p

« Les sacrements ont-ils été institués par le Christ ? La réponse est non »

Download PDF

perepiscopusDepuis quelques années, dans l’Archidiocèse de Poitiers, rien ne va plus. Il faut dire que le vent de mégalomanie qui y a sévi ces dernières décennies s’est apaisé… Mais l’heure est de constater le gouffre abyssal du compte en banque. Le banquier attend à la porte, sagement mais sûrement. Et il se fait de plus en plus pressant… Les caisses du diocèse étant désespérément vides, ils ont vendu différents biens immobiliers, puis l’archevêché, ne reste que les derniers bijoux de famille : le séminaire (ou maison diocésaine). Où sont les économies quand la radio RCF continue de plomber le budget ?

Enfin, ils ont liquidé 420 paroisses pour en faire 28…

Mais le plus grave n’est pas là… Après tout on ne demande pas à des prélats de savoir compter, mais de nous enseigner la Foi, de nous expliquer l’Evangile.

Malheureusement, nous pouvons lire dans le journal Chemins d’Espérance (plusieurs milliers d’exemplaires distribués) en date du mois de septembre un article « peu orthodoxe » d’Eric Brauns du centre théologique de Poitiers sur l’institution des sacrements. On y lit :

« Les sept sacrements de l’Église catholique ont été codifiés au XIIe siècle et, à la Réforme, nos frères protestants les ont ramenés à deux : le baptême et la Cène. Il y aurait encore beaucoup de questions à approfondir mais le temps manque. On demande souvent : les sacrements ont-ils été institués par le Christ ? La réponse est non, à l’exception de l’eucharistie, la veille de sa mort. En revanche, les disciples nous ont transmis comment il pardonnait et guérissait, comment il bénissait les enfants ou nourrissait les foules qui le suivaient. Ces gestes de Jésus, nous les accueillons comme ceux de Dieu en personne qui libère les esclaves, guérit les lépreux, sauve des périls et de la famine tout au long de la
marche des hommes. Le sacrement perpétue la même action de salut. »

Voici ce que dit le Catéchisme de l’Eglise Catholique (numéro 1210) :

« Les sacrements de la Loi Nouvelle sont institués par le Christ et ils sont au nombre de sept, à savoir le Baptême, la Confirmation, l’Eucharistie, la Pénitence, l’Onction des malades, l’Ordre et le Mariage. Les sept sacrements touchent toutes les étapes et tous les moments importants de la vie du chrétien : ils donnent naissance et croissance, guérison et mission à la vie de foi des chrétiens. En cela il existe une certaine ressemblance entre les étapes de la vie naturelle et les étapes de la vie spirituelle. »

Dans les pages qui suivent ce CEC, le père Brauns pourra retrouver les citations de l’Evangile dans lesquelles Notre-Seigneur institue les 7 sacrements. Quand on pense que Eric Brauns enseigne au centre théologique, il y a de quoi s’inquiéter.

maximilienbernard@perepiscopus.org

33 comments

  1. Michelet

    La réponse de S. Thomas d’Aquin est claire : si les sacrements n’avaient pas été institués par le Christ, ils ne seraient efficaces en aucune manière, car Dieu seul donne la Grâce. Or les sacrements sont efficaces de grâce, donc ils ont été institués par le Christ. CQFD.

    Les protestants ont d’ailleurs le même principe (Dieu seul donne la grâce) et en tirent d’autres conclusion : seul le baptême et l’Eucharistie sont des sacrements (et encore, chez eux l’Eucharistie n’est pas un sacrement puisqu’ils n’ont pas le sacrement de l’Ordre).

    S’ils ont pu aboutir à un tel résultat, c’est que l’institution christique des 5 autres sacrements n’est pas évidente dans l’Écriture, et ne peut s’y lire que si on les a déjà reçu par la Tradition. Avec le principe sola scriptura qui écarte par principe la Tradition, ils ont ainsi renoncé à ces dons de Dieu fait à son Église. On cesse alors de transmettre les saints mystères, pour transmettre uniquement ce qu’on en a compris. Alors que le propre de la Tradition, c’est de transmettre le mystère en tant que mystère, de transmettre dans son intégrité et son intégralité un trésor qui nous dépasse et dont on n’a jamais fini de faire le tour. Une Écriture qui n’est plus lue dans la Tradition devient une Écriture dans les simples limites de la raison. Cela fait une nouvelle tradition, en rupture avec la précédente. Et ce n’est plus l’Écriture.

  2. No comment parce que ça me fout en colère. Mgr n’allez pas pleurer sur le vide de vos églises et de vos vocations. Vous pensez donc remplir vos églises et vos séminaires avec de telles hérésies ? Vous croyez-vous au-dessus du Christ pour dire de telles assertions ? C’est peut-être vous Mgr qui n’avez plus la foi, si tant est que vous l’avez déjà eue, qui les avez inventés. Qui sait ? Mgr je ne vous juge pas mais votre attitude vous met en grand danger et surtout vous mettez en grand danger les âmes de vos fidèles quand à vos et leurs fin dernières. En disant de telles hérésies, elles vont s’éloigner des sacrements (vous, je dirais malheureusement que c’est votre problème, puisque vous parlez de la Cène et non de l’Eucharistie -donc il semblerait que vous ne croyiez plus à la transubstanciation) et donc mettre en danger le salut de leur âme. La vôtre aussi mgr est en grave danger qd à votre salut car vous avez en plus charge d’âmes et vous leur enseignez des hérésies qui les mettent en danger. Les comptes vous seront demandés mgr, pensez-y.

  3. dj

    Bonjour,
    Vous écrivez:
    « Les sacrements de la Loi Nouvelle sont institués par le Christ et ils sont au nombre de sept, à savoir le Baptême, la Confirmation, l’Eucharistie, la Pénitence, l’Onction des malades, l’Ordre et le Mariage. »
    Pouvez vous nous indiquer les références à la Bible qui prouvent cela ?
    En particulier pour les 5: Confirmation, Pénitence, Onction des Malade, l’Ordre et le Mariage.
    Par avance merci.
    dj

    • dj

      @ Michelet:

      Vous écrivez:

      « S’ils ont pu aboutir à un tel résultat, c’est que l’institution christique des 5 autres sacrements n’est pas évidente dans l’Écriture, et ne peut s’y lire que si on les a déjà reçu par la Tradition »

      Pourriez vous expliquer davantage ?

      Vous répondriez probablement ainsi à ma question précédente demeurée sans réponse.

      Je vous en remercie par avance 🙂

    • VQE

      Concernant le sacrement de réconciliation, on peut difficilement être plus explicite.
      Saint Jean, chapitre 20, verset 22 et 23.
      22 Après ces paroles, il souffla sur eux et leur dit: « Recevez l’Esprit-Saint. »
      23 « Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis; et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. »

      A moins bien évidemment que mon entendement (mon « libre arbitre »?) ne soit entaché de superstition papiste.

  4. jejomau

    Voilà un extrait du symbole baptismal prononcé par les baptisés en…..L’an 160 environ !!!!

    Il s’agit d’un fragment de Lettre des apôtres sous sa version éthiopienne écrite entre 160 – 170 :

    « Je crois au Père, souverain de l’Univers, et en Jésus Christ (notre Sauveur), et au Saint-Esprit (Paraclet), et en la sainte Eglise, et en la rémission des péchés »

    Mais à part ça, le clown ignare qui écrit dans « Chemins d’Espérance » que le baptême est codifié au XII° siècle… n’est qu’un idiot.

  5. Hervé Soulié

    Eric Brauns, prêtre formé au pire moment de l’après-concile ?
    Ils n’apprenaient plus grand-chose alors dans les séminaires et personne alors ne se souciait de leur enseigner quelque chose.
    Le naufrage d’une certaine église, qui a heureusement commencé de décliner il y a une quinzaine d’années et qui va heureusement disparaître….

  6. Alexandre le Forgeron

    Il faut saisir une juridiction judiciaire interdiocésaine. Même incompétente, le « bruit » fera cependant son bénéfique chemin… Sinon, il faut envoyer à l’évêque diocésain qui doit amener la personne à revoir ses propos. En outre la Congrégation pour la Doctrine de la Foi est toujours compétente en la matière. Il faut lui écrire, EN SECOND LIEU, pour lui faire part de cela. Les documents doivent transiter par la nonciature du pays concerné, en l’occurence, la France, pour vous.

  7. Paul

    Réponse à Garmon

    Je pense que quand il s’agit d’un délit contre la Foi l’action judiciaire peut par exemple avoir lieu sur la base du canon 750 § 1 ou 2 et 1364.
    Ceux qui peuvent l’initier doivent justifier d’un préjudice à leur Foi suite à cette publication.
    C’est donc principalement un fidèle (clerc ou laïc) du diocèse de Poitiers.
    Le Tribunal compétent sera celui de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (Pastor Bonus 52)
    Bien entendu il faudrait avant d’introduire toute action demander par écrit à l’Évêque diocésain si cet écrit publié dans une revue paroissiale par un fidèle diocésain (ici un laïc enseignant au Centre théologique de Poitiers) a été soumis à l’examen préalable du curé ou de l’Évêque et, si cela n’avait pas été le cas, s’il pense prendre à ce sujet des mesures à très brève échéance.

  8. Jean

    Le nombre de sacrements n’a pas toujours été de 7 !
    Les sacrements sont institués par Jésus Christ, évidement, puisqu’il est vivant et agissant dans l’Eglise, mais il ne les a pas institutés de son vivant terrestre.
    En quelque sorte, on peut dire que l’auteur de l’article comme le théologien Eric Brauns ont raison.

    Enfin, je terminerais en disant, bien humblement, qu’au jugement dernier, nous ne passerons pas devant un tribunal politique, qui nous jugera selon ce que l’on croit ou non, mais selon ce que notre coeur fut capable.
    à ce sujet là, il faut lire et relire l’imitation de Jesus Christ.

    bien à vous
    Jean
    (Paris 4e)

    • Michelet

      Si le Christ n’avait pas institué ces sacrements, ils ne seraient pas des sacrements au sens où l’Église l’entend, c’est-à-dire au sens où ils sont des signes efficaces qui non seulement signifient une action du Christ mais en procurent la grâce.

      Il n’y a pas eu toujours 7 sacrements : c’est vrai et c’est faux. Tout dépend de la définition que vous prenez du mot sacrement.

      Au départ, elle est très large, synonyme de « mystère » (mysterium – sacramentum). Du coup, même le lavement des pieds est un sacrement. A fortiori les sept que nous connaissons. Tous les mystères de l’Écriture, le rapport Ancien et Nouveau Testament (typologie biblique); les rites qui les célèbrent dans la liturgie, aussi bien juive que chrétienne; la vie chrétienne en général est vie dans le mystère, et toute sacramentelle. Le monde lui-même est un sacrement de Dieu, au sens où l’on connaît Dieu à travers ses œuvres. Difficile de faire plus large…

      Encore du temps de Saint Bernard, certains pensaient qu’il y avait 12 sacrements, d’autres 20. Parce qu’on en a une définition large, même si elle est plus restreinte : ce n’est plus l’équivalence mysterium sacramentum, mais on ne retient plus que les rites chrétiens.

      C’est à partir du XIIe s. en effet, et spécialement Abélard, que l’on déplace la distinction entre sacrements majeurs (ceux de l’initiation) et sacrements mineurs (tous les autres rites) pour aboutir à notre distinction actuelle entre les 7 sacrements et les sacramentaux, parce que la définition du mot sacrement s’est encore spécialisée : non plus seulement des rites de l’Église, mais des rites efficaces. Ils sont des sacrements chrétiens parce qu’ils procurent la grâce. Les autres rites ne sont plus que des sacramentaux (néologisme à l’époque).

      On trouve chez Pierre Lombard pour la première fois la liste des 7 sacrements, correspondant à cette nouvelle définition du mot sacrement. Et aussitôt, tout le monde en est d’accord : tous les docteurs médiévaux, et même les orientaux dans les conciles d’union. Possession tranquille d’une vérité pendant plusieurs siècles, jusqu’à ce que les Protestants la remettent en cause d’une manière indue.

      Ce n’est pas la liste des sacrements qui s’est allongée, au contraire elle s’est restreinte. Donc a fortiori les 7 sacrements ont toujours été considérés comme des sacrements, parmi tant d’autres.

      Il n’empêche que ces 7 là, s’ils n’ont pas été institués par le Christ, ils ne pourraient pas être des sacrements au sens de la définition scolastique, parce que seul Dieu donne la grâce et peut définir les conditions suivant lesquelles des rites peuvent la donner. S’ils n’étaient pas institués par Dieu, ils ne pourraient pas être des sacrements qui donnent la grâce. Or ils la donnent. Donc ils ont été institués par Dieu, par le Christ.

      Peut-être cela ne se lit pas dans l’Écriture pour tous ces sacrements aussi nettement que pour les « sacrements majeurs » (et ce n’est pas pour rien que les Protestants ne retiennent plus que le Baptême et l’Eucharistie). Mais si vous partez de ces 7 sacrements, pour chacun d’entre eux vous verrez des lignes de signification qui se dessinent dans l’Écriture, que le Christ accomplit dans sa vie et ultimement sur la Croix. Qu’on n’aille pas dire que le Christ n’a jamais pardonné (sacrement de la Pénitence), guéri des malades (onction des malades), choisi des disciples pour qu’ils demeurent avec lui et continuent son œuvre (Ordre), qu’il envoie son Esprit en soufflant sur ses disciples, puis en remettant l’Esprit sur la Croix et de nouveau à la Pentecôte (Confirmation), et qu’il est l’Époux qui nous invite aux Noces de l’Agneau, aux Noces de la Croix où il offre sa chair et son sang, préfigurées aux Noces de Cana (sacrement du mariage). D’ailleurs l’Apôtre le confirme, lorsqu’il dit que « ce mysterium est grand » (traduit en latin de la Vulgate par sacramentum).

      Et les Épitres ont été écrites avant les Évangiles. Et l’Église a prêché et vécu le mystère, transmis les Institutions du Christ avant de l’enseigner par écrit dans les Écritures. Le mariage est un mysterium sacramentum : on l’a toujours dit dans l’Église, on n’a pas attendu le XIIe siècle pour faire du mariage un sacrement !

      • toto

        @Michelet
        Merci pour cette excellente mise au point, à diffuser partout!
        Quand on défendait l’institution divine de l’Eglise, beaucoup de protestants revenaient à l’Eglise. Depuis Vatican II, il n’y a presque plus de retours, sauf dans les communautés traditionnelles.

  9. toto

    Ces centres théologiques sont des nids d’hérétiques. Qu’ils se précipitent vers dénominations protestantes, il y en a pour tous les goûts, qu’ils ne restent pas dans l’Eglise qui, que cela leur plaise ou non est d’institution divine.

  10. Jacquard

    Il y a une erreur dans l’article: il ne s’agit pas d’Eric Brauns, mais d’Eric Boone; il est effectivement directeur du Centre théologique de Poitiers, mais il n’est pas prêtre; c’est un père de famille, qui émarge au denier de l’Eglise, auquel on renonce à donner pour ne pas soutenir ce genre d’hérésie. Le déficit financier du diocèse vient en partie du fait que nombre de fidèles en ont assez de financer ces théologiens d’opérette.

    • Duplessis

      Eric Brauns n’est pas prêtre, c’est un laïc marié, père de plusieurs enfants, adultes aujourd’hui. Ne pas le confondre avec Eric Boone Docteur en théologie de l’université de Strasbourg lui aussi père de famille et directeur du centre théologique de Poitiers.

  11. remond

    cela ne m’étonne pas d’une secte dont le pontife Bergoglio est hérétique , il est souhaitable que vous ne confondiez plus la secte conciliaire et l’Eglise Catholique

  12. emmanuel2

    Nous lisons chez saint Ignace de Loyola, Exercices spirituels n°22 : « Il est nécessaire de présupposer que tout bon chrétien doit être plus disposé à sauver l’affirmation du prochain qu’à la condamner ; et s’il ne peut pas la sauver, qu’il cherche à savoir quelle signification celui-ci lui donne ; et, s’il lui donne une signification erronée, qu’il le corrige avec amour ; et, si cela ne suffit pas, qu’il cherche tous les moyens adaptés pour que, lui donnant la signification juste, il se sauve. »
    J’invite tous ceux qui expriment leur jugement sans appel à faire l’effort de faire cet exercice qui comprend trois étapes :
    1) A-t-on cherché à comprendre ce que dit le théologien incriminé ?
    2) Si ce théologien se trompe, l’a-t-on repris personnellement ?
    3) Enfin, a-t-on eu recours à tous les moyens adaptés pour lui permettre, à lui, de se sauver (à supposer qu’il se trompe) ?
    Autrement, c’est nous qui serons jugés, soit pour notre manque d’intelligence, soit pour notre manque de charité.

  13. @dj Les 7 sacrements avec références évangéliques :
    -le Baptême :  » …les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ( Mt 28, 19 )
    -la Confirmation :  » Alors Pierre et Jean posèrent les mains sur eux, et ils recevaient l’Esprit-Saint  »
    ( Ac 8, 17 )
    -la Confession :  » les péchés seront remis à ceux à qui vous les remettrez, ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez  » ( Jn 20, 23 )
    -la Communion : « prenez, mangez, ceci est mon corps  » « buvez-en tous car ceci est mon sang  » ( Mt 26, 26 à 28 )
    -le Mariage :  » …ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas  » ( Mt 19, 4 à 6 )
    – l ‘Ordination :  » On les présenta aux apôtres qui, après avoir prié, posèrent les mains sur eux  » ( Ac 6, 6)
    – l’Onction des malades :  » …qu’ils prient sur lui en l’oignant d’huile au nom du Seigneur… » ( Ja 5, 14-15 )
    C’est un choix de citations car on pourrait en citer d’autres dans les Evangiles et les épitres.

  14. Hubert.Amugu

    C’est vraiment Triste!
    Comme vous le savez tous,nous vivons l’antéchrist,presque tous les jours,alors ce qu’il faut,c’est beaucoups
    prier;pour toute la sainte église catholique*il faut beaucoup prier pour notre Mgr qui apparemment est malheu-
    reusement prisonier de la hyperdiabolique hypnose de satan!parceque c’est absolument incroyable!que ce
    genre de poisse!sort’ d’un Archidiocèse Catholique francais!!la france appellée première fille de la sainte église
    Catholique romaine!la france fille bien aimée de la Très Sainte Vierge Marie,Mère de Jésus Christ Notre Dieu
    et Notre Roi* ne mérite pas ca!
    CA SUFFIT CA!on en a marre! de ces faux prophêtes!ces faux théologiens!évêques! et faux prêtres!
    qui travaillent ensembles dans l’ombre avec satan !pour sémer un grand bordel dans la sainte église catholique!comme si cette église et tous les catholiques étaient leur propre invention!leur propriété,
    personnelle!òu ils croient en tant que théologiens,avoir le droit de critiquer!déchirer!oser abolir,les Saints
    Sacrements de la Sainte Eglise Catholique qui ne les appartient pas!un culot terrible!qu’aucun Catholique
    accepterait!! Les Saints Sacrements ont été indiscutablements institués par Jésus Christ LUI-MÊME* notre
    Dieu,et notre Roi Eternel ne peut pas se tromper! ces Saints Sacrements donné par Jésus Christ sont le
    fondement de la Sainte Eglise Catholique!Mgr! Pas de Saints Sacrements de Jésus Christ! Pas d’Eglise
    Catholique!Messieurs les supers grands théologiens! La france en toute vérité n’a pas besoin de ce genre
    de malheur théologique! le moment òu les Catholiques,les chrétiens sont persécutés partout dans le monde
    et les églises en france vandalisées tous les jours!non!on refuse ce genre de doctrine empoisonnée!
    Dieu est éternellement au dessus de tout ce qui est visible,et au dessus de tout ce qui est invisible! la bible
    la théologie,ou une quelconque technologie ,ne sont pas au dessus de Dieu* prions tous,pour notre Mgr,
    pour tout l’archidiocèse de Poitier,pour toute la france,pour le ST Père notre Pape Francois,et toute la sainte
    Eglise Catholique,et pour la Paix dans le monde entier* Salut.

  15. Podevin

    C’est effroyable de voir de telles erreurs contre la foi,répandue par ceux qui sont censés être les témoins de la vérité! Ce sont des imposteurs, de faux pasteurs qui detruisent et egarent le troupeau de Jésus Christ! Ouvrons les yeux, et fuyons ces mercenaires!

  16. joelle eschbach

    Rereinformation : Eric Brauns est un laïc théologien, ni prêtre, ni prélat,qui fait son travail de théologien,avec rigueur et générosité
    Eric Boone est un laïc , directeur du centre théologique de Poitiers.
    On n’a pas supprimé les paroisses mais reorganisé.
    Merci de vérifier vos sources et de ne pas laisser des rumeurs fausses et malveillantes enfler , et tourner à la haine, et l’anathème.
    Jeter le discrédit sur le diocèse de Poitiers, son centre théologique, le journal de notre paroisse et Eric brauns, c’est très blessant pour les chrétiens de ce diocèse et de cette paroisse qui vivent de l’évangile, se forment,partagent dans la foi ,l’espérance et la charité.
    L’Eglise, c’est notre mère, arrétez de la détruire.

    • toto

      @ Joëlle
      S’ils ne veulent pas de scandale, qu’ils cessent d’écrire et de proclamer des insanités publiques. Ce sont les Brauns et Boone qui détruisent l’Eglise.
      Et nos frères protestants, de qui ont-ils eu autorité pour ramener les 7 sacrements de 7 à 1 (l’eucharistie n’est pas un sacrement pour eux, puisque le sacerdoce n’en est pas un)?
      Et avec plus de 40 000 dénominations protestantes dans le monde, toutes différentes, sans aucune unité entre elles (sauf la haine ou le mépris contre les catholiques) on voit bien ou l’Esprit Saint n’est pas présent.

  17. Galvan Benoist

    Cher Emmanuel2,

    Il est évident que la correction fraternelle doive revêtir les vêtements de la charité, cependant, il s’agit d’une affirmation sur l’origine des sacrements qui a été publiée dans un article publique, lu, j’espère, par le moins de personnes possible. Il y a des dégâts qui sont faits à cause de ce genre d’affirmation pour des chrétiens peu formés ou mal formés qui lisent ce genre de prose. On le voit dans la manière dont les sacrements sont vécus ensuite, ou abandonnés comme le sacrement de la réconciliation.
    Ce n’est pas de la théologie très complexe ce qui concerne l’origine des sacrements et le moins qu’on puisse attendre d’un « théologien » c’est d’être clair sur ces questions. l’Eglise a répondu au Concile de Trente à cette question face au attaque protestante.
    Si monsieur Boone a voulu dire que dans la Sainte Ecriture tout n’était pas donné en détails concernant la matière, la forme, les accidents des sacrements il fallait le dire texto. Et encore cela ne résout pas tout le problème, car la Révélation vient à nous, certes à travers la Sainte Ecriture mais également dans la Tradition. Qui peut dire ce que le Christ a enseigné aux Apôtres qui ne figure pas dans la Sainte Ecriture, notamment pendant les 40 jours entre Pâques et l’Ascension, mais aussi par le don du Saint-Esprit? Il leur a peut-être donné en détail la manière d’administrer les sacrements.

    En l’espèce, la charité commande que face à une attaque publique, une réponse publique soit donnée pour le salut des âmes. A monsieur Boone de répondre s’il le souhaite.
    Bien sincèrement, un prêtre, affligé, de Poitiers.

  18. Léa

    Au lieu d’avouer leur incompétence pour soulever la ferveur du peuple, et de dire leur allégeance à l’idéologie, leur obéissance aveugle au système, ils préfèrent donner cette réponse. Il ne faut pas s’étonner que le chèques n’affluent pas !
    Bientôt on leur demandera des comptes, leur attitude est insupportable !
    Quel courage, aucune dignité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *