Niue, Pacifique. Le Planning familial à la racine de la dépopulation

Download PDF

Il y a une petite île dans l’océan Pacifique qui s’appelle Niue. Paradisiaque. Mais plus pour longtemps : les rires d’enfants se font plus rares, et l’avenir s’y assombrit : la dépopulation est aujourd’hui le plus gros problème de cette micro-nation. Et pour elle, pas besoin de génocide sanglant : le planning familial suffit.

 C’est ce qu’a expliqué une femme politique de Niue, Va’aiga Tukuitonga lors du Forum des Leaders politiques et parlementaires du Pacifique qui se tient à Wellington, Nouvelle-Zélande, ce 20 avril.

« Nous sommes la seule île au monde qui subit un dépopulation. Aujourd’hui la dépopulation est le plus gros problème qui affecte notre peuple, et c’est le résultat du fait que nos femmes suivent des gens du Planning familial du Pacifique. »

Bien sûr, Mme Va’aiga Tukuitonga a été aussitôt contredite par d’autres responsables politiques plaidant pour la contraception et le préservatif pour éviter les infections sexuellement transmissibles – le chlamydia se répand et on craint une épidémie du sida.

On venait de leur expliquer que le planning familial est un droit de l’homme et que l’« éducation » sexuelle est une priorité pour la région : Sumi Subramaniam, ancienne directrice du Planning familial International, tout en reconnaissant que l’abstinence avant le mariage et la monogamie sont des constantes enseignées au sein de la culture pacifique, a expliqué que ce message ne suffit manifestement pas, vu le taux de grossesses adolescentes et de MST dans la région.

Mais elle n’a pas posé la question de savoir si l’accès facile à la contraception associée à une focalisation sur l’activité sexuelle induite par l’« éducation » sexuelle n’est pas précisément à l’origine du rejet de cette exaltation culturelle de l’abstinence et de la fidélité.

Une originalité dans ce forum politique : il a été question aussi de promouvoir la famille, et le responsable national de Marriage Ministries International pour Fidji, Matia Akauloa, a pu montrer que les préparations au mariage dispensées par son organisation aux couples fiancés constituaient une bonne « éducation reproductive » – loin du genre et de l’incitation aux rapports sexuels en dehors du mariage !

 • Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

© leblogdejeannesmits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *