c

Perpignan : les obsèques célébrées sans l’accord du curé

Download PDF

Un autre internaute m’informe que la messe d’obsèques du franc-maçon Henri Carbonell à Perpignan, que j’ai évoquée hier, a été célébrée par l’ancien curé sans l’accord du curé en place !

L’ancien curé, l’abbé Jean-Baptiste Blondeau, semble être connu pour son progressisme. Agé de 77 ans, le chanoine Blondeau est arrivé à Perpignan en 1967. Il a dirigé l’enseignement religieux au nom du diocèse, et tenu le rôle d’aumônier départemental des scouts de France. Il est aujourd’hui délégué épiscopal au dialogue interreligieux. C’est lui qui, encore récemment, faisait visiter une mosquée aux écoliers catholiques

Les membres de la famille d’Henri Carbonell n’ont pas cherché l’autorisation de l’Eglise : ils ont annoncé le jour et l’heure de l’enterrement dans la presse et les pompes funèbres, sans avoir prévenu le curé de la cathédrale ! Puis ils ont appelé le vicaire pour lui dire qu’il y a des obsèques à célébrer, en lui donnant le jour et l’heure ! Bref, ces laïcs font la loi. Ce qui est assez courant chez les franc-maçons.

Addendum : un lecteur me précise que le « grand maître » de la loge catalane a pris la parole 20 minutes pendant la cérémonie dans la cathédrale.

Si vous avez d’autres informations, n’hésitez pas à me les envoyer : maximilienbernard@perepiscopus.org

18 comments

  1. noel

    Suite à l’information du 19 novembre qui contredit la première information, qui ment? . Toutefois il serait bon que nos prêtres soient vigilants quant au déroulement de la célébration, Une fois de plus le travail en amont n’est pas effectué, et nous sommes mis devant le fait accompli.

  2. zézé

    Il est courant de voir que ce sont les laïcs qui font la loi dans les Eglises catholiques depuis Vatican II ; souvent le curé laisse faire et lorsque malheureusement pour lui il résiste, ces laïcs lui mènent tellement la vie dure, qu’il finit par ne plus intervenir en quoi que ce soit ou alors tombe en dépression (je l’ai vu)… On peut remercier vatican II qui fait passer l’homme avant Dieu et celui qui Le représente ne compte plus… mais ils ont donné le bâton pour se faire battre… Dans la Tradition on respecte le Prêtre et l’Eglise et tout ce qu’elle renferme. Ce ne sont pas les laïcs qui commandent… enfin j’espère !

  3. Capucine

    Et oui, les « laïques » font la loi et les curés laissent faire !!!!

    C’est ainsi dans de nombreuses paroisses et c’est lamentable!!!!

    Dans une entreprise il y a un patron qui décide ; dans une paroisse le patron c’est le Curé. Vont-t-ils se réveiller ces
    pauvres prêtres !!! Quand oseront-ils dire aux « laïques » :

    « LE CURE, C’EST MOI et C’EST MOI QUI PREND LES DECISIONS. » Prions pour eux Jésus (Souverain Prêtre) et
    Sa Très Sainte Mère

  4. Sébastien

    C’est très souvent pareil chez nous en Belgique. Nous connaissons moins la pénurie de prêtres vu que ceux ci sont payés par l’Etat ( très décemment même)Donc nous avons pas mal de prêtres étrangers qui assurent un service minimum aux paroisses tout en continuant leurs études en Belgique . C’est très bien (C’est ainsi depuis le Concordat de Napoléon) mais cela nous donne souvent (je ne veux pas généraliser bien sur) des prêtres-fonctionnaires qu’il n’est pas toujours facile de mobiliser quand on a besoin d’eux (Confessions, extrême onction…) Prions pour que l’Esprit Saint nous envoie de Saints Prêtres comme le Curé d’Ars ou comme le Père Zannotti Sorkine de Marseille!

  5. gérard

    zeze,Vatican II a ouvert des portes a des âmes plus laïcs que prêtres ,plus penché sur les idées d’ouvertures (tout le monde est beau et gentil ,on n’a tousses le même Dieu) ,oui dans l’absolu ,mai chaque un adore le sien ce qui n’a rien a voir avec Jésus Christ sen compter les sectes luthériennes qui arrange l’évangile a leurs convenance .Et depuis je me remémore les annonces de notre Sainte Vierge Marie a des âmes bien heureuses ,il viendra un temps ou de mes prêtres feront des trous dans mon manteau et ce jusqu’à ROME.Catherine emrich Thérèse Neumann dans les années 60/70, je ne comprenait pas c’était inconcevable pour moi et pour-temps ,je prie pour que reviennes nos messes en latin qui était union de toutes les messes plus priantes et respectueuses .

  6. Bayard

    Convaincre un prêtre à la retraite relativiste, progressiste et sans doute franc-maçon de se livrer à une telle forfaiture n’a pas du être chose difficile. Je pense qu’il ne faut pas parler ici d’ordre mais plutôt d’invitation chaleureusement acceptée. Le curé a sans doute voulu s’effacer devant son « prédécesseur » dans le poste par un respect humain mal placé. Il ne pouvait pas ne pas être au courant de cette cérémonie dans son église.
    Ne généralisons donc pas trop vite, pour s’en prendre inconsidérément aux laïcs qui prennent encore quelque responsabilité dans le fonctionnement des paroisses. La jalousie et la méconnaissance des faits sont un terreau favorable à la médisance et aux condamnations arbitraires… Comme Taubira, ceux qui font encore « la loi » en la circonstance ce ne sont pas des laïcs mais ce sont bien encore les francs-maçons.

  7. gaudet

    Je suis pleinement d’accord avec les précédents commentaires.

    Il faut considérer que les laïques ont un rôle important à jouer dans l’Eglise, en leur qualité de catholiques pratiquants dont le devoir ne se limite par à la réception des sacrements, mais également concerne leur participation active et indispensable à la vie de leur paroisse.

    Les laïques ne peuvent pas être uniquement des « consommateurs » de sacrements canoniques, mais des contributeurs actifs sur lesquels le prêtre d’une paroisse doit pouvoir compter , pour l’aider dans la tache redoutable de la sanctification des fidèles que la providence lui a confiés

    Ainsi donc les laïques catholiques pratiquant peuvent et doivent être sollicités pour l’enseignement suivi du catéchisme pour enfants et adultes, et la mise sur pied matérielle des cérémonies et célébrations catholiques.

    Egalement les laïques peuvent se voir confier certaines taches que le prêtres ne peut systématiquement effectuer en permanence , tel que les visites aux personnes malades , et l’assistance des indigents.

    Ces principes étant posés, il est un fait que l’Eglise demeure une institution hiérarchique et non démocratique, ou les laïques ne doivent pas être investis d’un pouvoir de décision , surtout en matière doctrinale grave, et le curé appuyé par son évêque, doit conserver son pouvoir sacré de direction, surtout dans le domaine de l’opportunité de délivrance de sacrements catholiques

    Je ne dois reconnaître que l’histoire de Perpignan me rend profondément perplexe, tellement le comportement psychologique de la famille de de franc – maçon défunt , est fondamentalement incohérente!

    Nous sommes en principe confrontés à la réalité d’un homme qui en sa qualité de maçon, n’a cessé de toute sa vie , de combattre la foi catholique et son Eglise romaine, et qui malgré tout reçoit des obsèques religieuses!

    La seule hypothèse me venant à l’esprit pour expliquer cette situation hallucinante , est que la personne sur le point de mourir, a opéré un revirement de conscience, et exprimé clairement sa volonté d’obtenir une cérémonie religieuse . Auquel cas, effectivement, et malgré le passé peu glorieux de maçon actif, nous catholiques par pure charité envers tout pécheur mourant, pouvons adhérer à ce t ultime désir profonde et sincère

    Nous pouvons encore formuler une autre hypothèse ,selon laquelle, sans le consentement de la personne défunte, la famille , pour de pures et simples raisons de sensibilité,ont reculé devant l’éventualité d’un enterrement dénué de tout symbolisme religieux.

    C’est là justement ou doit intervenir le curé de paroisse, au moyen de toute son autorité, pour ramener la famille du défunt à la raison, et affirmer qu’une messe d’obsèques, n’est pas une célébration « symbolique », mais bien un véritables sacrement catholique, venant parachever normalement l’accomplissement continu de toute une vie chrétienne !

    Il est possible d’accorder une cérémonie catholique à des personnes défuntes , ayant explicitement opéré en elles une véritable conversion au Christ, et confessé humblement la longue liste des péchés honteusement réalisés pendant toute une vie lamentable, mais dans la seule mesure ou cette ultime démarche , revêt tous les caractères de la sincérité !

    Nous n’imaginons pas par exemple, organiser une messe catholique d’obsèques, pour le décès d’un grand responsable islamique des frères musulmans, ou d’un mollah iranien, car cette démarche serait fondamentalement absurde ! Et bien il en va de même pour toutes les personnes ,qui de leur propre volonté, se sont toujours situées pendant leur vie, en dehors de l’Eglise.

    Il revient donc au prêtre de stopper la route à toute aberration sacramentelle et cérémonielle, et renvoyer la famille devant la réalité de la gravité et de l’importance de chacun des sacrements catholiques !

    Cependant un maçon notoire pourrait malgré tout recevoir une messe catholique d’obsèques, dans la mesure ou le baptême initial de son enfance , fut identifié et confirmé.

    Auquel cas, et ceci malgré son comportement infidèle et dévoyé, la personne demeure membre de l’Eglise catholique, compte tenu du fait que l’on ne peut présumer de la nature et de l’évolution de ses sentiments ayant précédé le décès, nous pouvons adhérer au déroulement d’une messe catholique à son bénéfice, par pure devoir de charité ultime !

  8. patrhaut

    Ceci est à rapprocher avec l’article précédent où un fils se plaint à Mgr Patenostre que sa mère n’ait pas eu droit à un prêtre pour ses obsèques…
    On ne peut être partout : offrir des messes aux francs-macs ou faire visiter les mosquées, quand ce n’est pas refuser les églises aux traditionalistes, et accompagner les fidèles à leur dernière demeure !

  9. patrick de La Rode

    que M. Hamiche, dont on connait le courage et la conviction, intervienne auprès de cet évèque pour ce prêtre soit supenddu a divinis , et qu’il envoit copie cette protestaion à Podvin, évèque, et au nonce à Paris.
    l’exibitioin d’insignes maçonniques dans une église, est une profanation, et la cérémonie réparatoire doit être présidée par l’évèque, en présence des médias…. Un franc mac est de droit excommunié !

  10. denyse

    Je crois que nous devons tous revenir a l’issue fondamental du JUGEMENT DE DIEU APRES LA MORT:
    Si un franc-masson ne peut recevoir la Communion et se trouve « dans un peche grave » et qu’il desobeit aux lois de l’Eglise en acceptant toute sa vie d’etre excommunie — puisque sa seconde Communion sera sacrilege, au jugement le jour de sa mort il va EN ENGER POUR L:’ETERNITE!
    Pour ceux d’entre vous qui lisent l’Anglais je vous recommande le livre de Marie Baxter en ligne — une Americaine que Jesus a emmene durant 40 nuits visiter l;’Enfer — meme l’experimenter lorsqu’Il l’a laissee seule une partie d’une nuit! — et qui a ensuite ecrit le recit de ce qu’elle a vu: UNE HORREUR que personne ne souhaite a son pire ennemi!
    Car en Enfer nous conservons tous nos sens et notre intelligence et nos connaissances avant de mourir tandis que les demons nous font souffrir specifiquement pour les peches que nous avons commis: un franc-mason a commence a se detourner de Dieu lui preferant les hommes; la Cour des hommes …
    Son enterrement sans Messe est parfaitement inutile: Dieu ne fera pas un geste pour le recuperer …
    MAIS …
    Autre information que j’ai lu quelque part, Mitterand est parait il en Purgatoire — profond — mais sauve car lorsque Attali lui demandait ce qu;;’il voulait pour son enterrement — une messe? Miterrand a repondu :  » Oh oui une Messe »
    Et ce sont « les merites infinis de cette Messe d’enterrement qui ont sauve Miterrand de l’enfer » –
    – apres peut etre une Confession avant de mourir? Au moins un acte de contrition? Je me pose la question…

  11. Melmiesse

    Avant la célébration, le prêtre savait parfaitement qui était mort, il a accepté de célébrer, s’il n’est pas sanctionné : qui ne dit mot consent

  12. Maurice

    Une question :
    quelle décision va prendre l’évêque ?
    Là est LA question à se poser, car un prêtre qui fait un office qui n’aurait jamais du être fait, une sanction doit être prise ou alors c’est donner comme donner l’absolution au franc-mac. (ce qui a été en parti fait lors des obsèques)
    Quel péché avons-nous commis pour mériter ça ?

    • zézé

      Je me permets d’intervenir à nouveau…. Je dis NON : ce n’est pas aux laîcs de venir donner le sacrement des malades, pas plus faire des lectures aux enterrements – si un mourant veut voir un prêtre c’est qu’il veut certainement :
      1-se confesser 2- recevoir le Viatique
      et ces sacrements ne peuvent être donnés que par un Prêtre comme le sacrement des Malades… NON MAIS à quoi jouent les laïcs ? Et que font les prêtres à part aller à des réunions, se pavaner ailleurs en costume cravate comme des fonctionnaires ? s’ils sont fonctionnaires ils sont prêtres pourquoi ? pour qui ? ils n’ont qu’à aller voir les évangélistes… en tout cas que Dieu et la Vierge Marie me permettent à l’heure de Ma mort décidée par Dieu d’avoir la … grâce d’avoir un Prêtre à mes côtés. Sinon nous seront des milliards à ne pas avoir pu nous libérer de nos fautes, car rappelons-nous juste un détail (qui vaut son pesant de Paradis) c’est par le Prêtre que nos péchés nous sont remis car ils sont intermédiaires de Jésus.

  13. zézé

    oups !!! .. nous serons » des milliards – j’en profite pour ajouter : nous avons laissé « tombé » DIEU de nos églises de nos coeurs ; tout est centré sur l’homme : les prêtres en premier qui LUI tournent le dos en permanence lorsque la Sainte Messe est dite face aux fidèles, lorsque les prières liturgiques sont tronquées en permanence… lorsque les fidèles qui ont la grâce de recevoir la Sainte Eucharistie, machonne la Sainte Hostie et reviennent les mains dans les poches et ne se rendent pas compte qu’ils sont pour un certain moment le Tabernacle de notre Seigneur…. donc OUI hélas, cent fois hélas, nous méritons que Dieu, nous punisse en nous montrant ce que nous avons perdu parce que Dieu n’est pas dans nos vies.

  14. jacques

    précisions d’un assistant aux obsèques:
    -il n’y a pas eu de messe mais une simple absoute
    -un franc maçon a bien pris la parole à l’issue de la cérémonie , pour évoquer la figure du défunt
    -c’est la troisième fois qu’une cérémonie de ce type se produit dans cette église
    -il semble que le curé ne se soit pas opposé à la cérémonie
    -le défunt était le directeur de l’entreprise de pompes funèbres située sur la place de la cathédrale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *