L’Église n’aurait pas à s’immiscer dans les lois civiles

Download PDF

Mgr Pierre-Marie Carré, évêque de Montpellier et nouveau vice-président de la conférence des évêques de France, déclare au Midi Libre :

« [Ma mission] sera d’aider l’archevêque de Marseille, Mgr Georges Pontier, qui, lui, a été nommé président de la CEF. Notre mandat ne sera effectif qu’à partir du 1er juillet, nous avons encore deux mois pour nous partager le travail. Nous n’avons pas encore de programme précis, mais cela ne devrait pas tarder. »

A propos de la loi Taubira, il répond :

L’Église n’a pas à s’immiscer dans les lois civiles. C’est à nous, catholiques, de trouver les motivations de notre comportement.

Que vous inspirent les comportements violents de certains opposants au mariage pour tous ?

Je lance un appel à la paix. Il faut que le dialogue s’instaure et que les points de vue s’échangent dans l’écoute et le respect. »

Nous voilà bien avancés.

50 comments

  1. eljojo

    C’est évident que l’Eglise n’a pas à s’immiscer dans les lois civiles.

    C’est à dire que ce n’est pas à l’Eglise de faire la loi : rendez à César ce qui est à César, à Dieu ce qui est à Dieu.

    En revanche l’Eglise doit former et éclairer les consciences et promouvoir la morale associée à notre foi. Morale qui servira alors de base à la loi.

    La religion qui impose sa loi à la société, c’est l’Islam, pas le Christianisme.

    Ceci étant, les propos de cet évêque prêtent à confusion, car on pourrait entendre que l’Eglise n’aurait pas le droit de donner son avis.

    En soi, ce qu’il dit est donc vrai, mais pas très habile.

    • Bernard Gui

      Il faut surtout cesser de vouloir « rendre à César » ce qui ne lui appartient pas. Lorsqu’il donne ce commandement, Jésus répond à une question qui ne concerne qu’une chose : l’impôt, la monnaie sur laquelle figure, en effet, l’effigie de César. Tout le reste est à Dieu. Et César lui-même n’est-il pas enfant de Dieu ?

        • Sygiranus

          Mais l’impôt conditionne la vie sociale et toute son organisation.
          La vie sociale est donc réglée par César suivant la règle morale issue de Dieu et transmise par l’Église. Ainsi l’harmonie du bien commun favorise la fin particulière de chacun : la vision béatifique.

    • Martine

      Je n’aurais pas su l’exprimer aussi bien que vous. Mais il devrait pouvoir « dialoguer » avc l’islam : il faut savoir rester trouble pour ce faire.

  2. Cécilien Pelchat

    Encore un exemple de la confusion qu’a apportée Vatican II(LA LIBERTÉ RELIGIEUSE) à la formation des prêtres (maintenant évêques).tOUTES LES ENCYCLIQUES DE L’ÉGLISE,depuis deux cents ans partaient du principe immuable :`qu’il vaut mieux en tout obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes« . Ce fut d’ailleurs que dirent les apôtres aux autorités juives qui voulurent les envoyer en prison,parce qu’ils continuaient de prêcher dans leurs synagogues. Depuis que l’Église se laisse enrôler dans la stratégie maçonne,contredisant en celà la conduite de toute la tradion de l’Église,l’état foule de ses gros souliers tous les sains principes du christianisme,y compris ceux du mariage et de la vie.On appelle cette conduite du reniement de sa foi. Point à la ligne. C.P.

  3. Henrique Gutierrez-Damville

    En ces temps de choc frontal contre l’idéologie mortifère de la république laïciste, l’Eglise de France a trouvé son Daladier.

  4. maroussia

    Pauvres de nous et pauvre Eglise…La grande indulgence de certains commentateurs me surprendra toujours. Ils trouvent sans cesse explications et justifications â des paroles ou des comportements douteux. Ou encore considèrent que le problème n’en est pas un…Comme le couscous merguez le vendredi Saint. Mais pourquoi fréquenter Riposte Catholique si tout est relatif ? Au cas présent, il est clair que l’évêque, par sa réponse â la dernière question très orientée, cautionne les accusation de « violence » portée par le gouvernement ses sbires et les médias â sa botte…Mais ça leur arrache la bouche â nos évêques de défendre leurs ouailles ? C’est vrai quand on n’a que les roms ou l’islam et le vivre-ensemble aux lèvres ça doit être difficile. Combien de vitrines brisées, de voitures brûlées , de policiers blessés ? Pendant que des journalistes prenaient des airs faussement horrifiés en dénonçant les « violences », défilaient d’horribles images : des jeunes gens collaient des affiches de la Manif pour Tous sur un local LGBT…des CRS gazaient á qui mieux des manifestants pacifiques qui n’avaient pas un geste hostile. Mais Monseigneur n’est apparemment pas dérangé par le gazage de landeaux ou un religieux passé å tabac. Dialogons. Il ne fallait pas s’immiscer non plus au temps de la loi Veil.

    • DANIS

      seuls les pr^tres traditionnalistes ont le courage de défendre la morale chrétienne, en l’occurrence l’avortement qui est un crime, le mariage homos contre nature. je ne supporte plus depuis longtemps les discours et paroles des Eveques conciliaires.

  5. Il me semble que les « comportements violents » ne sont pas le fait des manifestants. Il y a dans les assertions de ce genre, surtout dans le contexte, un net mépris de la présomption d’innocence, car au moins on pourrait rappeler que l’existence de « comportements violents » est contestée.

  6. douillet

    Si on prend ses propose au 1er degré, pour compenser ce manque d’éclairage de l’église, certains pourraient se tourner vers la maçonnerie. Et là on commence à se prendre pour des Dieux!!!.
    Je pense que la parole de la CEF doit être un peu plus précise sinon, nous allons continuer à perdre des brebis.

  7. senex

    C’est totalement faux car Jésus est Dieu et un Dieu Créateur est le Maître de toutes choses qu’elles soient matérielles ,politiques etc…spirituelles Vive le Christ Roi

  8. Philippe

    Ben non il a tout faux. l’Eglise du magistère non, mais l’Eglise du peuple de Dieu en tant que citoyen, nous avons le devoir de ne pas laisser faire l’infamie.

    Catéchisme de l’Eglise Catholique.

    406. Quand l’autorité s’exerce-t-elle de manière légitime ?
    L’autorité s’exerce de manière légitime quand elle agit pour le bien commun et qu’elle utilise pour l’atteindre des moyens moralement licites. C’est pourquoi les régimes politiques doivent être déterminés par la libre décision des citoyens et ils doivent respecter le principe de l’« état de droit », dans lequel est souveraine la loi et non pas la volonté arbitraire des hommes. Les lois injustes et les mesures contraires à l’ordre moral n’obligent pas les consciences.

    464. Quels sont les devoirs des citoyens dans leurs rapports avec les autorités civiles ?
    Ceux qui sont soumis à l’autorité doivent considérer leurs supérieurs comme des représentants de Dieu, offrant leur collaboration loyale pour le bon fonctionnement de la vie publique et sociale. Cela comporte l’amour et le service de la patrie, le droit et le devoir de voter, le paiement des impôts, la défense du pays et le droit à une critique constructive.

    465. Quand le citoyen doit-il ne pas à obéir aux autorités civiles ?
    Le citoyen ne doit pas, en conscience, obéir quand les prescriptions des autorités civiles s’opposent aux exigences de l’ordre moral : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Ac 5, 29).

  9. Chartron Jacques

    Je crois que nos évêques n’ont pas pris la mesure de ce qui se passe. Quand le Renouveau Charismatique » a débuté, c’était la même appréhension de leur part. Ils sont toujours à la traine, ils ont peur que cela leur échappe. Mais l’Esprit Saint souffle où Il veut, comme Il veut et quand Il veut.

  10. Skytrack

    « Je lance un appel à la paix. Il faut que le dialogue s’instaure et que les points de vue s’échangent dans l’écoute et le respect. » »
    et bla bla bla comme ça on a l’avortement avec respect des enfants bousillés, le mariage homo avec respect mais sans tenir compte des conséquences sur les enfants aoptés, et puis on a en cours l’euthanasie avec respect pour dégommer plus d’anciens
    Respect, dialogue Monseigneur vous avez oublié : tolérance, accueil, minorités, lutter contre les discriminations, liste non exhaustive

  11. Entièrement d’accord avec ElJojo . Autrement dit il faudrait laisser l’Imam et le Rabbin déclarer leurs doléances au Présidnt de la République et son gouvernement et que l’Eglise Caholique reste dans l’ombre ? Sansentrer dans l’extrème on peut comprendre que crtains fidèles ne le soient plus.

  12. chouan 12

    encore une fois l’enfouissement, c’est la meilleure des choses et surtout ne dérangeons pas ce gouvernement de pourri, laissons-lui voter toutes les lois qu’il voudra, la dernière étant l’éradication des catholiques; « les tièdes , je les vomirai de ma bouche, non seulement la CEF est tiède mais elle est timorée.

      • Sygiranus

        La Takkia (orthographe phonétique. on peut écrire taqqiah ou n’importe quoi d’autre) est la stratégie enseignée par le coran et qui se résume ainsi : « Baiser la main du maître quand on est faible, la couper quand on est fort. »
        Autrement dit, tous les mensonges et servilités sont recommandés pour atteindre un but dont on ne peut s’emparer immédiatement par la force.

  13. Pingback: Après le cardinal de Paris, l’évêque d’Angoulême, voici un 3 ème évêque qui donne carte blanche à Hollande pour faire voter la loi Taubira … « CRIL17 INFO

  14. Bien mal partis avec cette nouvelle équipe! Triomphe du MASDU!! Traître !! Où sont les vrais pasteurs défendant le troupeau des loups et hyènes puantes!?? Alors on gobe IVG, Mariage gay, PMA,GPA,euthanasie,laïcisme et cathophobie galopante etc….les chouans,cristeros,croisés etc…doivent gémir dans leurs tombes! Honte à ces Evêques qui heureusement ne seront pas suivi!!

  15. Jean-Louis THES

    Je serais moins indulgent : ces propos ne prêtent pas à confusion : ils sont clairement faux !
    L’Eglise peut et doit intervenir lorsque des lois civiles sont contraires à la morale, ce qui est clairement le cas du projet de la loi Taubira.
    Voir les enseignements multiples des papes et notamment Evangelium Viate de Jean-Paul II qui va jusqu’à parler du devoir de s’opposer par l’objection de conscience…

  16. KARR

    L’eternelle réponse de nos évêque:DIALOGUER!
    Est-ce que Notre-Seigneur nous a donner mission de bavarder?
    Cet évêque comme nombre de ses confrères devrait aller dialoguer sur le terrain dans les nombreux pays ou nos frères sont martyrisés en raison de leur foi.
    Parlote,réunionites,que du blabla,et depuis trop longtemps!

  17. bernard

    A moins que cela ne vienne de Mgr Georges Pontier, on attend de Mgr Pierre-Marie Carré des instructions pour la relation avec le Grand-Orient, avec le lobby homosexuel, avec la communauté musulmane

  18. VQE

    Très bien, alors que la loi civile ne vienne pas limiter l’exercice d’un droit religieux. Je parle bien entendu de l’obligation légale de passer par le mariage civil pour ne pas mettre en danger de prison le prêtre qui marierait ainsi de manière habituelle les gens.

  19. Le rôle de l’Eglise est nettement missionnaire et sa tâche est d’apporter à tous les peuples le message évangélique.
    Elle n’est pas absolutiste et pas du tout non plus démocratique, d’une démocratie pure. Elle est hiérarchique et indépendante de n’importe quelle autre structure.
    Ceux qui ont le devoir de juger avec la plus grande objectivité et sans respect humain, ont peur du jugement du monde, ce n’est pas la vérité, mais eux-mêmes qu’ils mettent en avant, ils parlent de la miséricorde de Dieu et non de leur responsabilité.
    Une coutume formaliste de vie chrétienne donne à beaucoup l’illusion d’être sur la bonne voie.
    Une attentive réflexion de la part des prêtres sur le mystère dont ils sont participants pourrait servir à rendre ces derniers plus responsables et plus attentifs à leurs devoirs.
    Nous n’avons pas le pouvoir de détruire la Justice de Dieu, comme nous n’avons pas le pouvoir de détruire l’enfer, dont on ne veut pas entendre parler.
    On voudrait admettre que la vie terrestre n’est pas une terre d’exil et un temps d’épreuves.
    Cela ne se peut pas!……..
    A l’ordre succède le plus déconcertant désordre.
    La miséricorde et la justice sont une seule et même chose.

  20. Goupille

    Dhimmitude ! Mollesse !
    Quel que soit l’obstacle et l’enjeu, ils plient, s’excusent, rampent, se cachent entre le mur et le papier peint.
    Ils abandonnent le terrain et leurs ouailles.

    Leurs ouailles qui votent avec leurs pieds.
    Leurs églises se vident, ils ne font pas d’évangélisation par peur du prosélytisme.
    Qu’importe, puisqu’ils parlent avec gourmandise de « l’Eglise des Catacombes ».

    Sauvegarde de la Catholicité et de notre civilisation : nous ferons sans eux.
    Avec un grand regret.

  21. MVT

    dans les années 50,le vieux curé de ma paroisse disait avant les élections:
    mes Frères,il faut voter,c’est un devoir;et il faut voter pour des candidats qui s’engagent à respecter les lois de l’Eglise!
    depuis cette époque,les lois de l’Eglise n’ont pas changé,même si les textes approuvés par V2 ont obscurci la vision que les catholiques devaient en avoir!la question que l’on peut se poser est de savoir si les catholiques de France,quels qu’ils soient, ont des convictions véritablement catholiques!!!
    si ces principes de base étaient enseignés et respectés,notre pays ne connaitrait pas tant de problèmes qui se sont dévoilés depuis une cinquantaine d’années!!!

  22. nb

    Quelle erreur grossière ! il y a distinction entre le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel et non séparation, relisez votre catéchisme. La loi civile doit évidemment être totalement conforme aux commandements de Dieu. Comment imaginer le contraire ? L’Eglise, qui est le corps mystique du Christ rappelons-le, donc le garant du dépôt de la Foi et du « message » de Dieu, devrait accepter que la morale nécessaire au Salut s’applique à l’individu mais pas à la société toute entière ! C’est absurde ! Et puis M Eljojo, votre argument est fallacieux et un peu élimé car finalement qui décide de ce qui relève de César ou qui relève de Dieu ? Vous ? ou le fondateur de l’Eglise qui est Dieu ? La fin prochaine de la société civile doit-elle être indépendante, voire contraire, à la fin dernière de l’homme ? Dans l’ordre des fins, laquelle doit primer ? Mais peut-être avez-vous déjà décroché ? Comme cet évêque moderniste irresponsable qui confond anthropocentrisme et théocentrisme. Notions qui n’ont rien à voir avec la théocratie…..

  23. Lemineur

    Ces propos témoignent de la lâcheté de nos évêques peut-être trop attaché à leur vie pour dénoncer le mal et oser se mettre en travers des oeuvres du mal. Car l’Eglise a le devoir de dénoncer le mal et cela sans détour. On lui demande ce qu’il pense de la loi et lui il cache sous son manteau la source de lumière qu’est la Bible, il renie le Christ en disant :  » ce n’est pas notre affaire… » Pauvres chrétiens! Prions Dieu de nous envoyer des pasteurs, de vrais pasteurs.

  24. Edmond Roman

    N’importe quoi! Qand une loi est contraire à la doctrine chrétienne l’Eglise a le droit, non, elle a plutôt le devoir de la combattre. En ce qui concerne loi Taubira, Dieu merci nous avons précédé évêques et prêtres! Que dira ce brave homme quand viendra (ce qui ne tardera pas) la loi légalisant l’euthanasie? Ce sera aussi une loi civile (comme toutes les lois). Restera-t-il silencieux? Avec de tels évêques, nous avons du souci à nous faire !

  25. Que diront nos évêques quand des prêtres refuseront le mariage religieux à des catholiques homo mariés civilement et que ces prêtres seront trainés , pour discrimination , devant les tribunaux?

  26. eljojo

    Le rapport entre le politique et le religieux s’articule autour de trois éléments : le légal, le moral et la foi.
    En Islam, les trois sont confondus.
    Dans le christianisme en revanche, les trois sont distincts.

    En effet, chez les chrétiens, ce n’est pas le religieux qui dicte sa loi, mais bien chacun qui choisit en conscience ce qui lui paraît le meilleur, étant bien entendu que la conscience (morale) doit être éduquée par la foi.

    Ainsi, l’Eglise n’a pas à intervenir directement dans le champ politique, en revanche elle a évidement le droit et le devoir d’intervenir dans le débat public, en vue d’éclairer les consciences.

    La liberté religieuse, que certains contestent, n’est nullement le reniement de la vérité du christianisme, c’est uniquement le constat qu’il n’existe de foi qu’à travers la liberté.
    La foi chrétienne, comme adhésion de la volonté et de l’intelligence à la personne même de Dieu qui se révèle à nous (Saint Thomas), suppose la liberté. Plus encore, la foi ne va pas sans l’amour, la charité. Et il n’existe pas d’amour sans liberté.

    Notons par ailleurs que la notion de « liberté religieuse » condamnée par le Syllabus faisait référence à la « Libre-pensée » qui est justement une idéologie liberticide et n’a rien à voir avec la vraie liberté.

  27. FOURRIER ALAIN

    Rares sont les évêques qui défendent leur troupeau….
    Lorsque les lois civiles vont contre la spiritualité chrétienne, base de la morale de notre civilisation nous attendons qu’ils s’insurgent et nous forment.
    Ceci est totalement différent de la charia qui est un instrument
    de domination sociale. Voiler des femmes est ce spirituel?

  28. Sygiranus

    L’Eglise n’a pas à s’immiscer dans la rédaction des lois, fruits prudentiels de la prudence humaine, mais elle les fonde et fournit leur justification morale. Elle sait qu’une mauvaise loi vaut mieux que pas de loi du tout car on ne peut améliorer que ce qui existe et on doit le faire, mais il est de son devoir de dénoncer les règles qui détournent de la loi divine (« A temps et à contre temps !… »)

  29. Nicolas Mettra

    On regrette déjà la clarté du langage de Mgr Vingt-Trois, dont n’a pas vraiment mesuré la profondeur du sursaut qu’il a engagé l’été dernier (souvenons-nous, la lettre du 15 août…). « Ne pas s’immiscer dans les lois civiles… » Certes. Propos générique et neutre…Encore que…Le souci du bien commun est central dans l’engagement de l’Eglise depuis longtemps. Il y a des lois injustes, et le devoir du chrétien est d’abord d’en empêcher l’adoption et de s’y opposer ensuite « à temps et à contretemps » , A ce stade du débat, le propos épiscopal apparaîtra aux responsables politiques qui n’ont pas hésité devant l’épreuve de force avec les catholiques plutôt comme une sorte de reddition. Il n’est donc pas très opportun.

  30. CHANT

    On s’est fait avoir en 1975, pas question de suivre ces avis…
    Avec ceux-là on bientôt des femmes à la place des prêtres et tout le reste…RESISTANCE

  31. Philippe

    MGR Pontier et Carré reste canoniquement nos chefs élus par l’Eglise, mais si un ordre est contraire à la loi de l’Eglise et de l’Évangile, nous avons une obligation de désobéir.

    Quand au conseil : « que les points de vue s’échangent dans l’écoute et le respect. » Ok ! Alors moi je lui demande dans l’écoute et le respect s’il est Franc Maçon ?

    • theofrede

      Mgr Pontier et Mgr Carré ne sont canoniquement que les chefs de leur diocèse; plaignons les fidèles des diocèses de Marseille et de Montpellier, espérons que le Seigneur rappellera rapidement ces deux individus auprés de lui, mais le supérieur canonique d’un chrétien est l’évêque de son diocèse, qui n’est en rien subordonné à l’organisme bureaucratique dit CEF, et pas celui du diocèse voisin
      en revanche, je pense que la question posée par Philippe est parfaitement fondée

  32. eljojo

    @Philippe Le rôle des conférences épiscopales est assez flou. Sur certains domaines, comme la liturgie, elles ont une compétence déléguée par Rome. Mais sur la plupart des sujets elles sont surtout une instance de coordination et la prise de parole des évêque, restant sauve l’autorité quasi absolue de ces derniers chacun dans son diocèse.

    On ne peut pas dire que nos évêques ne nous forment pas ! Regardez le document sur les élections et le nombre de prises de positions publiques sur le mariage gay !

    Par ailleurs, il serait bon de ne pas accuser sans preuve nos évêques : c’est de la diffamation. Si vous dites que tel évêque est FM, donnez une source plus précise qu’un vague ragot.

    @nb La distinction entre spirituel et temporel n’est pas absolue, car cela dépend des époques et des sociétés, en effet la religion est un des facteurs majeurs de l’ordre public, ce qui fait que la frontière entre les deux est floue. En conséquence, elle se définit par le dialogue entre le temporel et le spirituel, chacun devant être à sa juste place. Néanmoins tout le monde semble d’accord pour dire que l’Eglise est davantage évangélique (et efficace) lorsqu’elle se contente d’éclairer les consciences sans imposer institutionnellement son point de vue à la société.
    D’ailleurs, soit dit en passant, les techniques de manipulations et la pédagogie enseignent la même chose : un individu obéit mieux à la loi s’il l’a choisie et construite que si elle lui est imposée. L’enjeu est alors de le guider dans ce choix et cette construction.

  33. maroussia

    ah! à lire vos commentaires. mon moral est à la hausse ! devrons nous un jour faire d’aimables charivaris devant nos évêchés pour rappeler nos pasteurs à leurs devoirs ? Franchement la nouvelle équipe de la CEF m’inquiéte beaucoup…Pour l’instant, comme le rappelait un commentateur plus haut, les catholiques votent avec leurs pieds…par la fuite. C’est triste.

  34. clavier jean pierre

    Pauvre église de France trahie et défigurée par presque les deux tiers de ses clercs .
    Si vous habitez dans les régions ou elles sont représentées , pourquoi ne pas rejoindre les Eglises catholiques du moyen orient (maronite, melchite, syriaque ) la liturgie est traditionnelle, sans les aberrations post Vatican II

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *