image_content_general_18418109_20150222000321

Règlements de comptes au Havre

Download PDF

Le bar catholique L’Escale, mis en liquidation judiciaire fin janvier par le tribunal de commerce du Havre, embarasse le diocèse du Havre qui y a perdu beaucoup d’argent. Le diacre de l’église Saint-Vincent Dominique Mabille, qui portait le projet, s’estime diffamé par le diocèse de Mgr Brunin et porte l’affaire au tribunal.

En effet, dans le dépôt de bilan de L’Escale, Dominique Mabille porte une lourde responsabilité, ce qu’il conteste. Et un communiqué du diocèse évoque les graves erreurs de gestion du bar, l’incapacité de rembourser les avances consenties par l’association diocésaine et l’annonce de sa démission. De quoi mettre Dominique Mabille hors de lui :

« Mon seul but à ce jour est d’obtenir un droit de réponse sur le site du diocèse, d’où le référé au tribunal ».

L’Escale, un bar situé tout près du front de mer du Havre, a été un fiasco commercial qui l’a obligé à fermer en décembre 2014. Dominique Mabille, président de l’association Le Parvis des Gentils, structure propriétaire du lieu au nom du diocèse en association avec Emmanuel Dutot, qui en assurait la gérance, explique cet échec :

« La première année a plutôt bien marché, mais ensuite, la crise économique a frappé et les comptes sont tombés dans le rouge ».

Un rouge qui s’élève toute de même à 60 000 €, perdus par le diocèse. L’argent du denier. Monseigneur Brunin met en cause son diacre, accusé de graves erreurs de gestion et annonce sa démission de la présidence de l’association Le Parvis des Gentils. L’évêque du Havre affirme qu’il a appris ces difficultés à peine quelques semaines avant sa fermeture, ce que conteste Dominique Mabille, qui affirme qu’il a été contraint à démissionner contre sa volonté. Surtout, il reporte la responsabilité de l’échec commercial :

« Deux membres éminents du diocèse, dont le vicaire général, siègent de droit dans le conseil d’administration du Parvis des Gentils. Ils ont toujours été au courant des comptes du bar depuis le début ».

Monseigneur Brunin conteste les propos de son diacre. Quant aux 60 000 € , l’évêque parle d’un prêt, ce qui suppose un remboursement, tandis que Dominique Mabille affirme qu’il s’agissait d’une subvention, donc à fonds perdus. L’affaire ne fait que commencer.

Mgr Brunin a l’art de se mettre son entourage à dos. Au sein de la CEF, avec Monique Baujard, laquelle est sur le départ, il a réussit à être contesté par les responsables diocésains pour la famille.

En octobre prochain, il siègera au synode sur la famille comme représentant de l’épiscopat français. A Rome on se demande quelle mouche a piqué la CEF pour avoir nommé un épiscope de cette envergure pour aller discuter de la famille, alors même que, sur la famille, Mgr Brunin reste limité à l’ouverture au gender avec l’invitation de Fabienne Brugère et à la contestation d’Humante Vitae.

Source : Paris Normandie

9 comments

  1. mcm

    Les masques tomberont! Mgr Brunin est un triste épiscope dont le verbiage souvent confus laisse augurer du pire!
    Voyez ce qu’il a fait en Corse. Le petit diocèse du Havre en perdition n’avait pas besoin d’un tel « pasteur ».

    • Goupille

      « …avec respect filial et critique ».

      Ah ! Langue de buis, que de crimes se sont commis, et continuent imperturbablement à se commettre, en ton nom !

      Le respect se mérite.
      Et quel respect avoir pour les destructeurs de la Catholicité en France ?

  2. le cauchois

    Mgr Brunin met parfaitement en pratique la parole de l’Evangile: »…quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, « , (Matthieu chap 6). Quand il donne pour le Bar l’Escale, avec l’accord de deux éminents représentants du diocése présents dans le Conseil d’Administration de l’association en charge de cet établissement, c’est de la main droite. Aujourd’hui il veut reprendre cet argent, confondant subvention et avances consenties, et c’est avec la main gauche. Nous avons une grande chance d’avoir un tel évêque si respectueux de la parole de l’Evangile! Malheureusement il en a une lecture tronquée qui s’apparente beaucoup plus au mensonge qu’au respect des Saintes Ectritures. Merci de prier pour les catholiques du diocése du Havre, les prêtres et notre évêque, nous en avons tous bien besoin pour différentes raisons!

  3. Legendre

    Les responsables de sa nomination devraient battre leurs coulpes…. Mais savent ils ce que c’est ? On nous dit que nous serons jugés sur nos actes, plus on monte ds la hiérarchie plus la facture risque d’être salée ou chaude si vraiment on se trompe de porte à force de regarder la poutre de son oeil…..
    Jacq44

  4. Courivaud

    ah bon, il s’agit de Dominique Mabille ? Pas Bernard Mabille (dommage : le bar aurait eu plus de succès, sans être en liquidation judiciaire et gardant du liquide) ?

    Et puis ce n’est tout de même pas « règlement de comptes à OK Corral »…..(plus intéressant sur le plan cinématographique).?

  5. Rappelons la terrible situation des séminaires de Normandie:
    – autrefois un séminaire et plusieurs petits séminaires pour chacun des 6 diocèses
    – puis disparition des petits séminaires
    – puis constitution de 2 séminaires interdiocèsains
    -puis suppression de ces séminaires et envoi à Paris des 17 séminaristes restanrs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *