Logo FSSPX

Le pape François et la Fraternité Saint-Pie X: réflexions d’un observateur

Download PDF
Un analyste bien connu du milieu catholique traditionnel a récemment livré ses observations sur la « gestion » par le pape François du dossier relatif à la FSSPX (nota: cette contribution a été publiée sur le Forum catholique: cela a bien été indiqué dans le texte que nous avons reproduit en-dessous). Cette analyse mérite d’être relayée, car elle donne quelques éléments sur un pontificat complexe. Nous précisons que l’auteur de ces lignes est proche de la FSSPX et n’est nullement un papiste irénique. Il nous rappelle quelques éléments: la dynamique « traditionnelle », née sous Jean-Paul II et que François ne peut que prendre en compte, la bienveillance de ce dernier à l’égard de la FSSPX constatée en Argentine, etc. Ainsi, le pape François a bien lu (et relu) la biographie de Mgr Lefebvre rédigée par Mgr Tissier de Mallerais. Tout en ayant des vues différentes de la FSSPX, le pape François ne lui est pas nécessairement hostile. « Il est évident que nul ne l’aurait imaginé réglant d’un trait de crayon la question des confessions de la Fraternité. D’autant plus qu’il ne déteste pas cette dernière. »
Nous avons souligné en gras les éléments les plus pertinents de cette analyse.
Sans doute, plaçons-nous trop hâtivement le pape régnant au milieu de notre échiquier français : Puisqu’il favorise des idées progressistes, il ne pourrait vouloir que du mal aux milieux conservateurs et traditionalistes. La preuve en serait le limogeage du cardinal Burke et la persécution des Franciscains de l’Immaculée. Mais dans cette logique implacable, l’archevêque de Buenos Aires aurait dû laisser partir les séminaristes de la FSSPX de la Reja qui étaient expulsés par le gouvernement à la suite de l’affaire Williamson ; le pape Bergoglio aurait dû concéder aux évêques italiens que le Motu Proprio était une brève et clémente parenthèse qu’il refermait désormais ; il aurait logiquement dû renvoyer le cardinal Sarah en Guinée et son grand cérémoniaire sur la côte ligure ; quant à la Fraternité Saint-Pierre ou l’Institut du Christ-Roi, il ne devrait en rester que des miettes. La réalité est que François est avant tout un jésuite argentin, parlant des pauvres à longueur de journée, redoublant d’exemples pour décrire la lutte entre le bien et le mal. On n’est pas forcément sur la longueur d’onde de l’épiscopat français recruté dans le clergé parisien, chérissant les paroisses de l’Ouest francilien et nourrissant une aversion quasiment « traditionnelle » pour la messe de Saint-Pie V. Les lignes sont tout autres.
Le pontife a beau être autoritaire à la façon péroniste, il n’en demeure pas moins le pasteur de l’Église universelle, et donc, forcément, il est tenté de réunir les différentes tendances de la barque qui lui a été confiée pour, au soir de sa vie, montrer qu’il a su réunir le plus grand nombre de brebis. Combien même il ne se sent pas de proximité avec la liturgie qu’il a connue enfant, la dynamique traditionnelle ne dépend plus de François. Elle s’est activée depuis la fin du pontificat de Jean-Paul II, s’est renforcée sous Benoît XVI et leur successeur ne peut se permettre de faire l’impasse sur ce mouvement, d’autant plus que, depuis les errements des cardinaux Kasper et Lehmann, les milieux conservateurs sont résolus à voir la Fraternité régularisée ne serait-ce que pouvoir bénéficier d’appuis solides et déterminés. Les épisodes de l’archevêque de Ferrare confiant une messe à un prêtre de la FSSPX ou encore du pape validant les confessions de tous ses confères ont montré la résignation des prélats progressistes qui avaient littéralement hurlé au moment du Motu Proprio. De guerre lasse, ils se taisent après avoir convenu que même un pape qu’ils considèrent issu de leurs rangs se croit obligé de régler le différend canonique.
Quant à François, il aime avant tout surprendre. Il est à la cantine de Sainte-Marthe quand on le croit dans les palais apostoliques. Il se trouve dans un magasin de lunettes de Rome lorsqu’on le pense dans sa chambre de Sainte-Marthe. Il est évident que nul ne l’aurait imaginé réglant d’un trait de crayon la question des confessions de la Fraternité. D’autant plus qu’il ne déteste pas cette dernière. Il apprécie sa capacité à « mouiller la chemise », à aller au contact des réalités en Amérique, en Afrique ou en Asie. Et puis, le caractère trempé de son fondateur, broussard qui ne comptait pas ses boutons dans la glace, et qui disait ce qu’il pensait dans l’Église l’enchante au plus haut point même s’il ne partage pas ses convictions. C’est sans doute pour cette raison que ses relations avec la Fraternité en Argentine n’étaient pas mauvaises et qu’il a lu (et relu) la biographie écrite par Mgr Tissier de Mallerais.
Car le fait que François ait libéré la parole dans l’Église est peut-être un élément qu’on perd de vue mais qui par voie de conséquence a radicalement changé la position de la Fraternité en son sein, bien que celle-ci n’ait pas changé d’un iota. Ce qui était discordant chez elle passe presqu’en arrière-plan quand ce sont des cardinaux qui tapent du poing sur la table au synode. Même sur ce forum (nota: le Forum catholique), les fidèles attachés à la Fraternité n’ont plus, semble-t-il, le monopole des réserves émises à l’endroit du pontife régnant. Et les plus progressistes ne peuvent plus rien contre les faits : hier la Fraternité était condamnée parce qu’elle célébrait une liturgie interdite et qu’elle émettait des critiques publiques de la hiérarchie de l’Église. Aujourd’hui, la même liturgie est célébrée par beaucoup, même dans les milieux diocésains. Et la critique ouverte est devenue monnaie courante sous François. Ces réalités lui rendent d’autant plus facile la tâche de régulariser l’œuvre fondée par Mgr Lefebvre. Dès lors, la seule façon pour ceux qui refusent par principe l’idée de régularisation n’est plus de se contenter d’exprimer des réserves ou des critiques mais de corser le discours en conspuant à temps et à contretemps.

53 comments

  1. DUFIT THIERRY

    Il faut préciser que l’auteur de cette analyse n’est pas le porte parole de la Fraternité St Pie X.
    Il n’engage donc pas la Fraternité St Pie X.
    Si le pape François a quelque sympathie pour la Fraternité St Pie X comme on veut nous le faire croire pourquoi s’acharne t-il à persécuter avec une telle violence les Franciscains de l’Immaculée ? C’est contradictoire et cela n’augure rien de bon pour l’avenir.
    De plus le pape a posé des actes très graves ces derniers temps : simplification des procédures pour annuler les mariages ce qui est une forme de divorce catholique, et surtout le texte final du synode qui ouvre la porte à la communion pour les divorcés remariés. Bien d’autres actes et discours sont tout aussi inquiétants. On a l’impression d’une révolution permanente.
    Alors quand on nous dit que ce même pape veut régulariser la Fraternité St Pie X on ne peut que rester très méfiant.

    • Jean-Marie Vaas
      Author

      La question de la régularisation n’est pas un thermomètre de la situation de l’Eglise : plus la tête de l’Eglise s’éloignerait de la tradition, moins la Fraternité devrait être régularisée. Cette perspective est fausse. Et même dangereuse. Quelques éléments de réflexion :

      – La suppression canonique de la FSSPX n’a jamais été désirée par Mgr Lefebvre. Si cette situation de reconnaissance peut s’arranger, pourquoi s’en priver ? Surtout que dans l’Eglise, il y a une quantité de tendances, ce qui était déjà le cas sous Paul VI et Jean-Paul II. Et même sous Pie XII… Un pontificat traditionnel (ou non) n’influence pas tout. Il n’est pas totalement responsable des dynamiques positives ou négatives qui apparaissent. Les tendances qui éclatent au grand jour dans les années 1960 sont déjà présentes sous Pie XII, pour ne retenir qu’un exemple proche. Les différentes communautés traditionnelles ont pu émerger dans des conditions difficiles, alors qu’une partie de la hiérarchie est défaillante. Cela n’a pas empêché la FSSP de se développer. En un sens, même la FSSPX a pu développer ses actions sous le pontificat de Jean-Paul II qui s’est gardé d’insister sur l’excommunication de 1988.

      – Si le pape est le pape, la FSSPX peut difficilement refuser un statut, surtout si elle doit se contenter comme condition de continuer à vivre comme elle vit actuellement. La situation de l’Eglise n’est pas idéale, ni admirable : la situation de la FSSPX, exposée au danger du repli et de l’isolement, ne l’est pas non plus. Elle en est parfaitement consciente.

      Nulle part il n’a été dit que cet auteur engageait la FSSPX, notez cependant que l’auteur en est très proche, écrit dans ses revues, et il est en général assez bien renseigné. Il avait notamment annoncé l’imminence de la levée des excommunications sur la cathosphère francophone : http://archives.leforumcatholique.org/consulte/message.php?arch=2&num=459527

      Enfin, Riposte catholique n’a jamais joué la langue de bois sur les dangers des tendances progressistes de l’Eglise.

      • DUFIT THIERRY

        Sur le fond je suis assez d’accord avec vos arguments mais néanmoins je reste très prudent.
        Prions surtout pour le retour de la Tradition dans l’Eglise universelle.

        • Jean-Marie Vaas
          Author

          La question de la mise au pas des Franciscain(e)s de l’Immaculée peut difficilement s’expliquer par la simple raison de leur retour à la messe traditionnelle. Déjà parce que la procédure a été entamée sous le pontificat de Benoît XVI. Ensuite parce que, dans ce cas, on se demande pourquoi le Barroux, Flavigny, Fontgombault, Lagrasse, Randol, sans parler de la FSSP et de l’ICRSP peuvent continuer à prospérer. A l’inverse, d’autres congrégations sont en redressement sous François et elles ne sont pas tradies.

          Cela ne veut pas dire que nous avons l’explication de cette mystérieuse persécution. Il est possible que l’attachement de certains moines à la messe traditionnelle (d’autres y sont hostiles) n’ait pas aidé à retrouver la paix dans cet institut où les antagonismes sont très prononcés, d’autant plus que cette communauté jeune était à la tête de lieux stratégiques et a suscité beaucoup de convoitises en termes de finances et de vocations. On sait aussi que la famille franciscaine a, dans l’histoire, été traversée par des conflits. De ce point de vue la nomination d’un capucin pour assurer la tutelle de cette branche d’inspiration mariale a été surp

        • Jean-Marie Vaas
          Author

          La question de la mise au pas des Franciscain(e)s de l’Immaculée peut difficilement s’expliquer par la simple raison de leur retour à la messe traditionnelle. Déjà parce que la procédure a été entamée sous le pontificat de Benoît XVI. Ensuite parce que, dans ce cas, on se demande pourquoi le Barroux, Flavigny, Fontgombault, Lagrasse, Randol, sans parler de la FSSP et de l’ICRSP peuvent continuer à prospérer. A l’inverse, d’autres congrégations sont en redressement sous François et elles ne sont pas tradies.

          Cela ne veut pas dire que nous avons l’explication de cette mystérieuse persécution. Il est possible que l’attachement de certains moines à la messe traditionnelle (d’autres y sont hostiles) n’ait pas aidé à retrouver la paix dans cet institut où les antagonismes sont très prononcés, d’autant plus que cette communauté jeune était à la tête de lieux stratégiques et a suscité beaucoup de convoitises en termes de finances et de vocations. On sait aussi que la famille franciscaine a, dans l’histoire, été traversée par des conflits. De ce point de vue la nomination d’un capucin pour assurer la tutelle de cette branche d’inspiration mariale a été surprenante.

  2. c

    La mansuétude ou le désintérêt bienveillant ou tout au moins non hostile du Pape François pour la FSSPX permet au mieux de rassurer ceux qui ont envie d’être rassurés, mais il lui permet aussi de pouvoir encore mieux balayer les conservateurs de l’intérieur de l’Eglise. Qu’ils aillent ailleurs voire à la FSSPX s’ils ne se sentent pas bien dans l’Eglise d’aujourd’hui, celle de Vatican II, des motu propio du divorce, du qui suis je pour juger?, de l’église synodale protestantisée, etc.
    Après l’affaire des franciscains et franciscaines de l’Immaculée, le couperet peut tomber encore sur tout ce qui ressemblerait un peu à la tradition et à une résistance aux conceptions pseudo révolutionnaires du Pape François.

  3. karr

    Si la perche est tendue pourquoi ne pas la saisir,mais il faut être absolument certain que la FSSPX et les communautés religieuses amies conserveront leur identité propre,qu’il n’y a aucun danger de se retrouver dans la situation de la Fraternité St-Pierre ou du Bon-Pasteur si peu sollicités par les évêques au profit de l’Institut du Christ Roi Souverain-Prêtre qui,malgré son style grand siècle,est capable de toute les bassesses pour paraître acceptable.

    • Maurice

      Sauf que les prêtres de la FSSPX ne veulent pas appliquer l’année de la Miséricorde, due moins concernant la confession. (le prêtre qui officie là où je vais l’a dit lors de son homélie dominicale)
      @ VQE : Que reprochez-vous à cet institut à part ce que certains disent pour la dénigrer sans que vous en ayez – peut-être – lu la moindre ligne ?
      N’est-ce pas appuyer sur la division de l’église pour mieux la contrôler ?
      Faire le jeux des néo-protestants descendant du schisme V2 ? (le schisme est le changement, pas de vouloir rester dans la tradition)
      @ C : Je vous plussoie !

      • sygiranus

        Année de la Miséricorde ou pas, les prêtres de la FSSPX, considérant que les fidèles ont besoin de sacrements authentiques et conformes dans leur esprit et dans leur lettre aux Évangiles et à la Tradition de l’Église, continuent leur ministère dans la sérénité de leur âme si ce n’est celle de leur corps !
        Je n’ose, par déférence pour Rome, invoquer l’aphorisme sur « la caravane qui passe », c’est bien un peu l’ambiance qui prévaut !

        • Ultima

          Justement , c’est point conforme a l’esprit et dans la lettre aux Evangiles !
          il leur manque une institution d’ordre divine de Jésus-Christ lui-meme !
          La Juridiction !!!! ( ordre & Juridiction ne sont pas dissociable ! )

          • sygiranus

            Oh, le pharisien au cœur sec ! Avez-vous cherché les actes du procès fait à Mgr Lefebvre ? C’est peine perdue car il n’y a pas eu procès et depuis les Borgia, les abus d’autorité semblables ont été rapidement évacués par l’Église. Le Pape Benoît XVI a su, dans la bonté de son cœur, juger sa cause et déclarer nulle la condamnation qui l’avait frappé.
            Au reste, le Christ avait prévu la chose et souligné « qu’il vaut mieux obéir à Dieu qu’aux hommes » et quand, un jour, on lui a dit Oui, on ne peut dire Non par la suite !

          • Ultima

            Oh , le protestent au coeur doubles , la Sainte Eglise n’est pas une organisation démocratique républicaine , il y a point d’appel a une décision d’un Pape !
            Le Pape a parlé , la causse est entendu !
            Combien meme , si Mgr Lefebvre n’était point en accord avec les Papes post Vatican II
            Cela ne l’autorisait pas a monter des églises schismatiques parallèles avec juridiction parallèle , ordre parallèle , bref comme l’on fait les schismatiques Grecs & Russe a leurs époque .
            Surtout qu’il ne fessait plus partie de la puissance ecclésiastique depuis 1970.
            il est de loi divine ( Jésus-Christ ) que se soit uniquement la puissance ecclésiastique qui ordonne et sacre , pour etre un clercs légitimes de la Sainte Eglise Catholique .
            Mais Mgr d’évidence avait une boutique a faire tourner avant les lois divines en autre !

          • Ultima

            Toute personne n’ayant pas la mission de la part de l’Église Catholique, par ce fait même ministre illicitement, et toute personne qui reçoit un sacrement en communiquant ainsi dans le péché du ministre, le reçoit de façon sacrilège. » (Le cardinal Billot, de Sacramentis, thèse XVI)

            Le pouvoir d’ordre, séparé des principes ( Juridiction ) qui rendent légitime son exercice, est dans le même état que chez les sectes des hérétiques et des schismatiques. » (Le cardinal Billot, De Ecclesia¸ de Ordine, q. ix, p. 434.)

            Le pouvoir d’ordre dépend du pouvoir de la juridiction pour ce qui est de la légitimité de son exercice en sorte qu’en absolument aucun cas il ne peut être dûment et licitement exercé si ce n’est conformément aux canons et aux stipulations de l’autorité dont émane cette juridiction. » (Le cardinal Billot, De Ecclesia¸ de Ordine, q. ix, p. 339.)

            Card.Billot Louis :
            Créé Cardinal Par St Pie X 1911 – théologien de la compagnie de Jésus
            Président de l’Académie pontificale Saint-Thomas-d’Aquin
            Membre de la Commission biblique pontificale

            Vous faite bien sygiramus ! Sufficit

          • Observateur

            @ Sygiranus

            Ben oui cher ami, maintenant que le concours de boites à claques est terminé et que vous avez concédé une défaite, on fait quoi ? Je veux dire : au-delà de nos querelles de beaux parleurs, on fait quoi pour le bien de l’Eglise ?

            Parcequ’en ce moment le combat est féroce et qu’à l’intérieur de l’Eglise ceux qui défendent la doctrine catholique ne refusent aucun renfort. C’est un corps à corps, cher ami, et si vous restez à distance vous n’êtes pas à votre maximum d’efficacité (ceci est une litote).

            Vatican II est contestable, la messe en latin c’est mieux, vous trouvez le dialogue interreligieux maladroitement conduit, et nombre de clercs scandaleux ? Oui ! D’accord ! Mais au lieu de le dire de l’extérieur, comme une pierre qu’on jette sur le Christ portant sa croix, venez le dire de l’intérieur, depuis un poste de responsabilité d’une paroisse ! Les laïcs ont trop de pouvoir dans les nouvelles paroisses ? Super ! Prenez-le ! Gardez vos forces, vous en aurez bien besoin alors.

            On met 3 secondes à tomber d’un escalier, 5 minutes à le remonter. L’Eglise a fait une chute. Vous l’aidez à remonter, ou vous restez sur le cas côté ? Vous aidez le Christ à porter sa croix, ou vous lui jetez une pierre ?

      • Ultima

        Que la FSSPX ne souhaite point appliquer l’année de la Miséricorde est une chose , ne point avoir de juridiction pour confesse validement en est une autre plus importante !
        Avec cette année de la miséricorde la dit FSSPX pourra pratiquer la sacrement de pénitence validement déjà ! Je vous rappel qu’il est de foi Dogmatique qu’il y a point de sacrement de pénitence valide sans Juridiction .

        • sygiranus

          Je vous rappelle que la suppléance juridictionnelle est prévue depuis toujours dans le Droit Canonique, même le plus récent. Devant les aberrations sacramentelles auxquelles vous et moi assistons tous les jours, la FSSPX a estimé qu’il était de son devoir d’offrir la sécurité des sacrements « à l’ancienne » à ceux des fidèles, dont moi, qui le lui demandaient. C’est cette demande instante qui lui vaut juridiction immédiate… qui, du reste, se renouvelle de façon permanente dans les faits. Même si elle se trompe dans son estimation, les sacrements qu’elle dispense à ce titre, sont valides !
          On se demande, de plus, comment le pape François, s’il l’a jugée digne de recevoir cette juridiction temporairement pour le bien des fidèles, pourra lui retirer par la suite, le bien des fidèles restant toujours aussi prégnant ! Agira-t-il, comme Mgr Mamie, sous la pression et sans cause ? On priera pour que les forces spirituelles ne lui manquent pas !

          • Ultima

            Exacte , la suppléance est prévu au Can 209 pour les clercs approuvés et non les clercs non approuvés ( Illicites ) de la FSSPX , car sinon les schismatiques orthodoxes pourraient prétende eux aussi a cette suppléance ! La seul suppléance prévu pour les clercs non approuvés ( FSSPX , Sédévacantiste , Orthodoxe , réprouvé ect.. ) c’est le Canon 882 péril de mort physique !
            Pour le reste , pas de juridiction pour la FSSPX ni orthodoxes Grecs & Russe !
            Sacrement de pénitence invalide en situation ordinaire , et les autres sacrements illicites et sacrilèges comme l’affirme un grand théologien sous St Pie X , le Cardinal Billot .

  4. Hervé Soulié

    Ce point de vue me paraît quand même un peu optimiste.
    Le pape François, à en juger par ses actes et ses discours, paraît bien être le dernier « avatar » du dernier Concile.
    il en assume toutes les positions, les attitudes, en somme l’esprit.
    Après lui, il est probable que le discours changera, ne serait-ce que parce que le monde évolue et que les grandes questions que se pose l’humanité ne seront plus exactement les mêmes qu’il y a cinquante ans.
    Mais je pense que c’est plutôt par résignation (et par sagesse ?) bien plus que par adhésion du cœur et de l’intelligence qu’il tolère la fraternité Saint Pie X.
    Car comment répudier publiquement des siècles d’Église ?
    Ce serait scier la branche sur laquelle l’Église est assise.
    Mais je crois que pour lui, tout cela est une page tournée, un temps révolu.
    C’est la différence avec Benoît XVI qui voulait assumer tout ensemble l’Église des derniers siècles avec celle du temps présent.

  5. ssygiranus

    Il, semble que le pape François respectera d’autant plus la FSSPX et laissera un rapprochement naturel se faire, qu’elle restera plus elle-même et ne variera pas dans sa doctrine et son comportement, quelque soit celui de l’Église de Rome.

    • Observateur

      @Ssygiranus
      L’Eglise de Rome s’appelle l’Eglise Catholique (à moins que vous ne soyez anglican ou protestant). Si elle n’est pas l’Eglise Catholique, il n’y a aucun intérêt à se rapprocher d’elle. Si elle n’est pas l’Eglise Catholique, alors vous ne l’êtes pas non plus, vous qui êtes sorti d’elle. Si elle ne l’est plus, c’est que l’Esprit Saint est tombé en panne (les protestants, les vaudois, les anglicans, les orthodoxes, la FSSPX, la petite eglise, les vieux catholiques… divergent sur la date mais sont tous d’accord sur un point : la véritable Eglise, c’est EUX !).

      Le problème de la FSSPX c’est bien aujourd’hui ses contradictions internes et sa mauvaise santé spirituelle. Si la question n’était que de la fidélité à la tradition, cela ne l’empêcherait pas d’accueillir les éléments positifs du développement du dogme, et ses fruits spirituels seraient bons. Or elle refuse tout ce qui est post 1962, et ses fruits spirituels sont malsains. C’est là le problème.

      • Sygiranus

        Oh le bel esprit que voilà dont on ne sait si l’aveuglement l’emporte sur la surdité ou l’inverse !
        Qu’est-ce que l’Église de Rome, sinon celle de toujours, celle qui ne se déjuge pas et dont l’enseignement reste constant dans sa fidélité au Christ. Celle dont vous parlez, date de Vatican II, le concile dont le Père Congar dont on sait le rôle qu’il y a joué, disait qu’il était 1789 dans l’Église. Et il est exact qu’à l’instar de 1789, la Terreur s’est abattue sur la Vendée ecclésiastique de ceux qui persistaient à maintenir une doctrine bimillénaire issue des paroles même du Christ sans altération ni ajout ! Je puis vous citer des noms de prêtres qui en sont réellement morts de tristesse. Ils ne seront pas sur les autels avant longtemps, certes, mais le cœur de Dieu les abrite ! Alors le développement du dogme dans ces conditions…?
        Au reste,qui êtes-vous pour juger si abruptement des mérites de la FSSPX ? Un saint Padre Pio ? Un Pape Benoît XVI qui lui a rendu la Messe ? Un Pape François qui l’autorise à confesser, reconnaissant sans le dire que les sacrements qu’elle administre, sont valides ? Elle est humaine, conduite par des hommes, mais elle est fidèle, elle ! ! !

        • Observateur

          Bonjour Sygiranus,

          Connaissez-vous la pensée et le pontificat de Benoît XVI, et la différence entre le concile de l’Eglise et le concile des media ?

          Que Congar et d’autres (on pense ici à La Croix, Mgr Gaillot, Golias…) aient voulu interpréter le concile comme une révolution, grand bien leur fasse ! Est-on obligé de les croire ?

          Que des comportements scandaleux aient eu lieu, et aient encore lieu (je reste stupéfait devant la mauvaise volonté des clercs pour appliquer les motu proprio de Jean-Paul II et Benoît XVI), c’est indubitable. C’étaient des ABUS commis au nom du concile. Il y en a eu beaucoup, oui. Leurs partisans essaient de faire croire que l’abus est la norme : NON. POurquoi leur concéder si facilement le monopole d’interprétation du magistère ?

          Je partage votre souffrance pour les prêtres persécutés. Il y en a encore. Et il n’y a aucun lien avec le développement du dogme. Vous savez que ce sont des hommes d’Eglise, au nom de l’Eglise, qui ont brûlé Jeanne d’Arc, abus manifeste d’autorité ? Et vous allez refuser tout le dogme depuis 1420 ? Vous êtes libre, mais vous ratez des trucs intéressants.

          Qui je suis pour juger ? Mais je ne juge pas les mérites, cela revient à Dieu, j’émet une fraternelle contradiction sur les OEUVRES, les FRUITS. Je connais très bien la FSSPX, de l’intérieur, depuis des années. Et c’est pour ne pas vous laisser dans l’illusion que je vous dis que les fruits de la FSSPX ne sont pas bons. Je parle des résultats sur les individus. Regardez l’argumentation de notre frère Dufit (et je le dis avec bienveillance). Non, on ne peut pas dire que la FSSPX manifeste les fruits de l’Esprit cité par Saint Paul : douceur, longanimité, patience, pardon… C’est constamment jugement, indignation, récrimination, rancune…

          Allez, un magnifique exemple de contradiction interne. Chez les tradis, on s’en tient à la doctrine que Dieu ne permet jamais un mal que pour un plus grand bien. Du mal s’est fait au moment du concile, au nom du concile. C’est vrai. Plus grand que ce qu’on avait jamais connu ? Sans doute (pour les siècles d’avant, je n’étais pas né, mais je veux bien admettre le point. Gross Malheur. Oui. Je partage ce point de vue.

          Question 1) Quel est le bien qui en est sorti ? Il y en a nécessairement un, alors ?
          Contexte : la FSSPX est incapable de voir le bien en dehors d’elle. Par ailleurs, chez un individu ce serait un signe manifeste d’infestation diabolique.

          Question 2), exercice de style en vigueur un peu partout : trouvez-moi trois raisons (ou plus) de louer Dieu pour le bien que fait l’Eglise (oui oui, l’Eglise de Rome, la pas belle, la pas digne de vous). Trouvez 3 raisons de bénir vraiment Dieu pour le bien que fait cette Eglise que vous reniez. Si vous ne voyez pas au moins trois raisons (celles que vous voulez, il y en a tellement), alors je vous le dis en frère : vous n’êtes plus capable de voir le bien, votre âme est en danger. Je ne juge pas, j’avertis.

          Et là, je ne parle pas de la FSSPX, je parle de vous. Je suis en colère contre la FSSPX parcequ’elle a la connaissance qui lui permettrait de s’examiner elle-même (mais la superbe l’en empêche), et ses fidèles qui lui font une confiance aveugle et qui absorbe tout son venin sans recul se trouvent raccornis et amers.

          Au point d’ailleurs de rejeter ceux qui essayent de leur ouvrir les portes (Benoît XVI en sait quelque chose, mais plus prosaïquement les fidèles aussi). Mais ce n’est pas grave. Le plus grave, c’est les signes graves d’atteinte des âmes. Quand il y en a un, c’est un soucis, plusieurs c’est un étonnement, quand c’est quasi-systématique dans cette fraternité, c’est qu’il y a un problème structurel.

          Relisez mes précedents messages : la situation de l’Eglise n’est pas parfaite, la situation de la FSSPX non plus. Mais l’Eglise, elle, a les promesses de la vie éternelle. Je crois que les deux parties auraient avantage à une réconciliation.

          • Jean-Marie Vaas
            Author

            Je note votre dernière phrase qui résume bien la situation: « Relisez mes précedents messages : la situation de l’Eglise n’est pas parfaite, la situation de la FSSPX non plus. Mais l’Eglise, elle, a les promesses de la vie éternelle. Je crois que les deux parties auraient avantage à une réconciliation. » A méditer.

          • sygiranus

            Êtes-vous au courant des tenants et aboutissants de ce fameux Concile ? Bien des documents ont paru dont un des derniers est parfaitement éclairant, celui de Roberto de Mattei.
            DANS les textes du Concile, sont plus ou moins dissimulées au milieu de textes irréprochables, des bombes doctrinales qui répètent des erreurs nommément condamnés par les Papes antérieurs (St Pie X notamment).
            Un exemple tiré de Gaudium et Spes et rédigé PAR le Père Congar : « Le Christ par son incarnation, s’esten quelque sorte incorporé à tout homme…! » Cet emprunt frauduleux à saint Thomas d’Aquin du quemadmodum signe la forfaiture de Congar car le Christ en s’incarnant n’a assumé qu’UN corps et qu’UNE âme même si par son Sacrifice, il a réouvert à tous la possibilité de bénéficier par le baptême sousses différentes formes, de la grâce de Dieu afin de choisir en toute liberté le Bien en réponse à la tentation du Mal.
            Ce concept repris du modernisme condamné par saint Pie X, figure dans un document présenté comme « pastoral » et non doctrinal, Il irrigue pourtant toute la pensée et l’action cléricale actuelle en ce qu’il permet de voir la présence de Dieu en tout homme dès sa conception et rend donc inutile toute conversion et tout baptême pour l’entrée au Royaume de Dieu. Le prosélytisme et l’esprit missionnaire sont proscrits de ce fait et toute invention intellectuelle est considérée comme une religion de laquelle on ne peut médire, islam compris.
            Il y a d’autres perles de ce genre, éparses dans des textes même présentés comme doctrinaux. Vous comprendrez que lorsque au sein d’un plat on détecte un seul champignon vénéneux, on le mette entier à la poubelle, d’autant qu’ici le Trésor de l’Église est très suffisant pour le remplacer. Mais l’orgueil de bien des hommes d’Église en place nous empêche de raisonner calmement sur ces choses !

      • DUFIT THIERRY

        Il ne faut pas oublier que M Observateur a approuvé Mgr Eychenne qui défendait l’avortement, la contraception, l’ordination d’hommes mariés et de femmes (au mépris total de l’enseignement de l’Eglise) .Il osait même dire « merci monseigneur ». Sans doute merci Monseigneur de soutenir l’assassinat de millions d’enfants.
        Quand on voit que M Observateur va jusqu’à soutenir des évêques assassins d’enfants on comprend mieux la haine qu’il voue à la Fraternité St Pie X.
        Puisque « les fruits de la Fraternité St Pie X sont malsains » allez donc un peu regarder les si bons fruits de Vatican II : le cardinal Barbarin et ses confirmations œcuméniques avec une femme pasteur, l’évêque avorteur Eychenne que vous aimez tant, les évêques qui soutiennent l’Islam.
        Si c’est cela le « post 62 » alors oui il faut le refuser.
        Comme disait Louis Veuillot « il n’y a pas plus sectaire qu’un libéral ».
        Le libéral est ami avec toutes les erreurs et les fausses religions mais lorsqu’il se retrouve face à la vérité il devient méchant hargneux, agressif.

        • toto

          @Dufit
          « Le libéral est ami avec toutes les erreurs et les fausses religions mais lorsqu’il se retrouve face à la vérité il devient méchant hargneux, agressif. »
          Très juste, c’est à cela qu’on les reconnaît. Et l’exemple le plus flagrant était Paul VI et ses abus de pouvoir contre Mgr Lefèvre et son oeuvre. Injustices à répétition, mensonges, pièges, persécutions.
          M Observateur est peut-être Rédacteur en chef au « Nouvel Observateur » ou « observateur des Droits de l’Homme sans Dieu »???

          • Observateur

            Bonjour Toto,

            Merci mon frère de faire connaissance par une bordée d’injures et de jugements hâtifs. Je ne vous jette pas la pierre, j’ai été tradi moi aussi.

            Lisez ma réponse à Dufit, et à Sygiranus. Lisez les DEUX textes de Mgr Eychenne avant de condamner si joyeusement. Le premier était tellement manipulé que je me suis laissé prendre. Le deuxième était entièrement catholique (lisez attentivement).

            Vous qui êtes catholique, super-catholique, ça ne vous a pas gêné un peu avant de dégainer les insultes et les accusations ? Et l’absence de gêne ne vous pose pas non plus de question ?

            Vous avez raison sur un point : les persécutions et abus de pouvoir sont scandaleuses. Je n’ai pas souvenir que le Christ portant sa Croix ait insulté ses bourreaux. Il ne les approuvait pourtant pas.

            Mais le monde a changé depuis Paul VI (qui n’est plus pape d’ailleurs). Le fait que la FSSPX ne le voit pas est d’ailleurs un signe de plus de leur problème (cf mes réponses à nos deux amis).

            Unis dans la prière

          • toto

            @Observateur 21 h 17
            Bonjour
            Nous pouvons parfaitement être unis par la prière sans partager nos idées.
            Nous sommes à une époque où l’on a tendance à accabler l’innocent et à trouver des excuses aux coupables. Il ne suffit pas de dire que les persécutions contre les traditionalistes sont un scandale, il faut tout faire pour qu’elles cessent. Même si l’on trouve de tout dans la Tradition, comme partout ailleurs. Je ne mets pas en doute votre bonne foi, mais ouvrez les yeux sur les faits constatables, sur les fruits des idées de Vatican II: protestantisation de l’Eglise, apostasie larvée et schisme occulté (la majorité des évêques occidentaux sont en état de schisme).
            Union de prières

        • Observateur

          Bonjour Thierry,

          Dieu soit loué, pour l’écriture vous allez bien. Maintenant vous allez pouvoir vous attaquer à la lecture. Travaillez aussi la mémorisation.

          Pour mémoire, après le 1er post désastreux de Mgr Eychenne, j’avais demandé s’il n’était pas possible de destituer un évêque. Ce n’est pas incompatible avec l’affection au demeurant, mais enfin ce n’est pas ce que j’éprouvais à ce moment-là. Et si vous considérez un appel à la destitution comme de l’affection, là, je ne peux plus rien pour vous.

          Ensuite l’évêque a fait amende honorable, et a publié un texte rectificatif. L’avez-vous lu ? l’avez vous compris ? Parceque Mgr Eychenne, dans son texte rectifié, ne défend aucune des idées que vous évoquez. Et en fait d’évêque indigne, on se trouve face à un évêque débutant qui s’est fait piéger par les medias, et qui a quand même l’honnêteté de rectifier. Relisez son 2e article, vous verrez.

          Et sur la base d’informations tronquées, vous me jugez complice, responsable de tout le mal qui se fait dans l’Eglise, vous vous maccusez d’être libéral, vous déformez mes propos en me faisant louer l’avortement.

          Je crois que vous êtes un très brave homme, qui ayant fréquenté la FSSPX trop longtemps en a absorbé par capillarité tous les travers : informations tronquées, prisme déformant, saut aux conclusions, imprécations.

          Vous êtes mon frère dans la foi, et c’est en frère que je vous le dis : ces fruits-là ne sont pas bons.

          • DUFIT THIERRY

            Mgr Eychenne ne rectifie rien de ses paroles scandaleuses.
            Jamais il ne rappelle que l’avortement est un crime abominable. Tout au plus dit-il que « ce n’est pas un acte anodin ». Il ose comparer un enfant non désiré à l’accueil des réfugiés !!! Non la vérité est que l’avortement est un crime contre Dieu ce que ne dit pas Mgr Eychenne.
            Mgr Eychenne ne rectifie pas non plus ses propos sur la contraception, la morale, l’ordination d’hommes mariés ou de femmes.
            Sans revenir sur l’éternel sujet -sur lequel nous ne serons jamais d’accord- du pour ou contre la Fraternité St Pie X, on ne peut que constater qu’un tel évêque ne tient pas un langage catholique sur des questions essentielles.

  6. sygiranus

    @Observateur
    Le monde n’a pas changé depuis Paul VI, sinon en pire et les condamnations de ses agissements, antérieures à Vatican II, sont toujours valables et d’actualité.

    • Ultima

      Exacte , mais les agissements de la FSSPX et satellites sédévacantistes tombent eux aussi sous les condamnations antérieurs à Vatican II ! c’est là ou est le souci avec la dit supposé tradition .
      C’est cocasse malgré tout comme situation non !?

      • sygiranus

        Ce pointillisme juridique aurait été de mise lors du procès de Mgr Lefebvre. or il n’a pas eu lieu et les décisions prises à son encontre, l’ont été d’autorité… et je ne vois pas que vous ayez juridiction pour l’instruire (à charge, bien sûr !). Mais sa défense a depuis longtemps été présentée. Un tour sur le site de La Porte Latine vous instruirait… mais quand on n’a pas soif…!

        • Ultima

          Qu’elle procés ?
          Lorsque un éveque résidentiel retire Juridiction a un pretre de sont diocèse , il faut un procès ?
          Ou avez vous vue qu’il faut un procès dans la Sainte Eglise Catholique pour que votre supérieur vous retire un ministère provisoire accordé précédemment ?
          Ou avez vous vue dans la Sainte Eglise Catholique qu’une suspense a dinivis est soumis au préalable a un procès républicain ?
          Avez-vous idée d’une sentence latae sententiae ????????????
          savez-vous ce qu’est la puissance ecclésiale ?
          Ou avez-vous vue que l’on peut monter des églises parallèles pour causse d’injustice de cette puissance ecclésiale ???????,

        • Ultima

          Quæ in patriarchatu » du Pape Pie IX en date du 1er septembre 1876:

          IL S’AGIT, VÉNÉRABLES FRÈRES ET BIEN-AIMÉS FILS, D’ACCORDER OU DE REFUSER OBÉISSANCE AU SIÈGE APOSTOLIQUE; IL S’AGIT DE RECONNAÎTRE SA SUPRÊME AUTORITÉ MÊME SUR VOS ÉGLISES, ET NON SEULEMENT QUANT À LA FOI, MAIS ENCORE QUANT À LA DISCIPLINE : CELUI QUI LA NIE EST HÉRÉTIQUE CELUI QUI LA RECONNAÎT ET QUI REFUSE OPINIÂTREMENT DE LUI OBÉIR EST DIGNE D’ANATHÈME .

          • toto

            @Ultima
            Le clergé français a obéi à Léon XIII et son « ralliement », il a obéi à la condamnation de l’AF par Pie XI. Résultat, le catholicisme français a été châtré, pour des décennies. Alors que cette obéissance ne semblait pas attenter à la Foi, elle a permis, malgré St Pie X, le triomphe absolu aujourd’hui des libéraux et des progressistes sur les véritables catholiques.
            Pie IX ne met pas la discipline au-dessus de la foi. Il parle de ceux qui attaquent les dogmes de foi et la discipline de l’Eglise (la bonne). Vous sortez la citation de son contexte et vous l’appliquez à ceux qui justement désobéissent pour garder les dogmes de la Foi. Si l’autorité exige des actions bonnes, elle doit être obéie, si elle exige des actions mauvaises, elle doit être contrée.
            « A LEURS FRUITS, VOUS LES RECONNAITREZ »

          • Ultima

            bernique , les protestants en autre ne dissent point mieux que vous !
            Mais possible que que vous etre un protestant qui s’ignore !?
            Mais visiblement un grand docteur de la Sainte Eglise St Thomas d’Aquin n’est point de votre avis dans sa somme théologique :

            St. Thomas, 1.2. 96.6 et ad 1,2. a écrit: Car, s’il y a un doute, il faut soit agir selon la lettre de la loi, soit consulter le supérieur.

            Et St Bernard affirme :

            Qui de vous oserait occuper le ministère même d’un petit prince de ce monde sans son mandat ? » (S. Bernard, Tract. de Convers. ad Clericos, cap. XIX.)

            @toto : Le Pape Pie XII dit et écrit : Meme sus une contrainte grave !
            Cela veut dire , meme si le Pape François est un Anti-Pape et que les Franc-maçons avec BHL on pris le pouvoir à Rome !!!!! ( Jésus-Christ le permet pour X raison )

            Pie XII, Décret de la Congrégation du Saint-Office concernant la consécration d’un évêque sans provision canonique, 9 avril 1951, Documents Pontificaux de Pie XII, 1951, p.123 a écrit:La Suprême Congrégation du Saint-Office, après avoir reçu mandat spécial du Souverain Pontife, a publié le décret:

            Tout évêque, de n’importe quel rite ou dignité qui sacre un évêque sans que celui-ci ait été nommé par le Siège apostolique, ni confirmé expressément par celui-ci, ou s’il reçoit la consécration, MÊME SOUS UNE CONTRAINTE GRAVE (2), encourt par le fait même, l’excommunication réservée tout spécialement au Siège apostolique. Le décret entre en vigueur à partir de sa promulgation.

            Les actes relatifs au pouvoir d’Ordre, posés par ces ecclésiastiques, même s’ils sont valides – à supposer que la consécration qu’ils ont reçue ait été valide – sont gravement illicites, c’est-à-dire peccamineux et sacrilèges. On se rappelle à ce propos les paroles de sévère avertissement du divin Maître : « Qui n’entre pas dans le bercail par la porte, mais y entre par ailleurs, est un voleur et un brigand » (Jo. x, 1) ; les brebis reconnaissent la voix de leur vrai pasteur, « mais elles ne suivent pas un étranger ; elles le fuient même parce qu’elles ne connaissent pas la voix des étrangers » (Jo. x, 5).
            Ad Apostolorum Principis Lettre encyclique du 29 juin 1958 Pie XII,

          • bernique

            Comme vous l’a dit toto : « Cherchez les fruits ! » Si les fruits de VII vous plaisent tant, dites-le une fois pour toute et séparons-nous car nous ne serons jamais d’accord. Si vous reconnaissez au minimum leur pauvreté, comprenez que certains aient tenté d’y mettre le holà en repartant sur des bases connues pour leur efficacité.
            Et puisque vous aimez les citations, je vous répète celle du Christ lui-même : « La lettre tue mais l’esprit vivifie ! »
            Il l’appliquait aux scribes et aux docteurs de la Loi qui détournaient la lettre de celle-ci afin d’asseoir sur les esprits ce qui, chez eux, était devenu une idéologie.
            Je crains qu’elle ne vous atteigne de plein fouet !

          • Ultima

            @bernique , ne me faite point dire ce que je n’ai point exprimé !
            Les fruits de Vatican II ne me plaisant pas plus que vous !
            Je me contente de vous exposer la doctrine Catholique du St Magistère antérieur a VII !
            Cette doctrine Catholique ( Concile de Trente , Droit Canon 1917 , encyclique Pie IX , PieXII ect..)
            annihile et porte anathème a c’est agissement de la dit  » tradition  » FSSPX , sédévacantiste ect..
            on ne résiste point a une crise des hommes d’église post Vatican II avec des églises parallèles schismatiques , cela rajoute de l’iniquité a l’iniquité !

            Je vous rappel , que seul le Pape est le vicaire de notre Seigneur Jésus-Christ sur la terre , c’est a lui seul qu’a été donné la clé de délier ou de lier sur terre et au ciel !
            Pas a Mgr Lefebvre ou Mgr Thuc , surtout a des éveques qui n’avait plus de Juridiction !
            Je vous rappel que c’est Jésus-Christ qui exige d’avoir le sacerdoce ( ordre ) pour célébrer la messe , c’est toujours lui qui exige d’avoir la Juridiction pour précher et administrer c’est sacrements qui n’appartenent pas au pretre ou a l’éveque !

            Meme , lors de la vacance du Saint Siège , rien ne doit etre innover !
            Et de plus selon le droit actuel sacrer un évêque sans mandat est un délit qui emporte de soi mépris de l’autorité ecclésiastique. Et la loi canonique stipule qu’avec de tels délits (impliquant le mépris de l’autorité), l’état de nécessité ne supprime pas la peine et et la culpabilité.

            bernique , Je comprend très bien que pour la FSSPX la doctrine et St Magistère Catholique de tradition ( la foi catholique ) les ennuies fermement pour leurs activisme !?
            St Thomas d’Aquin écrit que le schismatique est celui qui refuse de ce soumettre aux préceptes de la Ste Eglise et le première précepte d’ordre divin est que c’est uniquement la puissance ecclésiale qui ordonne et sacre , la puissance ecclésiale est double : ordre & Juridiction .

            Saint Concile de Trente, session XXIII, canon VII a écrit:
            S I QUELQU’UN dit … que ceux qui ne sont ni ordonnez, ni commis bien & légitimement par la Puissance Ecclésiastique, & Canonique, mais qui viennent d’ailleurs, sont pourtant de légitimes Ministres de la parole de Dieu, & des Sacremens : Qu’il soit Anathême.

            l’Anatheme du Concile de Trente Dogmatique tombent dans les dents des clercs de la FSSPX & Sédévac !

          • bernique, moi au moins, avec vos rasonnements tronqués, appliqués à des situatio

            Vous nous fatiguez, moi au moins, avec vos raisonnements tronqués, appliqués en des situations différentes à des acteurs différents. Les condamnations de saint Pie X et de ses successeurs jusqu’à Pie XII inclus, portaient sur ceux que saint Pie X a résumés en parlant des modernistes. Ils sont toujours à l’œuvre maintenant mais si vous réussissez à ranger Mgr Lefebvre sous leur bannière, vous accomplirez un tour de théologie qui touche à la magie ! Pas plus qu’il n’est sédévacantiste : le manteau de Noé peut être nécessaire devant la conduite… incompréhensible d’un Père, il n’en reste pas moins le Père.
            A reste, vous devez le savoir : la parole d’un Pape n’est pas systématiquement infaillible ! Il peut lui arriver de parler de la pluie et du beau temps sans que ses prédictions valent plus que celles du vieux berger du village. Et dans les faits, les papes ont engagé bien rarement la divina autoritas dont ils sont détenteurs depuis leur élection. Même à la cloture de Vatican II, P

          • bernique, moi au moins, avec vos rasonnements tronqués, appliqués à des situatio

            Mystères du clavier !
            Suite après incident !
            Même à la clôture de Vatican II, Paul VI ne l’a pas invoquée. C’eut été pourtant une opportunité. Mais non, il a fait signer tous les participants, même les absents comme quoi ce dernier vote n’engageait pas les Pères Conciliaires mais signalait leur seule participation. Il déclara proclamer ce que les Pères avaient signé cum Petro et non pas sub Petreo ainsi qu’il s’était fait pour tous les conciles œcuméniques antérieurs, Trente et Vatican I en particulier. L’esprit démocratique signait là une grande victoire dans l’Église qui se poursuit maintenant avec les Conférences nationales et l’embryon de Parlement que le pape François installe auprès de lui.
            A la différence d’Oza, puisque vous aimez les références, qui voulu employer un moyen humain pour soutenir l’Église, Mgr Lefebvre n’a jamais employé que des moyens surnaturels, au premier rang desquels il plaçait la Messe et sa sauvegarde puis les moyens normaux que l’Église a toujours prêchés : la prière et la pénitence.
            A présent, cette discussion est terminée. Lisez Roberto De Mattei et d’autres défenseurs de Mgr Lefebvre et de son action (ce ne serait que justice de votre part) comme l’abbé Gleize, le Pr Pascalucci, Mgr Tissier de Mallerais et bien d’autres que je vous laisse découvrir puisque vous semblez aimer les recherches scripturaires.

          • Ultima

            L’histoire du zèle inconsidéré et orgueilleux d’Oza ( I. paralip. XIII ) est pleine de leçons pour nous, même dans ses moindres détails.

            C’est manquer de foi que de penser que l’Église est en danger, que de prendre ses souffrances pour des dangers, et c’est aussi manquer de foi que de croire que nous pourrons la secourir par des moyens de notre invention ; mais c’est manquer de foi de la façon la plus coupable que de douter de l’arrivée du secours de Dieu comme Dieu le voudra, et au temps où Dieu le voudra. Nous n’avons qu’une manière bien simple de secourir l’Église dans tous les temps et dans tous les lieux : c’est l’obéissance à ses lois, à ses coutumes, aux désirs exprimés par son Chef.

            « Et lorsqu’on fut arrivé près de l’aire de Chidon, Oza étendit la main pour soutenir l’Arche, parce qu’il vit qu’un des bœufs l’avait fait un peu pencher en regimbant ; c’est pourquoi le Seigneur fut irrité contre Oza, et il le frappa pour avoir touché l’Arche, et il tomba mort devant le Seigneur. »
            ( DE LA DÉVOTION À L’ÉGLISE – sermon prêché à Londres par le Père Faber, le jour de la Pentecôte. )

  7. Observateur

    @ Dufit : mon frère, je bénis le Seigneur que votre hostilité s’apaise. Sans doute ne m’y suis-je pas toujours bien pris. Comme je chercher vraiment à coller à la vérité, et non le plaisir de me faire voir, je crois que la paix est importante. Pardon si je vous ai blessé.

    Pour Mgr Eychenne : relisez ses propos avec bienveillance, et vous verrez qu’il dit des choses vraies. Simplement là où vous évoquez la conclusion, lui amorce les prémisses.

    Pourquoi ?
    Hypothèse 1 : c’est un tiède. Possible. Je n’en sais rien (et vous non plus). Dieu sait. Il jugera.
    Hypothèse 2 : Il cherche à convaincre. Et pour convaincre, il cherche à prendre les gens où ils sont. Ce n’est pas une formule de gauchiste. Reconnaissez à nos contemporains la « l’aubaine » d’être né à une époque où jamais la propagande n’a été aussi massive, continue, invasive.

    Je vous soumets une idée personnelle, pour que vous m’aidiez à l’affiner ou à la démentir. Il s’agit de la différence entre une opinion et un conditionnement. Une opinion, vous la batissez vous-même. Comme les Français sont généralement braves gens, ils admettent volontiers la contradiction, si la discussion se fait en paix et s’ils ont bâti leur opinion eux-même. Un conditionnement vient du milieu (télé, journaux, ou prêches). il est imprimé par un milieu homogène d’où l’intéressé a banni toute dissonance. Du coup le simple énoncé d’un point de vue autre le met en transe.

    Malheureusement beaucoup de nos contemporains sont dans cet état (et je ne m’en réjouis pas). Dites-leur que l’avortement est un crime abominable. Le Dr Dor le fait depuis longtemps. C’est une voix nécessaire. Pour autant à elle seule elle n’a pas emporté les masses, et pourtant le Dr Dor est un saint homme. Rendez-vous compte que pour beaucoup, dire que le foetus est un être vivant remet déjà en cause toute leur vision du monde. Ca les met en transes.

    Maintenant s’il vous plait considérez deux choses. Même à ses apôtres Notre-Seigneur n’a pas tout dit d’un coup. Il les a amenés graduellement à admettre le scandale de la Passion (et tous ont quand même fui, sauf Jean et la Vierge). Et ensuite la parabole de la brebis égarée.

    Et là, nous revenons à nos moutons (si j’ose dire !). C’est quelque chose que je considère comme une différence fondamentale entre la FSSPX et ce que je connais de la douceur de Dieu. Selon les mots d’un prêtre : « Quand Notre-Seigneur a retrouvé la brebis égarée, il ne l’engueule pas, il ne lui botte pas les fesses : il la soulève et il la porte ».

    Pour Mgr Eychenne : il ne m’a pas semblé que son 2e texte contredisait la Foi, auquel cas j’aurai estimé de mon devoir de réagir. Après, il a choisi une approche plus graduelle que celle que vous auriez aimé. Il connait son diocèse, et nous pas, il sera jugé devant Dieu, et nous pas (pas pour ces motifs en tous cas).

    @Sygiranus : vous connaissez la généalogie du mal, c’est bien. Vous avez raison, trop peu la connaissent. Le risque, c’est qu’à regarder en arrière on est changé en statue de sel (comprenez : d’amertume). Ces combats auraient dû être menés avec plus de vigueur dans le passé, sans doute. Maintenant le passé, on n’y peut plus rien.

    En revanche, pour le présent (le « maintenant » du Je vous salue Marie) : il y a un mouvement de reconquête des paroisses et des institutions catholiques, qui n’existait pas au temps de Paul VI. C’est pitié de ne pas soutenir le bon combat quand il se présente.

    @Toto, @Dufit, @Sygiranus : Je bénis Dieu pour votre existence, et pour votre ardeur à défendre le bien. Il n’est pas certain que je puisse de nouveau écrire avant longtemps. Je vous quitte en demandant à Dieu de vous bénir (autant qu’un laïc le peut), et en vous recommandant l’excellent livre de la bienheureuse Anne-Catherine Emmerich sur la passion du Christ. C’est dans le tome 3. Elle décrit le moment où le Christ a été tellement défiguré que ceux qui étaient venus le soutenir ont été tellement choqués qu’ils ont pris des pierres pour les lui jeter, ne pouvant admettre qu’un VRAI messie soit défiguré à ce point-là. Il avait donc trahi leurs attentes et leur enthousiasme, et ils ont rejoint la meute. C’est Anne-Catherine qui fait le parallèle avec l’Eglise (en 1840), elle prédit que l’Eglise sera si hideuse sous sa Croix que même des bons la rejetteront. C’était l’angoisse du Christ pour ses disciples, c’est pour cela qu’il les encourageait. L’Eglise n’est peut-être pas belle, mais c’est ma mère, et l’Epouse de mon Sauveur. Si elle souffre, je l’aide. Faites ce que vous voulez, et que Dieu vous bénisse (sincèrement !).

    • sygiranus

      Merci de ces nobles pensées. Mais disons que je préfère un prêtre qui me tourne le dos pour porter ma prière devant Dieu à qui il fait face, qu’un animateur de réunion qui chante en rond avec ses ouailles: « Voyez comme il est sympathique d’être en communion ! » (exemple récent, aux paroles près).
      Pour le reste, la taqqya n’est pas l’apanage des seuls musulmans ou alors ceux qui la pratiquent en sont déjà ! « Que votre Oui soit Oui, que votre Non soit Non ! » Ce n’est pas moi qui l’ai dit le premier !

    • toto

      @Observateur
      Merci pour vos mots d’apaisement. Juste une remarque sans vouloir vous énerver:
       » « Quand Notre-Seigneur a retrouvé la brebis égarée, il ne l’engueule pas, il ne lui botte pas les fesses : il la soulève et il la porte ». »
      Très juste, c’est ce qu’on appelle la miséricorde de Dieu. La parabole ne le précise pas mais il va de soi que le Bon Pasteur en quittant les 99 autres n’a pas laissé la porte de la bergerie ouverte aux loups et il a laissé les chiens de garde pour prendre soin des « sages ». A notre époque, il semblerait qu’il faille laisser crever ou bouffer les « sages » pour courir après la brebis perdue. Ce n’est certainement pas la conclusion que Jésus a voulu nous laisser. Jésus n’est pas un écervelé, c’est la 2e Personne de la sainte Trinité.

  8. DUFIT THIERRY

    M Observateur : je ne parle plus de la FSSPX car nous sommes en désaccord total sur ce sujet.
    J’observe simplement que depuis des années (fin du concile) l’épiscopat français dans son ensemble (c’est aussi vrai pour la Belgique , l’Allemagne) n’ose plus proclamer les vérités de la doctrine catholique sous prétexte que cela ne convient plus aux hommes de notre temps. On parle de droits de l’homme, de justice sociale. Le résultat est que les catholiques ne pratiquent plus, vivent dans l’immoralité, le péché et l’islam progresse. C’est vrai en France, en Allemagne, quant à la Belgique c’est le naufrage total (merci cardinal Daneels).
    Dans des pays comme la Pologne ou l’épiscopat est malgré tout plus conservateur (à quelques exceptions près), le désastre est moins grand même si l’on sent que les erreurs de Vatican II commencent à donner de mauvais fruits.
    C’est un constat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *