Education-sexuelle-pédophilie-Ontario-provie-lien-e1458144018679

L’éducation sexuelle à l’école en lien avec la pédophilie ?

Download PDF

L’« éducation sexuelle » obligatoire s’installe dans l’Ontario – mais les professeurs, responsables de 100 fois plus d’abus sexuels que les prêtres, sont-ils dignes de confiance dans ce domaine ? C’est la question que pose l’association provie canadienne Campaign for Life Coalition. Jack Fonseca, porte-parole de CLC, a déclaré à LifeSiteNews que la « justification » des cours, dénoncés par de nombreux parents comme empiétant sur leur droit d’éduquer leurs propres enfants, ne tient pas. L’« éducation sexuelle » est supposée protéger les enfants en leur apprenant à réagir face aux agressions. Au contraire, affirme Fonseca : elle expose les jeunes au risque de pédophilie.

Le Premier ministre de la province de l’Ontario, Kathleen Wynne, ne cesse de répéter que les enseignants sont mieux placés et plus fiables pour assurer l’éducation sexuelle des élèves. Il s’agirait d’avoir un regard critique sur de telles affirmations, met en garde Fonseca, rappelant que les cours proposés sont « sexuellement explicites » et que rien ne garantit aux parents que les professeurs chargés des cours n’ont pas des pulsions en ce domaine.

Les provie de Campaign for Life dénoncent le lien entre éducation sexuelle et pédophilie

« Si vous lisez les journaux, vous y verrez tant de cas d’enseignants coupables de contacts sexuels inappropriés avec des enfants. Comment les parents peuvent-ils savoir qui, parmi les enseignants, est un prédateur sexuel ? Je ne dis en aucun cas que tous les professeurs sont des prédateurs sexuels, mais il existe un problème au sein de l’industrie de l’éducation. Si le professeur est attiré par les enfants, ces cours explicites ne risquent-ils pas de l’exciter sexuellement ? », souligne le représentant de CLC.

 

Lire la suite sur RéinformationTV

1 comment

  1. Myriam

    Sauf erreur les plans dans les cartons qui ne devraient pas tarder à sortir…
    font état de découverte du corps, sensations etc…..
    En clair l’éducation en maternelle équivaudra à l’éducation d’un adulte….
    L’engagement d’un nouveau personnel poserait aussi question !
    On se demande aussi de quel droit et intérêts pédagogiques imposer des attouchements.
    Reste à découvrir le pays qui commencera!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *