Cabrera_Lopez-200x286

Mexique : un évêque justifie le refus d’une élève qui a “deux papas”

Download PDF

L’archevêque de Monterrey, au Mexique, a le souci de la cohérence. Aussi vient-il de prendre la défense d’une école de son diocèse qui s’est vue accuser de discrimination pour avoir refusé d’accueillir une petite fille qui a « deux papas », « mariés » il y a un an à Mexico : son père biologique et l’amant de celui-ci.

Mgr Rogelio Cabrera s’en est expliqué dans une interview exclusive avec LifeSite, assurant que les écoles ont le droit de se protéger face à de telles influences. Si une école, « qu’elle soit ou non catholique, compte cela au nombre de ses principes, il est juste qu’elle procède ainsi », a-t-il dit.

En ce qui concerne les enfants adoptés par des homosexuels, Mgr  Cabrera a déclaré : « C’est le gouvernement qui l’a décidé, mais les homosexuels ne devraient pas avoir le droit d’adopter quoi qu’il en soit. »

L’école maternelle en question s’appelle le Hills Institute, prestigieuse institution totalement laïque, où le père a inscrit la fillette de deux ans au début de l’année sans difficulté. C’est en s’apercevant de la situation que la directrice, trois jours après la rentrée, a demandé aux deux hommes de respecter un certain nombre de conditions pour que la petite fille puisse demeurer dans l’école : ne pas assister ensemble aux fêtes d’école et autres événements impliquant la présence des parents, ne pas venir à la fête des mères (!), ne jamais se présenter ensemble pour venir la chercher, etc. Des choses « ridicules et discriminatoires », assurent-ils : ils ont aussitôt alerté divers services de protection des droits de l’homme et de lutte contre la discrimination.

Au départ l’archevêque avait été cité par les médias comme ayant déclaré que la fillette avait « droit à l’éducation », à la grande satisfaction des associations LGBT qui avaient rapproché ses paroles des mots du pape François : « Qui suis-je pour juger ? »

Mais Mgr Cabrera a expliqué à LifeSite que ses paroles avaient été citées hors contexte.

« J’ai dit que la fillette avait droit de recevoir une éducation. Mais j’ai également dit qu’une école privée a le droit de fixer ses propres conditions quant à l’accueil des élèves. »

Voilà qui a rendu furieux Alex et Pepe. Ils ont réussi à mobiliser la commission locale des droits de l’homme ; ils ont également porté plainte pour discrimination. Mais ils n’auront pas besoin d’attendre la procédure pour voir l’école punie : la directrice de l’école encourt des amendes pour avoir refusé de se présenter des audiences organisées par l’organisme local de protection des consommateurs, et l’école se trouve sous le feu groupé d’enquêtes menées par plusieurs autorités publiques, un état de fait qui semble directement lié à l’affaire de « discrimination ».

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

© leblogdejeannesmits

14 comments

  1. Hélène

    C’est parfait!
    Enfin un son de cloche cohérent et courageux à la fois de la part de l’école ( il va bien falloir finir par reconnaître que chacun a droit à son opinion et pas seulement les minorités) et de la part d’un évêque . Nos Éminences francaises devraient en prendre de la graine!

  2. soleily

    Que dire? Nos « démocraties » marchent sur la tête et veut contraindre tout le monde à marcher sur la tête.
    Que faire ? Qu’est-ce qui est le meilleur pour cette petite fille qui, pour le coup, subit une discrimination?… Discrimination justifiée pour le bien des autres enfants…
    C’est terrible quand c’est la loi qui impose de telles distorsions.

  3. DESROSIERS

    Et voilà! il fallait s’attendre a ce que ce soit de toutes facons LES ENAFNTS QUI PAYENT.
    Cette petite fille n’y ait pour rien mais ce sera pour Elle le plus difficile BRAVO les adultent. Quel egoisme:

  4. Lyle

    Ces personnes ont un culot pas possible, sachant que l’Eglise est contre une union entre personne du même sexe, il mette l’enfant en porte à faux, c’est la que l’on voit qu’ils sont mal dans leurs têtes. L’école privée est libre de son choix.

  5. gaudet

    Dans un monde devenu complètement fou au sujet de la manière dont il faut considérer la pédérastie, nous devons rendre hommage à cet évêque et profondément honorable , qui a le courage de rappeler les vérités chrétiennes intangibles

    En ce sens l’évêque de Monterrey, affirme sa grande qualité de pasteur des âmes que l’Eglise lui a confiées, et son comportement doctrinal, rigoureux et sans concession tranche littéralement, avec celui de la grande partie de nos évêques français conciliaires style mai 68, pour qui le laxisme et la désinvolture, tiennent lieu de lamentable ligne de conduite.

    Je reconnais envier les catholiques de Monterrey d’avoir la chance d’être dans le diocèse d’un évêque , à la dimension doctrinale et morale considérable .

  6. Michel Cliche

    Je suis membre d’Amnistie Internationale. Je suis pour la défense de ceux et celles qui sont opprimés par une justice inique! Je suis contre la peine de mort pour les mêmes raisons! Malgré le triste fait qu’Amnistie Internationale et au nom des Droits de l’Homme, défend la cause des homosexuels, lesbiennes et LGBT, dans la conjecture actuelle, je m’oppose farouchement aux erreurs d’Amnistie Internationale. Le droit à la perversité n’est pas un droit! Merci et bon courage à l’archevêque de Monterrey!

  7. Gabriel

    L’Evêque a raison car demeuré dans la logique de l’Eglise qui réflète le bon sens humain et le respect de l’ordre établi par le Créateur. Que Alex et Pepe aient à découvrir un jour la Miséricorde Divine avant Sa Justice.

  8. delcont

    Toute école privée a le droit de refuser une inscription dans la mesure où justement, elle est « privée ».
    Ce qui n’est absolument pas le cas pour une école « publique ».
    Cependant je plains le pauvre enfant qui personnellement n’est responsable en rien. lui-même se posera, plus tard, pas mal de questions…Que pensera-t-il des « chrétiens » qui l’ont refusé?
    « Tout ce que tu as fait au plus petit d’entre les miens c’est à moi que tu l’as fait »

  9. La défaite des « CRISTEROS » du Mexique en 1929, opposés au laïcisme d’Etat, car abandonnés par « la hiérarchie des hommes d’Eglise » à leurs persécuteurs, apporte de nouveaux et encore plus redoutables défis du diable à cette société mexicaine…

    En France, les « bien-pensants » qui se préparent à urner pour les moins pires en 2014 vont faire la même politique que « la hiérarchie des hommes d’Eglise » de 1929 au Mexique… voter pour le FN ou les moins mauvais UMP

    cqfd

    référence contre poison au libéralisme philosophique et pour une action politique efficace : http://www.viveleroy.fr

    contact réseaux : uclf@orange.fr

  10. Feynaud

    L’évêque a raison ainsi que la directrice. Cette petite fille a logiquement une maman et un papa et au vu des autres enfants qui pourraient être choqués par ces deux hommes, c’est bon de préserver ce qui peut être conservé, mais ici pour cette petite fille c’est malheureusement trop tard. Je donne raison à cet évêque qui voit en tant qu’homme moral, une situation dramatique contraire à l’enseignement divin.

  11. Pingback: Kirche heute, 29. Oktober 2013 | Christliche Leidkultur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *