e

Messe pour la paix jeudi 28 juillet à Grenoble

Download PDF

Message de Monseigneur Guy de Kerimel, évêque de Grenoble :

Nous avons appris avec stupeur, comme toute la communauté catholique et tous les Français, l’odieuse tuerie de ce matin qui a eu lieu dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray près de Rouen. Ma première pensée va évidemment vers le Père Jacques Hamel qui a perdu la vie dans ce terrible attentat, aux personnes blessées ainsi qu’à leurs familles. Nous pensons également à toutes les victimes de l’attentat de Nice et des attentats précédents.

Le diocèse de Grenoble-Vienne s’associe à la peine des prêtres et de la communauté catholique du diocèse de Rouen et reste en communion avec l’ensemble des diocèses de France et plus particulièrement, avec tous les jeunes rassemblés à Cracovie en cette première journée des Journées Mondiales de la Jeunesse.

Nous sommes sous le choc mais, nous catholiques, c’est dans le Christ et par la prière que nous trouvons et nous trouverons la force de ne pas nous laisser enfermer dans la haine et la violence. Ne baissons pas les bras et surtout ne nous replions pas sur nous-mêmes ; mais bien au contraire, continuons à aller à la rencontre les uns des autres – croyants ou non croyants – dans un élan fraternel et solidaire et dans l’espérance que le vivre ensemble l’emportera toujours.

Je convie toute la communauté catholique et tous les citoyens à une messe pour la paix que je célébrerai ce jeudi 28 juillet à 18h45 dans la Cathédrale de Grenoble, place Notre Dame.

Jeudi 28 juillet à Grenoble
La communauté catholique ainsi que tous les citoyens sont invités à une messe pour la paix présidée par Mgr de Kerimel, ce jeudi 28 juillet à 18h45 en la Cathédrale Notre-Dame à Grenoble. Les fidèles sont invités à prier spécialement pour le Père Hamel mais également toutes les victimes de l’attentat de Nice et des attentats précédents au cours des messes du week-end prochain.

L’Eglise catholique invite chacun à un temps de jeûne et de prière pour la paix vendredi 29 juillet.

8 comments

  1. Allons allons ce sont des loups solitaires qui doivent être (les malheureux) soignés en hôpital psychiatrique…prions, prions, faisons des messes, jeûnons et surtout laissons nous égorger…Dieu reconnaîtra les siens !
    Le Coran est aussi létal que « Mein Kampf » et nos prélats, nos politicards criminels à la petite semaine, sont soit des hypocrites, soit des ignorants ou des jocrisses (pour ne pas dire autre chose…sinon je serais censuré !)
    VIVE LE CORAN !
    C’EST L’ARME ABSOLUE CONTRE L’ISLAM
    Après la lecture de ces deux pages, vous pourrez répondre aux questions suivantes :
    L’islam est-il une religion comme les autres? Est-ce une religion de tolérance et de paix?
    1. ISLAM, CORAN, HADITHS ET SUNNA
    L’islam est un système religieux, politique, juridique et social initié au VIIe
    siècle par Mahomet, qui se déclare être le dernier prophète et donc LE prophète
    à qui Allah aurait transmis ses préceptes par l’entremise de l’ange Gabriel. Ces
    préceptes sont compilés dans le Coran. Ce Coran, fixe, immuable, non interprétable
    est formé de 114 chapitres appelés sourates et chaque sourate est formée
    d’un nombre variable de phrases appelées versets. Les sourates et les versets sont
    numérotés de manière standard depuis 1923, par exemple [4:34] désigne le verset
    34 de la sourate 4. Il est à noter que Mahomet entendait les paroles de l’ange
    Gabriel pendant des crises mystiques ! « Les témoins disent qu’il (Mahomet) avait
    des syncopes au cours desquelles il avait de l’écume aux lèvres et des rugissements
    analogues à ceux d’un jeune chameau » (Mizanu’l Haqq, p. 345).
    En plus de leur livre saint, les musulmans prennent aussi pour modèle
    Mahomet en s’inspirant de ses actes et paroles rapportés entre le VIIIe et le Xe
    siècle par les traditionnistes, Bukhari, Muslim, Daoud et d’autres encore dans
    les hadiths (les dires), qui forment la Sunna (tradition).
    En parcourant les hadiths et le Coran (traduit en français par Hamidullah,
    version largement acceptée par les musulmans et qui est aussi celle que l’on
    trouve sur le site de l’UOIF), vous allez constater que l’islam est violent dès ses
    origines, qu’il est inégalitaire et discriminatoire envers les femmes, les
    non-musulmans, les homosexuels, etc., et qu’en fait, l’islam rejette et combat
    tout ce qui n’est pas lui-même.
    C’est une idéologie qui instrumentalise une religion dans le but de soumettre par la
    persuasion ou la violence tous les non-musulmans du monde. D’ailleurs islam veut
    dire soumission en arabe et musulman soumis. Bien sûr les musulmans ne partagent
    pas cette analyse, d’où cet argumentaire ayant pour objectif de les contrer à
    l’aide de leur propre Coran et ainsi de montrer que l’islam est incompatible avec
    la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, qui fonde notre Constitution.
    2. TACTIQUE ET DIALECTIQUE DE L’ISLAM (GRANDES LIGNES)
    a) Un point fondamental. Ne soyez jamais étonné qu’un musulman mente par
    omission ou par action, dissimule ou falsifie car c’est une presciption coranique.
    Quand il s’agit de développer l’islam, tous les coups sont permis. La taqqya, qui
    s’écrit aussi takia (dissimulation), est un devoir pour les croyants en situation
    d’infériorité (= de minorité). Par contre, dès que le rapport de force s’inverse,
    alors le musulman peut envisager l’agression :
    « Ne faiblissez donc pas et n’appelez pas à la paix alors que vous êtes les plus
    hauts, qu’Allah est avec vous, et qu’Il ne vous frustrera jamais [du mérite] de
    vos oeuvres. » [Coran 47:35].
    On trouvera un exemple de cet « art de la taqqya » à l’adresse suivante :
    http://www.anti-religion.net/hamidullah.htm
    b) Quand on s’oppose à un musulman qui affirme que l’islam est une religion de tolérance,
    de paix et d’amour en lui citant quelques sourates violentes, misogynes, antichrétiennes ou antijuives et qu’il est à court d’arguments il finit toujours par dire au bout du compte «… oui mais le Coran, pour le comprendre, il faut le lire en arabe. »
    La parade est simple : si tel était le cas, alors un converti français, sauf s’il lisait
    l’arabe, ce qui doit être extrêmement rare, serait une personne qui adopterait une
    religion dont il serait incapable de lire un traître mot du livre saint ! Ce n’est pas
    tenable, donc le musulman doit bien reconnaître implicitement qu’il existe des traductions du Coran en français acceptables pour un mahométan, ne serait-ce que
    celle de l’UOIF qu’on ne peut soupçonner d’être islamophobe et que l’on peut
    lire à l’adresse http://www.uoif-online.com. Ensuite il reste à le contredire avec
    les sourates de « son » Coran.
    c) Il faut aussi réfuter l’argument récurrent utilisé par des musulmans qui souvent n’ont jamais lu le Coran, ainsi que par des Français ignares en islamologie
    qui jouent les idiots utiles de l’islam et qui affirment que l’islam est une
    religion comme les autres et donc que les musulmans ont les même droits que
    les adeptes des autres religions. Il faut objecter à cette affirmation que de nombreux
    versets incitant au meurtre figurent dans le Coran (aller au paragraphe 4 pour des exemples) ou encore lire les hadiths où le messager d’Allah, Mahomet lui-même, commandite de nombreux assassinats. Donc l’islam ne saurait être considéré comme une religion comme les autres.
    d) A la longue liste de versets du Coran appelant clairement au meurtre des
    mécréants, les musulmans rétorquent souvent qu’ils ne faisaient que répliquer,
    que se défendre face aux attaques des « méchants » polythéistes. On reconnaît
    déjà à cette époque la posture victimaire des musulmans. Il faudrait donc croire
    que les arabo-musulmans ont conquis d’immenses territoires au nom d’Allah,
    uniquement en se défendant et parce que les autres peuples les attaquaient. Pour
    se convaincre au contraire de l’arrogance et de l’agressivité du chef de guerre
    Mahomet, il suffit de lire certaines lettres missionnaires qu’il envoyait aux différents
    chefs ou rois, pour les « inviter » à embrasser l’islam : aux chefs des tribus
    d’Arabie, aux rois de Byzance, de Perse, d’Abyssinie, etc. Voici la « lettre
    d’invitation » au peuple d’Oman : « Paix soit sur celui qui suit le chemin droit
    ! Je vous appelle à l’islam. Acceptez mon appel, et vous serez indemne. Je suis
    le messager de Dieu envoyé à l’humanité, et l’annonce sera effectuée sur les
    mécréants. Si, donc, vous vous identifiez à l’islam, j’accorderai la puissance sur
    vous. Mais si vous refusez d’accepter l’islam, votre puissance disparaîtra, mes
    chevaux camperont sur l’étendue de votre territoire et nous régnerons en votre
    royaume. Signé : Mahomet, messager de Dieu ».
    e) Il faut aussi savoir que 2 versets peuvent se contredire, mais Allah, étant
    omniscient et infaillible, a tout prévu. Dans un tel cas il a développé la doctrine
    des versets abrogeants (nasikh) et des versets abrogés (mansukh) qui consiste à
    décider que le verset le plus récent annule le plus ancien et donc qu’un verset
    médinois ou post-Hégire peut annuler, en cas de contradiction, un verset mecquois ou pré-Hégire. L’ Hégire désigne la période où Mahomet a été chassé de la Mecque pour aller se réfugier à Médine. Pour preuve de ce qui précède, on peut citer les deux versets : « si nous abrogeons un verset quelconque ou que
    nous le faisons oublier, nous en apportons un meilleur ou un semblable. Ne sais-tu pas qu’Allah est omnipotent ? » [Coran 2:106] et « Quand Nous remplaçons un verset par un autre – Et Allah sait mieux ce qu’Il fait descendre – ils disent : « Tu n’es qu’un menteur ». Mais la plupart d’entre eux ne savent pas. »[Coran 16:101]. Donc ne vous laissez pas désarçonner quand un adepte d’Allah vous cite un verset tolérant car il est vraisemblablement abrogé ou rendu obsolète par un verset médinois. Si l’islam était pacifique il ne devrait pas y avoir un seul verset violent dans le Coran… or des mots tels que « tuer », « combattre » ou
    « jihâd » y apparaissent des centaines de fois !
    3. CHOIX DU CORAN
    Nous avons déjà signalé tout l’intérêt que représente pour nous de choisir un Coran
    en français agrée par les musulmans eux-mêmes. C’est donc le Coran d’Hamidullah
    qui servira de référence dans la suite et uniquement celui-là. On peut le parcourir sur
    le site http://www.religare.org/unity-mmu.htm, qui est très utile pour quelqu’un
    désirant se cultiver sur le Coran et l’islam. Toute personne éprise de rigueur aura le
    loisir de vérifier nos dires en consultant Internet ou en se procurant le Coran
    d’Hamidullah en version papier.
    Remarque importante : le Coran (« récitation » en arabe) est moins un texte que
    la récitation de ce texte en arabe. C’est donc, pour les non-arabophones, une
    longue suite de sons appris par coeur, dans des « écoles coraniques » (madrassa,
    où le musulman apprend à haïr l’Occident). Il s’agit donc d’un véritable bourrage
    de crâne, un lavage de cerveau auquel le musulman est soumis souvent dès
    l’âge de 4 ans !
    4. AU FIL DU CORAN
    Dans ce qui suit, quand les mots « les » ou « ils » ne seront pas précisés ils
    désigneront tous ceux qui ne sont pas soumis à Allah : les Juifs, les Chrétiens,
    les hérétiques, les infidèles, les associateurs, les polythéistes et les mécréants.
    a) Appels au meurtre
    [Coran 2:191] Et tuez-les, où que vous les rencontriez; et chassez-les d’où ils
    vous ont chassés : l’association est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez
    pas près de la mosquée sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus.
    S’ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants.
    [Coran 4:89] Ils aimeraient vous voir mécréants comme ils ont mécru : alors
    vous seriez tous égaux ! Ne prenez donc pas d’alliés parmi eux, jusqu’à ce qu’ils
    émigrent dans le sentier d’Allah. Mais s’ils tournent le dos, saisissez-les alors, et
    tuez-les où que vous les trouviez ; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur.
    Condamnés à mort par l’islam : Salman Rushdie 1989, Taslima Nasreen 1994, Ayan Hirsi Ali 2003, Théo Van Gogh †2004, Robert Redeker 2006 & à suivre…
    [Coran 4:91] Vous en trouverez d’autres qui cherchent à avoir votre confiance, et
    en même temps la confiance de leur propre tribu. Toutes les fois qu’on les pousse
    vers l’association (l’idolâtrie) ils y retombent en masse. (Par conséquent,) s’ils
    ne restent pas neutres à votre égard, ne vous offrent pas la paix et ne retiennent
    pas leurs mains (de vous combattre), alors, saisissez-les et tuez-les où que vous
    les trouviez. Contre ceux-ci, Nous vous avons donné une autorité manifeste.
    [Coran 5:33] La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager,
    et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués,
    ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou
    qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas ; et dans
    l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment.
    [Coran 8:12] Et ton Seigneur révéla aux anges : « Je suis avec vous : affermissez
    donc les Croyants. Je vais jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants.
    Frappez donc au-dessus des cous (décapitation) et frappez-les sur tous les
    bouts des doigts.
    [Coran 8:17] Ce n’est pas vous qui les avez tués : mais c’est Allah qui les a
    tués. Et lorsque tu lançais (une poignée de terre), ce n’est pas toi qui lançais :
    mais c’est Allah qui lançait, et ce pour éprouver les croyants d’une belle épreuve
    de Sa part ! Allah est Audient et Omniscient. Autrement dit c’est l’absolution
    par avance pour un meurtrier pour peu qu’il tue un infidèle au nom d’Allah.
    [Coran 9:5] Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que
    vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade.
    Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salât et acquittent la Zakát,
    alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.
    [Coran 17:33] Et, sauf en droit, ne tuez point la vie qu’Allah a rendu sacrée.
    Quiconque est tué injustement, alors Nous avons donné pouvoir à son proche
    [parent]. Que celui-ci ne commette pas d’excès dans le meurtre, car il est déjà
    assisté (par la loi). Donc selon le Coran il existe des raisons tout à fait valables,
    conformes au droit, de tuer.
    [Coran 33:61] Ce sont des maudits. Où qu’on les trouve, ils seront pris et tués
    impitoyablement.
    [Coran 47:4] Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru,
    frappez-en les cous (décapitation). Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-
    les solidement. Ensuite, c’est soit la libération gratuite, soit la rançon,
    jusqu’à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait,
    Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c’est pour vous éprouver les uns
    par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d’Allah, Il ne rendra
    jamais vaines leurs actions.
    b) Haine contre les Juifs, les Chrétiens et les infidèles
    [Coran 5:51] Ô les croyants! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les
    Chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend
    pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes.
    [Coran 9:30] Les Juifs disent : « Uzayr est fils d’Allah » et les Chrétiens disent :
    « Le Christ est fils d’Allah ». Telle est leur parole provenant de leurs bouches.
    Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse ! Comment
    s’écartent-ils (de la vérité) ?
    [Coran 5:14] Et de ceux qui disent: « Nous sommes Chrétiens », Nous avons
    pris leur engagement. Mais ils ont oublié une partie de ce qui leur a été rappelé.
    Nous avons donc suscité entre eux l’inimitié et la haine jusqu’au Jour de la
    Résurrection. Et Allah les informera de ce qu’ils faisaient.
    Dans les hadiths, on peut facilement faire une « moisson » de propos antijuifs
    et antichrétiens parfois très violents comme : « Un groupe des Banû Israel (fils
    d’Israël) était perdu. Je ne sais pas ce qui leur est arrivé, mais je pense qu’ils
    se sont transformés en rats. » (Récit d’Abu Huraira, Muslim XLII 7135 et
    Bukhari LIV 524).
    c) Les 3 inégalités fondamentales de l’islam
    Le musulman est supérieur au non-musulman
    [Coran 3:110] Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les
    hommes, vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à
    Allah. Si les gens du Livre (Chrétiens et Juifs) croyaient, ce serait meilleur pour
    eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont des pervers.
    L’homme est supérieur à la femme
    [Coran 4:34] Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs
    qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils
    font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et
    protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la
    protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance,
    exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles
    arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est
    certes, Haut et Grand !
    Le maître est supérieur à l’esclave
    L’islam n’a pas encore abrogé l’esclavage, encore pratiqué en Arabie saoudite
    et au Soudan où la traite des Noirs est encore d’actualité, comme l’atteste le
    témoignage poignant d’un Soudanais noir et chrétien, nommé Simon Deng,
    réduit en esclavage par le régime arabe islamiste de Khartoum, témoignage
    recueilli par la journaliste Caroline Fourest, que l’on peut trouver sur le site
    Internet : http://www.occidentalis.com/article.php?sid=2738. Si l’islam n’a pas
    aboli l’esclavage (le peut-il ?) c’est tout simplement que son objectif est
    d’établir le califat mondial où les non-musulmans auraient le choix entre la
    conversion, la mort ou, dans le meilleur des cas, la dhimmitude pour les Gens
    du Livre (Juifs et Chrétiens), qui est un statut de sous-homme
    (http://www.dhimmitude.org/archive/articlef1.html).
    d) Peine de mort pour celui qui quitte l’islam
    «Mais sans aucun doute je les aurais tués puisque le Prophète a dit : si quelqu’un (un
    musulman) s’écarte de sa religion, tuez-le. » (Récit d’Ikrima, Bukhari LII 260). Vous
    en connaissez beaucoup, des religions qui appellent à tuer celui qui désire les quitter?
    5. MAHOMET, LE « BEAU MODÈLE »
    On ne peut pas terminer sans parler de ce drôle de « prophète » pour cette drôle
    de « religion ». Quelques traits du caractère de celui que tout bon musulman se
    doit d’imiter, trouvés dans les hadiths ou le Coran :
    Mahomet était un tortionnaire
    « Quand l’apôtre d’Allah eut coupé les pieds et les mains de ceux qui avaient
    volé ses chameaux et qu’ils leur eut enlevé les yeux avec des clous chauffés au
    feu, Allah le gronda et il révéla : la punition de ceux qui font la guerre à Allah
    et à son apôtre et qui les affrontent avec toutes leurs forces pour semer la
    discorde sur la terre sera l’exécution (par décapitation) ou la crucifixion. »
    (Récit d’Abu Zinad, Dawud XXXVIII 4357).
    Mahomet était un assassin
    « L’apôtre d’Allah a lapidé à mort une personne de la tribu des Banû Aslam,
    un Juif et sa femme. » (Récit de Jabir Abdullah, Muslim XVII 4216).
    Mahomet les aimait jeunes
    « Khadija (première femme de Mahomet) est morte 3 ans avant que le Prophète
    parte à Médine. Il y est resté environ deux ans et il se maria ensuite avec Aïcha
    qui était une fillette de 6 ans ; elle était âgée de neuf ans quand il a consommé
    le mariage. » (Récit du père de Hisham, Bukhari LVIII 236).
    Mahomet était un pillard
    « Quand l’apôtre d’Allah avait l’intention de conduire une expédition de
    pillage, (ghazw ou ghazwa en arabe, ce que l’on traduit en français par razzia –
    dans le cas du Prophète, un tel pillage constituait un aspect du jihâd) il employait
    une formule équivoque pour faire croire qu’il allait dans une autre direction. »
    (Récit de Ka’b ibn Malik, Bukhari LII 197). « Au nom d’Allah le Très
    Miséricordieux. Ils t’interrogent au sujet du butin. Dis : « Le butin est à Allah et
    à Son messager. » Craignez Allah, maintenez la concorde entre vous et obéissez
    à Allah et à Son messager, si vous êtes croyants. » [Coran 8:1].
    Tel est l’islam depuis quatorze siècles ! C’est une idéologie qui instrumentalise une
    religion et qui vise à soumettre l’humanité au même titre que le nazisme ou le
    communisme. L’islam est donc incompatible avec la déclaration des Droits de
    l’Homme et du Citoyen constitutive des lois de notre République. On peut trouver
    les hadiths (en anglais) sur le site de la Muslim Students Association of
    South California University, http://www.usc.edu/dept/MSA/reference/searchhadith.html.
    Pour savoir si une sourate est médinoise ou mecquoise, visitez le site
    http://www.islamophile.org/spip/rubrique5.html. Cet argumentaire est à votre
    disposition pour téléchargement sous format PDF à l’adresse Web
    http://www.grouik-grouik.org/sita/presentation_islam.pdf. Ce document a été visé

  2. Antoine de Lisbonne

    C’est le Christ qui unit et non ce « vivresemble » qui est l’égal du « padamalgam ».
    Je conseille vivement la lecture du Père François Jourdan pour un éclairage sur ce qui nous séparera toujours du dieu de la soumission.

  3. angel

    Bjr
    bien sûr que c’est un drame un prêtre d 86 ans
    même pas le respect des personnes âgées
    Malheureusement et j n suis pas prophète mais cela n’est q l commencement
    J viens d cette belle ville qu’ont construit nos ancêtres .. cette ville magnifique que la France a abandonnée ..j veux parler d l’algèrie

    Cela a commencé ainsi puis progressivement c fut des attentats dans les cafés ,dans les bus ,dans les stades ,dans les magasins ,dans les rassemblements pacifiques ,dans les écoles pdt les fêtes des femmes avec des bombes dans leurs poussettes ,des ballons piégés ,des bombons à l’arsenic Etc…
    La prière c bien ,et croyez moi les pieds noirs l’ont utilisé plus q plus comme disait coluche !!!

    C n’est pas en leurs léchant les babouches q nous arriveront à nous les mettre dans la poche
    Lisez le coran et vous verrez q le faible doit être éliminer pour n pas employer le mot égorgé
    Il faut être ferme avec ces personnages
    Il faut prier certes … mais comme disait Marie à Don Gobi
    « priez pour la conversion de vos frères musulmans …ils n savent pas ce qu’ils font et sont enténébrés  »

    Le diable fait son office avec cette secte
    Il nous faut un gvnment fort et non pas des guignols et q l’église arrête d nous dire q c’est une
    religion de paix et d’amour

  4. Henri

    Les « musulmans tous solidaires », musulmans et daesh c’est kifkif, pas de paix avec les musulmans, leur religion c’est d’appliquer le coran de mahomet comme l’a fait l’égorgeur de ce vieux Prêtre de 86 ans ! très virils et courageux les musulmans Monsieur Boubakeur !
    Mgr de Kerimel priez pour vos paroissiens et la France, ne faites pas celui qui tombe de la lune, … vous n’êtes pas sous le choque depuis des années ou les Chrétiens continuent à être massacrés au Proche Orient et en Afrique par les musulmans ? …

  5. Deux remarques :
    Il devient intolérable de voir nos prélats se gargariser du « vivre ensemble » cher au Président de la République.
    Il est évident – et nos évêques devraient le savoir – que tout Catholique a le devoir de pardonner le mal qui lui est fait personnellement, mais que d’autre part il n’a aucun droit de pardonner celui qui est fait à autrui et donc que ce n’est pas à ceux qui n’ont pas personnellement été victimes des attentats de pardonner à leurs auteurs.
    Ensuite, il est parfaitement insultant pour les Catholiques et les autres Français de s’adresser à eux comme si leur tendance naturelle était d’aller se précipiter sur tout Musulman pour l’égorger. Que l’on sache – et si abominable qu’ait été l’attitude des nazis, les Français n’ont pas massacré les Allemands qui se trouvaient en France en 1939-1940 et qui ont été – comme il est d’usage en temps de guerre – internés et étaient donc à portée de main d’un éventuel peuple de massacreurs…
    Mais cela ne veut pas dire que l’on peut « vivre ensemble » avec ceux qui ont clairement montré qu’ils étaient pour nous, et en particulier pour nous Chrétiens, par haine de Notre Seigneur Jésus-Christ, des ennemis implacables. Nous avons le droit – et même le devoir pour protéger ceux qui nous sont proches – de demander que des mesures très strictes soient prises envers ceux-ci afin de les empêcher, autant qu’il se peut, de nuire.
    Le plus difficile, évidemment, c’est de discerner le bon grain de l’ivraie, le Musulman incapable de haine et d’actes terroristes du terroriste encore inconnu. Car les tueurs récents qui apparemment sont « sortis de nulle part » (bien que les enquêtes aient montré qu’en fait ils n’étaient ni des « loups solitaires » déséquilibrés, ni des « radicalisés » de fraîche date, mais bien des adhérents, depuis déjà un certain temps, du prétendu État islamique qui ordonne le massacre des « croisés » ) ne semblaient « sortis de nulle part » que parce qu’ils pratiquaient la « taqiya », le pieux mensonge ordonné par l’islam, qui dissimulait leurs noirs desseins à tout leur entourage. Ce qui explique que – sans le manifester ni en paroles ni en actes – nous puissions ne pas toujours faire une confiance aveugle à tout Musulman.
    Ce qui ne nous autorise nullement, tant qu’ils ne nous ont donné aucune raison d’agir autrement, à avoir envers eux une attitude différente de celle que nous avons envers les non musulmans, à plus forte raison à leur manifester mépris ou hostilité.
    Nous devons prier pour eux, y compris pour les terroristes qui « ne savent pas ce qu’ils font », mais surtout prier pour leur conversion, qui serait leur plus grand bien.
    Nous pouvons vivre avec ceux qui veulent vivre avec nous. Malheureusement, ce n’est pas le cas de tous.
    2. Je lis « Les fidèles sont invités à prier spécialement pour le Père Hamel ». Mais, compte tenu des conditions de sa mort, le P. Hamel est un véritable martyr, mort en témoignant de sa foi chrétienne (comment aurait-il pu le faire mieux qu’en célébrant la messe) et tué en haine de Notre Seigneur Jésus-Christ. Il n’y a donc pas lieu de prier pour lui, mais bien de le prier de porter à Notre Père notre supplication pour la tranquillité de l’Église et pour la conversion des Musulmans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *