Le coup de gueule d’Yves Meaudre

Download PDF

Yves Meaudre, directeur de l’association Enfants du Mékong, rappelle nos évêques endormis à leur devoir, suite à l’arrestation arbitraire du jeune Nicolas, condamné à 2 mois de prison ferme pour avoir manifesté de façon pacifique son opposition à la loi Taubira. De fait, le seul évêque à avoir soutenu ce prisonnier politique n’est autre que Mgr Marc Aillet. Chez les autres, c’est silence radio.

Yves Meaudre écrit donc dans un tribune publiée sur Liberté Politique :

« Maintenant, ces jeunes gens doivent être soutenus par toutes les autorités, à commencer par nos évêques, defensor civitati. Leur silence serait insoutenable. S’ils ne parlaient pas courageusement, cela voudrait dire qu’ils n’auraient plus rien à dire. Le courage auquel les appelle le pape François est de témoigner sur le cas de Nicolas.

Nicolas est leur enfant. Il est en prison pour délit d’opinion. C’est leur devoir de père de crier haut et fort leur colère. Ils devraient être au milieu des milliers de jeunes qui se regroupent le soir pour leur dire : « On a touché à mon enfant dont le seul tort est d’exercer sa liberté de parole. » »

26 comments

  1. Hélène

    C’est vrai! Les évêques, prêtres, responsables devraient être tous débouts et mobiliséspour défendre Nicolas. Mais finalement on ne les voit quasi nulle part. Très rarement dans les manifestations, très rarement dans les églises, jamais prêchant ou enseignant… Chut je crois qu’ils sont en réunion.

  2. Belette Daphné

    L’évêque d’Evry, Mgr Dubost, a écrit un communiqué après la promulgation de la loi taubira, à toutes ses paroisses, selon lequel les catholiques sont divisés au sujet du mariage homosexuel, donc il ne prend pas position. il ajoute que l’Eglise est un facteur d’unité de la société et non de division et que nous devons montrer l’exemple avec nos familles. C’est un évêque de gauche et dans ma paroisse, pour la prière du 15 Août pour la famille, seul le passage sur les difficultés des jeunes a été lu, rien d’autre.

  3. Hélène de Beauregard

    C’est ce qu’on peu souventt reprocher à nos Evêques : leur silence …quand on s’attend à ce qu’ils soient les premiers à monter au créneau pour défendre leurs « ressortissants  » ! Lamentable! Le Pape François nous a pourtant bien demandé de nous engager en politique !

  4. guillemet

    Les évêques sont malheureusement, comme une large part de l’Eglise de France, imprégnés d’idées de gauche politiquement correctes. Ils ne diront donc rien, dans leur majorité, et contribuent à la tendance suicidaire de notre société.

  5. Chartron Jacques

    Les évêques de France sont comme les trois petits singes…Ils n’entendent pas, ne voient pas, ne parlent pas.C’est sans doute une forme de courage, mais elle m’échappe.

  6. Denis

    Il me semble qu’un sauveur est venu, il y a quelques années, nous prévenir du comportement des pharisiens politiquement correcte, sure de leur foi !!
    Avons nous à notre téte les mêmes?
    Nos évèques sont-ils nommés dans les paraboles?
    Que Dieu leur ouvre le coeur et les yeux.

  7. gaudet

    Je partage entièrement le point de vue de Yves Meaudre concernant le comportement mental de nos évêques.

    Mis à part des exceptions notables, nos évêques largement imprégnés de Vatican 2 et de mais 68, ne sont plus capables d’adopter une position de droite traditionnelle. Si bien que apostolat , pour beaucoup d’entre eux est quasiment stérile!
    non seulement ils ne convertissent pas leurs frères, en raison de leur modernisme flagrant, mais en plus ils ne constituent plus pour l’Eglise une source de protection contre les agressions extérieures.

    Mon seul espoir réside dans le pape François, qui potentiellement possède en main la capacité de les remuer sévèrement , les contraindre à s’engager positivement, quitte à en sanctionner un certain nombre d’entre eux, comme je crois que cela est nécessaire.

    Cependant cette mauvaise génération de prélats commence heureusement à vieillir, certains mêmes partent à la retraite, et nous pouvons fonder à un autre espoir sur l’arrivée de jeunes plus ardents, aussi vigoureux dans la proclamation de la foi traditionnelle, que dans la défense ouverte et sans concession de l’Eglise contre ses ennemis!

  8. Henri Peter

    Les évêques ont le devoir de parler dans ce cas
    Oui Nicolas a été arbitrairement arrêté pour rien, après une manif autorisée, tabassé, mis au secret par un pouvoir abusant de sa force.
    Le problème vis à vis de ce pouvoir, c’est le que les évêques ont peur de mettre en cause sa légitimité. A nous catholiques divisés ou non de le faire, car il s’agit bien d’un pouvoir qui se survit par l’oppression et qu’il convient de dénoncer sur ce point.
    IL y a un moment où il est chrétien de parler sinon les dommages pour la paix civile seront pires.
    Parlez, évêques de France, vos fils vous en supplient. N’ayez pas peur.

  9. alix

    Je ne suis pas sûre que la place de nos évêques soit en tête de nos manifestations. Leur mission est spirituelle, et l’appel à s’engager dans la vie de la Cité concerne les laïcs. A chacun sa vocation…

    De plus, tous les chrétiens, loin s’en faut, ne sont pas d’accord sur la loi Taubira. Le débat qui a été confisqué par le président Hollande, ce que nous dénonçons, nous ne l’avons pas fait non plus dans notre Eglise de France, ce que je déplore grandement : n’était-il donc pas possible, à la lumière de la Bible et spécialement des Evangiles, de parvenir à un accord? Ou au moins; que nous nous positionnions en comprenant le point de vue de celui qui est en face, et qui a une compréhension différente des Ecritures? (avons-nous prié ensemble dans nos assemblées que l’Esprit Saint nous ouvre à la bonne compréhension du dessein de Dieu sur ce sujet?) En ce sens, je comprends la position de Mgr Dubost, même si je soupçonne que l’absence d’un positionnement net trahit l’absence d’une conviction nette (si nos évêques étaient vraiment convaincus, ne se sentiraient-ils pas l’obligation de dépenser toute leur énergie à défendre cette position, comme Mgr Aillet?)

    Finalement, le débat réclamé à Monsieur Hollande, c’est comme « Mère Veilleuse » que j’ai eu le sentiment de le faire : échange respectueux, attentif, fouillé d’arguments sur la place publique (au sens propre!) ; nos adversaires ne repartaient certes pas convertis, mais avaient du moins acquis la certitude que nous n’agissions pas par homophobie, ce qui est déjà énorme, mais par souci sincère du bien des enfants à venir, auquel ils avouaient souvent n’avoir pas suffisamment réfléchi. Du beau travail! Cette expérience m’a aussi prouvé que l’immense majorité des gens est opposée à cette loi : par référendum, la loi ne passait jamais!

    Quant à l’Eglise comme « facteur d’unité de la société », je pense au Christ qui se définit comme un signe de contradiction, qui avertit qu’il mettra la division jusqu’au sein des familles… Un faux consensus obtenu par le silence sur les sujets qui fâchent, préféré à l’annonce de la vérité, ce n’est pas vraiment la méthode de Jésus!

  10. Pougeaux

    attentions les amis, le propos d’Yves Meaudre n’est pas un appel à l’acharnement sur les successeurs des apôtres. Au contraire, il est un appel à nous laïcs, à les soutenir, à leur donner confiance, à les suivre. Pour en connaître de nombreux (de différentes tendances), ils subissent de grosses pressions, et ne pourront nous porter qu’avec notre soutien, et surtout pas avec nos critiques. Soyez bienveillants ou engagez vous pleinement svp

  11. PILLOT

    Ce n’est que trop vrai. J’étais à Lyon à la manif pour le jeune Nicolas. Je n’y ai rencontré qu’un autre prêtre (je le suis). L’Evangile de ce jour mardi 25/6 est pourtant très net: il ne faut pas céder aux démons du jour en « tolérant » n’importe quoi. Au cours de cette manif j’ai reçu un grand nombre de témoignages de sympathie, des remerciements en particulier. Les gens attendent leurs pasteurs sur le terrain surtout quand il est juste. Bien sûr ils ne peuvent pas tout mais ils doivent témoigner et non s’écraser.

  12. Thècle

    La nausée vous prend quand on voit nos évêques être si lâches ! …..(et s’il n’y avait que ça !!!)
    prions pour nos prêtres…..

  13. Silence insoutenable depuis l’appel de Monseigneur XXIII au sujet du mariage pour les paires. N’ont t’ils pas conscience que le mal existe parce que les gens de bien se taisent ?. Notre Seigneur n’a t’il pas été lui même complètement à contre courant de son temps ? @Belette, oui la politique divise mais qui parle de politique ? depuis quand le mariage est un sujet politique ? depuis quand la liberté d’expression est un sujet politique ? Les Grâces de l’enseignement Catholique dépasse cette conception, mais nos Évêques et en grande partie les ecclésiastiques ont oublié qu’ils sont les bergers d’un troupeau et ceux qui s’engagent sont repris par leur hiérarchie, alors comment être surpris que les traditionaliste fasse le plein ? Notre Pape nous demande de nous engager dans la vie publique avant « d’entrer en politique » car le système en place porte en lui le poison qui étouffe le moindre lien avec LA vérité. Ce projet de loi montre la face de la bête, le combat se situe dorénavant non pas sur un plan politique mais sur un choix de civilisation, le rejet d’un système broyant les âmes, les êtres, les familles, les cultures au nom que certains doivent asservir les autres. Et notre Eglise ferme les yeux, seules nos prières, notre travail intérieur permettra de changer ce monde !

  14. Simple colombe

    « Cet Enfant sera un signe en butte à la contradiction. » Prophétie du vieillard Syméon sur Jésus. « Vous croyez que je suis venu apporter la paix sur la terre ? Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive ! Désormais on aura pour ennemi les gens de sa propre maison. Le frère livrera son frère à la mort et la mère, son enfant. » « Vous serez haïs de tous à cause de mon Nom. » Ces quelques paroles en pense-bête, à l’attention de certains évêques qui se voudraient si rassembleurs qu’ils n’auraient plus rien à transmettre, en tout cas pas l’Evangile, cette « Parole de Dieu, épée acérée à double tranchant » qui « discerne les intentions et les pensées du cœur » « va jusqu’à la jointure des tendons et des moelles ».
    Prions pour eux : ils ont besoin de la Force de l’Esprit-Saint qui fait les Martyrs du Christ. Et nous-mêmes, combattons notre propre lâcheté pied à pied !

  15. Martin

    Que penser de l’attitude de nos évêques? Interpelés par l’annonce Jésus Christ, ils doivent discerner les enjeux sociaux et donner les directives pour assurer l’immuabilité de l’annonce évangélique. Quand Barabbas fut choisi par le peuple au détriment de Jésus, s’accomplissait alors la volonté de Dieu. Notre jugement articule mal les pensées de Dieu. S’agit-il d’accuser nos évêques de lâcheté et préféré un ton accusateur à leur endroit plutôt que de se réfugier dans la prière pour demander pardon et le secours de Jésus Christ? C’est Jésus qui sauve non pas les évêques. Les évêques ont la responsabilité de l’annonce de l’évangile et c’est à Jésus de nous défendre, n’est-il pas Dieu et ne jouit-il pas de la toute-puissance du Père? Pourquoi demanderions-nous aux évêques de se substituer à Jésus qui a préféré se taire alors qu’un criminel notoire lui a été préféré? Le défenseur de l’humanité aurait-il perdu la boulle? Le rôle et la responsabilité politique qu’on aimerait attribuer à nos évêques ressemble beaucoup aux accusations qu’on aimerait porter contre nos gouvernants. D’où vient cette substitution? Serions-nous devenus aveugles pour tirer sur tout ce qui bouge quand une injustice sociale se déclare et que la frustration gagne nos esprits. Que devrait être le rôle de nos évêques? Accuser l’état et favoriser l’anarchie? Le rôle de nos évêques est de regrouper le peuple de Dieu autours de la personne de Jésus Christ et non autours des accusateurs ou des politiciens malveillants pour les accuser. Le rôle de Jésus est de pacifier la personne, non pas de l’affoler ni lui suggérer d’avoir un ton accusateur contre l’autorité civile. Cela dit, face à l’injustice, toutes personnes se doit de la dénoncer au risque de perdre sa propre vie pour l’amour de notre Seigneur. N’est-ce pas un paradigme à l’esprit humain de voir Jésus se taire en face de ses accusateurs? Quand l’autorité est viciée et que l’hypocrisie est au cœur de l’état, la démocratie enseigne qu’il faut un changement aux prochaines élections. Je ne dis pas qu’il faut taire les injustices mais il ne faut pas substituer la responsabilité des élus à nos évêques qui n’ont pas voté la loi perverses du mariage homosexuel. L’Église est claire à ce sujet et n’accepte pas le mariage homosexuel et ses aboutissants non moins clairs que sont l’adoption, l’achat ou la location des ventres des mamans pour satisfaire l’égoïsme ces couples homosexuels. Satan apportera une réponse à ces injustices dans le chaos et les tempêtes qu’il agite autours du peuple de Dieu. Ne nous laissons pas atteindre par ce fléau des accusations contre l’Église mais travaillons pour combattre l’injustice là où elle se trouve, par les moyens mis à notre disposition pour la dénoncer et souvenons-nous de ces faits lors des prochaines élections. Après tout c’est le peuple français qui a permis l’élection d’un homme anticatholique et antimoral au pouvoir. Voyez la conséquence de cette décision populaire de plus en plus aveugle aux réalités spirituelles et morales. Accuser le clergé de tous les maux de la société n’ajoute rien à la justice de Dieu, elle la provoque.

  16. marcheval

    L’attirude de nos evêques pose question depuis bien longtemps, il y au moins
    vingt ans déjà avec des amis chrétiens nous avions décidé de manifester pacifiquement notre désaprobation devant un cinéma qui projetait un film insultant pour les chrétiens c’était à Saint Etienne non seulement l’évêque (Mgr Rousset je crois) ne nous avait pas soutenu mais avait pris le parti contraire qui publiait dans la presse locale un article intitulé  » Pour une poignée d’intolerants ». Curieusement à cette époque les passants nous étaient plutot favorables mais pas le clergé ni les politiques!

  17. Comme je vous comprends, Marcheval! Il y a environ vingt ou trente ans, sur un abri bus, il y avait une affiche ignoble pour le Seigneur. J’en ai parlé à mon curé: pourquoi nos évêques ne réagissent-ils pas?
    Réponse: ils disent que ce serait encore pire!!!!!!
    Pire que le pire des sacrilèges, qu’est-ce que ça peut bien être? Une lâcheté innommable?

  18. Thérèse

    Je suis tout à fait d’accord avec la réflexion de Martin .Ne faisons pas le jeu du malin en nous divisant . Défendons l’injustice la où nous sommes à la lumière de l’Esprit Saint. et soyons fidèle à l’Evangile.

  19. Nos Evêques…. le sel de la terre…. il est où ? Depuis plus de 40 ans nous baignons dans le relativisme dénoncé par Benoit XVI – Nos Evêques aussi baignent !

    Ce n’est pas par hasard que le Vierge Marie nous demande de prier pour les prêtres ! Ne jugeons pas il est vrai mais si il n’y a pas de chef pour conduire la troupe ? Dieu seul jugera… mais il est beau de voir que le peuple de Dieu lui ne dort pas !
    Donc le Seigneur est bien là !
    Emeraude

  20. Barthe

    La vertu de prudence et le discernement ne doivent pas être confondus avec la pusillanimité qui confine à la complicité. Il ne s’agit pas ici de confondre politique politicienne avec ce qui est en jeu; il me semble que le « pasteur » doit veiller sur son troupeau, le guider et l’éclairer sans se réfugier dans un silence incompréhensible , voire coupable… qui peut être perçu comme désapprobateur. Oui il nous faut prier pour que nos évêques , sans peur de déplaire, sachent dénoncer le mal, oeuvre du Malin!

  21. hermeneias

    Les bons apotres qui voudraient que l’on ne « juge pas » , voudraient peut être aussi que l’on ne voit pas et qu’on ne parle pas.

    Moi je constate , si je puis me permettre , que depuis la mise en prison de Nicolas B. je n’ai rien entendu , aucun commentaire , dans les émissions , lors de l’entretien du Cardinal , absolument rien sur radio notre dame et j’en suis scandalisé

  22. meaudre yves

    En réponse à toutes les personnes qui se sont si spontanément et courageusement investis par leur propos je dois écrire que mon article ne voulait pas être une condamnation mais une exhortation. Humblement et avec tout l’amour que je leur porte je pense que face à des cas aussi graves que celui de l’internement d’un enfant pour délit d’opinion nos pères doivent s’engager. Je n’aurais pas la vanité de le croire mais j’ai lu quelques jours plus tard de Mgr Rey , évêque de Fréjus Toulon une magnifique lettre publique à ses diocésains dans laquelle il défend haut et fort le courage des chrétiens qui se sont engagés. Il dénonce en termes dépourvus d’ambiguité les tentations totalitaires de l’Etat. « Mon coup de gueule » n’est pas une stigmatisation de nos évêques mais un appel douloureux et confiant au courage de nos pères. Je suis convaincu que si le martyr sanglant nous est imposé beaucoup donneront un exemple héroïque…l’histoire nous le démontre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *