur le péché, rien sur l’apostasie larvée, rien sur la manipulation mondialiste, rien sur l’avortement….
    Ste Mère Teresa était prophète quand elle disait que l’avortement empêcherai la paix sur terre. Si nous massacrons les plus faibles et innocents rien ne s’opposera à ce que nous nous entre-tuions.

  2. jejomau

    L’histoire de la Tour de BABEL décrit ce désir diabolique de pénétrer les cieux, en somme de remplacer Dieu. Elle est la réédition du récit du paradis où l’homme et sa femme voulaient aussi devenir comme Dieu (Gn 2-3). Il est remarquable que dans la description du projet humain il n’y a aucune référence à Dieu…

    Si l’on prend lle temps de lire cette histoire, on découvre quelque chose de surprenant. On y énumère les peuples de la terre, les descendants des trois fils de Noé. Après la descendance de Japhet le texte dit : « Tels furent les fils de Japhet, d’après leurs pays et chacun selon sa langue… ». Il est dit clairement, à trois reprises, que les peuples du monde parlent des langues différentes. Puis, tout d’un coup, l’histoire de la Tour de Babel ouvre par: « Tout le monde se servait d’une même langue… »

    En réalité, ce qu’il faut donc comprendre , c’est que si les hommes parlent des langues différentes, les négateurs de Dieu – allez, on dira : les FRANC-MACS aujourd’hui – eux, se comprennent très bien et parlent la même langue : abolition du vrai culte dû à Dieu, persécution des catholiques, et préparation du régime de la Bête…

    Dand l’histoire de la Tour de Babel, Dieu leu a réglé leur compte une première fois. Prions pour qu’il s’occuppe de cette engeance une deuxième fois afin que nous pussions vivre chez nous en Occident avec LA VRAIE RELIGION, la Seule et l’Unique : celle qui adore le Dieu trinitaire !!

  3. yva

    Nous y voilà… ils veulent arriver à une religion acceptable pour tous ; ils vont prendre ce qu’ils appellent le positif dans chaque religion et nous aurons la vérité et l’erreur en mélange. Belle apostasie !!!

  4. montecristo

    Les chrétiens sont tout fait d’accord Monseigneur … ils connaissent l’enseignement de l’Évangile et je ne crois pas que l’on puisse les accuser de tous ces … « multiples » !
    C’est pourquoi je suppose que votre discours s’adresse aux musulmans …n’est ce pas ?

  5. Désolé , Monseigneur , mais allez donc demander aux survivants d’Indiens d’Amérique du nord ce qu’ils pensent de la charité envers l »étranger », sur la terre de leurs ancêtres il y a 400 ans ……ils ne leur reste plus que les « RESERVES » !!!!!

  6. montecristo

    Plus je relis ce texte et plus je me rends compte que c’est un monument de dhimmitude !
    Quand vous aurez réduits les musulmans à la raison, nous pourrons parler de charité chrétienne.
    Pour le moment, vous n’avez pas l’air de vous rendre compte que nous sommes en train d’abandonner tout contrôle, que le peuple est envahi, qu’il tente de faire survivre sa civilisation et qu’il ne vous pardonnera pas de l’avoir placé en difficulté entre sa foi et son devoir … qui n’ont rien de contradictoire !

  7. karr

    Est-ce que nos évêques et la hiérarchie catholique sont vraiment de notre temps et de la même planète que nous?
    D’autre part quel est l’intérêt d’une telle rencontre,n’y a t-il pas plus urgent?

  8. Joseph2

    Cher Monseigneur
    Vos paroles servent sûrement pour un meilleur amour entre les hommes. Cependant Saint Jean écrit que l’antéchrist est celui qui nie la divinité de Jésus. C’est le cas de l’Islam et du coran. Si ce n’est pas votre rôle de les critiquer dîtes-nous qui dans l’Eglise a ce rôle.

  9. DUFIT THIERRY

    Un nom n’est jamais cité dans le texte maçonnique du cardinal Tauran : Jésus Christ.
    Pour le cardinal Tauran Jésus Christ est inutile.
    Jésus Christ qui a dit : Sans moi vous ne pouvez rien faire.
    Mais pour le cardinal Tauran Jésus Christ est démodé.
    Dans ce dialogue inter religieux on en vient à ignorer -et peut être un jour à nier- la divinité de Notre Seigneur.
    Le cardinal Tauran est un hérétique et un apostat.

    • Observateur

      Un nom n’est jamais cité : c’est un fait.
      Pour le cardinal, Jésus-Christ est inutile, démodé, ignoré, renié : c’est une interprétation. C’est votre interprétation.
      Le cardinal Tauran est un hérétique et un apostat : c’est une accusation grave et infondée. Si vous n’avez que des interprétations personnelles, vous commettez la même erreur que Robespierre et Saint-Just.

      Je ne connais pas le cardinal, peut-être est-il ce que vous dites. Il faudrait plus d’éléments pour étayer une hypothèse aussi grave.

      Ne jugez pas, vous ne serez pas jugés.

      J’admet volontiers que le jargon utilisé hérisse le poil. C’est de la langue protocolaire, encore une tentative – que je crois naïve – de convaincre les musulmans des vertus de la non-violence. On n’y gagne pas grand’chose, c’est sûr, sinon se dire plus tard qu’on aura vraiment tout essayé.

      Gardez votre énergie pour plus tard, je crois que nous en aurons besoin.

      Prions l’un pour l’autre,

      • DUFIT THIERRY

        Le devoir d’un évêque est de prêcher la Foi catholique pas de créer une religion universelle maçonnique qui n’a plus rien de catholique. Passer la divinité de Notre Seigneur sous silence n’est pas rendre service aux non-catholiques. Que fait-on du Salut des âmes ?
        Quant à croire que l’on va adoucir les musulmans avec un tel texte laissez moi rire.
        J’ ai plutôt l’impression que ce genre de texte -qui pour eux est un acte de faiblesse- ne va que les encourager à déchainer davantage leur violence contre les chrétiens.

  10. A Z

    Bonjour,

    Attention à ne pas passer à côté de deux des affirmations les plus clairvoyantes et courageuses de ce texte :

    1. « La véritable mission de la religion est la paix parce que religion et paix vont de pair. »

    La réaction qui s’impose est celle-ci : si, vraiment, la véritable mission de la religion, en général, donc de chaque religion, en particulier, est la paix, « parce que religion et paix vont de pair », cela signifie quasiment

    – qu’aucune religion partisane de la violence n’est une véritable religion,

    ou

    – que toute religion promotrice de la violence manque à sa véritable mission,

    ce qui constitue, je le crois, une pierre dans le jardin de toute religion, y compris de telle religion d’inspiration théocratique et d’origine moyen-orientale.

    2. « Aucun chef véritablement religieux ne peut admettre la culture de la déshumanisation et de la violence, la prêcher ou la soutenir. »

    La remarque qui s’impose est celle-ci : si, vraiment, « aucun chef véritablement religieux ne peut admettre la culture de la déshumanisation et de la violence, la prêcher ou la soutenir », cela signifie quasiment qu’aucun chef religieux, notamment s’il est affilié ou appartenant à telle religion théocratique moyen-orientale, ne peut être considéré comme un chef véritablement religieux,

    – dans la mesure où il admet la part de culture de déshumanisation et de violence qui est présente dans sa propre religion,

    ou

    – dans la mesure où il prêche ou soutient cette part de culture de déshumanisation et de violence qui y est présente.

    3. Je suis sans illusions sur le « déficit » de caractère explicite de cette position clairvoyante et courageuse, mais si les mots ont un sens, et je me suis efforcé de respecter le sens de chacun des mots de ces deux phrases, cela signifie qu’il est possible, pour une fois, de prendre appui sur ces mêmes phrases, pour mettre les uns ou les autres en mesure de prendre conscience du problème, de remettre en cause ses origines, et de commencer ou de continuer à mettre en oeuvre « tout à fait autre chose », de plus pacifique et de plus respectueux de soi-même et des autres.

    4. A la vérité, la seule manière de maintenir le dialogue interreligieux à l’abri d’un certain nombre d’ambiguités, et à distance d’un certain type d’aveuglement, pourrait bien être la suivante : faire du dialogue interreligieux une composante du dialogue interculturel, au service de la prise en compte et de la mise en oeuvre de la loi naturelle, laquelle est commune à tous, qu’il soient catholiques ou non, chrétiens ou non, croyants ou non.

    5. Ce serait plus précis et plus prudent que de continuer à donner fréquemment l’impression, par préjugé plus bienveillant que vigilant, de doter les religions et traditions croyantes non chrétiennes de toutes les valeurs, de continuer à les parer de toutes les vertus, religieuses et spirituelles, d’une manière plus indifférenciée que vraiment marquée par une appréciation spécifique sur les fondements et contenus de chacune d’entre elles.

    6. Je rappelle ce texte :

    http://press.vatican.va/content/salastampa/fr/bollettino/pubblico/2014/08/12/0567/01287.html

    et surtout ces phrases :

    « La situation dramatique des chrétiens, des yézidis et d’autres communautés religieuses et ethniques numériquement minoritaires en Irak exige une prise de position claire et courageuse de la part des responsables religieux, surtout musulmans, des personnes engagées dans le dialogue interreligieux et de toutes les personnes de bonne volonté. Tous doivent être unanimes dans la condamnation sans aucune ambiguïté de ces crimes et dénoncer l’invocation de la religion pour les justifier. Autrement quelle crédibilité auront les religions, leurs adeptes et leurs chefs ? Quelle crédibilité pourrait avoir encore le dialogue interreligieux patiemment poursuivi ces dernières années ? »

    Je crois possible de prendre appui sur ce type de propos, pour mettre en mesure, voire en demeure, les clercs catholiques, de prendre conscience du fait que même à Rome, on a commencé, modestement, ou timidement, à comprendre qu’il y a un problème de réalisme et de fécondité du dialogue interreligieux, pour des raisons situées au croisement du fondamental et du contextuel.

    Bonne journée.

    A Z

  11. Pingback: Les photos du jour « Le fou du Roi Louis XVII

  12. Philon33

    En route vers la « Grande Religion » commune à toute l’humanité. Plus de Jésus-Christ Seigneur et Sauveur, juste une espèce de « bonisme » qui servira de viatique à tous ces prélats devenus des fonctionnaires de la nouvelle religion mondiale. Plus besoin d’aller prêcher l’Evangile et de faire des disciples de toutes les nations.
    C’est le début de la grande apostasie !

  13. Observateur

    Jésus Christ n’est jamais cité dans ce texte, c’est un fait indéniable.

    Le reste, ce sont vos interprétations, et elles ne sont pas étayées par le texte.

    Attention aux prismes déformants !

  14. Féru

    Ce qui est choquant, c’est que cet évêque accuse les peuples européens, de culture chrétienne, d’être des égoïstes, des cœurs secs, incapables d’accueillir les malheureux. Il se fout du monde ! Les musulmans radicaux qui commencent à s’imposer partout n’entendent pas ce langage de paix et de tolérance, monseigneur devrait essayer d’aller le leur tenir plutôt que de nous accuser !
    Notre réticence est légitime et c’est l’église catholique moderne qui aura achevé de perdre le monde chrétien, un comble !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *