Papst_Pius_XII.,_Krönung_1939JS

Le Pape François pourrait ouvrir les dernières archives de Pie XII

Download PDF

Le Vatican envisage de publier plus tôt que prévu les archives relatives au pontificat du vénérable Pie XII, dont les vertus héroïques ont été reconnues par Benoît XVI en 2009. Initialement, elles devaient être rendues accessibles en 2015-2016. Il se pourrait donc que les chercheurs puissent en profiter dès cette année. Mgr Jean-Louis Bruguès, archiviste et bibliothécaire de la Sainte Église, rencontrera le Pape François à ce sujet. Ces archives sont largement attendues dans le monde universitaire. En 2001, une commission d’historiens juifs et catholiques a suspendu ses travaux faute d’avoir accès à toutes les sources nécessaires. Il faut noter que le Vatican avait alors reproché à la partie juive d’avoir organisé des fuites. Depuis, la pression émanant de nombreuses instances juives s’est accentuée pour faire pression sur le Saint-Siège.

Célébré par Golda Meir et toute la communauté juive à sa mort pour avoir sauvé la vie de nombreuses victimes pourchassées par les nazis, Pie XII a par la suite subi, y compris chez les catholiques, les calomnies orchestrées par la propagande bolchévique. La mauvaise réputation du Pape est née avec la pièce de théâtre Le Vicaire, dont l’auteur était un agent de l’Est. Alors qu’il n’a jamais été reproché aux responsables politiques occidentaux ou à Staline de ne pas avoir dénoncé avec vigueur la déportation des juifs, ou mieux, d’avoir agi directement (ce dont ils étaient capables, contrairement au Pape), il a été reproché au défunt Pape de ne pas l’avoir clairement et publiquement fait. Et ce, alors qu’il avait sous sa responsabilité les catholiques européens vivant sous la domination allemande. Une dénonciation en chaire des évêques hollandais avait ainsi provoqué la déportation massive et accélérée de la communauté juive, y compris des convertis au catholicisme.

Il faut aussi rappeler que l’encyclique Mit Brennender Sorge, publiée par Pie XI en 1937, et à la rédaction de laquelle le cardinal Eugenio Pacelli fut associé, avait condamné clairement les principes du nazisme.

Des historiens juifs comme Pinchas Lapide, ou des rabbins comme David Dalin ont estimé à plusieurs centaines de milliers le nombre de juifs sauvés directement ou indirectement par l’action de Pie XII.

Certes, la canonisation de Pie XII peut et doit se faire en jugeant son attitude et son œuvre pour la paix face au déchainement des évènements qu’il a connus. Mais ce qui importe sans doute davantage fut la façon dont il s’acquitta de son rôle de pasteur et de chef de l’Eglise. Notons ainsi que c’est lui qui a initié la réforme liturgique qui trouvera son aboutissement après le concile Vatican II. Déjà, l’encyclique Mediator Dei ou la réforme de la Semaine sainte portaient en germe ce que les adeptes de la liturgie traditionnelle et de son esprit pourraient considérer comme une décadence. En revanche, un grande attention fut portée à la condition des ouvriers pour les retirer des griffes du communisme athée.

Le dernier point est peut-être le plus important : la canonisation de Pie XII, qui s’ajouterait à celle de Jean XXIII et Jean-Paul II, témoigne d’une inflation du nombre de canonisations. Il semble également que l’usage vienne de canoniser presque systématiquement les papes. De ce point de vue, l’Église pourrait faire à nouveau preuve d’une modération de bon aloi. Le lustre des décennies et des générations écoulées permet souvent seul d’apprécier un pontificat à sa juste valeur et la sainteté n’attend pas que l’Église la sanctionne.

4 comments

  1. gaudet

    oui il me semble nécessaire de faire preuve de davantage de réserve et de retenue, dans l’engagement d’une procédure de canonisation, que la la personne concernée soit pape ou non !

    Autrement dit cette inflation de canonisations me semblerait presque excessive, encore que de mon étage de très minable pécheur, je ne sois pas éventuellement en mesure de juger du comportement spirituel de personnes évidemment bien meilleur que le mien !

    Par ailleurs je suis assez défavorablement impressionné par l’affirmation selon laquelle, le vatican a cédé sous la pression des instances juives internationales.

    En effet il est normal que le saint siège entretienne des relations purement diplomatiques avec les hauts représentants mondiaux de la communauté juive, mais il ne doit pas se considérer obligé, de se soumettre systématiquement aux caprices et aux volontés de groupes de pression étrangers à l’Eglise, ou alors qu’on ait donc la charité de nous affirmer que le saint pontife , est subordonné aux grands rabbins mondiaux , auprès desquels il vient prendre ses ordres ! ce qui est intolérable !

    Autant sous entendre que demain , ces mêmes grands rabbins , pourraient carrément éventuellement , définir et imposer les dogmes de croyance de notre Eglise ! on croit littéralement rêver !

    Quant à l’attitude de Pie 12 pendant la seconde guerre mondiale, nous ne pouvons qu’être scandalisés par l’injuste et exécrable réputation ignoble qu’on réussit à bâtir les milieux communistes intellectuels sur la personne de de pape, dont l’attitude charitable mais réservée, était adaptée à des circonstances historiques profondément tragiques, ou sa capacité d’expression et d’influence était , extrêmement et malheureusement réduite !

    En revanche , effectivement nous pouvons justement dénoncer la froideur tellement criminelle de ce monstre absolu que fut Joseph Stalin, qui ne pouvait ne pas être informé du sort atroce des familles juives, et qui ne s’est jamais exprimé d’une quelconque maniére sur cet aspect de la tragédie de la guerre !

    La vérité la plus évidente , est que Staline lui même , méprisait profondément les juifs, et l’existence des camps de la mort l’indifférait totalement , et même éventuellement étaient de nature à favoriser sa politique ultérieure en Europe de l’est , car ils ont permis l’élimination physique de personnes qui auraient pu , constituer une géné à l’implantation du régime communiste en Pologne , en Allemagne et dans les autres pays de cette zone.

    En somme nous pouvons considérer que Hitler a accompli un travail de destruction humain, que Staline aurait lui même réalisé, peut être avec des moyens différents mais tout aussi cruels !

  2. berserk

    « Il semble également que l’usage vienne de canoniser presque systématiquement les papes »
    tant mieux! pourquoi s’étonner de ce que les successeurs de St Pierre soient eux-aussi des saints. c’est l’inverse qui devrait surprendre et scandaliser!
    de plus, la décision de canonisation fait partie de l’infaillibilité pontificale, qui sommes-nous pour la juger?

    • Louis-Mériadec Kercosquer
      Author

      L’histoire de l’Église nous enseigne que tous les papes n’ont pas été des saints, loin s’en faut. En revanche, tous les papes de l’Église ont été d’une parfaite orthodoxie et n’ont jamais rien proclamé de contraire à la foi catholique ex-cathedra. Or, l’infaillibilité des Papes n’est réelle que lorsque, entre autres conditions, ils parlent ex-cathedra. Elle ne les libère absolument pas du péché.

      La prudence et la patience ne peuvent nullement nuire à l’Église, non plus qu’à la sainteté de nos souverains pontifes.

  3. karr

    Le Vénérable Pie XII fut aimé et vénéré au cours de son pontificat,il est évident qu’un Bergoglio ne pèse pas grand chose en comparaison d’un tel Souverain Pontife.
    A propos de l’ignoble pièce ‘le vicaire »il est surprenant qu’elle ait été créée quelques années après la mort du vénérable Pape.
    Au lieu de canoniser aussi rapidement Jean Paul II et béatifié Paul VI il me semble que Pie XII et le bienheureux Pie IX méritaient d’être élevés à la gloire des autels pour l’édification des fidèles de l’Eglise Catholique.
    Ceci dit il serait bon que ces trop nombreuses béatifications et canonisations cessent avant que de devenir banales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *