Di Falco

Nominations dans le diocèse de Gap

Download PDF

Par décision de Mgr di Falco :

  • Le père Pierre Fournier est nommé curé des paroisses de Veynes, Furmeyer, Oze, Châteauneuf-d’Oze, Chabestan, Le Saix, Saint-Auban-d’Oze, La Bâtie-Montsaléon, Aspres-sur-Buëch, Aspremont, La Beaume-des-Arnauds [correspondant aux communes de La Beaume et de La Haute-Beaume], La Faurie, Montbrand, Saint-Julien-en-Beauchêne, Saint-Pierre-d’Argençon, Serres [la commune de Monclus faisant partie de la paroisse de Serres], Savournon, Le Bersac, Méreuil, Montrond, Saint-Genis, L’Épine, Montmorin Bruis, Sainte-Marie, Sigottier, La Piarre, Saint-Étienne-en-Dévoluy, Agnières-en-Dévoluy, La Cluse, Saint-Disdier-en-Dévoluy, La Roche-des-Arnauds, Montmaur, Manteyer, Rabou, pour une durée de six ans renouvelables, avec résidence au presbytère de Veynes.
  • Le père François Bedin, curé des paroisses du secteur de Tallard, est nommé également administrateur des paroisses de La Saulce, Lardier [équivalent à la commune de Lardier-et-Valença], Vitrolles, Plan de Vitrolles, Monêtier-Allemont, Barcillonnette, Esparron, Ventavon, et desservira, tout comme ses prédécesseurs, les paroisses de Claret et Curbans.
  • En accord avec Mgr Dieudonné Bogmis, évêque d’Asaka (Cameroun), le père Joseph-Charles Mbogba est nommé curé des paroisses de Notre-Dame de la Nativité de Blaisance et Céans, Saint-Martin du Laragnais, Notre-Dame de l’Assomption du Ribierois-Val de Méouge, Saint-Jacques du Rosanais, et desservira, tout comme ses prédécesseurs, les paroisses de Laborel et Villebois-les-Pins, pour une durée de deux ans renouvelables, avec résidence au presbytère de Laragne.
  • Le père Jean-Pierre Mollon est nommé curé de La Grave, Villar-d’Arène, Le Chazelet, Les Hières et Les Terrasses, pour une durée de six ans renouvelables, avec résidence au presbytère de La Grave.
  • Le père Sébastien Dubois est nommé aumônier diocésain de la pastorale des jeunes pour un an.
  • Le père Éric Blanchard prend une année sabbatique jusqu’au 1er septembre 2015.

Toutes ces nominations prennent effet au 1er septembre 2014.

9 comments

  1. toute notre reconnaissance et nos Prières pour ces Prêtres en charge de tant de paroisses ; qu’ils trouvent auprès de leurs futurs paroissiens le soutien moral indispensable.
    C’est sûr que ces serviteurs de DIEU n’ont pas le même sort que ceux de Paris dont certains beaucoup plus « gâtés » sur le plan matériel ….. mais pas sur le plan spirituel parce qu’ils ne sont pas si proches de leurs ouailles, celles qui sont pauvres, les simples, les rejetés , et sont de ce fait, pour ceux qui n’y prennent garde, moins riches de coeur.

    Union de Prières pour tous et pour nous.

  2. karr

    L’exemple du diocèse de Gap se retrouve en bien des diocèses de France,cette situation était à prévoir depuis déjà plusieurs décennies .
    Des prêtres disponibles se trouvent à la Fraternité Saint-Pierre,l’Institut du Christ-Roi,la Fraternité St-Thomas Becket,l’Institut du Bon Pasteur etc…
    Si tant de paroisses demeurent sans pasteurs en France pourquoi ne pas appeler ces jeunes prêtres?
    Nos évêques sont pleinement responsables de cette situation catastrophique,les autorités Romaines et le Pape François n’y échappent pas non plus,il est évident que le Souverain-Pontife actuel et ses conseillers sont hostiles à la Tradition et trop souvent par ignorance.
    Il semble que le Pape Argentin ignore volontairement les Eglises Européennes et Nord-Américaines,il en est encore aux illusions des années post-conciliaires.

  3. Kanjo

    un seul curé pour plus de trente paroisses. Comment pourra-t-il faire ? comment pourra-t-il remplir ses fonctions partout à la fois ? Même s’il n’y a que peu d’habitants dans chacune de ces paroisses, il y a fort à craindre que ce prêtre devra se concentrer sur certaines actions et certains lieux, et abandonner le reste, sinon, il ne pourra pas faire bien son travail.
    Et bien sûr, c’est partout pareil, et c’est un cercle vicieux : on manque de prêtres alors on n’annonce plus l’évangile et on bâcle la liturgie ; on n’annonce plus, donc on ne vit plus de l’évangile ; on ne vit plus et on ne prie plus donc on ne forme plus de prêtres, on ne forme plus, donc on manque de prêtres…jusqu’au jour où on confiera quelques paroisses à des vrais et saints prêtres qui instaureront un cercle vertueux.
    Nos évêques ont-ils seulement remarqué que la plupart des jeunes hommes appelés au sacerdoce ne peuvent y répondre que s’ils ont déjà l’habitude d’aller à la messe ? Il est rare que des jeunes ayant abandonné l’Eglise après (ou avant) leur profession de foi y reviennent pour entrer au séminaire.Combien de jeunes non catéchisés se trouvent-ils actuellement dans les séminaires ?

  4. Roger

    Il faut tout de même préciser que pour assurer sa mission sur ses 32 paroisses le père Pierre Fournier sera assisté de 2 autres prêtres qui sont déjà présents sur place.

  5. Vincent Delérins

    Je ne comprends pas la logique de Mgr Di Falco !!!! Il signe une profession de foi selon laquelle une religion ne peut détenir la Vérité, donc que le christianisme n’est pas la Vérité, donc que le Christ n’est pas la Vérité…. et par ailleurs, Monseigneur Di Falco procède à des nominations de curés ! Mais des curés pourquoi faire ?

    Pour chanter ?

  6. MYRIAM

    Pour les futurs séminaristes nous avons en France des PSY (pchitt) laîcs évidemment
    qui déterminent qui peut ou non devenir prêtre!!!!!et ça ils vident les séminaires….

    Pourquoi autant de séminaristes à l’étranger pour vivre leur vocation….
    Pourquoi si peu de diocésains? les évêques responsables ont pour certains oublié leur rôle…..
    à savoir soutenir les prêtres de leur diocèse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *