13971203118531775158

Les retraités sont « la force vive » du diocèse de Soissons

Download PDF

C’est ce qu’écrit notre confrère Samuel Lieven dans La Croix, à propos du diocèse de Soissons où Mgr Renaud de Dinechin va être intronisé dimanche. C’est un constat d’échec :

Le diocèse de Soissons, très rural, est l’un des plus pauvres de France.

Thérèse Laga, 67 ans, professeur à la retraite, sillonne infatigablement les routes du Soissonnais au volant de sa petite Peugeot. Ce matin, elle a rendez-vous dans l’imposante collégiale de Braine (2 300 habitants) pour les obsèques d’un centenaire. Faute de temps pour rencontrer la famille venue de région parisienne, la préparation s’est faite par téléphone.

le P. Xavier Givert dessert pas moins de 74 villages sur deux paroisses !

60 prêtres pour le diocèse dont seuls dix ont moins de 65 ans…

16 comments

  1. Daniel

    Et pourtant ils ont un très joli logo diocésain qui doit attirer beaucoup de jeunes (amateurs d’art abstrait), alors pourquoi tant de vieux ?
    Que peut-on faire de plus pour évangéliser au XXIè siècle ? Rien, … rien de plus … ils ont fait leur maximum !

  2. Le vide sidéral de la pensée est une marque d'apostasie.

    60 prêtres,
    des églises partout, mais soyons réalistes, pratiquement toutes vides.

    …et ils n’ont jamais l’impression, les gens du diocèse de Soissons, de s’être fait rouler ?

  3. GG

    Tout cela est triste, très triste…
    Mais ce qui est encore plus triste, c’est qu’il n’y a aucune interrogation dans cet article sur les causes profondes de l’abandon de l’Eglise par le peuple…

  4. Gilberte

    Ce logo semble représenter un visage barré d’une ligne rouge sans doute un bandeau devant les yeux; cela explique sans doute pourquoi on ne voit pas le temps passer et l’avenir ou la transmission de la fois ne pourra plus se faire

    • Nina

      Oui et ces abandons ont été imposés aux Catholiques en France et en Europe et encore maintenant. La situation ne s’arrange pas, du Vatican on veut à tout prix nous imposer une nouvelle religion qui ne donne aucun fruit et ruine les ames. Aucun de mes trois enfants ne va plus à cette « messevat2paul6″ et mes deux petits enfants ne sont pas bâptisés, j’en suis profondément malheureuse. Nous avons été abandonnés, alors que nous étions de fervants catholiques pratiquants et heureux de l’être. Cela soudait la famille et maintenant tout est perdu on est tous comme des zombis, seuls, sans point de repère.
      Nous avons besoin de vrai prêtres catholiques mais pas les clones de vat2.

      Vatican 2 et le Pape Paul 6 sont des criminels spirituels.

      Il n’y aura pas d’espoir avec le Pape François car, avec entre autre, Mgr Poupard  » président émérite du conseil pontifical pour la culture », ils s’acharnent à continuer l’application de vat 2.
      C’est désespérant.

      • Kevin

        ‘Culture » ?!!!.. quelle culture … sans doute celle de la non transmssion de la foi depuis vatican2 et le Pape de la « messe interdite » paul6. Quel titre ronflant pour des nuls … « président émérite » !!! Jusqu’à quand çà va continuer ?

  5. GG

    Dans l’article en ligne de la Croix, les solutions mises en oeuvre :
    « Regroupement paroissial, appel à des prêtres africains et, plus récemment, à la communauté de Saint-Martin – un corps mobile de prêtres au profil traditionnel … »
    Il serait indispensable de suivre de près ces différentes expériences, de scruter avec honnêteté leur résultat (ou absence de résultat), baptêmes, nombre de jeunes catéchisés, fréquentation dominicale, et d’en tirer les conclusions sans parti-pris.

  6. toto

    Les soixante-huitards au pouvoir depuis 1945 ont cassé les vases sacrés. Depuis, plus de vases à Soissons, plus de sens du sacré, plus de vocations. Il reste les obsèques par des équipes de laïcs: pas de temps pour des messes de funérailles, trop de réunions, d’ailleurs presque plus personne n’en demande.
    Si on n’avait pas eu la funeste idée de « mettre à la retraite » les prêtres et chasser ceux qui disaient la messe traditionnelle, la situation serait moins catastrophique.
    @ GG: interrogation? mais c’est ce qu’ils voulaient, ouvrir l’Eglise au monde. Le monde n’est pas venu et les fidèles se sont barrés.

    • GG

      Aucune méchanceté, ni triomphe quelconque.
      J’aurai tant voulu que la pastorale des quarante dernières années porte des fruits.
      Cela ne s’est pas produit, bien au contraire il faut avoir le courage de le dire.
      Mais je n’entends rien d’officiel à ce sujet, et c’est bien ce qui m’attriste.
      Allons-nous continuer vers le gouffre, sous prétexte qu’il ne faut surtout pas « retourner en arrière » ?

    • toto

      @Kiki
      Quels commentaires?
      Fiel, ah, bon? Se réjouir de quoi? Plutôt s’attrister de voir que les responsables de la catastrophe continuent à fond dans les utopies et erreurs qui ont mené à la catastrophe. Ils nient le réel: ils ont déchristianisé leur diocèse et ils imposent des solutions qui empirent le problème. Dans toute entreprise, avec un bilan pareil, ils auraient été virés.

  7. Le Guen

    euh comment dire le logo… j’ai rien compris, c’est de l’art abstrait ou le vide sidéral…comme on veut, ben il est à l’image du diocèse ou de l’évêque qui a voulu l’imprimer. Toujours est-il qu’il n’a rien de chrétien ni même d’humain. Moi je dis quels que soient les évêques, les logos etc qu’attendons-nous pour nous mettre au travail et prier pour les vocation et les aider à s’éclore, voire les susciter dans nos familles, nos entourages. On est tous responsable de la vie de l’Eglise. A chacun de retrousser ses mancher et de se mettre au travail.

  8. vendome

    SOISSONS Prêtres diocésains : 119 dont 75 ont plus de 75 ans et 10 ont
    moins de 50 ans. A noter que, là où il y avait 60 prêtres en 1968, ils
    ne sont plus que 5 en 2002.
    Ordinations : entre 1997 et 2002, il n’y a eu que 3 ordinations sacerdotales et 2 ordinations diaconales en vue du sacerdoce.
    Paroisses dites nouvelles paroisses : 43 (contre 577 auparavant) –
    A noter que 12 de ces nouvelles paroisses n’ont pas de curé
    du fait du manque de prêtres.
    Baptêmes : en 2002, il y a eu 6989 naissances et 2907 baptêmes d’enfants de moins d’un an , et 1733 baptêmes d’enfants de 1 à 6 ans.
    Confirmations : leur nombre a diminué de moitié en 5 ans.
    Mariages religieux : 1296 en 2002 (pour 2669 mariages civils ) : la
    moitié des mariages se font donc uniquement à la mairie
    « Lorsqu’il a commencé, il y a quarante ans, le père Givert avait 400 confrères en activité dans le diocèse. Aujourd’hui, il en compte à peine 50 âgés de moins de 75 ans, âge de la retraite ; et seuls 29 sont, comme lui, du cru. Avec un prêtre pour 12 000 habitants, le diocèse de Soissons, fortement déchristianisé, est l’un des plus mal lotis de France ».Déc 2011

  9. Léa

    Voyons la réalité en face, les paroissiens se sont sentis abandonnés depuis 40 ans, on leur impose des chants qui n’ont ni queue ni tête, des concerts et des expos qui n’ont rien à faire dans les églises, on leur a appauvri leur catéchismes quand il y en a, les patronages où sont-ils passés? beaucoup d’objets d’église ont disparus, les prières reformulées (Notre Père entre autres)

    les diocèses ont retiré ce qui faisait l’essence des paroisses et leur vitalité!
    Ceci explique cela, il ne faut pas s’étonner!
    Ce n’est pas du fiel, et si l’on veut des vocations il faudrait suivre un peu plus la doctrine sociale de l’Eglise installée par Jésus Christ, on a tendance à l’oublier! ce n’est quand même pas Jésus qui va s’adapter à ce monde mortifère! la voilà l’évidence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *