prog6648519

Mgr Crépy à la tête de la cellule permanente de lutte contre la pédophilie

Download PDF

Monseigneur Luc Crépy, évêque du Puy-en-Velay, vient de se voir confier par la CEF la lutte contre la pédophilie. A 58 ans, l’évêque au Puy travaille sur cette problématique depuis plusieurs années, notamment lorsqu’il était recteur du séminaire interdiocésain d’Orléans de 1995 à 2001 puis de 2007 à 2012. Aujourd’hui, il remplace Mgr Stanislas Lalanne à la tête d’une cellule de veille élevée au titre de cellule permanente de lutte contre la pédophilie (CPLP). La naissance de la CPLP, dont la mission est renforcée, faisait partie des mesures annoncées le 12 avril par la Conférence des évêques de France (CEF) pour faire « la lumière » sur les cas d’abus sexuels, même anciens.

Mgr Lalanne, 68 ans, avait indiqué son souhait de passer la main à la tête de cette cellule dont la composition a été entièrement revue. Cette réorganisation est intervenue après la polémique née de l’hésitation de l’évêque de Pontoise à qualifier la pédophilie de « péché » dans une interview, début avril.

La restructuration de la cellule s’accompagne de la nomination inédite d’une déléguée de la CEF pour la lutte contre la pédophilie, Ségolaine Moog, pour une mission d’un an renouvelable, à temps plein, à compter du 1er septembre 2016. Cette laïque est actuellement responsable nationale des aumôneries de l’enseignement public et de la pastorale des adolescents. Elle assurera le secrétariat de la CPLP, qui doit oeuvrer en accompagnement des cellules d’accueil et d’écoute des victimes mises en place au niveau diocésain ou régional et contribuer à améliorer la formation des clercs et laïcs sur ce dossier.

La cellule gèrera la boîte mail dédiée à la parole sur les abus sexuels mise en place mi-avril, ainsi qu’un site web qui pourrait être activé la semaine prochaine. La CPLP doit aussi remettre à jour, pour l’automne, le guide Lutter contre la pédophilie publié en 2002 et réédité en 2010.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *