Prix du rapprochement des communautés pour le cardinal Barbarin

Le cardinal archevêque de Lyon recevra dimanche le prix du rapprochement des communautés, des mains de Claude Barouch, président de l’Union des patrons et professionnels juifs. Le prix des médias sera remis à Étienne Mougeotte, ancien patron des rédactions du Figaro.

Fondée en 1997, l’UPJF se veut force de propositions politiques sur des sujets comme la lutte contre l’antisémitisme ou la défense de l’image d’Israël en France. En 2008, Mgr Barbarin a publié, avec l’ex-grand rabbin Gilles Bernheim, Le Rabbin et le Cardinal. Un dialogue judéo-chrétien d’aujourd’hui.

Le prix symbolisé par un petit olivier, en hommage à la paix sera offert à l’archevêque de Lyon lors d’une cérémonie à l’espace Cardin de Paris.

Crée il y a six ans, le Prix du rapprochement des communautés a été instauré par l’Union des patrons et professionnels juifs de France, une organisation regroupant 1200 adhérents.

L’an dernier c’est le président du groupe UMP Pierre-Yves Bournazel qui avait été récompensé, succédant à l’imam Chalghoumi et le père Patrick Desbois.

6 comments

  1. Daniel

    Il devrait aussi décerner ce prix à tous les « gens du commun » qui son amis, par humanité et parce qu’ils vivent la même condition humaine : juifs, catholiques, protestants, orthodoxes, musulmans, incroyants et j’en passe … je ne vois pas trop ce que le Cardinal a réalisé comme « rapprochement des communautés » si ce n’est le sien propre avec quelques amis.
    L’Eglise catholique devrait instituer ce même genre de récompense pour faire le pendant des légions d’honneur et des prix d’amitié qu’elle reçoit de ses pères qui la remercie d’être devenue une bonne élève.

  2. gaudet

    D’accord pour rejeter l’antisémitisme dans le sens ou le perçoit comme une haine contre des personnes de confession israélite.

    Cependant nous devons saisir que l’on peut ne pas être antisémitique , tout en conservant un regard attentif et critique à l’égard de l’Etat d’Israël et de sa politique militaire extérieure, comme le sont d’ailleurs d’importants rabbins .

    Ce n’est pas parce que l’on s’interdit jeter l’opprobre sur les juifs pratiquant en France, qu’on se croit absolument obligé de porter une admiration sans borne et fortement exagérée pour l’état d’Israel, et les personnages politiques , à l’origine de son existence.

    Le fondement de cette attitude de réserve et de critique éclairée, se trouve bien entendu dans le sort funeste , dont furent victimes les populations palestiniennes , rendues à l’état de réfugiés et de parias, dés la création de cet état totalement artificiel.

    Rappelons nous que les hommes politiques fondateurs de l’état d’Israël, étaient à l’origine de purs terroristes, ayant accompli des attentats sanglants ,non seulement contre des communautés arabes, mais également contre les autorités et l’administration britannique, alors en charge de la gestion très difficile de ce protectorat.

    Actuellement les implantations de colonies israéliennes continuent en toute illégalité en si Jordanie, et le peuple palestinien continue d’être victime de la répression administrative brutale d’un état prédateur et inhumain.

    Souvenons nous des horribles massacres de populations civiles innocentes palestiniennes des camps de sabra et chatilla, à l’organisation desquels à participé le dénommé Ariel Charon et nous contemplerons le drapeau à étoile de David, avec un air entièrement différent !

    On a le droit de penser exactement ce que l’on veut des spectacles et du personnage de Dieu donné. Il n’empêche que ce monsieur a dénoncé un phénomène sociétal et politique réel, à savoir que le CRIF et la Licra, sont effectivement les représentants de la volonté des dirigeants israéliens en France, et donc en quelque sorte des ambassades bis, ce qui n’est pas normalement la vocation d’associations de loi 1901.

    Par conséquent au delà de la lutte normale contre l’antisémitisme , ces organisations implantées en France sont les porte parole d’un état étranger , rôle normalement dévolu à une ambassade officielle, .Situation que l’on est en droit de juger inacceptable !

  3. Sylvie Houbouyan

    « Le petit Olivier » évoque la réconciliation des juifs et des chrétiens que saint Paul espérait dans « l’Épître aux Romains » chapitre 11; et à laquelle il œuvrait avec le Christ selon la « Deuxième aux Corinthiens », chapitre 5, versets 14-20.
    Cette récompense met en lumière l’engagement du cardinal Barbarin .

  4. BLL

    « « Le petit Olivier » évoque la réconciliation des juifs et des chrétiens que saint Paul espérait dans « l’Épître aux Romains » chapitre 11; et à laquelle il œuvrait avec le Christ selon la « Deuxième aux Corinthiens », chapitre 5, versets 14-20.
    Cette récompense met en lumière l’engagement du cardinal Barbarin .
     »

    Saint Paul n’a jamais parlé de « réconciliation » avec les juifs, mais de conversion de quelques juifs pour que ces quelques uns « soient sauvés ». Ne faites pas dire à Saint Paul ce qu’il n’a jamais dit.

  5. Goupille

    Ces prix et autres hochets sont discriminants… Ce sont les fruits d’une politique ou paranoïaque ou perverse.

    Ils supposent qu’il y a de un antisémitisme chronique en France. Celui qui flambe de nouveau n’est pas tant du fait des autochtones que des allogènes sans cesse plus nombreux.
    Et c’est moins un antisémitisme qu’un antisionisme pro-palestinien. Arabe, bien évidemment, étant donné que le sort des Chrétiens résiduels ne mobilise pas grand monde…

    Mais, grâce à Internet, le péquin de base découvre les déclarations d’Attali, ou de Valls, ou de Peillon, le poids des dîners du CRIF, les serments devant le CRIF de ne jamais faire alliance avec telle formation politique, les pompes à fric judiciaires du MRAP et de la LICRA, les agissements des milices armées « confessionnelles » ou téléguidées par le Mossad qui, elles, ne sont jamais poursuivies, et encore moins dissoutes…

    Le péquin de base finit par penser qu’une communauté ultra-minoritaire a un poids disproportionné dans son pays.
    Et le péquin de base supporte mal, de surcroît, de se faire taxer d’antisémitisme, donc de racisme, quand ce qui l’inquiète est éminemment politique.

    Tous les péquins de base qui ne laissent pas exploser leur colère devraient être destinataires du bonzaï du Cardinal… Dont on se demande ce qu’il vient faire dans cette galère : qu’y a-t-il de nouveau sous le soleil du « rapprochement avec nos frères aînés » et pia pia pia ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>