image_preview

Nouveau mobilier liturgique pour la basilique de Saint-Denis

Download PDF

À l’occasion des grands travaux commandés par le Ministère de la Culture pour la façade, le chœur et la crypte de la basilique cathédrale, le diocèse de Saint-Denis-en-France de Mgr Pascal Delannoy commande un nouveau mobilier liturgique pour le chœur. Une création de Vladimir Zbynovsky. Né à Bratislava en Slovaquie en 1964, l’artiste s’est intéressé très tôt au travail du contraste entre la pierre et le verre, il se dit aujourd’hui « sculpteur de cristal optique », verre ultra transparent qui « capte » la lumière. À partir du « programme » établi par la Commission Diocésaine d’Art Sacré et le Comité de pilotage du projet diocésain, le jury a retenu la proposition de Vladimir Zbynovsky parmi 9 candidats. La Maîtrise d’œuvre du réaménagement du chœur est confié à Jacques Moulin, Architecte en chef des Monuments Historiques en charge de la basilique cathédrale Saint-Denis.

image_preview

 

Une croix grecque est creusée au centre du bloc de pierre : le vide se prolonge dans le sol, perçant le plafond de la crypte. La lumière du chœur pénètre ainsi dans la crypte en forme d’une croix projetée sur le sol, lieu d’inhumation de saint Denis, martyr, et de ses compagnons.

image_preview-2

 

Quant à l’ambon, le sommet de la pierre est taillé : la forme évoque un livre ouvert.

Voilà un aperçu du projet :

image_preview-4

9 comments

  1. Uluber

    Est-ce vous qui payez les bricoles hors de prix ? Rapprochez-vous donc de l’église catholique qui vous apprendra la valeur des choses et des gens.

    • toto

      @ Uluber
      Oui, c’est nous qui payons les bricoles moches, chères que ce soit par le denier du culte ou nos impôts (quand les municipalités qui ont volé les églises daignent participer à ce genre d’art religieux génial)

  2. Jeanjean

    Toujours le mauvais goût de l’art comptant pour rien…
    Est-il normal de percer le plafond de la crypte de la basilique classée Monument historique et ainsi ne pas respecter l’obscurité voulue par les bâtisseurs ? En outre, mettre une croix grecque a de quoi surprendre. C’est bien la croix latine qui symbolise le christianisme occidental et français.

  3. ROMANOS

    Depuis quand une cathédrale d’architecture ogivale serait-elle munie d’une ouverture pratiquée dans sa toiture et susceptible de laisser passer un rayon de lumière zénithale, comme le montre « un aperçu du projet » ?
    Je ne parle pas ici de « rayon de soleil zénithal », ne pouvant se produire, au sens strict du terme, que deux fois par an et uniquement dans les régions intertropicales !

  4. karr

    Pourquoi faire du beau quand on peut faire du TRES moche pour un prix certainement plus élevé!
    Après cela on s’étonne que le sens du sacré disparaisse et que nos églises soient profanées.

  5. ROSA

    Je me suis bien divertie à la lecture des commentaires ci-dessus ! Qu’est-ce qui permet à Martina de dire « immonde » ? la quête de spiritualité de ce projet me parait évidente et l’idée du verre est tout simplement un symbole fort de pureté et de simplicité. Quand à la remarque de « croix latine/croix grecque » c’est encore risible : l’église Ste Geneviève bâtie sous la forme d’une croix grecque serait-elle moins chrétienne « occidentale »que Notre Dame ? Et que les bons chrétiens donnant leur obole au denier du culte se rassurent : ce sera un financement par dons si j’ai bien compris.Et tout le problème demeure : veut-on une église qui parle au monde actuel et qui permette d’établir des ponts avec les personnes qui en sont éloignées ou veut-on ne rien changer et laisser St Denis dans son état actuel.(je ne porte pas de jugement, mais c’est un peu « daté ».)

    • toto

      @ Rosa
      Vous écrivez « veut-on une église qui parle au monde actuel et qui permette d’établir des ponts avec les personnes qui en sont éloignées »
      Rassurez-vous chère Rosa, au train où nous allons, il n’y aura plus besoin d’églises pour « parler au monde actuel ». Les mosquées suffiront, puisque le « monde actuel » veut des mosquées en France. Et nous en reparlerons dans 4 à 5 ans si nous sommes encore vivants…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *