c2-2

L’épiscopat se divise sur les « migrants »

Download PDF

Lors de la dernière assemblée des évêques de France, à Lourdes, ce qui a fait l’objet des débats les plus âpres c’est l’accueil des migrants. Notamment parce qu’un cardinal italien, Mgr Francesco Montenegro, archevêque d’Agrigente a interpellé ses pairs français en ces termes :

« Quelle Europe souhai- tons-nous ? Une Europe ouverte ou fermée ? Une forteresse ou un pont ? Maison malade d’eurocentrisme ou maison ouverte qui accueille et sait voir loin ? »

Mgr Christian Kratz, évêque auxiliaire de Strasbourg lui a répliqué :

« Ne sous-estimons-nous pas l’importance de la religion, en particulier musulmane ? Je constate que l’islam fait peur, suscite des rejets, aussi parce que partout où il est majoritaire, l’islam ne respecte ni les droits de l’homme ni la liberté religieuse. »

Réponse du cardinal Montenegro :

« Nous n’avons pas à choisir les migrants que nous accueillons car c’est l’Évangile qui nous dicte. »

Mgr Eric de Moulins-Beaufort, évêque auxiliaire de Paris, a aussi jugé« sévères » les critiques de l’archevêque d’Agrigente contre l’Europe :

« Tous les citoyens y sont égaux en droit. Ils peuvent exprimer des craintes devant l’arrivée d’une po- pulation n’ayant pas les mêmes références culturelles et religieuses et nourrissant du ressentiment à notre égard. »

L’archevêque de Rouen a demandé que l’on distingue dans l’accueil les migrants entre ceux qui passent, comme à Lampedusa, et ceux qui restent. En revanche, Mgr Pontier, lui, « au nom de l’Evangile », a assuré que l’on ne saurait distinguer les uns des autres car tous souffrent. En tout cas aucune distinction entre les clandestins et ceux qui sont légalement chez nous…

Un autre invité étranger Mgr Fülöp Kocsis, archevêque de Hajdúdorog, en Hongrie, a demandé la parole pour défendre le gouvernement de Viktor Orban qui a édifié un mur

« pour contrôler l’afflux de jeunes migrants, venus sans papier, sans vêtement de rechange et refusant d’être enregistrés. »

Comme ses collègues objectaient que ce n’était pas conforme à l’Evangile, il a répliqué que c’est une mesure qui s’imposait dans l’urgence face « à l’inondation islamique ». Voilà qui est parler ferme et clair !

Une autre question délicate a été abordée à Lourdes : la présence de plus en plus importante de prêtres africains dans les paroisses, environ 10% du clergé en activité, ce qui commence à faire beaucoup. C’est le manque de vocations chez nous qui explique cette situation. Peut-être est-ce un juste retour des choses : nous leur avons envoyé des missionnaires pour les évangéliser, c’est maintenant leur tour de nous aider à propager la foi en France ?

Mais cela ne se passe pas toujours bien, ont dit nos évêques, en présence de Mgr Bernard-Emmanuel Kasanda, évêque de Mbujimayi, en République démocratique du Congo, qui a déclaré que ses confrères africains envoyaient en France « l’élite » de leurs prêtres. Il n’a d’ailleurs pas dissimulé les raisons très matérielles qui peuvent pousser les prêtres à quitter leur pays d’origine et à ne jamais y retourner, ou seulement à contrecœur, après un trop long séjour en Europe. De leur côté, les évêques français ont regretté de découvrir la situation médicale de certains prêtres africains, débarquant en France. Ils ont aussi déploré le rapport à l’argent de certains d’ente eux, notamment la recherche de fonds à envoyer dans le pays d’origine.

Source : Le Bulletin d’André Noël

17 comments

  1. Père Simon OSB

    Je connais très bien Mgr Fulöp Kocsis. Il a vécu comme prêtre dans notre monastère, en Belgique, pendant deux années. Il a édifié la communauté par sa charité et son humilité, ne dédaignant pas les plus rudes travaux matériels. Je lui ai rendu visite en Hongrie où il est devenu évêque. Dans les églises de son éparchie (diocèse de rite oriental), j’ai vu une grande ferveur, comme du reste dans les églises de rite romain. Bref, sa parole a vraiment du poids dans la confusion doctrinale et spirituelle que nous connaissons ici. J’ai eu aussi le plaisir de rencontrer, chez elle à Bucarest, Mme Anca Cernea, qui a fait une remarquable intervention au récent synode. De nos frères d’Europe orientale nous avons beaucoup à apprendre.

  2. Delmau

    Dans une récente livraison, Média-Presse-Info publiait un long article sur la doctrine de l’Eglise sur ce délicat sujet. Depuis les Ecritures, Saint Augustin et de nombreux Papes jusqu’à Benoit XV et Pie XII, on y découvre une étonnante cohérence, qui rappelle que, sans être récurrent, le problème n’est pas nouveau et la doctrine de l’Eglise non plus. C’est la position actuelle de l’Eglise qui l’est. Pour exemple, le cardinal Biffi, archevêque de Bologne, disait le 2 novembre 2000 dans Le Figaro :« Le droit à l’invasion n’existe pas. (…) Rien n’interdit à l’Etat italien de gérer l’immigration de manière à sauvegarder son identité nationale. »
    Saint Thomas d’Aquin écrivait déjà « Il faut que l’affection de l’homme soit ordonnée par la charité, que d’abord et principalement il aime Dieu, ensuite soi-même, enfin le prochain, et parmi les prochains, davantage ceux qui sont les plus proches et plus à même de nous aider. » (Compendium theologiae). Ce que Benoit XV répétait avec d’autres mots en 1919 : « Si la loi de charité s’étend à tous les hommes, même à nos ennemis, elle veut que soient aimées par nous d’une manière particulière les personnes auxquelles nous unit le lien d’une patrie commune. » (Lettre apostolique Diuturni, 15 juillet 1919).
    Comment se fait-il que cette cohérence bimillénaire soit brusquement aujourd’hui contestée ?
    Saint-Augustin et Saint-Thomas seraient-ils « dépassés » ?
    Ou certains de nos évêques seraient-ils plus saints et plus clairvoyants qu’eux ?
    On peut ajouter que la charité chrétienne éventuellement décidée par un Etat ne l’autorise pas à en imposer les conséquences à ses ressortissants non consentants. La charité ne s’impose pas, ou alors elle est le déguisement d’une décision politique, que l’Eglise n’a pas à soutenir.

  3. Hugo

    Japon : L’archipel ferme ses portes aux migrants

    Le pays du soleil levant refuse d’accueillir des migrants au motif qu’il possède une triste expérience en la matière. Le porte-parole du gouvernement japonais Yoshihide Suga a réaffirmé aujourd’hui que le Japon n’était pas prêt à accueillir des migrants même pour remédier à la pénurie de main-d’œuvre dans le pays.

    PS Remarquez ce ne sont que des Japonais !

  4. Eugene

    Braveau Mgr. Kratz l’islam ne respecte personne qui n’appartient à cette doctrine et en particulier les chrétiens. Le cardinal italien Montenegro doit faire une visite dans L’Albanie d’en front entre les catholiques du nord pour en savoir plus.

  5. Ecossais

    Si je comprend bien certains de nos évêques (progressistes), il faut accueillir les migrants a condition que ce ne soient pas des prêtres catholiques africains. Tous ces progressistes donneurs de leçons montrent leur vrai visage, celui de la xénophobie écclésiale. Ces prêtres « venu d’ailleurs » comme ils disent avec condescendance et a qui ils reprochent d’envoyer de l’argent a leur famille en afrique, où est le problème? Au moins eux ont le sens de la famille.
    Dans l’Eglise cela devrait être comme à la Légion, l’important ce n’est pas l’origine éthnique mais la volonté de servir la France pour le légionnaire et de servir l’Eglise universelle pour le prêtre.
    Ces clercs et autres diacres progressistes devraient avoir honte et se prosterner devant la croix pour demander pardon a Jésus. Mais de cela bien sûr ils sont incapables.

  6. Mario

    Voici ce que disait le catholique Silvio Pellico dans Devoir des Hommes sur les nations – la Patrie et l`Église.

    Le cynique, qui a tant de sophismes contre tout sentiment généreux, a coutume de faire ostentation de sa philanthropie pour déprécier l`amour de son pays. Il dit: « Mon pays c`est le monde» ( a notre époque il dit: « Je suis citoyen du monde.») Il dit le petit coin ou je suis né n`a aucun droit a ma prédilection puisque il y a tant de pays ou les hommes sont bons et même meilleurs!

    Mon ami, ne sois pas le jouet d`une philosophie aussi vile. Son caractère est de nier la nature de l`homme et a détruire les liens de société par le cynisme.

    Sans doute, nous pouvons dire aussi du monde entier qu`il est notre patrie. Tous les peuples sont des fraction d`une vaste famille, qui par sa grande étendue, ne peut être régie par un même gouvernement, quoiqu`elle ait Dieu pour maitre. Considérer toutes les créatures de notre espèce comme une famille, nous rend bienveillant pour l`humanité en général. Mais cette vue n`en détruit pas d`autres, également justes.

    C`est encore un fait que l`humanité se divise par nations: chaque nation est cette agrégation d`hommes que la même religion, les mêmes lois, les mêmes mœurs, la même langue, la même origine, la même gloire, les mêmes plaintes et les mêmes espérances, tous ces éléments qui unissent par une sympathie particulière. Appeler égoïsme cette sympathie naturelle serait comme de nier l`amour naturel des familles – des parents pour leurs enfants, des enfants pour leurs parent, celle des oncles des cousins, ect…

    Souvenons-nous toujours que la vérité a plusieurs faces. Un sentiment exclusif qui ne tient pas compte des autres pourrait devenir nuisible.

    L`amour de l`humanité est excellent , mais il ne doit pas exclure l`amour de son pays, de sa nation, de ses mœurs, de sa religion.

    L`amour du sol natal est excellent aussi, mais il ne doit pas exclure l`amour de l`humanité. Un patriotisme envieux, inhumain, est aussi un vice.

    Si un homme méprise sa religion, la foi conjugale, la décence, la probité, son pays, c`est un hypocrite.

    fin du texte de Pellico.

    Bossuet sur les nations:

    La société humaine, des le commencement, s`est divisée en plusieurs branches par les diverses nations qui se sont formées.

    Voila donc le genre humain divisé par langues et par contrées et de la il est arrivé a habiter un même pays et avoir une même langue a été un motif aux hommes de s`unir plus étroitement. La terre que l`on habite ensemble sert de lien entre les hommes et forme l`unité des nations. La société humaine demande que l`on aime la terre ou on habite ensemble, elle est une mère nourricière – l`amour de la patrie est un lien entre les hommes.

    L`Athénien Thémistocle avait été chassé de Grèce comme traitre a sa patrie et il en machinait la perte avec le roi de Perse. Aux approche de sa mort, il regrettait sa patrie et voulait se faire enterre en Grèce.

    • Merci pour ce commentaire très éloquent. Je prends la liberté de le recopier et de l’adresser à des contacts, avec la source,bien évidemment. La France et tous les pays européens sont en danger parce que ces pays s’éloignent trop du christianisme ou pire encore comme en France , la république veut tuer définitivement le christianisme….. D’ailleurs le Christ lui-même l’avait annoncé dans les années 1970: — L’église veut commander sur la terre et c’est à cause d’elle que mon véritable message n’est plus enseigné. Ce monde court vers la catastrophe. … Effectivement, de nos jours, nous constatons que satan s’est infiltré dans l’église par la judéo-maçonnerie.
      Très amicalement et fraternellement. André

  7. Philomène

    à MARIO, je crois que Socrate disait déjà au 4ème siècle avant J.C: « je suis citoyen du monde »; ce n’est pas nouveau…
    je suis entièrement d’accord avec votre commentaire très argumenté.

    à ECOSSAIS, dans le diocèse d’Evry, il y a environ 50% des prêtres qui sont africains ou parfois d’origine africaine, et au moins autant pour les religieuses (je l’ai vérifié pour les prêtres sur la liste des nominations par l’évêque). Cela est dû au manque de vocations.
    Je vais tenir des propos dérangeants qui seront peut-être censurés:
    Les prêtres africains sont souvent très chaleureux avec tous et moins intimidants que les prêtres français, mais, à l’écoute de leurs homélies, on se rend compte qu’ils n’ont pas le niveau théologique des prêtres français. Beaucoup paraphrasent les textes en les émaillant d’anecdotes de leur vie personnelle ou de leur pays .
    Autre observation plus ennuyeuse: les personnes d’origine africaine ont tendance à se regrouper autour des prêtres africains, à assister plus à leurs messes et à se confesser plus à eux. Il en est probablement de même pour les Français d’origine. On assiste à une sorte de « communautarisme ethnique » au sein de l’église.
    Par ailleurs, Mgr Dubost nomme très souvent les religieuses africaines dans les paroisses où il y a beaucoup d’immigrés; et les prêtres africains sont souvent en charge de quartiers à forte concentration d’immigrés.

    • ya

      Autrement dit, même dans l’Eglise : on ne se sent plus chez soi !
      Accueillir « l’autre » c’est beau, c’est charitable mais nous avons aussi besoin de nous sentir CHEZ NOUS dans notre propre pays. Si l’on va en Afrique, je pense que l’on sera heureux d’y retrouver des gens de notre nationalité et de notre culture : c’est humain quoi ! Pourquoi est-ce incompréhensible à tant de nos responsables politiques ou religieux ?

    • Ecossais

      @ Philomène:
      On ne peut bien sûr que le regretter mais la France n’est plus depuis longtemps la fille ainée de l’église (rappelez vous les paroles de Jean Paul II lors de sa venue en France), mais plutôt une terre de mission. Africains aujourd’hui (mais aussi beaucoup de polonais et de malgaches ou haïtiens aux Antilles par exemple) demain peut être chinois ou indiens, qu’importe. La principale qualité pour un prêtre n’est pas de savoir s’il est chaleureux, intimidant ou pas. Non la seule question est de savoir s’il est un bon berger pour son troupeau, fidèle à l’enseignement de l’église catholique ce qui bien sûr ne plait pas aux progressistes car il faut bien le dire ces prêtres sont plutôt (et on ne peut que s’en réjouir) traditionnels. J’y vois là une grande leçon d’humilité pour nous autres occidentaux sécularisés. J’ai le souvenir d’un curé d’origine africaine qui se présentait, non sans humour, ainsi: « prêtre catholique, célibataire sans enfant » ce qui en dis long sur l’état de vie de bien des prêtres diocésains ceux là bien français. Quant au communautarisme le seul que je reconnaisance est celui de la foi catholique. Personnellement j’appelle de mes voeux et de mes prières l’accession d’un cardinal Sarah au siège de St Pierre.

  8. Ces jocrisses de prélats sont des collaborateurs de la montée de l’Islam en France & LIRE :

    Contre-colonialisme, terre d’immigration, grand remplacement de notre civilisation chrétienne !!!
    L’écrivain engagé Renaud Camus dit clairement que la France est en guerre et que ce que les médias
    appellent actes de violences ou incivilités sont en fait des actes de guerre menés contre la France et sa
    civilisation.

    Où voyez-vous des actes de guerre en France qui rappellent le début de la
    guerre d’Algérie ?

    Ce qui rappelle le début de la guerre d’Algérie c’est l’extrême
    euphémisation du discours imposé par le complexe médiatico-politique. On
    disait « les événements », on dit « les affrontements ».Le caractère de conflit territorial est totalement nié.

    Pourquoi êtes-vous en colère contre les médias ?
    Parce qu’ils imposent (presque) unanimement un système de lecture du monde qui est une formidable machine à ne pas voir, à ne pas dire, à ne pas comprendre. L’antiracisme, car c’est de lui qu’il s’agit, depuis qu’il a cessé d’être une morale pour se transformer en idéologie, en endoctrinement, en
    instrument de pouvoir et de répression, est devenu ce que j’ai appelé, empruntant l’expression à Alain Finkielkraut, Le Communisme du XXIe siècle (éditions Xénia). Il sert, menaces à l’appui, à dissimuler ce qui
    survient : à savoir le changement de peuple, le Grand Remplacement, la contre-colonisation.

    Pourquoi avoir fondé un parti politique ?
    Parce qu’il n’en existait aucun qui répondît à l’urgence de la situation et de ce qui arrive, la conquête du territoire. Il y avait bien le Front National, qui au moins paraissait conscient de la réalité des choses, mais la
    présence à sa tête de Jean-Marie Le Pen, à l’époque, empêchait de s’en rapprocher, a fortiori d’y adhérer.

    Pourquoi vos maisons d’édition ont arrêté votre contrat ?
    Ça, c’est plutôt à elles qu’il faut le demander…

    Est-ce que la France est une terre d’immigration depuis des siècles ?
    Absolument pas. C’est l’une des plus cyniques inventions de
    l’historiographie collaborationniste, au service du parti dévot. Entre le VIe
    et le XXe siècle, la France a eu une population aux composantes stables.
    Une première vague d’immigration se manifeste à partir de la fin du XIXe
    siècle, mais c’est encore une immigration d’individus, et facilement
    assimilables en une ou deux générations parce que de même civilisation,
    chrétienne et européenne : Belges, Italiens, Polonais. L’immigration de
    masse ne commence qu’avec le dernier tiers du XXe siècle et très vite il
    n’est plus question d’intégration car si la France a toujours su et pu
    intégrer des individus, elle ne peut pas intégrer des peuples, surtout s’ils
    appartiennent à des civilisations totalement étrangères à la nôtre et souvent
    hostiles.

    Faut-il créer comme sous le modèle de De Gaulle un gouvernement des Forces françaises libres ?
    Nous n’en sommes pas là. De vastes parties du territoire sont encore sous le
    contrôle du gouvernement national. Le problème est qu’il est lui-même largement entre les mains d’inconscients ou de cyniques, qui s’accommodent très bien de la colonisation en cours ou qui la favorisent.

    Assistons-nous à la réécriture de l’Histoire de France ?
    Ah ça, totalement. Elle est grandement favorisée par la Grande
    Déculturation, l’effondrement du système d’éducation, l’enseignement de
    l’oubli, l’industrie de l’hébétude.

    Pourquoi les populations maghrébines veulent à tout prix venir en France
    alors qu’elles ont chassé la France de leurs pays ?
    Quand les Russes ont chassé les Français de Russie, en 1812, ils les ont
    poursuivis jusqu’à Paris. Mais ils ne sont restés que deux ou trois ans. Et ils
    n’étaient qu’une armée, pas un peuple.

    Est-ce que la France est comme le Kosovo avec des zones musulmanes,
    africaines et chrétiennes ?
    La France moderne s’ingénie à devenir ce que la France classique s’est
    évertuée des siècles durant à ne pas être, une ex-Yougoslavie, des Balkans,
    un autre Liban, un panier de crabes. Puisque nous parlons de populations différentes. Parlez-nous du traitement des statistiques sur la démographie !
    Statistiques et sociologie sont au parti dévot ce que la biologie de Lyssenko
    était au stalinisme.

    Avez-vous lu « Les Yeux grands fermés » de Michèle Tribalat ? Votre avis ?
    Une des rares voix clamant dans le désert, comme celle de Richard Millet en
    littérature.

    Les immigrés disent être plus français que les Français et nomment les
    Français «souchiens ou sous-chiens».
    Cela vous choque ?
    C’est peut-être vrai de quelques milliers d’entre eux, qui aiment plus la
    France que ne l’aiment ses indigènes déculturés. De la part des autres, ce
    n’est qu’une revendication territoriale—cela ne fait que me confirmer
    dans ce que je pense : qu’une conquête est en cours, par colonisation de
    peuplement.

    Que pensez-vous du rôle des organisations humanitaires qui comme le Mrap
    interdisent de parler des faits ?
    Qu’elles sont les auxiliaires intéressées du Grand Remplacement.

    Le fait que Poutine interdise de telles organisations en Russie est donc une
    bonne idée ?
    Il n’est pas nécessaire de les interdire. Il suffit de ne pas les subventionner.

    Renaud Camus
    La voix de la Russie
    Propos recueillis par Olivier Renault
    20/08/2012

  9. pontus

    Entendu lundi en réponse aux questions de radio-vatican sur RCF, Mgr Pontier, président de la conférence des évêques de France à la clôture de la réunion de Lourdes, se dire « déçu » qu’il y ait « si peu de migrants qui aient choisi la France, car les structures d’accueil paroissiales, les attendent » mais qu’il n’y en a pas beaucoup qui soient arrivés…

    • ya

      Tous ceux qui prônent le « vivre ensemble » devraient quitter leur appartement confortable et feutré et aller vivre dans une banlieue ils comprendraient vite car donner des leçons sans savoir ce qu’on impose aux autres et que l’on ne veut pas pour soi est indécent et contre la charité !

  10. karr

    Monseigneur l’archevêque de Strasbourg a bien parlé,là ou l’islam s’installe il n’y a pas de place pour les autres croyants,cette idéologie sanguinaire est manipulée par certaines puissances occultes occidentales.
    Chacun peut utiliser des passages de l’Evangile sortis de leur contexte pour dire tout et son contraire,cette utilisation est malsaine et inadmissible pour des chrétiens,Notre-Seigneur nous appelle à vivre l’Evangile dans son intégralité et à l’annoncer à tous les peuples pour l’avènement du Royaume de Dieu dans tout les coeurs et toutes les nations,nous avons célébré il y a peu la fête du Christ-Roi de l’Univers,qu’Il règne pour la paix et le salut des hommes !
    Concernant l’accueil des immigrés rappelons que l’Ancien et le Nouveau Testament nous enseignent l’accueil de l’étranger au singulier et non au pluriel,le peuple Hébreu a souffert maintes fois d’invasions et cela n’était pas interprété comme une bénédiction.
    En ce qui concerne les prêtres originaires d’Afrique noire nous pouvons nous demander combien de temps devrons-nous pratiquer ces « échanges »,tu m’as évangélisé à mon tour je viens te donner un coup de main,cela ne se passe pas ainsi et l’Afrique a encore à être véritablement évangélisée.Nous devons faire appel à des prêtres étrangers car quelque chose ne fonctionne plus au sein de l’Eglise Catholique d’Europe de l’Ouest,c’est à répondre à cetteréalité que doivent travailler les évêques,l’Occident doit retrouver ses racines chrétiennes et donc l’Evangile,il ne s’agit pas de »nouvelle évangélisation » mais de rechristianisation.

  11. Courivaud

    As-tu vu monter négro ?

    Non, j’ai vu monter personne….

    (air connu, bien adapté à ce genre de réunion qui ne sert à rien, si ce n’est qu’à désorienter les fidèles. Que les évêques restent chez eux et défendent le magistère infaillible et en cette matière, il y en a !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *