lalanne

Le baptême ne s’efface pas, même sur les registres

Download PDF

Mgr Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise, a publié un communiqué suite à la décision de la cour d’appel de Caen, qui a infirmé mardi 10 septembre 2013, la demande du Tribunal de Coutances de radier un apostat des registres paroissiaux et diocésains de baptême. En 2011, Mgr Lalanne, alors évêque de Coutances, avait fait appel :

« Le Tribunal ordonnait alors de procéder à l’effacement définitif de la mention selon laquelle le demandeur avait été baptisé, et ce, par tout moyen. Cette décision, à mes yeux, n’était pas admissible. J’étais alors directement concerné et mis en cause en tant qu’évêque du diocèse de Coutances et Avranches. J’avais donc décidé de faire appel de cette décision. La Cour d’appel de Caen infirme aujourd’hui la décision du Tribunal de Coutances. D’une part, les magistrats ont reconnu que la tenue des registres de baptêmes correspond à une finalité légitime dans le cadre de la loi informatique et libertés. D’autre part, les magistrats ont conclu qu’il n’y avait pas, pour cet événement public qu’est le baptême, atteinte à la vie privée. En effet, le registre n’est pas accessible aux tiers et la divulgation de l’information est au surplus le fait du seul intéressé. C’est bien ce que je souhaitais faire entendre en 2011. Bien sûr, l’Eglise restera à l’écoute des personnes qui veulent faire une démarche en vue d’obtenir la radiation de leur nom des registres de baptême : l’Eglise continuera, comme auparavant, à accéder à leur souhait en apposant à proximité de leur nom, sur le registre des baptêmes, une mention qui en atteste. L’Eglise accueille de façon compréhensive ces demandes et respecte la liberté de cheminement de ces personnes. Mais elle se doit aussi d’honorer le sens fondateur et essentiel de l’acte de baptême. C’est l’attitude qu’elle a eue avec le demandeur de la Manche. Elle ne peut pas lui dire : «Oui, votre baptême n’a pas eu lieu.» C’est impossible ! Le baptême, pour les chrétiens, est une nouvelle naissance dans la vie du Christ. Cet événement, d’ordre spirituel, est aussi un acte humain et historique, vécu par plusieurs personnes qui en ont donc été partie prenante ou témoins. Je suis d’autant plus satisfait de la décision de la Cour d’appel de Caen que celle-ci pourra permettre de répondre aux interrogations d’autres diocèses confrontés à des questions similaires

9 comments

  1. nous sommes baptisés pour l’Eternité, les Evèques devraient refuser toute mention sur les registre des baptisés. si certains ne sont plus catholiques, qu’ils le chantent à la cantonnade si ça leur plait,. Par exemple en Norvège, Suède en Grèce il n’y a pa d’inscription d’état civil à la naissance, les bébés sont uniquement enregistrés sur les registres religieux : protestants pour les pays scandinaves et orthodoxes pour la Grèce. ces personnes à l’age adulte pourraient elles être radiées, cela voudrait dire qu’elles n’ont plus d’acte de naissance!!!

  2. bitika

    c’est ce que je repete a tous les Catholiques qui ont devie vers une eglise protestante (evangelistes, baptistes, methodistes, etc…) Baptises Catholiques, ils mourront Catholiques, quelque fut leur parcours terrestre. Tres rares sont ceux qui le savent.
    Je ne souhaite pas trop les accabler, mais quand ils me disent recevoir le Corps et le Sang du Christ, lors de leurs celebrations, je ne peux que Prier pour eux ; ils sont victimes plus que coupables.

  3. Loco

     » L’ Église ne peut pas dire :  » Oui! Votre Baptême n’a pas eu lieu  »  » Merci pour cette imparable logique, Monseigneur Lalannes!
    Tant il est vrai que nous ne pouvons pas effacer notre histoire, surtout quand elle implique des tiers.
    Car  » être baptisé » , c’est , aussi, être accueilli dans une Communauté . Même si nous refusons plus tard, pour d’excellentes raisons personnelles, d’ appartenir à cette Communauté, il n’en reste pas moins que lorsque nous avons frappé à sa porte, elle nous a accueilli.

  4. frannot

    Non seulement « l’acte » a eu lieu, même si on le supprimait des registres – comme on supprimait certains noms dans l’Antiquité, « damnatio memoriae », mais l’Esprit Saint reçu ce jour-là… comment l’efface-t-on ? il est reçu pour l’éternité !

  5. Maurice

    Renier son baptême ?!
    Ne serait-ce pas renier ses parents ? Car ce sont eux qui sont très souvent à l’origine du baptême ; cette personne renie-t-elle ses parents qui auraient fait une erreur en le mettant sous la protection du christ ?!
    L’acharnement de cette personne à ne plus être inscrit sur les registres paroissiaux ne relève-telle pas de la psychiatrie ? Car s ‘acharner à ce point à faire effacer son baptême…

  6. Jean Dupont

    L’Eglise ne devrait pas non plus, dans des statistiques à usage politique, compter les baptisés comme des catholiques. Il y a une différence entre avoir été baptisé dans l’Eglise catholique et se solidariser avec la religion catholique. On peut comprendre que des personnes devenues ennemies du catholicisme ne veuillent pas que leur baptême soit utilisé pour grossir le nombre de ses partisans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *