h

« Le problème n’est pas la force de l’islam, mais plutôt la faiblesse du christianisme en Europe »

Download PDF

Mgr Paul Hinder, vicaire apostolique d’Arabie du Sud, basé à Abou Dhabi, dans les Émirats arabes unis, témoigne dans un livre paru en allemand, de sa longue expérience avec l’islam. Ce capucin suisse est originaire du canton de Thurgovie.

De passage en Suisse cet été, Mgr Hinder rappelle que 85 % de la population des Émirats arabes unis sont des étrangers, principalement des Indiens, des Philippins, des Pakistanais et des Sri-Lankais de condition modeste. Parmi ces immigrés, les chrétiens représentent environ 3 millions (10 %) de la population totale (sans oublier les Libanais, Palestiniens, Irakiens, Syriens ou Égyptiens), dont au moins 2,5 millions de catholiques. Avec le développement économique de la région, l’Église voit une augmentation constante du nombre de ses fidèles.

« Les chrétiens ont le même statut que les autres étrangers ; nous sommes là pour un temps limité et pour travailler. Les visas sont délivrés pour une durée maximale de trois ans et doivent être renouvelés. »

Dans les Émirats et dans le sultanat d’Oman, la liberté religieuse existe, mais « avec des restrictions », souligne Mgr Hinder. On ne peut pas, par exemple, célébrer une messe n’importe où. Le problème du manque de lieux de culte et de locaux paroissiaux est réel. Ainsi, pour les sept petits États des Émirats arabes unis, il n’y a que huit paroisses pour près d’un million de catholiques. « Nous serions très heureux de pouvoir trouver des locaux à louer mais ce n’est pas si facile ! »

De même les édifices religieux dans les Émirats sont soumis à certaines contraintes architecturales et sont obligatoirement dépourvus de croix et de cloches.

« Si quelqu’un se comporte de façon inappropriée, par exemple en distribuant des bibles ou en cherchant à convertir des musulmans, il est aussitôt expulsé du pays. J’aurais parfois des choses à dire, mais j’évite de le faire… En pays d’islam, le travail missionnaire a une tout autre signification et tout prosélytisme est interdit. Et quand des évangéliques s’affranchissent de ces règles strictes, cela retombe alors sur les autres chrétiens. »

Interrogé sur la présence musulmane de plus en plus forte en Europe, il estime que

« le problème n’est pas la force de l’islam, mais plutôt la faiblesse du christianisme en Europe ».

Il invite ainsi les Européens à se poser la question de leurs racines : « ce patrimoine chrétien n’est pas sculpté dans le granit une fois pour toutes : il peut s’évaporer ».

« Vous pouvez laisser un terrain en friche pendant un certain temps. Mais arrive un moment, si vous ne vous en occupez pas, où une forêt se constitue… Prendre soin de ses racines et de son patrimoine signifie, par exemple, que l’on transmet des connaissances sur la Bible et le christianisme. »

Source

10 comments

  1. Bonjour,

    Ce n’est pas avec les priorités du pape que l’on renforcera la religion catholique.

    Priorités du pape?
    17 août 2016 Laisser un commentaire Modifier
    Bonjour,

    J’avoue être complètement déboussolé par les priorités du pape.

    Enfin, l’on vient d’égorger un prêtre catholique, Jacques Hamel, et l’on veut, à nous catholiques, nous passer ce fait sous silence, et continuer le dialogue interreligieux, comme si de rien n’était?

    N’oublions quand même pas que ce prêtre de Notre Seigneur JESUS-CHRIST a été égorger en pleine Eucharistie. Ce n’est pas le prêtre que l’on a égorgé, mais Notre seigneur JESUS-CHRIST, Lui-même!

    Alors l’on voudrait continuer à dialoguer dans la même vaine qu’avant ce sacrifice monstrueux? Pour aller où? Pour faire quoi?

    Non mes amis, nous sommes en guerre, en guerre spirituelle, et nous devons clairement désigner nos ennemis pour les combattre sans merci jusqu’au dernier.

    Seul Notre Seigneur JESUS-CHRIST est, et restera, le Maître de l’Univers visible et invisible. Inutile dans chercher un autre, il n’y en a tout simplement pas. Les autres sont soit des apostats, soit des Antichrists.

    Que DIEU qui est Père, Fils et SAINT-ESPRIT, vous bénisse et vous garde dans Sa Paix et Sa Joie!

    Merci!

    JFL

    Nous lisons:
    16 août 2016
    Un pontificat placé sous le signe de l’option préférentielle pour les non-catholiques

    De Roberto de Mattei :

    « François a annoncé qu’il renoncera aussi à un rendez-vous pontifical traditionnel, le Congrès Eucharistique National, qui se tiendra cette année à Gênes du 15 au 18 août, mais le 19 août le pape se rendra à Assise, pour célébrer le trentième anniversaire de la rencontre interreligieuse, organisé par la Communauté de Sant’Egidio.

    Ce n’est pas la Salle de Presse du Vatican qui en a fait l’annonce, mais l’imam de Pérouse, Abdel Qader Moh’d, dans une interview à TV 2000. Le pape Bergoglio sera ensuite en Géorgie et Azerbaijan, du 30 septembre au 2 octobre, avec des orthodoxes et musulmans, puis en Suède, à Lund, le 31 octobre, pour commémorer les 500 ans de la réforme protestante. Les initiatives œcuméniques constituent la boussole de son pontificat, qui semble se proposer pour objectif de construire une plateforme commune entre les religions, avec le risque, signalé par beaucoup, de vider le catholicisme et de favoriser la création d’une “super religion” syncrétiste.

    Le déjeuner du 11 août avec 21 réfugiés syriens, tous musulmans, venus en Italie à la suite du voyage du pape dans l’île de Lesbos, s’insère dans cette perspective d’”option préférentielle” pour les non-catholiques. Une telle stratégie exige la négation de l’existence de guerres de religion. Et pourtant l’Église souffre de persécutions dans le monde entier.

    [Par ailleurs]

    Mgr Dominique Lebrun archevêque de Rouen, a exprimé son intention d’ouvrir un procès de béatification qui mène à la reconnaissance du martyre du père Jacques Hamel, tué [égorgé]“en haine de la foi”, comme tant de chrétiens de notre époque.

    Une parole d’approbation arrivera-t-elle de Rome ? Un signe de soutien parviendra-t-il à l’égard des trois évêques espagnols cités en justice pour avoir critiqué la loi qui promeut la transsexualité, qui vient d’être approuvée à Madrid ? L’Observatoire espagnol contre la LGBTphobie a dénoncé l’évêque de Getafe, Mgr Joaquin Maria López de Andújar, son auxiliaire José Rico Pavés et le titulaire du diocèse d’Alcalà, Mgr Juan Antonio Reig Pla pour « incitation à la haine et à la discrimination envers la communauté homosexuelle ».

    Mais le pire n’a pas de limites. Une messe noire publique a été organisée par un groupe sataniste américain et autorisée par les autorités locales, le 15 août, au Civic Center d’Oklahoma City. L’archevêque de la ville, Mgr Paul Coakley, a exhorté les fidèles à demander l’intercession de Saint Michel Archange, de la Vierge Marie et de tous les anges et les saints « pour que le Seigneur prenne soin de notre communauté et nous protège du mal et de ses nombreuses manifestations destructrices et violentes ». Cependant aujourd’hui ce n’est pas seulement un diocèse américain qui subit les attaques du mal, mais toute l’Église. […] »

  2. Gilberte

    Le problème n’est pas tant le souvenir du passé que la connaissance du message de l’évangile et ce qu’est une société chrétienne. Les jeunes sont plus préoccupés par l’étude du libéralisme ou la géopolitique que par le christianisme. Des athées dénigrent le christianisme et vont chercher dans le passé des preuves de la soi-disant malfaisance du christianisme et plongent les chrétiens dans un sentiment de culpabilité ( les croisades, les guerres de religion…), et une éternelle repentance. En somme, on creuse la fosse pour s’enterrer

  3. Xavier

    Le problème de la faiblesse du christianisme en Europe n’est pas venu tout seul.
    Sous Jean XXIII, le catholicisme était encore bien solide: l’ancienne liturgie latine régnait partout; pour la
    Grand-Messe dominicale, il fallait arriver dix minutes avant le commencement pour être sûr d’occuper une chaise (en certains lieux, la chaisière vous réclamait une piécette de monnaie et il était même possible de louer des prie-Dieu confortables en velours rouge…); on se confessait régulièrement (le samedi-soir on faisait la file devant les confessionnaux), les certitudes de la foi étaient enseignées universellement depuis le plus jeune âge, et il y avait beaucoup de jeunes vocations. Il y avait eu certes, deux guerres mondiales, le communisme et ses séductions, la guerre froide, l’athéisme militant, la sécularisation, mais le catholicisme résistait.
    Quelle mouche avait donc piqué le monde catholique ?
    Lors du Concile, on avait relativisé le rôle du prêtre: les novateurs ne voulaient plus de bons et saints prêtres en soutane. Ils voulaient des pasteurs exprimant la Foi (laquelle) dans un langage nouveau  »d’aujourd’hui »: un langage sans bondieuseries, d’adulte responsable, progressiste, ne craignant pas d’inclure les sciences humaines. Un nouveau type de prêtre expert en communication et formé aux techniques d’animation pour la messe face au peuple. Une vision modernisée du salut en Jésus-Christ incluant l’avenir et le bonheur terrestres de l’homme. C’est ainsi, qu’avec la constitution pastorale Gaudium et Spes (1965), était né le langage des technocrates sous la mitre, orgueil de Vatican II.
    Les effets furent immédiats. Qui dit nouveau langage de la foi, dit nouveaux catéchismes, nouvelles expressions liturgiques, ambiance différente dans les églises, nouveaux comportements des chrétiens.
    Aujourd’hui, la faiblesse de ce qui reste de la chrétienté n’est que le résultat de 50 ans de pastorales modernistes.

  4. Si le pape Paul VI avait respecté la culture religieuse et liturgique de l’Europe nous n’en serions pas là. Or il a agressé la culture européenne sans titre et sans motif. Les reproches adressées à la population européenne sont injustes.

  5. JacquesJacques

    Tant que l’église conciliaire refusera de convertir les musulmans , il n’y a aucune chance de gagner contre l’Islam.
    Tant que le pape lui même considèrera que l’Islam est une religion respectable, sous le prétexte simpliste que c’est une religion monothéiste, donc le même dieu, tant que le Vatican continuera dans la voie satanique de VaticanII, l’église se condamne à disparaître,et c’est probablement la volonté de Rome qui espère instituer la fausse religion commune.
    Rome est au mains de carriéristes soumis à la franc maçonnerie, idiots utiles , qui se sont mis au service des juifs.
    La franc maçonnerie est une invention juive pour finir le combat à mort contre Jésus, qui a commencé par la crucifixion
    Mais il restera toujours des catholiques, des vrais, ceux qui refusent le trahison maçonnique de Vatican II.
    Oubliez Rome, le pape, et restez du côté de Jésus Christ.
    Comment voulez vous croire en une institution qui invite ses ennemis, qui invite ses assassins ? Une institution qui se renie , renie toute son histoire et sa foi tous les jours.
    Pour rester en sécurité, il vaut mieux, bien sur, la fuir.
    Prions pour le Christe Roi.

  6. Pingback: « Le problème n’est pas la force de l’islam, mais plutôt la faiblesse du christianisme en Europe » - Voxnr | Agence Solidariste d'Info

  7. Mohand said

    Pour épouser l’islam ,il suffit de lire une phrase et vous faites l’apprentissage dans la pratique .pour recevoir le baptême et devenir chrétien je me suis adresse à des dizaines deglises même à lourdes ,on m’a méprisé. A chaque on me répondait va apprendre le catéchisme chez vous avec un prêtre comme si les églises couraient les rues en algerie.

  8. fg

    C’est la foi qui faut transmettre, pas seulement des connaissances sur le patrimoine et le christianisme: pour ces derniers, il y a internet et des portails très bien faits.
    Pour la transmission de la foi, il faut des pasteurs et là, ça manque cruellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *