Sœur_Marie-Laure_Dénès

Les chantiers de Sr Denès à la CEF

Download PDF

Sœur Marie-Laure Dénès, 50 ans,  dirige depuis Poitiers le service Famille et société depuis septembre, à la Conférence des évêques de France. Aujourd’hui, sa mission est d’accompagner la réception du Synode sur la famille, avec une rencontre nationale des responsables de pastorale familiale, en mars 2016, sur « Familles et précarité ». Il s’agit aussi d’accompagner le travail sur les questions économiques et sociales, au moment de la réforme du droit du travail. Et enfin, et ce n’est pas la moindre affaire, accompagner la vie politique, avant la présidentielle de 2017.

Ancienne chargée de mission du département « politique, économie, Europe » au sein du service Famille et société, cette religieuse de la Congrégation romaine de Saint-Dominique succède à Monique Baujard.

Après des études à Sciences-Po Paris et un DESS en gestion de l’emploi et développement social d’entreprise, elle a soutenu un DEA de théologie à Strasbourg sur « Vérité et politique ». Elle a travaillé à mi-temps à Bruxelles pour l’association des dominicains Espaces, qui aborde le projet européen sous l’angle éthique, culturel et spirituel, ce qui lui valut d’assurer le secrétariat général des commissions Justice et Paix européennes.

Elle a aussi œuvré dans l’ONG Dominicains pour Justice et Paix auprès de l’ONU, passant« tous les étés à Genève pour suivre les affaires à la sous-commission des droits de l’homme ».

En 2010, soeur Marie-Laure Dénès, alors secrétaire nationale du service Justice et paix de la Conférence des évêques de France, avait été envoyée au colloque de l’IDAHO (Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie) organisé à l’Assemblée nationale pour représenter la religion catholique… Elle avait déclaré que

« La coopération entre militants gays et lesbiens chrétiens avec leurs autorités a également permis la rédaction d’une prière universelle spécifique pour les offices du week-end précédent la journée contre l’homophobie, la « Prière d’un frère homo » : « Pour ces croyants au cœur repu/Qui bannissent de leurs prières/L’homo et la femme adultère/Seigneur, nous te prions » ou plus loin « Pour notre humanité blessée/Pour l’homosexuel humilié, pour le respect, la dignité/Seigneur Dieu, Esprit créateur, nous te prions. »

Dans un témoignage, elle déclarait :

« Mais il n’y a pas que les situations du monde qui interrogent ma foi et mon engagement. Il y a aussi la situation de mon Eglise. Chaque fois qu’elle est excluante, chaque fois qu’elle juge, chaque fois que l’intérêt de la « boutique » prévaut sur la vérité et la miséricorde, chaque fois qu’elle diabolise, chaque fois qu’elle oublie l’option préférentielle pour les pauvres, chaque fois qu’elle se compromet, je suis aussi questionnée, à titre personnel, comme membre de ce corps, comme témoin de la foi. »

Dans le livre « Notre Bien commun », elle porte quelques appréciations sur l’Eglise ; elle considère par exemple que les siècles de chrétienté ont été une dérive (qu’elle assimile sans doute à la théocratie) similaire au messianisme révolutionnaire qui consiste à vouloir établir le Royaume de Dieu sur terre (p. 30)…

16 comments

  1. Jean-Paul

    Je me demande si l’Esprit Saint, Pierre, Jacques et Paul ne sont pas un petit peu « excluant » lorsqu’ils imposent, ensemble, que pour être chrétiens il faille s’abstenir de la débauche (Actes 15, 28-29) ?

    Je me demande si Paul ne serait pas lui aussi un peu excluant lorsqu’il dit que ce qu’il a précédemment écrit c’est de ne pas avoir de relations avec quelqu’un qui, se dénommant frère, est débauché (1 Corinthiens 5, 11) ?

    Est-ce que Paul ne porterait pas aussi un certain jugement lorsque, en particulier pour ce qui est de la débauche, il demande « d’ôter le méchant du milieu de vous » en citant Dt 17,7 (1 Corinthiens 5, 13)…etc, etc.

    Effectivement tout cela doit bien avoir eu une certaine influence sur l’Eglise. Est-ce vraiment à tort que celle-ci prenne au sérieux ces textes de la Sainte Ecriture, Parole de Dieu ?

  2. Eve

    Pas de doute, elle est au plein milieu « des fumées de satan » tant ses écrits et propos sont fumeux !

    Est-ce possible de voir l’Evangile et les siècles de chrétienté ainsi bafoués ?

    Que veut-elle dire par « l’intérêt de la « boutique »  » ?

    • Castel

      Sans doute songe-t-elle à la défense de la famille contre le lobby gay alors que l’intérêt de l’Eglise eût été, justement, de brosser dans le sens du poil ces cathos sous informés ou décérébrés auxquels ont a fait croire que les homos voulaient se marier comme Maman, mais entre eux, comme des lépreux. Etonnant qu’elle ne se soit pas rendue compte qu’en fait d’esprit boutiquier, celui-ci s’exerce dans l’Eglise depuis l’ex-pape qui, au mépris de la miséricorde prêchée par son saint prédécesseur et aujourd’hui encensée par son successeur, a cru bon d’initier une chasse aux sorcières contre les prêtres dits « pédophiles » qui sont très majoritairement homosexuels. A croire que l’amour de son prochain du même sexe pose un problème qui est loin d’être résolu…

  3. gege

    Quand on demande aux témoins de Jéhovah ce qui s’est passé depuis la mort du Christ jusqu’à la venue de leur pasteur fondateur Russel au milieu du 19° siècle, ils répondent : rien, un trou noir!
    pour cette sœur il s’est passée une dérive! Une dérive de vingt siècles!!!
    Les saints, les docteurs de l’Église, les miracles, les signes les prodiges … Une dérive!
    Les grands penseurs chrétiens… une dérive!
    Les grands papes, les admirables congrégations, les missions … une dérive!
    Les martyrs …. une dérive!
    La dérive, elle est là et bien là… il faudrait être aveugle pour ne pas la voir. l’Église d’aujourd’hui est en pleine dérive.
    cette sœur a la raison qui s’égare.

  4. toto

    La seule chose qui ne « questionne » pas cette brave sœur socialo-gauchiste, ce sont les persécutions de son « église » envers les prêtres et congrégations attachés à la Vérité. Plus idiote-utile, tu meurs…

  5. lapome

    évidemment,pas un mot et à fortiori une prière pour les martyrs syriens,irakiens,africains
    les invertis ont plus d’importance que des enfants crucifiées,des petites filles vendues en raison de leur foi
    si c’est ça une religieuse……..

  6. Hervé Soulié

    Deux commentaires :
    1/ la Soeur Denès n’a clairement pas d’habit religieux.
    Est-ce pour faire mieux « levain mort dans la pâte morte » ?
    2/ Les « prières » concoctées par la Soeur Denès pour la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie ruissellent d’une folle prétention.
    On se demande comment le Seigneur pourrait accueillir des folies pareilles.
    Quant à sa nouvelle mission, sur l’accueil du Synode, le pire est probablement à redouter.

  7. berna

    Il est clair qu’elle divague, et ne mérite plus son titre de religieuse.

    Malheureusement, comme consacrée, donc « épouse spirituelle du Christ, elle commet l’adultère avec des idéologies anti-chrétiennes, anti-christiques, et la trahison vis-à-vis du Christ, vis-à-vis de l’Eglise.
    Elle a « épousé » le monde, ses chimères, ses mirages, ses mensonges, et elle est le « dindon de la farce » : on l’adule car elle fait le travail de sape de l’Eglise de l’intérieur…!

    Quand prie-t-elle pour demander les lumières de l’Esprit-Saint ?
    Quand fait-elle des retraites spirituelles pour « faire le point » sur sa réponse à sa vocation première ?
    « Prier pour les homo qui se sentent rejetés ? C’est une attitude subjective qui accuse l’Eglise.
    C’est un genre « d’inversion accusatoire » : on accuse l’autre de ce que l’on fait soi-même..

    Regardez dans tous les domaines, c’est bien cela qui se passe…

  8. Roger le Masne

    Sr Senes dit qu’elle est questionnée comme témoin de la foi, mais saint Paul lui a déjà répondu :
    Ep 5,3 ss : « Quant à la fornication, à l’impureté sous toutes ses formes, que leurs noms ne soient même pas prononcés parmi vous : c’est ce qui sied à des saints (… ). Car, sachez-le bien, ni le fornicateur ni l’impudique n’ont droit à l’héritage dans le Royaume du Christ et de Dieu. Que nul ne vous abuse par de vaines raisons : ce sont bien de tels désordres qui attirent la colère de Dieu sur ceux qui lui résistent. (…) Conduisez-vous en enfants de lumière (…). Discernez ce qui plaît au Seigneur, et ne prenez aucune part aux œuvres stériles des ténèbres ; dénoncez les plutôt ».

    Lisez bien :

    « que leurs noms ne soient même pas prononcés parmi vous »

  9. em

    « …Chaque fois qu’elle est excluante, chaque fois qu’elle juge, chaque fois que l’intérêt de la « boutique »(sic) prévaut sur la vérité et la miséricorde, chaque fois qu’elle diabolise, chaque fois qu’elle oublie l’option préférentielle pour les pauvres, chaque fois qu’elle se compromet, je suis aussi questionnée… »
    De quelle église parle t elle exactement ?
    Si c’est de l’Eglise catholique dont elle parle, elle ne sait pas qu’elle est SAINTE parce que Son fondateur est le Christ lui même ?
    Ceux qui ne sont pas saints ce sont les hommes d’église et des femmes (qui se prennent pour des religieuses bien « sous tous rapports ») reprochant à l’Eglise tout ce qu’ils n’aiment pas en Elle !!!

  10. jpr

    « … chaque fois que l’intérêt de la « boutique » prévaut sur la vérité et la miséricorde … »
    Mais, ma sœur, c’est exactement ce que vous faites !
    Vous n’avez pas le courage de la vérité pour appeler mal ce qui est mal parce que vous désirez que les pêcheurs impénitents viennent mettre leur obole à la quête le dimanche ou vous fassent de jolis sourires en disant : « comme elle est gentille, comme elle nous comprend ! »
    Ce faisant, vous ne vous souciez que de votre amour propre et vous les enfermez dans l’enfer de leur péché, votre petite personne passe avant leur salut : belle preuve d’amour pour eux, en vérité !
    Jésus, lui, a dit : « moi non plus, je ne te condamne pas », mais il a ajouté : va et, désormais, ne pêche plus ».
    Au lieu de juger l’Église, votre mère, regardez vous et arrêtez vos compromissions avec le père du mensonge.

    Encore une erreur de casting de la Conférence des Evêques… comme par hasard !

    • Vous avez raison, sauf que le hasard n’existe pas. On dit la Providence.
      Vous allez me répondre : Quelle drôle de Providence.
      Et je vous répondrai Oui.
      Cela signifie-t-il que nous devions nous enfoncer jusqu’à ce que la révolte éclate envers ceux qui contraignent Dieu à faire ce qui lui déplait infiniment ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *