3 comments

  1. Joel

    Connaissant bien le pays basque , monsieur l’Abbé de Tanouarn semble avoir une vision bien angélique de l’état du catholicisme dans cette contrée.
    Le pays basque a été, et reste, fortement marqué par l’esprit indépendantiste ( et également terroriste avec ETA) de gauche. Car oui, l’esprit indépendantiste basque est vraiment marqué à gauche. Il est soutenu par des groupuscules anarchistes divers.
    Le clergé basque a lui aussi été fortement marqué par cela.
    La vision que l’on a d’un pays basque fortement pratiquant et pieux n’est plus qu’un souvenir lointain aujourd’hui. C’est un peu le même cas pour la Bretagne.
    Aujourd’hui les églises basques sont peu remplies, le clergé est vieillissant et moderniste ( même si la relève arrive avec le séminaire de Bayonne) . Il se dit également que dans certaines paroisses tellement marquée par l’identité basque, le lectionnaire et le missel français prennent la poussière, alors que ceux en sont tout le temps utilisés.
    Les jeunes sont partis vivre sur Bayonne ou Biarritz ( au meilleur des cas), ou ailleurs dans la région ( Pau, Bordeaux voire Toulouse).
    La pression faite sur Mgr Aillet est forte à l’intérieur du diocése, lisez d’ailleurs les commentaires et la localisation des signataires de la pétition de Golias . Voilà le résultat d’une pastorale de l’enfouissement que furent celles pratiquer par les évèques du post-concile: Mgr Vincent et Mgr Molères.
    Prions pour nos évèques, la Vierge Marie nous le demande

  2. c

    J’ai connu une religieuse basque, il y a déjà près de trente ans qui était bien sûr en « civil » et m’avait dit « j’espère qu’un jour il y aura des femmes ordonnées prêtres ». Certes le clergé et les religieux « progressistes » fortement marqués par la « théologie de la libération » mais à la « sauce européenne », sont désormais en voix d’extinction vu leur âge, mais que de dégâts chez les fidèles: Il faut tout reconstruire. En outre les régions très catholiques autrefois sont aussi désormais avec une forte dénatalité. Heureusement Msg Aillet est un prélat digne de ce nom et l’on en voudrait des comme lui dans tous les diocèses de France. Que soit brûlée son effigie est très significatif. Mais NON PREVALEBUNT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *