barbarin-omerta

Diocèse de Lyon : l’omerta se fissure

Download PDF

Il y aura bientôt un an qu’éclatait ce qu’on appelle « l’affaire Barbarin ». Elle a ébranlé le diocèse de Lyon et résonné jusqu’au sommet de l’État et du Vatican. Elle est loin d’être terminée. Un nouveau pas vient d’être franchi ces jours derniers. Nous ne parlons pas de la cérémonie de repentance célébrée il y a peu. Cérémonie qui avait quelque chose de pitoyable, tant par l’attitude de son initiateur que par le sentiment de malaise qu’elle a engendré.

Quelque chose de bien plus intéressant vient de se produire. Des prêtres de Lyon ont pris la parole publiquement et dans les médias (voir ici et )

Dans l’ensemble, et pour des raisons que nous exposerons brièvement, le silence du clergé lyonnais avait été jusque-là assourdissant. Face à la marée médiatique, pas une prise de position, pas une pétition de soutien à celui qui devrait être leur « frère et père ». On avait connu, en d’autres temps, ce clergé si fier de son indépendance et de sa liberté de parole, plus disert et plus réactif. Motif ? Un profond malaise, tant sur la forme que sur le fond. D’une part, le fait était connu bien au-delà des frontières, même françaises, que le cardinal avait fait, à force de morgue et d’indifférence vis-à-vis de ses prêtres, le vide autour de lui. Seule une garde rapprochée d’obligés tentait encore de faire croire qu’elle y croyait. En vain. De l’autre, tout le monde savait que des « cadavres » trainaient dans les placards, et que rien n’avait été fait, pour tenter de trouver des solutions. Ils serraient les dents en attendant la catastrophe. Lorsqu’elle s’est produite, tout le monde, de gauche à droite, s’est tu. Par indifférence et par honte, sachant que, de toute, façon, l’éminent prélat mis en cause une fois parti, de gré l’âge venant, ou de force, c’est eux qui auraient à porter, au quotidien, le poids du déshonneur et de la suspicion. Certains, sur place, ont même été jusqu’à dire que l’épreuve avait rapproché un clergé connu pour ses profondes divisions.

Que disent ces prêtes lyonnais, et pas des moindres ?

L’un d’eux explique comment, pendant des années, il a, avec d’autres, été « pris dans l’étau du mensonge et le couvercle de plomb du silence imposé », au nom de « l’honneur de l’institution, et peut-être la tranquillité des familles ». Que l’institution s’est surtout préoccupée « de s’assurer de l’indéfectible loyauté de ses serviteurs, jusqu’au silence devant l’abjection ! », avant de rechercher la vérité.

L’autre, prêtre de Lyon en ministère hors du diocèse, va plus loin et ne mâche pas ses mots. Pour lui : « les excuses du Primat des Gaules tiennent davantage de la “gesticulation” », de la communication de façade. Il fait part de ses doutes quant à l’honnêteté de la démarche du cardinal. « Cette demande de pardon n’est-elle qu’une gesticulation de plus, se demande-t-il. « S’il s’est vraiment trompé et qu’il en est enfin convaincu, l’archevêque devrait présenter sa démission au Saint Père […] Sans aucune de ces décisions, il sera évident que nous assistons à une manipulation de plus ». On sera d’accord avec lui pour souligner que toute cette repentance, toutes ces déclarations, toutes ces décisions n’ont eu pour seule et quasiment unique motivation la panique provoquée par l’action médiatique. Ce n’est nullement accabler l’autorité ecclésiale que de constater que les victimes ont pesé pour rien tant que leurs plaintes n’ont pas été relayées par les médias. Ce n’est pas une interprétation. C’est un fait. Il est tragique.

Il a fallu un an, mais, avec ces déclarations, la langue de buis vole en éclat. Le rideau de fumée mis en place par les brillants communicants de l’Église de Lyon s’envolent. Est-ce un mal ? Franchement, après des années d’omerta, je ne crois pas. Beaucoup, en leur for intérieur, usés par des années de « silence imposé », doivent se dire : « Enfin » ! On peut avec raison continuer à s’interroger sur les motivations de ceux qui, en arrière-main et pour des raisons qui n’ont rien à voir avec l’amour du Christ et de son Église, jettent de l’huile sur le feu. Il n’empêche. Nous payons aujourd’hui le prix de l’hypocrisie, de la lâcheté et de la compromission avec le monde, de ceux qui auraient dû nous défendre contre les loups de l’intérieur comme de l’extérieur. Ne dites pas « ils ne savaient pas », ce serait ajouter le mensonge au reste.

Si ces faits pouvaient servir de leçon à tous ceux qui, aujourd’hui encore, refusent de regarder la vérité en face et continuent à s’enfermer dans leur suffisance et leur insuffisance, tout cet horrible gâchis n’aurait pas été totalement vain.

Gaston Champenier

21 comments

  1. karr

    Qu’attendre de Barbarin et des autres ,en France ainsi qu’en d’autres pays,à Rome même?
    Laissons -les à leurs misères humaines,ils sont indignes de la mission que Notre-Seigneur leur confie,il leur faut disparaître afin qu’un véritable renouveau puisse se réaliser au sein de l’Eglise,ces gens encombrent,ils sont un obstacle à l’oeuvre de l’Esprit-Saint,et ils s’accrochent encore et toujours à un concile qui ne fait que révéler au grand jour leur indignité!

  2. Le cardinal Barbarin a été traîné dans la boue par les médias sataniques du pollitiqueent correct, et ce pour nuire à l’Église, seule voix qui dénonce la culture de mort (meurtre des enfants-à-naître et mariage d’abomination). C’est tout. Je trouve lamentable que des gens qui se prétendent catholiques profitent de l’occasion pour vomir leur haine de sedevacantiste à l’endroit du Cardinal. https://youtu.be/j2NsZtyuMRo

    • Xavier

      cher jean pierre
      si vous lisez le livre « histoire d un silence » ecrit par isabelle de gaulmyn ,directrice du journal catholique « la croix » vous constaterez vous meme que Mgr Barbarin savait tout, mais qu il a prefere le mensonge a la VERITE
      Quant a etre catho ,ce n est pas laisser faire ni dire n importe quoi!!!!!

    • simone

      cher jean pierre
      si vous lisez le livre « histoire d un silence » ecrit par isabelle de gaulmyn ,directrice du journal catholique « la croix » vous constaterez vous meme que Mgr Barbarin savait tout, mais qu il a prefere le mensonge a la VERITE
      Quant a etre catho ,ce n est pas laisser faire ni dire n importe quoi!!!!!

      • Yves Castel

        Isabelle de Gaulmyn aurait mieux fait de se taire, elle aussi, puisqu’elle avoue qu’elle aussi « savait tout » et n’a rien dit. Barbarin a fait ce qu’il avait à faire au sujet de vieilles affaires qui dataient d’avant son arrivée, et qui n’ont donné lieu à aucune plainte, ni aucune sanction. La Justice ne lui a pas donné tort.

  3. Girde

    Ce que vous dites est une attaque répugnante contre l’Église de Lyon.
    Elle a eu des défaillances, elle les a déplorées, elle fait en sorte de les éradiquer.
    Vous devriez en faire autant.

    • simone

      L orsque l Esprit Saint reside dans un coeur,Il donne la Force pour dire et vivre dans La Verite
      La VERITE C EST JESUS
      Donc merci aux membres de « parole liberee » ainsi qu aux 2 courageux pretres de lyon
      Que Dieu les benisse richement!!!!!

  4. Charly

    Vous soulignez à juste titre le pouvoir des médias, mais ce sont eux les prophètes d’aujourd’hui, étant donné le silence des premiers
    « Les enfants de ce siècle sont plus prudents à l’égard de leurs semblables que ne le sont les enfants de lumière. » (Luc 16.8)

  5. betsynette

    Toutes ces repentances n’ont pas lieu d’être que pour celui qui a fauté, entre les repentance de hollande et celles des Evéques, je crois que c’est assez.

  6. Hervé Soulié

    Pas trop d’accord avec Gaston Champenier.
    Certes la cérémonie de repentance était pathétique.
    Le même sentiment de malaise que celui ressenti lors des repentances des Officiels de l’Etat.
    Mais sur le fond, je ne crois pas à une faute du cardinal Barbarin.
    Il n’avait pas de raison valable de s’acharner sur un prêtre déjà sanctionné par ses deux prédécesseurs.
    Il se devait et, de mon point de vue, il se doit toujours, premièrement d’écarter sans délai tout prêtre convaincu de pédophilie, mais deuxièmement de respecter aussi la présomption d’innocence, surtout vis à vis de personnes qui ne sont pas ses « salariés », mais les membres de son « presbyterium » avec lesquels il doit cultiver une « communion » à la manière des disciples à Jérusalem après la Pentecôte.
    Le point de savoir s’il doit dénoncer l’un d’entre eux à la Justice est une question délicate, qui semble aujourd’hui tranchée dans le sens de l’affirmative.
    Et puis tenons compte du fait que tout prêtre se trouve aujourd’hui plus qu’hier exposé à de malveillantes insinuations, vis à vis desquelles il faut être prudent.

    • Gaston Champenier
      Author

      Je crois que vous n’avez pas pris conscience de la réalité: le prêtre incriminé n’a pas été « sanctionné », puisque qu’il est resté curé (approchant les enfants du catéchisme), a été nommé doyen et est resté en poste pendant vingt ans… Ces prédécesseurs n’ont rien fait et lui non plus. Quant à la présomption d’innocence, il y a des moyens à prendre pour l’interroger et Mgr Barbarin ne l’a jamais fait non, alors que les faits étaient de notoriété publique. Quelle est donc la nature de la sanction qu’il lui a infligé aujourd’hui? encore de l’acharnement?

      • Yves Castel

        La chasse aux sorcières contre les prêtres homosexuels a ceci de bénéfique qu’elle permet aux loups de sortir du bois. Cette triste affaire, qui n’est pas l’affaire Barbarin, montre qu’on peut se dire catho et s’asseoir sur la présomption d’innocence, le secret de la confession et de l’instruction, la prescription des « faits » et l’absolution des péchés, le for intérieur des protagonistes, petits et grands, tant qu’on n’a pas obtenu vengeance en guise de justice et des sanctions en remplacement de la rémission des péchés. Je crois que certains n’ont pas pris conscience de leur manque de miséricorde.

  7. mary

    Tous ceux qui ont voulu cacher les péchés scandaleux de certains clercs en imposant un silence sur ces faits sous prétexte de ne pas nuire à l’Eglise, sont comme ceux qui utilisaient leur pouvoir d’autorité dans l’Eglise pour empêcher la Sainte Vierge de transmettre ses messages parce qu’ils annoncaient l’impureté de certains clercs.
    Elle a tenté de nous mettre en garde et d’avertir l’Eglise des attaques de satan mais les clercs ont préféré taire et faire taire cette Bonne Mère parce que cela révélait les infidélités de certains.
    Il ne faut pas s’étonner des évènements actuels : nous étions prévenus !

  8. laburre

    prions pour qu un esprit de repentance SINCERE tombe sur mgr Barbarin et son adjoint Gobillard qui se promenent dans les aeroports entre lyon et rome….depuis hier …………………….

  9. Jean-Pierrre Moreau

    merci pour cet article ; ce n’est malheureusement pas le seul diocèse où des scandales arrivent ! Le clergé conciliariste a fait litière de la morale millénaire de l’Eglise catholique, on le voit avec la promotion des écrits du père Häring

  10. YES

    La vraie repentance est UNE profonde tristesse que l’on ressent quand on prend conscience de ses péchés et de ses MENSONGES.
    La repentance est le résultat d’une « tristesse selon Dieu, » produite par Dieu pour provoquer un changement RADICAL de comportement : on accepte de s’examiner à la lumière de l’Esprit de Dieu pour comprendre que la voie du péché mène à la mort.
    On ne se moque pas de Dieu
    On décide de changer de direction , de quitter le chemin du mensonge pour s’engager sur celui de la verite et de la vie. C’est de cette manière que la puissance de Dieu agit!!!!!!!
    Amen!!!!!!

  11. Pingback: Nous demandons la simple Vérité ! | prieratempsetacontretemps

  12. Tite

    Il paraît que les églises de France se remplissent à nouveau… Mais de qui ? De quoi ?

    A quand la dénonciation à grande échelle de ces trois grands scandales :

    1) Le cardinal Barbarin dit la chahada :
    http://www.riposte-catholique.fr/perepiscopus/islam/le-cardinal-barbarin-prononce-la-chahada-la-profession-de-foi-de-l%E2%80%99islam-2

    2) Le cardinal Barbarin laisse poser sur la cathédrale St Jean de Lyon une gargouille « musulmane » gravée du Allah Akbar :
    http://www.fdesouche.com/131081-lyon-cathedrale-saint-jean-la-nouvelle-gargouille-dit-allah-akbar#

    3) Le cardinal Barbarin laisse lire la Fatiha, le dimanche de la Miséricorde en la cathédrale St-Jean de Lyon :
    https://www.dreuz.info/2016/04/20/lyon-le-cardinal-barbarin-indigne-les-chretiens-dorient-au-nom-de-la-fausse-misericorde-coranique/

    A quand la repentance ? Tout bon catholique se doit de secouer ses curés, ses évêques, quand ils déraillent. J’en vois peu qui le font… « Le Ciel vomit les tièdes »… et Barbarin, par la seule Miséricorde de Dieu, restera jusqu’à la fin des temps au Purgatoire… c’est bien le moindre quand on mérite l’Enfer.

  13. François Sweydan

    On oublie d’ajouter, par ailleurs, que le cardinal Barbarin est plus soucieux de faire la promotion de l’islam-isme à Lyon (UOIF, Frères musulmans/ ou salafiste d’obédience ou de tendance) que des victimes de cette triste affaire de pédophilie. L’islamo-propagande du diocèse de Lyon est choquante et inquiétante à plusieurs titres, grâce aux communicants désastreux de la cure bien ignorants du sujet islam et Coran confondus.

    C’est d’autant plus préoccupant que les amitiés islamiques douteuses du cardinal poussent celui-ci à un zèle islamophile qui, au fond, frôle le syncrétisme (une Vierge Marie islamo-chrétienne ?) et encourage l’apostasie (les professions de foi islamiques dans la Primatiale et les appels à la prière islamique et les « Allah akbar » dans certaines églises)… sans compter ces prêtres du diocèse mandatés par le cardinal à faire plus que dans le fameux dialogue « islamo-chrétien » à sens unique.

    Allah ne nous viendra pas en aide, loin de là ! Car, je rappelle qu’en Orient, les chrétiens et tous les autres non-musulmans n’ont jamais vu ni entendu ce « vivre ensemble » sous la miséricorde de l’islam, celle que s’empresse d’évoquer ce cardinal à chaque rencontre islamo-chrétienne dans certaines paroisses fort zélées.

    Une autre dérive qui vient s’ajouter à cette « affaire Barbarin »…
    Une cérémonie de repentance, et de « réparation » bien pathétique par son côté « com » que les victimes ont d’ailleurs boycotté.
    Une excuse pire que la faute ?…
    FS

  14. sycier

    Oui immense gâchis à tous les niveaux dans l’Eglise catholique , non seulement en ce qui concerne les prêtres pédophiles mais aussi la GIGANTESQUE CONSPIRATION DU SILENCE qui règne parmi les catholiques de France et leur hiérarchie au sujet des INTERVENTIONS DU CHRIST à Dozulé , en normandie, cette Eglise aura vraiment tout gâché jusqu’à la fin , ils s’enfoncent et ils enfoncent le monde par leur absurde OMERTA au sujet du Christ Glorieux à Dozulé !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *