k

Mgr Kalist ferme le dernier collège catholique de la Creuse

Download PDF

Marie-Astrid Courtoux-Escolle, directrice interdiocésaine (Limoges-Tulle) est venue à Guéret annoncer à la communauté éducative de l’ensemble scolaire Notre-Dame la décision de l’évêque de Limoges, Mgr François Kalist : la fermeture, à la rentrée 2014, du lycée et du collège de l’ensemble scolaire. Seule l’école primaire, qui accueille 60 enfants entre la maternelle et l’élémentaire, sera maintenue.

Le bâtiment du centre-ville de Guéret, qui date d’un peu plus de 100 ans,  sera désaffecté à partir de juin. Les dix employés non-enseignants (surveillants, personnel administratif et technique) doivent être licenciés. Les faibles effectifs ont eu raison de l’école : il n’y a que 17 élèves en seconde et en première. Au collège, ils sont 53 élèves répartis sur les quatre divisions. Il y a cinq ans, il y avait 170 élèves. 

21 comments

  1. rocheteau

    pourquoi ce collège ferme-t-il ? pourquoi si peu d’élèves ? mauvais enseignants ? mauvaise gestion ? manque de moyens matériels ? manque de motivation de l’équipe éducative ? je trouve dramatique qu’une école chrétienne disparaisse… mais nos écoles catholiques savent elles toujours donner aux élèves un enseignement teinté des valeurs de notre foi ? sont elles toujours vraiment catholiques ? bien sûr elles doivent accepter tout le monde sans distinction, mais les parents qui acceptent de mettre leurs enfants dans ces écoles doivent savoir que l’éducation reçue sera spécifiquement chrétienne et si elles ne dispensent pas aux enfants qui leur sont confiés autre chose que ce qui est donné dans l’école d’état elles perdent leur raison d’être et doivent disparaître.

  2. Pingback: Marseille ou l’avenir de la France qui réjouit Monsieur l’Evêque de Gap !… « CRIL17 INFO

  3. DJ

    Cette décision semblerait insuffisamment réfléchie et ne pas tenir compte du contexte actuel de l’enseignement :
    Vu le nombre d’établissements privés qui se créent actuellement c’est manquer de confiance et être bien peu irréaliste que de fermer cet établissement .
    Si l’internat n’existe pas actuellement il pourrait être créé ce qui ferait plaisir à de nombreuses familles extérieures et permettrait certainement une gestion rentable ,le maintien et peut-être la création d’emplois….DJ

  4. REZVOY

    Ce qui serait choquant, c’est que l’évêque décide la fermeture sans concertation préalable. On peut supposer que ce n’est pas le cas. La structure juridique gestionnaire doit se trouver dans une situation financière catastrophique et les avertissements et réunions diverses ont dû tirer la sonnette d’alarme depuis plusieurs années.
    Guéret n’est qu’une bourgade, 13.500 habitants en 2011 ; combien de vieux ? combien d’enfants scolarisés ?
    Sans doute les dirigeants de l’école Notre Dame n’ont pas su faire preuve d’un dynamisme fou. Peut-être ont-ils été recrutés sur des critères non pertinents.
    Quoi qu’il en soit, les écoles privées, comme beaucoup d’autres structures, peuvent naître, croître et mourir…
    comme tout le monde.

    • Bonjour

      Et bien non, la structure juridique gestionnaire ne se trouver pas dans une situation financière catastrophique, par contre ce qui est catastrophique c’est le Diocèse de Limoges .

      car il y a des solutions simples. Elles sont en phase d’application. L’institution notre de guéret ne fermera donc pas !

  5. karr

    La Creuse est un département sinistré,en un siècle sa population a diminué de moitié,sur le plan religieux rien n’a été fait ,là comme en Haute-Vienne et en Corrèze la Mission de France a contribué à la déchristianisation.
    La Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X serait la bienvenue,l’évêque de Limoges s’opposerait sans aucun doute à la venue d’un Institut dépendant de la commission Ecclesia Dei.

  6. Bruno ANEL

    On peut le regretter, mais la Creuse est un désert. Pour mémoire, il ne reste que 10 collèges et 3 lycées publics dans le département, pourtant de taille comparable aux autres. Si un établissement est déficitaire, qui veut payer ?

  7. de Wilde d'Estmael

    Il ne faut pas oublier la toute puissance de la Franc maçonnerie en Creuse. Il ont probablement participé à la désertion de ce collège. Quand vous étiqueté catholique et que toute les strasse de l’administration sont dirigée par des francs maçons il est normal que plus personne ne veuille fréquenter un collège d’étiquette catholique.

  8. lea

    Il faut aussi considérer que les catholiques doivent participer au supplément financier pour l’éducation des
    musulmans qui ne peuvent pas payer les frais de scolarité. Les familles catho doivent donc SE PRIVER pour
    financer des bâtons pour se faire battre !!! or la gratuité existe dans les établissements d’état . De qui se moque-t-on ? J’ai vécu l’expérience de musulmans se moquant des parents « on vous fait casquer, nous on se paye des vacances au pays, et vous nous donnez des bourses » . IL faudrait que les évêques aient une vraie connaissance du terrain . Pas étonnant que les parents désertent l’enseignement catholique, c’est ce que veut Peillon et l’épiscopat lui déroule le tapis rouge !!!!

  9. huron

    excellente nouvelle! La ruine et le déblayage des établissements pseudo-catholiques est le préalable du renouveau de l’enseignement fidèle à l’Eglise. La reconstruction peut commencer. Merci Seigneur!

  10. LB

    Confiez en la gestion et l’enseignement à des laïcs catholiques, avec entre autres des parents, et avec un ou plusieurs prêtres vraiment catholiques et tout renaîtra comme par miracle.
    Etablissez un vrai lieu de prière dans cette école avec adoration eucharistique et vous aurez la meilleure des fondations pour une refondation.

  11. Courivaud

    On aurait aimé en savoir davantage des circonstances de cette fermeture.

    En effet, ce diocèse que je connais bien (j’y suis né et j’y ai mes attaches) était connu avant Vatican II comme étant une « terre de mission », en Creuse plus particulièrement.

    Pourvu que cette décision prise ne révèle pas une fois encore la renonciation des évêques français, dans leur grande majorité, à leur mission essentielle : enseigner le magistère, surtout celui qui touche « à la foi et aux moeurs ».

  12. Bonjour

    Il semble que l’intoxication sur cette fermeture est tout a fait orchestrée !

    il existe des solutions et le diocèse de Limoges le sait très bien .

    L’institution catholique est de bonne qualité. Le pape Francois 1er à été saisi de l’affaire, le diocèse va devoir rendre des comptes.

    • BRUNIER Jean-Marie

      Il y en a assez des postures de ces prélats à la solde du « grand remplacement » orchestré par les « socialos-progressistes et le Grand Orient de France » !
      La France a été la « Fille Aînée de l’Église »…maintenant elle devient la « Fille Aînée de l’Islam » !
      De toutes les façons, soyons SÛR que les écoles catholiques qui ferment seront bien vite remplacées par des « madrassas » et le Coran sera bientôt le CREDO des français !
      Tant que nos prêtres n’auront pas la volonté de s’engager pleinement dans la protection des Chrétiens de France et du Monde, je n’ai RIEN à faire avec mon diocèse !
      Chrétiens de France vous êtes en train de récolter ce que vous avez semé…les poubelles de l’Histoire vous attendent et merde à la « pensée unique » !

  13. Perrault

    Ancien prof de cette véritable institution, quel scandale de vouloir encore déserter la creuse de son seul etablissement privé. Les a-prioris et jugements de valeurs des instances catholiques auront eu raison de ce magnifique outil éducatif dirigé de main de maître par Alain desseauves. On ne reconnait pas encore ici la place de l’éducation différenciée rondement menée à guéret, ville qui n’est vraiment pas aidée par sa politique communiste et socialiste d’une autre époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *