Nault

Mgr Nault, plus jeune évêque de France

Download PDF

Agé de 49 ans, Mgr Jean-Philippe Nault est consacré aujourd’hui nouvel évêque de Digne. La cérémonie, à 15h au Palais des congrès, sera concélébrée par l’archevêque de Marseille Mgr Georges Pontier, Mgr Olivier de Germay, évêque d’Ajaccio et Mgr Luigi Ventura, nonce apostolique. Mgr Nault répond à La Provence :

« On ne choisit pas de devenir évêque, quand cela vous arrive, c’est imprévu. Nous sommes nommés par le pape. L’Église prospecte, pense à des personnes sans que ces dernières le sachent et vous demande un jour votre assentiment. Dans mon cas il ne s’agissait pas d’un souhait particulier. Il ne faut pas considérer cette « montée dans la hiérarchie » comme elles sont traditionnellement perçues dans d’autres secteurs de la société. Là il s’agit davantage d’un service qui est demandé et que vous acceptez de rendre. Avec joie en ce qui me concerne. Votre nom est ensuite transmis au gouvernement français pour validation dans le cadre des accords qui unissent la France et le Vatican.

Est-ce un atout d’être jeune à cette fonction ? Par exemple pour encourager la nouvelle génération à rejoindre l’église. À Digne l’aumônerie a fermé.

En tout cas ce n’est pas un handicap. Maintenant, convaincre n’est pas qu’une question de jeunesse. J’ai fait mon séminaire à Rome à l’époque de Jean-Paul II. Il était très âgé mais sa personnalité savait marquer les jeunes. Sinon je commence à appréhender les caractéristiques de ce département.

Il est très grand, compte beaucoup de communes ce qui rend difficile la célébration des offices sur tout le territoire. Je n’arrive pas avec un projet défini, je me laisse du temps pour aborder toutes les problématiques.

Vous avez une formation scientifique. Science et religion ne s’opposent pas ?

Non elles ne s’opposent pas. Il est d’ailleurs de notre devoir de réfléchir à la création et la science permet de grandir notre connaissance du réel. L’un renforce l’autre. »

9 comments

  1. Pellabeuf

    Une question de vocabulaire, qui a son importance : la messe sera célébrée par Mgr Pontier, et concélébrée par les autres. Le concélébrant doit avoir l’intention de ne faire qu’un acte avec le célébrant : celui-ci est donc unique, quel que soit le nombre des concélébrants.

  2. Quentin

    En fait, non. Mgr Pontier a bien célébré l’ordination, assisté de deux autres évêques (car il faut minimum 3 évêques pour en ordoner un) plus tous les autres présent. Et après cela, il y a eu un changement de présidence, mgr Nault a présidé la Messe, et tous les autres évêques et prêtres ont concélébrés.

  3. HONORE

    J’étais un des cérémoniaires de cette ordination. J’invite avec charité et humilité Alexei à se renseigner avant d’écrire un message aussi décalé et insultant. Notre cathédrale de 11° siècle n’a que 600 places avec impossibilité de poser devant la porte un chapiteau pour permettre aux fidèles d’assister à la cette célébration. C’est l’hiver : il fait assez froid dans notre région, les fidèles n’auraient pu rester dehors durant deux heures et demi. Fallait-il exclure 2500 personnes (car nous étions 3000) ? J’atteste qu’il y avait un autel avec reliques, sept cierges, une croix d’autel et une croix vue de tous les fidèles, tout le matériel liturgique requis et en plus dans les formes et matières prescrites … et j’en passe. Tous les évêque et les prêtres avaient une chasuble, les diacres une dalmatique. L’espace avait été transformé en église entre 6 h le matin et 15 h dans l’après-midi (début de la célébration). Si vous aviez été présent, vous auriez pu vous rendre compte du recueillement de cette immense foule et de son attention toute particulière aux rites de notre sainte Eglise catholique. Pour ce qui est de la concélébration, j’invite à relire le cérémonial des évêques, le rituel des ordinations et les préliminaires du missel romain. Comme j’ai ces textes en version word puisque c’est ma base essentielle de travail pour préparer ces cérémonies, je peux les envoyer aux commentateurs qui le souhaitent. En conclusion, prions beaucoup pour ce nouvel évêque. Que la puissance de l’Esprit-Saint soit en lui; qu’il puisse répondre à Ses attentes; qu’il soit pour son peuple un pasteur selon le coeur de Dieu. Je vous souhaite une bonne journée et vous assure de ma prière.

    • Fidel Gastro

      Cher Honoré,

      Honneur à vous d’avoir voulu accueillir le plus grand nombre de fidèles à ce sacre.

      Merci aussi du soin que vous avez apporté à la préparation (autel, cierges, chabubles etc).

      Cependant, le seul lieu où un sacre doit avoir lieu c’est la cathédrale du futur évêque. C’est donc dans un lieu sacré et habité par la présence réelle du Christ.

      Malgré toutes vous attention, cela la reste un lieu laïc, une halle des fêtes où bien des choses ont dû se passer… Et plus, Cher Honoré, quel recueillement est possible avec 2500 personnes ? Pas d’applaudissements par exemple ? Pas de geste de paix ? Rien qui n’a pu briser la sainteté du moment ?

      Et la distribution de l’eucharistie à 2500 personnes ? Comment s’est-elle passée ? Que sont devenues saintes espèces non distribuées ? Vous aviez pris toutes les mesures aussi ?

      Bref, seule une église devrait être le lieu tant d’un sacre que d’une ordination. Déjà que la liturgie est déjà tellement dévoyée au moins que le lieu soit digne.

  4. HONORE

    Ce sera mon dernier commentaire sur le sujet… car bien évidemment nous avions pris toutes les dispositions pour le Saint Sacrement et pour la sainte communion. Seulement 2000 personnes ont communié sur les 3000 présentes. Les Saintes Espèces ont été ensuite apportées à la sacristie (il y en avait une et fermée à clef !) puis déposées dans un tabernacle apporté pour la circonstance. Dès la fin de la messe d’ordination, un prêtre a repris le ciboire pour aller le porter dans le tabernacle de mon église. Quand au recueillement de la cérémonie, je vous invite à contacter les évêques, vicaire généraux et Abbés de monastère présents, ainsi que des fidèles du diocèse : vous aurez leurs réactions (car je suppose que vous n’étiez pas sur place pour juger de la chose). Votre dernière phrase du commentaire est assez blessante : la liturgie a été digne et respectueuse des canons sacrés comme le demandait le Saint Père François dans la bulle de nomination que j’ai eu l’honneur de lire publiquement au début de la messe. Vous êtes pardonné de ces « outrances ». Tout en me confiant à votre prière, je vous assure sincèrement de la mienne.

  5. Otto

    @ HONORE

    – Je n’y étais pas sur place non plus et je ne veux et peux rien juger. Cépendant, votre « bien évidemment » est malplacé. Vous savez bien, comme nous tous ici, qu’en général, en termes de liturgie, en France comme dans la plupart de l’Europe, on doit craindre le pire. La liturgie est souvent scandaleusement dévoyée. Le Seigneur est blessé. C’est une triste réalité dont on peut et devrait nommer les responsables, qui obstinément continuent sur la mauvaise voie et donnent des réponses insultantes aux fidèles encore sensibles à la liturgie, qui osent de dire quelque chose.
    – Il semblerait que dans le cas précis, c’est vous qui avez été injustement blessé. Mais vous avez remarqué que cela n’a certainement pas été l’intention d’Honoré. Et vous lui avez pardonné. Merci.

  6. Frankie

    @Honoré !

    Merci pour vos explications ! Et bravo pour votre organisation.

    Mais je comprends aussi les autres remarques tellement certains ont défiguré la liturgie avec des messes ballons, des messes rock etc etc ! Des applaudissements digne d’un spectacle mais pas d’une messe !

    Ne soyez pas blessé !

    Le drame voyez-vous, c’est que certains de vos confrères, à un plus petit niveau, ont tellement fait du n’importe quoi, que l’on devient méfiant avec ce genre de messe.

    Enfin totalement d’accord avec Fidel ! Une telle cérémonie vu son importance devrait avoir lieu dans la cathédrale de l’évêque.

    In Xto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *