cs0tdm_w8aafgry

Lettre pastorale de Mgr Camiade

Download PDF

Cette lettre de l’évêque de Cahors a été présentée le mardi 20 septembre aux prêtres et diacres du diocèse. Le maître mot en est le service. « Servir en présence de Dieu est le privilège de tous ceux que le Seigneur a voulu attirer à Lui dans nos communautés…« .

Elle est intitulée : « Tu nous as choisis pour servir en ta présence ».

En trois chapitres l’évêque revient sur la notion de service, d’abord il convient de disposer nos cœurs à recevoir la lumière de l’Esprit-Saint. Nous sommes ensuite invité à témoigner de la mission du Christ Serviteur. Avant de conclure il revient sur les nominations de cette année au nom du service de l’Eglise diocésaine. Dans chaque partie il invite les communautés chrétiennes à s’engager concrètement dans différents projets.

« Donne-nous ton Esprit pour « avancer en eaux profondes afin de porter aussi loin que possible l’Évangile du Christ, Bonne Nouvelle pour toute l’humanité ».

En voici un extrait :

« L’année de la miséricorde doit se prolonger par l’approfondissement de la doctrine sociale de l’Église. La pensée sociale de l’Église est inspirée de l’Évangile et de sa longue expérience de toutes les questions sociales, la famille, l’économie, le travail, l’autorité et le gouvernement, l’écologie, le dialogue inter-religieux, etc. De tous temps, l’Église a réfléchi sur ces sujets et les plus grands théologiens comme saint Thomas d’Aquin restent des références fondamentales. Mais spécialement depuis le pape Léon XIII et son encyclique Rerum novarum (1891) sur la question sociale, le Magistère de l’Église a pris soin régulièrement de proposer une réflexion, au plus près des mutations sociales en cours mais à distance des problématiques partisanes, pour participer à la quête de paix et de justice des hommes de notre temps. Les grands principes tirés des Écritures et de la Tradition théologique aident à réfléchir et favorisent le dialogue entre les citoyens, acteurs de la vie sociale, et les pasteurs de l’Église, chargés de dis- cerner notre fidélité à l’Évangile. Deux en- cycliques récentes ont apporté des pierres importantes à cet édifice, L’amour dans la vérité (2009) de Benoît XVI sur l’économie et Laudato ‘si (2015) de François, sur le soin de la création, notre maison commune. Sans oublier le quatrième chapitre de La joie de l’Évangile (2013) intitulé « La dimension sociale de l’Évangélisation ». Ce chapitre occupe, en volume, la moitié du texte to- tal de cette belle exhortation apostolique.